La langue française

Alumelle, allumelle

Définitions du mot « alumelle, allumelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

ALUMELLE, ALLUMELLE, subst. fém.

A.− Vx. ,,Lame de couteau ou lame d'épée longue et mince.`` (Ac. 1835-1932) :
1. Tout ami de la table ne doit pas marcher sans son Allumelle en poche, et bien affilée. S. Mercier, Néologie ou Vocabulaire de mots nouveaux, t. 1, 1801, p. 22.
2. J'eus un rêve (...) Je croyais [que] (...) de mon allumelle, Car je me croyais un coûteau, Je tranchais votre chair si belle. P. Leclair, Les Méditations d'un hussard,1809, p. 43.
Se tuer de sa propre alumelle. ,,Ruiner sa santé par excès de débauche.`` (Ac. Compl. 1842).
Région. (Canada). ,,Lame (de couteau, canif, rasoir) : Un canif à deux alumelles = un canif à deux lames.`` (Canada 1930).
B.− Emplois spéc.
1. MAR. Petite plaque de fer très plate qui garnit la mortaise d'un gouvernail, d'un cabestan, d'un guindeau, pour que le bois ne s'use pas sous l'effet du frottement produit par la barre ou des leviers.
2. TECHNOL. ,,Outil d'acier qui sert à polir et à achever les peignes`` (Ac. Compl. 1842, Littré), ,,outil qui sert à gratter, à polir le buis, l'écaille, la corne : C'est une alumelle qui forme la partie essentielle du rabot.`` (Lar. 19e).
Rem. Les dict. attachent à ce mot le sens attesté également ds Canada 1930 : ,,Sorte de soutane sans manches. On ne dit plus que soutanelle.`` (Lar. 19e). Cf. infra étymologie.
Prononc. ET ORTH. : [alymεl]. Fér. 1768 a pour 1regraphie allumelle; alumelle y figure uniquement comme vedette de renvoi.
Étymol. ET HIST. − 1. 1155 alemele « lame » (Wace, Brut, 7344, Ler. de Lincy ds Gdf. : [...] parmi bœles, Firent passer lor alemeles); 1458 alumelle « id. » (Compt. roy., ap. Laborde, Emaux, ibid., s.v. alemele : Pour une dague a deux taillans d'un pié et demy d'alumelle); 1452 allumelle « id. » (Le roi René, Traictié de la forme d'ung tournoy, Œuv., II, 12, Quatrebarbes, ibid. : La largeur et longueur de l'allumelle); peu empl. dès la fin du xviiies. (cf. Trév. 1704, s.v. alumelle), remplacé par lame, apr. avoir pris le sens de « vieille lame ébréchée » au xvies. (cf. FEW t. 1, s.v. lamella); subsiste surtout dans les lang. techn. (cf. infra 4); 2. p. anal. 1585 fig. allumelle « membre viril » (Cholières, 9eMatinée, p. 315 ds Hug. : Si tost que je sentiray nouvelles de ces braves fourriers, je me garderay bien de tascher mettre mon allumelle à la trampe). − 1752, Ph. J. Leroux, Dict. com., satyrique, cirt., burl., libre et proverbial; 1752 se tuer de sa propre alumelle « faire un excès de débauche » (Tabourot Des Accords, Bigarrures, I, 22 ds Hug., s.v. alemele, alumelle : Lequel de sa propre alumelle se tua prenant ses esbats Sur le corps d'une damoiselle); 3. 1694 (Simon de Val Hébert ds Mén. : Alumelle. soutane sans manche), peu us.; 4. a) 1723 technol. allumelle (Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., d'hist. nat., d'arts mét. : Les Maîtres-Tablettiers-Peigniers appellent Allumelle, l'outil avec lequel ils polissent et achèvent leurs peignes); b) 1752 alumelle « id. » (Trév.). Empr. au lat. lamella « petite lame », Vitruve, 7, 3, 9 ds Gaff.; (Sénèque, Brevit. vit., 12 ds Forc. 1864-1926, s.v. : in aeruginosis lamellis consumit) avec agglutination du -a- de l'art.; les formes en -u- s'expliquent par contamination de allumelle*, allumette* (les allumettes pouvant ressembler à de petites lames); le sens 3 fait difficulté (anal. « couteau sans manche » / « soutane sans manche », d'apr. Mén.), il s'agirait alors d'un emploi ironique, dans l'argot des presbytères.
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Canada 1930. − Chabat t. 1 1875. − Fér. 1768. − Georgin (R.). Le Français au Canada. Déf. Lang. fr. 1969, no47, p. 44. − Gruss 1952. − Leloir 1961. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

alumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. (Vieilli) Lame de couteau ou lame d’épée longue et mince.
    • Le géant a le nez couvert de sang et pendant que sa femme le lui lave, le chat saute sur l'alumelle. […] Le chat va trouver Tit-Jean et lui dit: "Tiens! Voilà ton alumelle." Tit-Jean prend l'alumelle et coupe le cou du géant. — (Marie-Ursule/Lavalois, 1951, p. 226, "L'Alumelle magique", conte recueilli à Sainte-Brigitte-de-Laval, Montmorency)
    • L'alumelle * impérialo-bourgeoise te fichera la paix. — (René Depestre, Éros dans un train chinois)
  2. (Marine) Lames ou petites plaques de fer dont on garnit intérieurement la mortaise du gouvernail, du cabestan pour empêcher qu’elle ne soit usée ou déformée par le jeu et la pression de la barre.
  3. (Religion) Soutane sans manches.
    • On portait le camail depuis le jour des morts inclusivement, jusqu'à l’office du Samedi-Saint, aussi inclusivement. On ne mettait sous le camail qu’un surplis sans manche, qu’on appelait alumelle. — (Le Bulletin des recherches historiques; 1897)
  4. (Vieilli) (Arts) Lame de tabletier pour gratter.


Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.

Nom commun

allumelle \a.ly.mɛl\ féminin

  1. Fourneau de charbon, lors de la fabrication du charbon de bois.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALUMELLE. n. f.
Lame de couteau ou Lame d'épée longue et mince. Il a vieilli. Il se dit, en termes de Marine, de Lames ou Petites plaques de fer dont on garnit intérieurement la mortaise du gouvernail, du cabestan, etc., pour empêcher qu'elle ne soit usée ou déformée par le jeu et la pression de la barre.

Littré (1872-1877)

ALUMELLE (a-lu-mè-l') s. f.
  • 1Lame de couteau ou d'épée. Vieux.
  • 2 Terme de marine. Petite plaque de fer qui sert à garnir la mortaise du gouvernail.
  • 3Outil d'acier qui sert à polir et à achever les peignes.

HISTORIQUE

XIIIe s. Qui tel fait faire li veïst, Dui fust qui pitié n'en preïst, Quand si veïst Dido la bele Sor la pointe de l'alemele, la Rose, 13412. Qui a deux cornes à la teste, Si tranchans comme une alemele, le Bestiaire.

XIVe s. Portant une grant hache à son col, la quelle avoit bien trente deux posses [pouces] d'alemelle, Du Cange, alumella.

XVe s. Et ont Irlandois couteaux aigus devant, à large allumelle à deux taillans, Froissart, III, IV, 42. [Le comte de Foix] fit ouvrir l'huis de la prison, et vint à son fils, et tenoit l'alemelle de son coutel par la pointe, Froissart, II, III, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « alumelle »

Même origine que lamelle, du XIIIe au XVIIe siècle on trouve allemelle puis par attraction avec allumer le mot se transforme en allumelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Norm. armelle. Alumelle est venu d'alemelle, par une fausse assimilation avec le verbe allumer, qui n'a rien de commun avec alumelle. Alemelle est composé de la préposition à, et de lamelle, petite lame (voy. LAMELLE). On trouve dans une ordonnance de 1680 la forme correcte : allemelles de couteaux de toutes sortes, le cent pesant payera trente sols.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « alumelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alumelle alymɛl

Évolution historique de l’usage du mot « alumelle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alumelle »

  • Épée. Une lumelle, une lamelle, une alumelle : « Il me souvient d’une alumelle, laquelle estant luisante et belle, se vouloit d’ung manche garnir, afin de cousteau devenir ». www.leberry.fr, Petit tour d’horizon de mots et expressions berrichons oubliés ou perdus - Bourges (18000)

Traductions du mot « alumelle »

Langue Traduction
Anglais alumella
Espagnol alumella
Italien alumella
Allemand alumella
Chinois 铝箔
Arabe الألوميلا
Portugais alumella
Russe alumella
Japonais アルメラ
Basque alumella
Corse alumella
Source : Google Translate API

Synonymes de « alumelle »

Source : synonymes de alumelle sur lebonsynonyme.fr

Alumelle

Retour au sommaire ➦

Partager