Acagnarder : définition de acagnarder


Acagnarder : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ACAGNARDER, verbe trans.

A.− Emploi trans., pop., rare. [Le compl. est un n. de pers.]
1. Rendre cagnard, c.-à-d. paresseux comme un chien.
2. P. ext. Accoutumer qqn à une vie oisive ou libertine.
B.− Emploi pronom. [Gén. suivi d'un compl. de lieu introd. par dans, à, sur, chez, plus rarement sous ou contre]
1. S'installer de manière à mener une vie paresseuse. Synon. cagnarder, fainéanter :
1. − À la bonne heure! Voilà comme j'aime à vous voir! Evohé! Vive la jeunesse! cria Marius, lançant en l'air son chapeau et le rattrapant au vol, − et dire qu'à cette heure il y a des gens chauves, des bourgeois rhumatisants, qui s'acagnardent dans leur lit et calomnient la rosée du matin! Stupides vieillards! A. Theuriet, Le Mariage de Gérard,1875, p. 92.
2. Il s'acagnardait maintenant chez eux, lutinait Irma, la belle-sœur de son ami, une petite folle qui chantait à tue-tête, gaminait ou cousait, le taquinait sur son air chagrin, était, quelque temps qu'il fît, d'humeur également réjouie. J.-K. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 285.
3. Il s'acagnarda dans ce Londres fictif, heureux d'être à l'abri, écoutant naviguer sur la Tamise les remorqueurs qui poussaient de sinistres hurlements, derrière les tuileries, près du pont. J.-K. Huysmans, À rebours,1884, p. 177.
4. Il rentra, au plus vite, ses bras dans le lit, s'acagnarda sous ses couvertures. J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 117.
5. Aussi vivait-il seul, à l'écart, dans ses livres, mais la solitude qu'il supportait bravement quand il était occupé, quand il préparait un livre, lui devenait intolérable lorsqu'il était oisif. Il s'acagnardait des après-midi dans un fauteuil, s'essorait dans des songes... J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 36.
6. Et il fut pris par le charme de cette église, par son silence, par l'ombre qui tombait dans l'abside, du haut de ses palmiers de pierre, et il finit par s'anonchalir, par s'acagnarder sur une chaise, par n'avoir plus qu'un désir, celui de ne pas rentrer dans la vie de la rue, de ne pas sortir de son refuge, de ne plus bouger. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895p. 256.
7. « Soumis, toujours content quand il pouvait en pantoufles s'acagnarder au logis, c'était lui qui époussetait les meubles, nettoyait les lampes et vidait les eaux dans les plombs ». (Camille Lemonnier). France1907.
Région. 1. S'acagnarder au coin du feu :
8. Il s'acagnarde au coin du feu. Cette expression est familière... E. Molard, Le Mauvais langage corrigé,1810, p. 6.
Région. 2. S'acagnardir.Mêmes sens que (s')acagnarder (Anjou, Berry) :
9. Acagnardir, s'acagnardir. S'accoutumer à mener une vie paresseuse; dites, s'acagnarder. (Il s'acagnarde au coin du feu)... E. Molard, Le Mauvais langage corrigé,1810, p. 6.
2. Au fig. :
10. On s'acagnarde dans ses propres habitudes, et l'on désapprend le libre jeu de sa propre vie. Pour maintenir sa souplesse, il faut l'exercer; pour dépendre moins des choses, il faut modifier souvent son milieu, et désarticuler son calendrier. H.-F. Amiel, Journal intime,30 mars 1866, p. 203.
Stylistique − Relevant d'abord du vocab. théol. et moral (cf. étymol. et hist.), puis poét. (Ronsard), acagnarder glisse rapidement vers la lang. pop. et fam. S'il contient, surtout au xviies. et au xviiies., les not. de paresse et de débauche (souvent synon. de (s') acoquiner : s'acagnarder au cabaret, la mauvaise compagnie l'a acagnardé, etc.), il retrouve à l'époque mod. un sens moins vulg. : s'acagnarder auprès du feu, dans un fauteuil, auprès d'une femme, « mener une vie oisive et casanière, se confiner dans un coin » (cf. ex. 1 et 4). Il est remarquable que l'adj. ait pu prendre le sens, stylistiquement plus neutre, de appuyé, acculé, accoté (cf. ex. 5). Acagnarder connaît une certaine vitalité. Un écrivain comme Huysmans, qui cultive l'esthétique du mot rare et parfois déconcertant, l'emploie volontiers (cf. ex. 2, 3, 4, 6, 5). Néanmoins, tant dans la lang. écrite que parlée, il reste très rare et présente le plus souvent une coloration dépréc., surtout en raison de son suff. à nuance péj. L'emploi trans. paraît actuell. inusité.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [akaɳaʀde]. 2. Dér. et composés : cf. cagnarder. 3. Hist. − Le mot apparaît sous sa forme actuelle au xvies. (cf. étymol.) et il est attesté régulièrement sous cette forme à partir d'Ac. 1762. De Nicot 1606 à Trév. 1752, le mot est noté avec redoublement de c. Trév. 1771, tout en maintenant la forme accagnarder en vedette, précise : ,,Il vaudrait mieux écrire acagnarder``. Au xvies., on relève les var. graph. suiv. : accaignarder (cf. ex. de Calvin, ds hug.), acangnarder (ibid.), acanihardis (cf. étymol.), ign, ngn et nih étant des graph. pour noter le n mouillé (cf. aussi la graph. anhiao pour agneau chez Meigret, citée d'apr. Thurot Prononc. t. 2 1883, p. 346). Pour les différentes graph. de [ɳ] et leur prononc., cf. Thurot Prononc. t. 2, pp. 345-353. Cf. aussi Bourc.-Bourc. 1967, § 199. Acagnarder, écrit avec un seul c, constitue une exception parmi les mots commençant par ac(c)- (cf. a-1).
Étymol. ET HIST. I.− Acagnarder. 1. av. 1564 trans. « accoutumer à la paresse, à l'inaction » (Calvin, Lettres, 3150 ds Hug. : Il n'y a rien au monde qui acangnarde plus les gens que les jeux, voire jusques à tenir leurs sens captifz, comme une espece de sorcellerie); 2. av. 1564 pronom. « s'accoutumer à la paresse, à l'inaction » (Calvin, Serm. sur le liv. de Job, 20 (XXXIII, 253) ds Hug. : Voila un homme que s'il se vouloit advancer, il est assez sage, mais il est trop nonchalant, il ne demande qu'à s'accaignarder là sans se mettre au hazard). II.− S'acagnarder pronom. 1592 « s'amollir, s'accoutumer à la paresse, à l'inaction » (Monluc, Comment. L. VI (III, 142) ds Hug. : Ces Gaulois s'estoient tant acanihardis après les femmes et les richesses qu'ilz avoient gaignées, qu'ilz entrarent en peur et n'ausoient sortir de la ville). Sens I : la dér. de acagnarder semble plus vraisemblable à partir de cagnard adj. qu'à partir de cagnard subst. (FEW t. 2, 1, p. 187a), d'une part du point de vue sém. le rapport étant plus immédiat entre les 2 mots, d'autre part du point de vue géogr. acagnarder et cagnard adj. étant tous deux du fr. du nord; cependant en fr. mod. acagnarder reflète à la fois le sémantisme de l'adj. et celui du subst.; préf. a-*, suff. -er*. Sens II : terme dial., attesté pour l'ensemble de l'aire gallo-rom. (FEW t. 2, 1, p. 186b), dér. de cagnard adj.; préf. a-*, suff. -ir*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 7.
BBG. − Gamillscheg (E.). Französische Etymologien. Z. rom. Philol. 1920, t. 40, no2, p. 152, 153 [Cr. Roques (M.). Romania. 1921, t. 47, p. 618-620]. − Rheims 1969.

Acagnarder : définition du Wiktionnaire

Verbe

acagnarder \a.ka.ɲaʁ.de\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’acagnarder)

  1. (Familier) (Désuet) Accoutumer quelqu’un à mener une vie obscure et fainéante, rendre mou, lâche.
    • La mauvaise vie l'a acagnardé.
    • S’acagnarder dans sa terre.
    • S’acagnarder auprès d’une femme, auprès du feu, dans un fauteuil.
  2. (Désuet) Rester oisif.
    • Le terrain qui montait derrière eux leur cachait la grange et la maison, et ils étaient là, tous trois, acagnardés dans ce paisible petit creux en marge du monde et du temps, qu'emplissait la fraîche et limpide haleine de la source, où du soleil filtrait à travers les sureaux et les saules comme les gouttes d'un vin chichement répandu. — (William Faulkner, Sartoris, trad. René-Noël Raimbault & Henri Delgove, éd. Gallimard, 1937, rééd. Folio, p. 178)
    • Bien acagnardé contre le zinc à pampres de son estaminet de prédilection, Antonin lantiponait à foison parmi des norias de pieds nickelés en mouillage. Il retrouvait en ces lieux surchauffés des gens de toutes conditions, de toutes extractions […]. — (Patrice Delbourg, Faire Charlemagne, Éditions du Cherche Midi, 2016)
  3. (Désuet) (Pronominal) Paresser.
    • Il les lui exposait d’habitude assis au pied du lit où elle s’acagnardait délicieusement, mi-nue, dans sa chemise trop courte. — (Albert t’Serstevens, Un apostolat, Motifs, 2018 [1919], page 212.)
    • Il rentra, au plus vite, ses bras dans le lit, s’acagnarda sous ses couvertures — (Joris-Karl Huysmans, Là-bas, 1891)
  4. (Pronominal) Mener une vie obscure et fainéante.
    • Elle s’acagnardait auprès de la cuisinière à bois, accoudée au vieux bureau, à portée de ses éternels torchons & autres maniques. — (Lionel Labosse, M&mnoux, Publibook, 2018, p. 476).
    • Ma marraine, après ses deuils, devint étrange s’acagnarda, refusa de remettre le pied dans Paris, disant que si l’on voulait jouir de sa présence, la Seine au pont de Saint-Cloud n’était pas la mer à passer. — (Philippe Hériat, Famille Boussardel, 1944)
    • Les temps ont, en effet, bien changé puisqu'il n'est plus de bon ton de s’acagnarder comme autrefois. — (Michel De Coster, Bernadette Bawin-Legros, Marc Poncelet, Introduction à la sociologie, 2005)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Acagnarder : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACAGNARDER. v. tr.
Accoutumer quelqu'un à mener une vie obscure et fainéante. La mauvaise compagnie l'a acagnardé. S'acagnarder dans sa terre. S'acagnarder auprès d'une femme, auprès du feu, dans un fauteuil. Il est familier.

Acagnarder : définition du Littré (1872-1877)

ACAGNARDER (a-ka-gnar-dé) v. a.
  • 1Rendre cagnard. La mauvaise compagnie l'a acagnardé, Acad.
  • 2S'acagnarder, v. réfl. Devenir cagnard. S'acagnarder dans un fauteuil. Ces enfants se sont acagnardés au coin du feu.

    Loc. vicieuse : acagnardir ou s'acagnardir. Ce verbe est de la conjugaison en er.

HISTORIQUE

XVIe s. Je ne me peux contenter de moi mesme, me voyant ici oisif, acagnardé à un foyer, Yver, 563. Vous avez secouru des personnes qui estoient dans les rues ou accagnardées près du feu ; je vous demande l'aumosne pour des gens qui servent nuit et jour, Henri IV, Lettres.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « acagnarder »

Étymologie de acagnarder - Littré

À et cagnard ; Genevois, s'acagnardir et aussi s'acagner, se blottir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de acagnarder - Wiktionnaire

Verbe dérivé de cagnarder avec le préfixe a-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « acagnarder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acagnarder akaɲarde play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « acagnarder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « acagnarder »

  • Au 19e siècle, "déprier", c'était retirer une invitation. Un "claquedent" était un gueux, un misérable. Et "s'acagnarder", c'était mener une vie obscure et fainéante. Depuis la première édition du Larousse il y a 160 ans, près de 4 000 mots ont été sortis des colonnes, quand 24 000 y sont entrés. Tous ces mots disparus revivent aujourd'hui dans ce petit ouvrage. Pierre Larousse consignait les mots de son temps. Son credo : une langue populaire en mouvement. "Un mot ne meurt pas, il s'endort dans le patrimoine de la langue. C'est à nous de reprendre cette langue et de la rendre vivante", explique le linguiste Bernard Cerquiglini. C'est donc ici que prend fin ma "parlerie", en espérant qu'elle vous a été "croustilleuse". Franceinfo, Langue française : les mots disparus refont surface dans un dictionnaire collector
  • Mise en situation : « Junior ! Arrête de t’acagnarder, maintenant ! Ça suffit ! » Biba Magazine, 12 vieux mots démodés à réutiliser ! - Biba Magazine

Images d'illustration du mot « acagnarder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « acagnarder »

Langue Traduction
Corse vatine
Basque joan
Japonais どこかに行って
Russe уходи
Portugais vá embora
Arabe ابتعد أو ارحل
Chinois 走开
Allemand geh weg
Italien va via
Espagnol vete
Anglais go away
Source : Google Translate API

Synonymes de « acagnarder »

Source : synonymes de acagnarder sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires