La langue française

Allographique

Sommaire

  • Définitions du mot allographique
  • Phonétique de « allographique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « allographique »
  • Citations contenant le mot « allographique »
  • Traductions du mot « allographique »
  • Synonymes de « allographique »

Définitions du mot « allographique »

Wiktionnaire

Adjectif

allographique

  1. Qui concerne les manifestations de l'art.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « allographique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allographique alɔgrafik

Évolution historique de l’usage du mot « allographique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allographique »

  • 1C’est à un champ encore peu exploré que cet ouvrage collectif, issu d’un colloque organisé en septembre 2013 à l’Université de Saint-Étienne, entend se confronter : celui de la poésie considérée dans son événementialité. Depuis quelques années se développe en effet une approche théorique dont les fondements vont à l’encontre d’une théorisation idéaliste du texte, telle que la conçoit notamment Genette lorsqu’il définit la littérature comme œuvre allographique : , Écouter la poésie ? (Acta Fabula)
  • Les « écritures » contemporaines (qui ne sont pas toujours « écrites ») débordent largement le périmètre de ce qu'on appelle encore « la littérature ». On ne reconnaît plus toujours la littérature comme l'a décrite Nelson Goodman : art à une phase (celle de son écriture), à régime allographique (qu'on ne peut pas contrefaire), dont l'exécution (l'écriture) précède toujours l'implémentation (sa publication et sa lecture). Autrement dit, la manière dont les textes « entre[nt] dans la culture » (Goodman 1984) semble à réinterroger. Si, aujourd'hui comme hier, l'« œuvre » de l'écrivain est souvent « manifestée » par des « objets » (Genette [1994, 1997] 2010) autres que le seul livre imprimé, la situation contemporaine mérite à cet égard une attention particulière. , « Écritures » contemporaines : production, publication et réception de la (non) littérature (Lausanne)
  • 15Cette exécution révèle la nature désormais allographique de l’œuvre d’art. N. Heinich fait la différence entre les œuvres « autographiques », « qui existent sous la forme d’un objet unique, non reproductible sans perte d’authenticité, comme les peintures ou les sculptures », et les œuvres « allographiques », « qui existent à travers la série indéterminée de leurs interprétations ou de leurs reproductions, comme les œuvres musicales, théâtrales, littéraires ou cinématographiques » (p. 106-107). Les œuvres allographiques — le livre ou le film, par exemple — ne résident pas dans l’objet, qui n’a à peu près aucune valeur (marchande) et qui ne représente pas l’œuvre en elle-même. En régime contemporain, on assiste à une « “allographisation” de l’autographique, les œuvres étant de moins en moins réductibles à un objet unique et de plus en plus équivalentes à l’ensemble ouvert de leurs actualisations. » (p. 107) Cette dérive allographique s’accompagne, on le comprend, d’une « redéfinition des matériaux utilisés par l’artiste — le corps et le contexte environnemental dans lequel il opère — […] [et d’un] brouillage des frontières entre genres, voire entre domaines de la création. » (p. 138) Cela n’est pas sans rappeler l’expérience des limites, accentuée par l’intégration de l’ordre du discours dans le monde des arts habituellement dits « visuels ». Cette mutation rapproche les artistes et les conservateurs, eux aussi appelés à tenir un discours sur les œuvres, à « allographiser » les expositions par une attention toujours plus accrue au concept et au récit proposé par l’accrochage (p. 246). Par extension, l’art s’apparente au cinéma, et l’artiste devient « réalisateur », en quelque sorte, lorsqu’il renoue avec le modèle classique de la délégation de tâches du maître à ses compagnons. Certaines œuvres monumentales ou complexes commandent l’intervention de multiples assistants ou spécialistes et la présence de l’artiste « est de moins en moins requise dans le processus de fabrication matérielle de l’œuvre » (p. 162-163). L’allographisation du travail d’exposition fait tendre lui aussi l’art vers le cinéma, écrit N. Heinich : , Une grammaire par l’anecdote : analyse & illustration du paradigme contemporain en arts (Acta Fabula)
  • Le livre est sans doute moins clair, et moins satisfaisant, sur les questions concernant les textes écrits (on retrouve la distinction goodmanienne entre allographique et autographique) et sur la question des arts de performance. Cometti dit à plusieurs reprises que la question de la conservation-restauration ne se pose pas pour les notations (les textes, les partitions). Il faut distinguer. Les supports matériels des textes (littéraires ou musicaux) sont assurément objets de conservation et de restauration (Cometti le signale p. 125), et des règles techniques et juridiques strictes sont édictées, par exemple à destination des Conservateurs des Archives départementales ou nationales. Le texte, immatériel, n’a en un sens pas à être conservé ou restauré, il suffit qu’il soit accessible par son inscription lisible sur un support matériel. , Pourquoi restaurons-nous les œuvres d’art, et bien d’autres objets (...) - La Vie des idées

Traductions du mot « allographique »

Langue Traduction
Anglais allographic
Espagnol alográfico
Italien allografica
Allemand allographisch
Chinois 地域的
Arabe allographic
Portugais alográfico
Russe allographic
Japonais アログラフィック
Basque allographic
Corse alografica
Source : Google Translate API

Synonymes de « allographique »

Source : synonymes de allographique sur lebonsynonyme.fr
Partager