La langue française

Acméisme

Définitions du mot « acméisme »

Wiktionnaire

Nom commun

acméisme \ak.me.ism\ masculin

  1. (Poésie) Mouvement poétique russe qui a connu son heure de gloire au début des années 1910 sous la direction de Nikolaï Goumilev et Sergueï Gorodetsky.
    • Dans l’acméisme aussi la tâche essentielle de la poétique a été altérée par les intérêts du mouvement et une idéologie de groupe bornée. — (Pavel Nikolaevič Medvedev, Bénédicte Vauthier, Roger Comtet, La Méthode formelle en littérature : introduction à une poétique sociologique, 2008)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « acméisme »

Composé d’acmé avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « acméisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acméisme akmeism

Évolution historique de l’usage du mot « acméisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « acméisme »

  • A cause de l’interdiction décrétée par les pouvoirs staliniens, nombre de ses poèmes ont disparu. Certains ont été appris puis restranscrits de mémoire par ses amis ou ses admirateurs. D’autres ont été racontés, et il ne reste plus que le sentiment de ce que les mots exprimaient. Sa pièce de théâtre « Prologue » en est un exemple. Brûlée, détruite entièrement, elle a été racontée par son amie Nadejda Mandelstam, épouse d’un des fondateurs de l’acméisme. La pièce débutait par la descente d’une échelle de l’héroïne en chemise de nuit car elle n’avait pas eu le temps de s’habiller pour se présenter devant le tribunal où elle a été convoquée… , Anna Akhmatova : victime du pouvoir stalinien, la poétesse russe renaît
  • Dès 1912, Mandelstam créa, en compagnie d’Anna Akhmatova, un mouvement en rupture avec le symbolisme russe dominant : l’acméisme. Le mot tire son origine du grec acmé qui signifie « pointe, comble, apogée ». Toute une génération de poètes, constatant l’échec du symbolisme dans sa tentative de connaître l’inconnaissable et pour réagir à ses visions vagues, prôna un retour à la représentation concrète des choses. Mandelstam en particulier entendait substituer aux aqueuses évanescences des symbolistes la concrétude et la structuration cézannienne. , Ossip Mandelstam, martyr de la poésie | NPA
  • Le poème dont Sophie Benech examine des traductions différentes est un poème de 1945 sur la mémoire et le souvenir de la grande poétesse russe Anna Akhmatova. Cette dernière, née à la fin des années 1880, connaît la gloire dès les années 1910, et incarne le mouvement poétique de l’acméisme (mouvement russe du début du XXe siècle qui dénonça les excès du symbolisme et aspire à une osmose entre la terre et l'être humain). À partir de 1917, la vie d’Akhmatova est triste et, à de nombreuses reprises, endeuillée: ses proches sont tués ou envoyés en camps, elle vit dans la misère et est réduite au silence. Comme ailleurs chez Akhmatova, le monde intérieur et le monde extérieur, dans le poème dont Benech examine les traductions, entrent en résonance et le cadre joue un rôle aussi important que les émotions décrites. Et les détails concrets servent de vecteurs d’une idée ou d’une sensation –la traductrice rappelle à titre d’art poétique ce qu’écrit Akhmatova «Si vous saviez de quels débris se nourrit / Et pousse la poésie, sans la moindre honte, / Comme les pissenlits jaunes». Cela se manifeste dans le difficilement traduisible jeu sur les divers registres de la langue, alternant expressions triviales et vers solennels. Slate.fr, En traduction de poèmes, une faute de rythme est plus grave qu’un faux-sens | Slate.fr
  • « Pourquoi se battre en duel si ce n’est pour les femmes et les poésies », avait coutume de dire le poète Nikolaï Goumilev. C’est le cas de son combat contre Maximilian Volochine : les deux poètes russes de l’Âge d’argent se sont battus pour une femme qui écrivait des vers. Lilia Dmitrieva repoussa Goumilev qui se permit alors des déclarations désobligeantes à son encontre. Volochine défendit l’honneur de la dame en donnant une gifle au représentant du mouvement de l’acméisme. Le duel fut organisé à la mode du décadentisme : les deux hommes s’affrontèrent à la rivière Tchornaya et utilisèrent des pistolets de l’époque de Pouchkine. Se rendant sur les lieux, Volochine perdit un de ses caoutchoucs et déclara qu’il ne bougerait pas tant que celui-ci n’aura pas été retrouvé. Le caoutchouc fut retrouvé, Goumilev tira le premier et manqua sa cible. Le pistolet de Volochine se grippa à deux reprises. Les poètes ne se réconcilièrent que douze ans plus tard. Maximilian Volochine se vit affubler après ce duel le surnom de Vax Kalochine (« kalocha » signifiant caoutchouc en russe). , Cinq duels qui ont marqué la littérature russe - Russia Beyond FR

Traductions du mot « acméisme »

Langue Traduction
Anglais acmeism
Espagnol acmeismo
Italien acmeism
Allemand akmeismus
Chinois 调教
Arabe ذروة
Portugais acmeism
Russe акмеизм
Japonais アクミズム
Basque acmeism
Corse acmeisimu
Source : Google Translate API

Acméisme

Retour au sommaire ➦

Partager