La langue française

Achéménide

Sommaire

  • Définitions du mot achéménide
  • Étymologie de « achéménide »
  • Phonétique de « achéménide »
  • Évolution historique de l’usage du mot « achéménide »
  • Citations contenant le mot « achéménide »
  • Images d'illustration du mot « achéménide »
  • Traductions du mot « achéménide »

Définitions du mot achéménide

Trésor de la Langue Française informatisé

ACHÉMÉNIDE, adj.

HIST. ANTIQUE. Relatif aux Achéménides (cf. étymol.) :
1. Fortes impossibilités (...), bonhomie douce (...), grosse naïveté (...), tout cela noyé dans une atmosphère achéménide, sassanide, bagdanéenne (...), faisait un joli cadre aux fabliaux par lesquels Israël vieilli justifiait la loi commune que toute littérature finit par le roman. E. Renan, Histoire du peuple d'Israël,t. 4, 1887-1892, p. 181.
2. Le vaste empire achéménide tomba comme une illusion; la force grecque fut portée jusqu'en Bactriane... E. Renan, Histoire du peuple d'Israël,t. 4, 1887-1892p. 195.
Prononc. ET ORTH. : [akemenid]. − Rem. Lar. encyclop. et Lar. 3 à côté de achéménide adj., donnent une vedette achéménides subst. masc. plur.; Quillet 1965 ne retient que le subst. masc. plur.
Étymol. ET HIST. − 1752 subst. hist. anc. « descendant d'Achéménès » (Trév. : Achémenide, s. m. et plus souvent au pl. Achoemenides... C'est un nom Patronymique, qui signifie, un homme descendu d'Achoemenes...; homme de la famille royale de ces anciens Perses. Pline et Solin ont prétendu que c'étoit un nom de peuple. Ils se sont trompés; c'est un nom de famille. Xerxès dit dans Hérodote, livr. VII, chap. II qu'il est fils de Darius, fils d'Hystaspe, fils d'Arsames, fils d'Ariamnes, fils de Theispes Cyrus, fils de Cambyse, fils d'Achoemenes. C'est de-là qu'on appelle les Rois Perses Achoemenidas, ainsi que le dit Hérodote, livr. I. c. CXXV). Empr. au gr. Α χ α ι μ ε ν ι ́ δ η ς « fils ou descendant d'Akhaeménès »; plur. ο ι ̔ Α χ α ι μ ε ν ι ́ δ α ι, les Akhaeménides (Achéménides), fam. royale de Perse (Hérodote, Strabon ds Bailly).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Ville 1967.

Wiktionnaire

Adjectif

achéménide \a.ke.me.nid\[1]

  1. Qui concerne la dynastie fondatrice de l’ancien empire perse dit « Empire achéménide ».
    • L’Empire achéménide est le premier des Empires perses à régner sur une grande partie du Moyen-Orient.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ACHÉMÉNIDE (a-ké-mé-ni-d') adj.
  • Terme d'antiquité. Qui est relatif à la dynastie perse dont Achéménès fut le fondateur. Les monarques achéménides.

    S. m. Les Achéménides, les membres de cette famille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « achéménide »

Du vieux-perse Hakhāmanishiya.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « achéménide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
achéménide aʃemenid

Évolution historique de l’usage du mot « achéménide »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « achéménide »

  • Ayant conservé une certaine inclination pour le nomadisme, les dynastes persans aimaient changer de résidence au gré des saisons. Les souverains achéménides séjournaient à Suse en hiver et à Ecbatane en été, n’accordant à Persépolis qu’un rôle symbolique de capitale. D’origine turcomongole, le grand Tamerlan lui-même (le fondateur de la dynastie timouride, au XIVe siècle) goûtait peu les palais, leur préférant la quiétude des pavillons ou le caractère éphémère des campements improvisés dans de vertes prairies. Dans sa ville de Samarcande, le souverain aimait ainsi « nomadiser » au gré de ses nombreux jardins pour y donner des fêtes dont la somptuosité et le faste enflammèrent les récits des voyageurs européens. Sous la plume de Ruy Gonzalez de Clavijo, un gentilhomme castillan envoyé en ambassade auprès de Tamerlan en 1404, tout n’est ainsi que débauche de nourriture et étalage de luxe. Des serviteurs se relaient sans cesse pour satisfaire les besoins des convives en viandes de mouton et de cheval, en verres de vin et en fruits (melons, raisins, pêches) qui poussent à profusion dans cette vallée fertile. Des musiciens et des jeux égaient ces banquets pantagruéliques, dont les femmes ne semblent guère exclues. Les festivités se poursuivent tard dans la nuit, jusqu’à l’épuisement des sens… Connaissance des Arts, Jardins d'Orient : quand les princes fleurissaient le désert | Connaissance des Arts
  • Dans quelle mesure l’empire achéménide fut-il “une expérience politique unique” ? Comment l’Iran apparaît, déjà, comme un espace au carrefour des cultures et des peuples ? France Culture, L'histoire de l'Iran par le prisme persan
  • Les Sassanides, qui régnèrent de 224 à 651, furent les premiers à appeler leur pays Eranshahr, « l’empire des Aryens », en se réclamant de l’héritage des Grands Rois perses achéménides. Au début du IIIe siècle, une riche famille du Fars profite de sa puissance financière pour s’allier à la noblesse perse des environs de la ville d’Istakhr, près de Persépolis.  National Geographic, L'empire sassanide : l'ultime éclat de la Perse antique | National Geographic
  • La conquête de l'empire achéménide par Alexandre le Grand débouche sur le mariage inattendu des cultures grecque et perse. Il se solde par le fractionnement de l'Orient entre différents royaumes mi-grecs mi-orientaux, autrement dit hellénistiques. , 2500 ans d'Histoire - De la Perse à l'Iran - Herodote.net
  • Zoroastre mettait en avant sa théologie et non sa personne. Il n'est donc pas anormal que les rois achéménides se revendiquent de Ahura Mazda et non de son Prophète. « Si les rois achéménides ne sont pas zoroastriens, il faut reconnaître que la théologie qui se développe à Béhistun et dans toutes les inscriptions des premiers représentants de la dynastie est de même niveau que celle des Gâthâs. » (8) AgoraVox, Zoroastre et les Achéménides - AgoraVox le média citoyen
  • Originaires des ruines de Persépolis, capitale de l'Empire perse achéménide (VIe-IVe siècle av. JC) dans le sud de l'Iran, ces oeuvres appartiennent à un lot de 1.783 tablettes ou pièces de tablettes d'argile restituées lundi par l'Institut oriental de l'Université de Chicago.  LExpress.fr, Iran: 300 tablettes antiques exposées après leur retour des Etats-Unis - L'Express
  • Dans les faits, le nouveau roi s’emploie à perpétrer l’œuvre de Darius… et à se venger des Grecs : durant ses vingt et un ans de règne, il s’efforce de concrétiser les projets expansionnistes inachevés de son père en Méditerranée. Et surtout, il défend les acquis de l’Empire. Dès 485-484, il part pour l’Egypte réprimer les révoltes. Le calme rétabli, Xerxès Ier confie le pays à son frère, Achéménès, nommé satrape. Il peut alors préparer son offensive vers l’Europe : quatre ans durant, il lève une armée de 60 000 hommes, réquisitionnés à travers l’Empire. En 480, l’imposante armée franchit le détroit des Dardanelles sur un pont de bateaux accolés (comme son père l’avait fait avant lui), gagne l’Europe, traverse la Thrace méridionale, la Macédoine et la Grèce du Nord, jusqu’à s’emparer de l’Acropole d’Athènes. Là, Xerxès Ier ordonne la destruction des sanctuaires et la déportation des statues votives, se forgeant une réputation de monarque irrespectueux des religions locales. Au terme de cette deuxième guerre médique, si Darius semble vengé, la victoire s’avère éphémère. Sous la houlette d’Athènes et Sparte, des cités grecques se sont unies dans une alliance militaire pour contrer les Perses, dont l’armée subit trois défaites successives : en mer, dans la baie de Salamine, à l’automne 480, puis, à l’été 479, sur terre, à Platées en Grèce, et enfin, au cap Mycale, en Asie Mineure. Pis, en 478, menés par Athènes, les Grecs renforcent leur alliance en créant la ligue de Délos et poursuivent leurs offensives, libérant des cités de Chypre. Lorsqu’il meurt assassiné en 465, Xerxès laisse un Empire encore solide en dépit du renforcement de la puissance d’Athènes et de la perte des îles et des cités du littoral d’Asie Mineure gagnées à la ligue de Délos. «Les guerres médiques ne rendent pas la fin de l’Empire inéluctable. Celui-ci est parfaitement organisé, et dispose de revenus considérables et d’une marine puissante. Contrairement au mythe de la déchéance de l’Empire, celui-ci vit normalement jusqu’à ce que Darius III soit battu par Alexandre, dans les années 330. Après Xerxès, toutefois, les Achéménides ne s’engagent plus dans de grandes expéditions. Ils veulent maintenir l’Empire à la dimension que lui a donné Darius Ier», explique Pierre Briant. Une page se tourne. Après Xerxès, huit rois achéménides vont se succéder. Mais les rêves de grandeur se sont envolés. Le premier empire à vocation universelle n’aura pas lieu. Geo.fr, Cyrus, Darius, Xerxès : trois rois pour une Perse rayonnante - Geo.fr
  • Une inscription trilingue inédite d’époque achéménide vient d’être découverte en Iran, à proximité du tombeau de Darius, roi des Perses. Sciences et Avenir, Une inscription inconnue près du tombeau de Darius - Sciences et Avenir
  • Dynastie responsable de l’essor de la Perse. La chute de l’Empire achéménide (550-330 av. J.-C.) est causée par la conquête d’Alexandre le Grand. Geo.fr, Les clés du monde perse - Geo.fr

Images d'illustration du mot « achéménide »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « achéménide »

Langue Traduction
Anglais achaemenid
Espagnol aqueménida
Italien achemenide
Source : Google Translate API
Partager