La langue française

Alépin, alépine

Sommaire

  • Définitions du mot alépin, alépine
  • Étymologie de « alépin »
  • Phonétique de « alépin »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alépin »
  • Citations contenant le mot « alépin »
  • Traductions du mot « alépin »

Définitions du mot alépin, alépine

Trésor de la Langue Française informatisé

ALÉPIN, INE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− GÉOGR. Relatif à Alep, aux habitants ou aux personnes originaires d'Alep.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892.
B.− TECHNOL., vx. Galles alépines ou absol. alépine(s). Noix de galle provenant d'Alep (cf. G. Doin, Dict. des teintures, 1828).
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842 sous la forme subst. Besch. 1845, Lar. 19e, Guérin 1892 sous la forme adj.
II.− Subst., GÉOGR. Habitant ou personne originaire d'Alep :
1. Le pauvre évêque grec de Zarklé est d'une famille d'Alep, où il a passé sa vie dans l'élégance et la mollesse des mœurs de cette ville, l'Athènes de l'Asie : il se trouve comme exilé dans cette ville, sans société et sans ressources morales. Ses manières ont conservé la dignité des manières exquises des Aleppins; mais, dans l'extrême dénûment où il est, il ne peut nous offrir que son humble gîte. A. de Lamartine, Voyage en Orient,t. 2, 1835, p. 248.
2. Un mois après, les Alépins essayèrent à leur tour de dégager Antioche. Bohémond alla les attendre entre le cours de l'Oronte et le lac d'Antioche, position fort habilement choisie pour empêcher les archers montés turcs de se déployer et de se livrer à leur tourbillonnement habituel. R. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 32.
Rem. 1. Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892. 2. S'écrit aussi aleppin dans cette acception (cf. ex. 1).
III.− Subst. masc., RELIG., vx. Religieux d'un ordre maronite établi à Alep.
Rem. 1. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, 2. S'écrit aussi alepin dans cette acception (Ac. Compl. 1842. Besch. 1845).
IV.− Subst. fém., TEXT. ,,Étoffe à chaîne de soie et trame de laine, originaire d'Alep.`` (Comm. t. 1 1837) :
3. ... son vieux châle de laine noir râpé, sa robe d'alépine aussi noire et toute éraillée. E. Sue, Les Mystères de Paris,t. 4, 1842-1843, p. 160.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e-Lar. Lang. fr., Littré, Guérin 1892, DG, Rob., Quillet 1965.
Prononc. : [alepin].
Étymol. ET HIST. − 1828 technol., supra I B. Dér. du topon. Alep, ville de Syrie; suff. -in(e)*.
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Chesn. 1857. − Comm. t. 1 1837. − Leloir 1961. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Adjectif

alépin \a.le.pɛ̃\

  1. (Géographie) Relatif à Alep, en Syrie.
    • Enfin, la bourgeoisie alépine, d’abord fidèle au régime, a pris ses distances et est aujourd’hui plus dans l’attente de voir comment les choses tournent. — (« Syrie : l’avenir en cinq questions », Libération.fr, 27 juillet 2012)
    • Selon le site alépin Taht-l-Mijhar, trois cadavres qui semblent être ceux des membres du club des officiers et d’autres cadavres appartenant à des membres de la police militaire ont été retrouvés dans plusieurs quartiers d’Alep. — (« Syrie : l’armée syrienne se prépare à la “mère des batailles” à Alep », MediaLibre.eu, 27 juillet 2012)
    • Le chanteur alépin Hamam Khaïry a mis le feu aux planches de Beiteddine en donnant au tarab arabe (mouwasha7at et oudoud) sa plus belle éloquence et formulation. — (« Avec Hamam Khaïry, tarab à Beiteddine », L’Orient-LeJour.com, 13 juillet 2012)

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.

Nom commun

alépine \a.le.pin\ féminin

  1. (Désuet) Sorte d’étoffe de soie ou de laine.
    • Sa robe d’alépine brune, beaucoup trop large, laissait deviner une taille fine, souple et ronde comme un jonc. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • J’allais dans les tribunaux étudier […] leur fonctionnement. […] J’aimais les perruques qui établissaient une hiérarchie palpable et donnaient à des visages banals les traits de prêtres servant une grande cause. Mais si toute cette soie, cette alépine, ce crin de cheval impressionnaient, voire effrayaient les gens simples qui venaient au tribunal pur demander justice ? — (Robertson Davies, Le Manticore, traduction de Lisa Rosenbaum, p. 261)
  2. (Désuet) Noix de galle d’Alep.

Forme d’adjectif

alépine \a.le.pin\

  1. Féminin singulier de alépin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « alépin »

 Dérivé de Alep avec le suffixe -in.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alépin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alépin alepɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « alépin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alépin »

  • Elle se souvient avec émotion de sa maison alépine traditionnelle à Chaar, dans l'ex-fief rebelle d'Alep, avec son beau patio et ses cinq grandes chambres. Le Point, Pour les déplacés de la côte syrienne, le lent retour vers Alep - Le Point
  • La population alépine a souffert depuis 2012. L’est de la ville reste ravagé, la démographie a chuté de 2,5 millions d’habitants en 2011 à un million au maximum aujourd’hui. Si la réouverture de l’aéroport se veut rassurante sur le plan sécuritaire, garantissant que la zone ne sera plus bombardée, les Alépins vivent toujours dans l’insécurité énergétique. La Croix, L’aéroport d’Alep rouvert, « signal rassurant » pour le régime syrien
  • Alep a été une cité prospère, intellectuelle, et riche de plusieurs communautés religieuses. Salam Kawakibi, issu d’une ancienne famille alépine, évoque pour nous ce passé prestigieux. France Culture, Mémoire(s) d’Alep, avec Salam Kawakibi
  • Paru aux éditions Noir Blanc etc. en 2018, l’ouvrage est plus qu’un simple livre de cuisine. Les recettes s’y déclinent chronologiquement, selon les événements qui rythmaient l’année alépine : le jour de l’An, avec ses « zlébiehs » et ses « khabissas », les « ghrabybehs » du dimanche de Pâques… Noha Baz se concentre ici spécifiquement sur 1967, année où elle quitte la Syrie pour le Liban. Les chapitres sont ainsi accompagnés d’anecdotes personnelles, familiales et même politiques qui, sous une plume très poétique, font joliment revivre l’enfance de l’auteure. Comme si l’évocation de ces mets permettait de délier la mémoire. L'Orient-Le Jour, « Transporter ses goûts dans ses valises » : la cuisine façon Noha Baz - L'Orient-Le Jour
  • Le strict nécessaireLes habitants des zones progouvernementales ne taisent plus leur désarroi face à un contexte qui se détériore à la vitesse grand V. « Je reste cloîtrée chez moi pour ne rien dépenser. Je ne sais pas ce qu’on va devenir », déplore Hévine, une habitante de la banlieue d’Alep. « Tout a renchéri et doublé en l’espace de quelques mois. La situation est désastreuse. Les gens n’arrivent plus à joindre les deux bouts », confie par téléphone un homme d’affaires damascène, qui requiert l’anonymat. Maher, un jeune employé de banque alépin, confie de son côté que les magasins et les marchés sont vides, les gens se contentant d’acheter le strict nécessaire. « On doit y penser à cent fois avant de s’offrir quelque chose de coûteux, mais la situation reste toujours meilleure qu’en 2016 », dit-il. Le poumon économique du pays a été repris par le régime il y a trois ans, mais peine à se remettre de ses traumatismes. « C’était la Sainte-Barbe il y a quelques jours (le 4 décembre) et généralement c’est la fête chez nous, mais cette année rien. Les restaurants font d’énormes promotions pour attirer les clients. Personne n’ose penser aux fêtes de fin d’année. Les gens qui fréquentent les cafés sont ceux qui ont encore des dollars », raconte de son côté Roger T., via WhatsApp. L'Orient-Le Jour, En Syrie, « les gens n’arrivent plus à joindre les deux bouts » - L'Orient-Le Jour
  • Ces mesures n’ont rien de dissuasif pour la plupart des candidats à l’exil. À Gaziantep (Sud), des proches et de nombreux amis attendent l’arrivée de Karim*, un père de famille de 27 ans. Son groupe, composé d’une quarantaine de personnes dont des enfants, est arrivé à Kilis il y a deux semaines après avoir escaladé un mur et arraché des barbelés. « J’étais euphorique, j’ai couru dans un restaurant turc acheter des chawarmas pour tout le monde pour célébrer ça. Je pensais vraiment être sauvé de l’enfer », raconte-t-il. Quelques heures après leur arrivée, des membres des services de renseignements turcs débarquent dans la maison du passeur, probablement alertés par des voisins. S’ensuivent 24 heures d’interrogatoire, d’« insultes » et d’« humiliation », avant un renvoi à la case départ. « Quand je pense que le passeur m’avait vendu un package “super deluxe”, sans danger, sans trop de marche en forêt, notamment parce qu’on a des enfants de 8 mois et 2 ans », dit-il. Ce journaliste alépin a vendu son ordinateur portable, sa caméra, sa voiture, celle de son père et des meubles pour pouvoir refaire sa vie hors de Syrie. Depuis, il piétine désespérément chez un ami à Aazaz, faute de trouver un appartement libre. « Je n’ai plus aucune confiance en ces passeurs, mais je n’ai pas d’autre choix », explique-t-il. En mars 2019, Karim s’est fait emprisonner par HTC parce que le groupe considérait que l’agence d’information syrienne pour laquelle il travaillait depuis 2015 lui était hostile. Grâce à de nombreux pistons, et sous condition qu’il n’exercera plus, il sera libéré après 47 jours. Depuis, il vit la peur au ventre, pourchassé de tous les côtés par le groupe jihadiste, par les avions et les soldats du régime et par la police turque. « Je vais retenter de passer en Turquie aujourd’hui. Si HTC n’était pas à mes trousses, je serais peut-être resté à Idleb », dit-il. Demain, une grande manifestation à la frontière turque, sous le mot d’ordre « Brise le mur », est prévue. « Nous n’accepterons pas la mort en silence », peut-on lire sur les tracts électroniques. L'Orient-Le Jour, À Idleb, le malheur des civils fait le bonheur des passeurs - L'Orient-Le Jour
  • Autre spectacle, autre public. Vendredi, la somptueuse scène du FFMSM accueillait «l’art du muwashah d’Alep». Deux traditions musicales séculaires étaient au rendez-vous: la waslâ alépine et la noubah andalouse. Fès et Alep, deux villes millénaires, sont mises à l’honneur le temps d’un spectacle réunissant l’orchestre arabo-andalou de Fès, sous la direction de Mohamed Briouel, et l’orchestre syrien de Paris, conduit par le premier violon, Khalil Jerro. Le premier était accompagné de Zaïnab Afilal, Driss Berrada, Abdelghafour Souiri, El Alami et bien d’autres. Le second a ramené le maître du tarab, Omar Sarmini, pour interpréter les hudûd halabîya, chants populaires très enlevés par Sabah Fakhrî, lui-même originaire d’Alep. Au final, les deux troupes (andalouse et alépine) ont initié une création inédite. L'Economiste, Musiques sacrées: Fès vous dit «à l’année prochaine» | L'Economiste
  • Au moment où une campagne a été lancée pour encourager les Libanais et descendants de Libanais de l’étranger à passer les fêtes de fin d’année au pays du Cèdre pour l’aider à faire face à la crise, Leandro et Marilin Tarzi, Argentins d’origine libano-alépine, viennent d’effectuer un séjour de découverte dans le pays de leurs ancêtres. L'Orient-Le Jour, De Buenos Aires à Beyrouth, la gastronomie libanaise et la danse orientale à l’honneur - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « alépin »

Langue Traduction
Anglais aleppine
Espagnol alepo
Source : Google Translate API
Partager