La langue française

Accravanter

Sommaire

  • Définitions du mot accravanter
  • Phonétique de « accravanter »
  • Traductions du mot « accravanter »
  • Synonymes de « accravanter »

Définitions du mot « accravanter »

Trésor de la Langue Française informatisé

AC(C)RAVANTER,(ACRAVANTER, ACCRAVANTER) verbe neutre et pronom.

1. Région. Ployer sous un fardeau.
2. Fig., vx. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] S'écraser, s'écrouler :
Depuis Locke, Malebranche, Condillac, combien de rêvasseries contradictoires abandonnées! Les chaires d'Édimbourg n'ont pas été plus stables; l'Allemagne voit acravanter successivement ces philosophies prétendues supérieures; ... F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 619.
Rem. 1. Chateaubriand emploie volontiers des arch., ou le cas échéant des régionalismes; le terme reste vivant dans certains patois du Nord-Ouest (Normandie, etc., cf. FEW t. 2, 2, s.v. crepantare). La constr. de ac(c)ravanter derrière le verbe voir ne permet pas de se rendre compte si pour Chateaubriand le verbe est à la forme neutre ou pronom. 2. C.-M. Gattel, Nouveau dict. portatif de la langue française, 1797, donne, avec l'indication vx, un emploi actif, au sens d'« accabler, écraser ».
Prononc. ET ORTH. − Dernière transcription ds DG : à-krà-van-té, s.v. acravanter avec un seul c. (Pour le redoublement de c, cf. accabler).
Étymol. ET HIST. I.− Sens propre. − 1. « renverser, jeter à terre ». a) 1100 qqc. (Roland, 1955, éd. Bédier : Fiert Marganices sur l'elme a or, agut, E flurs e cristaus en acraventet jus); 1160-82 « renverser, abattre (un mur) » (Wace, Roman de Rou, I, 726 ds Keller, Étude descriptive du vocab. de Wace, 284 a : Murs e mustiers acravanterent). − 1842 (Ac. Compl. : accravanter, v. lang., éventrer); b) 1100 qqn (Roland, 3923, éd. Bédier : Deus le guarit, que mort ne l'acraventet). − 1550 Ronsard, Odes, II, 14 ds Hug. : Le Ciel ne devoit par Pardonner à si lasche teste, Ains il devoit de sa tempeste L'acravanter à bas); 2. a) 1411 « écraser, briser (qqc.) » (Juv. des Urs., Hist. de Charles VI, Michaud ds Gdf. : Luy fendirent et accravanterent toute la teste en divers lieux, et tant que la teste en cheut presque toute en la boue). − 1615 (Aubigné, Tragiques, I (IV, 55) ds Hug. : Celuy qui d'un canon foudroiant extermine Le rempart ennemi, sans brasser sa ruine, Ruine ce qu'il hait, mais un mesme danger Accravante le chef de l'aveugle estranger, Grattant par le dedans le vengeur edifice, Qui fait de son meurtrier en mourant sacrifice); b) 1559 « frapper violemment (qqn, qqc.) » (Grevin, La Tresorière, IV, 4, ibid. : Tousjours le Tresorier jaloux Nous acravantera de coups). − 1654 (Cyrano, Pédant joué, III, 2 ds DG : Coupeau (Colline) acravanté d'orages); c) 1568 « écraser sous le poids » (R. Garnier, Porcie, 256 ds Hug. : Las! voudriez-vous bien voir vos sepulcres cavez, De nostre humide sang incessament lavez : Et vos corps inhumez dans leurs urnes fatales, Accravantez du poix de nos charongnes palles...?). − 1771 (Trév. : accravanter : écraser, accabler sous un poids excessif... Cet homme a été accravanté sous les ruines de sa maison. Ce mot est vieux). II.− Sens fig. − a) 1160 « briser, abaisser (obj. inanimé abstr.) » (Wace, Roman de Rou, II, 2788 ds Keller, op. cit., 126b : A garder sei de hunte metra il grant entente, Dolenz ert, se l'orguil Loewis n'acravente); 1848 repris par Chateaubriand sous forme intrans., sup.; b) 1554 « accabler qqn sous le poids de la tristesse, de la fatigue » (Tahureau, Poesies, Odes, 6 ds Hug. : Si ne seront point ces peines Egales au dur ennuy Qui par traces inhumaines Me rentraisne avecques luy, Et qui d'un faix insconstant Me va tout accravantant). − 1771 (Trév. : accravanté, part... accablé de fatigue). Dér. de l'a. fr. cravanter*, de même sens; préf. a-1*; grande vitalité au xvies., sorti de l'usage au début du xviies. (Dub.-Lag. 1960) comme l'atteste son absence de la lang. class.; signalé comme vieux dans lexicogr. à partir d'Ac. 1694; subsiste dans dial. et spéc. en picard (acravanter « apesantir, fatiguer » Jouanc. t. 1 1966, id. « fatiguer » Corblet 1851) et en norm. « renverser, accabler » Moisy 1885. Forme agraventer (dep. 1174, G. de Pont Ste Maxence) par croisement avec a. fr. agrever « rendre plus pesant, accabler ».
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Pamart (P.). Mots de Chateaubriand. Vie Lang. 1969, no211, p. 566.

Wiktionnaire

Verbe

accravanter \a.kʁa.vɑ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Archaïsme) Accabler, écraser.
    • Partant la peste recommença à accravanter (b) les Tournesiens idolâtres, de telle sorte qu’ils abandonnoient leurs maisons, et s’en alloient cacher. — (Jean Cousin, Histoire de Tournay, Imprimerie de Malo et Levasseur, Tournay, 1868 (édition originale : 1620))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « accravanter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accravanter akkravɑ̃te

Traductions du mot « accravanter »

Langue Traduction
Anglais exacerbate
Espagnol exacerbar
Italien esacerbare
Allemand verschärfen
Chinois 加剧
Arabe تفاقم
Portugais exacerbar
Russe усугубить
Japonais 悪化させる
Basque areagotu
Corse sfascià
Source : Google Translate API

Synonymes de « accravanter »

Source : synonymes de accravanter sur lebonsynonyme.fr
Partager