La langue française

Alhagi

Définitions du mot « alhagi »

Wiktionnaire

Nom commun

alhagi \a.la.ʒi\ masculin

  1. (Botanique) Arbrisseau épineux des régions désertiques de la famille des Fabacées (légumineuses) (Alhagi maurorum), que l'on croit avoir été l'une des sources de la "manne du désert" dans les récits bibliques.
    • J’ai le vague souvenir de m’être dressé sur mes étriers et d’avoir brandi mon épieu contre l’énorme lune blême qui abaissait, sur mon galop effréné, un si calme regard, et aussi d’avoir lancé de tonitruants défis aux buissons d’alhagi qui défilaient en sifflant à côté de nous. — (Kipling, traduction de Sylvère Monod, « L’Étrange Chevauchée de Morrowbie Jukes », Wee Willie Winkie et autres récits, in Œuvres, t. I, Gallimard , « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 655)
    • Grâce au monde végétal va s’ouvrir la porte du merveilleux : ainsi, le parfum des plantes touchées par un arc-en-ciel, aussi suave, selon Pline, que celui de l’alhagi. — (André-Julien Fabre, Mythologie et plantes médicinales de l’Antiquité, publié dans Histoire des Sciences Médicales. vol 37(1), 2003, p. 65)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ALHAGI (a-la-ji) s. m.
  • Sainfoin alhagi, plante de la famille des légumineuses.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ALHAGI, s. m. plante à fleur papilionacée, dont le pistil devient dans la suite un fruit ou une silique composée de plusieurs parties jointes, ou, pour ainsi dire, articulées ensemble, & dont chacune renferme une semence faite en forme de rein. Ajoûtez au caractere de ce genre, que ses feuilles sont alternes. Tournefort, Corol. Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

* Alhagi, ou agul, ou almagi Arabibus, planta spinosa mannam resipiens. J. B. Cette plante s’éleve à la hauteur d’une coudée & plus : elle est fort branchue ; elle est hérissée de tous côtés d’une multitude prodigieuse d’épines extrêmement pointues, foibles, & pliantes. Sur ces épines naissent différentes fleurs purpurines ; ces fleurs en tombant font place à de petites gousses longues, rouges, ressemblantes à celles du genêt piquant, & pleines de semences qui ont la même couleur que la gousse.

Les habitans d’Alep recueillent sur cette plante une espece de manne, dont les grains sont un peu plus gros que ceux de la coriandre.

Elle croît en buisson, & des branches assez rassemblées partent d’un même tronc dans un fort bel ordre, & lui donnent une forme ronde. Les feuilles sont à l’origine des épines ; elles sont de couleur cendrée, oblongues, & polygonales : sa racine est longue & de couleur de pourpre.

Les Arabes appellent tereniabin ou trangebin, la manne de l’alhagi : on trouve cette plante en Perse, aux environs d’Alep & de Kaika, en Mésopotamie. Ses feuilles sont dessicatives & chaudes : ses fleurs purgent ; on en fait bouillir une poignée dans de l’eau.

Ses feuilles & ses branches, dit M. Tournefort, se couvrent dans les grandes chaleurs de l’été d’une liqueur grasse & onctueuse, & qui a à-peuprès la consistance de miel. La fraîcheur de la nuit la condense & la réduit en forme de grains : ce sont ces grains auxquels on donne le nom de manne d’alhagi, & que les naturels du pays appellent trangebin, ou tereniabin : on la recueille principalement aux environs de Tauris, ville de Perse, où on la réduit en pains assez gros, & d’une couleur jaune foncée. Les grains les plus gros qui sont chargés de poussiere & de parcelles de feuilles desséchées, sont les moins estimés ; on leur préfere les plus petits, qui cependant pour la bonté sont au-dessous de notre manne de Calabre.

On en fait fondre trois onces dans une infusion de feuilles de séné, que l’on donne aux malades qu’on veut purger.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « alhagi »

Arabe, al-hādj ; Rauvolf, médecin d'Augsbourg, découvrit cette plante durant son voyage au Levant, en 1537, et la décrivit sous le nom de alhagi Maurorum, DEVIC, Dict. étym.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Leonhard Rauwolf, naturaliste et botaniste d'Augsbourg, découvrit cette plante durant son voyage au Levant, et la nomma à partir de l'arabe الحاجي, al-hâjî (« pélerin ») sous le nom de alhagi Maurorum → voir al- et hadji.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alhagi »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alhagi alaʒi

Évolution historique de l’usage du mot « alhagi »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « alhagi »

Langue Traduction
Anglais alhagi
Espagnol alhagi
Italien alhagi
Allemand alhagi
Chinois alhagi
Arabe الحاج
Portugais alhagi
Russe alhagi
Japonais alhagi
Basque alhagi
Corse alhagi
Source : Google Translate API

Alhagi

Retour au sommaire ➦

Partager