La langue française

Agogique

Sommaire

  • Définitions du mot agogique
  • Étymologie de « agogique »
  • Phonétique de « agogique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « agogique »
  • Citations contenant le mot « agogique »
  • Traductions du mot « agogique »

Définitions du mot agogique

Trésor de la Langue Française informatisé

AGOGIQUE, subst. fém. et adj.

MUSIQUE
I.− Subst. fém. Légères modifications de rythme dans l'interprétation d'un morceau de musique, par opposition à une exécution exacte et mécanique :
1. On appelle plus particulièrement : Agogique, le procédé expressif du Rythme... V. d'Indy, Cours de composition musicale,1897-1900, p. 124.
2. On appelle agogique les modifications apportées au mouvement rythmique : la précipitation, le ralentissement, les interruptions régulières ou irrégulières. G. Dumas, Traité de psychologie,t. 1, 1923, p. 305.
P. anal. Dans d'autres formes d'art, en particulier au cinéma :
3. J'emploie ici le mot usuel mais fautif ou vague de rythme. Le terme technique des esthéticiens est celui d'agogique. L'agogique, c'est cette rapidité apparente des événements (...) laquelle est bien distincte, d'une part, du rythme proprement dit (organisation morphologique de la durée), d'autre part, de la succession réellement plus ou moins rapide des données de l'action. E. Souriau, Nature et limite des contributions positives de l'Esthétique à la Filmologie, Revue internationale de filmologie,no1, juill.-août 1947, p. 53.
II.− Adj. Qui modifie passagèrement le temps, soit en l'accélérant, soit en le ralentissant :
4. ... au début de l'Allegro [de la Sonate III] (...) les deux violons (...) prolongent leurs traits en créant (...) une atmosphère tout animée de poussées agogiques. L. de La Laurencie, L'École française de violon,1922, p. 33.
5. ... le léger rallentendo qui l'atteint [le temps composé de l'exemple] est de nature purement agogique. A. Mocquereau, Le Nombre musical grégorien,t. 2, 1927, p. 447.
Au fig., rare. Trompeur (p. all. aux modifications de rythme en cours d'exécution) :
6. Tout se passe comme si l'homme moderne découvrait le machiavélisme latent du platonisme : il retient pour lui-même la réfutation de l'hédonisme, mais il la cache aux autres, il refuse aux autres une vérité qu'il se réserve. Il mesure d'abord l'amphibolie dialectique d'une apparence qui à la fois guide et induit en erreur, qui est agogique et qui fourvoie; il a ensuite appris à connaître ce dont l'optimisme intellectualiste s'était pudiquement détourné : la crédulité lamentable, l'incurable naïveté, la frivolité incorrigible de la créature. V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 13.
Étymol. ET HIST. − 1. 1897-1900 subst. fém. mus. agogique, V. d'Indy, Livre I, p. 124, supra; 1908 id. (P. Lalo, Esquisse d'une esthétique musicale sc., p. 300 : L'« agogique », fondée sur les nuances de l'intensité relative, ne peut guère s'étudier que dans les œuvres modernes); 2. 1897-1900 adj. mus. id. « qui a rapport à l'agogie » (V. d'Indy, Cours de composition musicale, Livre I, p. 168 : C'est une pièce [le motet ,,Hodie Christus natus est``] présentant de nombreux contours agogiques). 1 empr. à l'all. mod. Agogik « légères modifications de rythme dans l'interprétation d'un morceau de musique par opposition à une exécution exacte et mécanique », 1884 (E. Thiel, Sachwörterbuch der Musik, Kröners Taschenausgabe Bd 210, 1962 : Riemann, Musikal. Dynamik u. A[gogik]). Le concept a été créé en 1884 par le musicologue all. Hugo Riemann qui a formé ce mot à partir du lat. agogē (du gr. α ̓ γ ω γ η ́ « mouvement musical »), attesté au sens de « suite de sons » dep. le ive-ves. apr. J.-C. (Martianus Capella, 9, 958 ds TLL s.v., 1410, 80 : nunc maxime diatono utimur. Sed horum alia modulamur per agogen, alia per plocen. Per agogen est cum per ordinem sonus sequitur, ploce autem dicitur cum diversa sociamus). À rapprocher de ce sens celui du fr. agogé 1838 (Ac. Compl. 1842 : Agogé s. f. [...] Mot emprunté du grec, par lequel les anciens indiquaient la forme mélodique, relativement à la succession des sons ascendants et descendants); 2 est le fr. 1 senti et empl. comme adj. Il existe un rapp. analogue entre l'adj. fr. esthétique* et le subst. fr. esthétique*, lui-même empr. à l'all.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Thiel (E.). Sachwörterbuch der Musik. Stuttgart, 1962, p. 6 (Kröners Taschenausgabe. 210.).

Wiktionnaire

Nom commun

agogique \a.ɡɔ.ʒik\ féminin

  1. (Musique) Légères modifications de rythme ou de tempo dans l’interprétation d’un morceau de musique de manière transitoire, en opposition à une exécution exacte et mécanique.
    • L’oreille, en effet, n'est pas seulement susceptible de maîtriser la variété des hauteurs sonores, celle des timbres ou celle des intensités ; elle apprécie de même les nuances multiples de la durée sonore, l’agogique et la dynamique. — (Éric Emery, Temps et musique, 1998)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « agogique »

Emprunt de l’allemand Agogik proposé en 1884 par Hugo Riemann.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « agogique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
agogique agɔʒik

Évolution historique de l’usage du mot « agogique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « agogique »

  • Le terme est bien choisi : agogique vient de Agogé, qui en grec veut dire ”conduite” ou “mouvement musical”. Et le temps, c‘est du mouvement.. France Musique, Temps (3/4) : Percevoir le temps
  • Si la maîtrise de l’agogique paraît totale dans l’exécution de l’ultime sonate pour piano de Franz Schubert – les phrases ne sont pas coupées, en gardant leur plasticité et la respiration –, nous avons l’impression d’avoir affaire à un jeu entièrement soumis à une conception exagérément analytique, révélant l’obsession du détail et le soin de la transparence des textures. L’expressivité d’Evgeni Bozhanov procure une sorte de théâtralité pour laquelle il ne cherche pas le spectaculaire et se refuse, dans le premier mouvement de l’œuvre, à produire la tension dramatique inhérente à cette partition. En conséquence, nous n’y trouvons pas un fortissimo profond dans les climax. Une large palette des nuances piano nous dévoile, en revanche, des subtilités harmoniques de l’écriture schubertienne souvent inaudibles. , Evgeni Bozhanov aussi fascinant qu’irritant dans Strauss, Brahms et Schubert « À Emporter « ResMusica

Traductions du mot « agogique »

Langue Traduction
Anglais agogic
Italien pedagogica
Source : Google Translate API
Partager