La langue française

Abdéritain, abdéritaine

Définitions du mot « abdéritain, abdéritaine »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABDÉRITAIN, AINE, subst. masc. et adj. (On dit aussi Abdérite).

Subst. Habitant d'Abdère (ville de l'ancienne Thrace) :
1. Hippocrate, appelé par les Abdéritains, pour guérir Démocrite et sa prétendue folie, le trouva disséquant des cerveaux d'animaux, dans lesquels il s'efforçait de démêler les mystères de la sensibilité physique, ... P. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 18.
Adj. (Qui est) originaire d'Abdère ou y habite :
2. Monsieur, quoique né sur les rives du Tage, je suis presque aussi gai que si j'avais vu le jour sur les bords de la Seine; et je suis tout-à-fait de l'avis du philosophe abdéritain, qui définit l'homme un animal riant. V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 1, 1811, p. 255.
Rem. Pour l'ex. 2. cf. étymol. et hist.
ÉTYMOL. ET HIST. − Empr. au lat. abderitanus « d'Abdère », attesté ds Martial, 10, 25, 4 ds TLL, 53, 9. Nom des habitants d'Abdère, ville grecque de la Thrace, sur la mer Egée près de l'embouchure du Nestos (Mesta) près du cap Bouloustra. Patrie de Démocrite, d'Anaxarque et de Protagoras. La sottise des Abdéritains était proverbiale chez les Anciens. Terme peu usité, dont les dernières attest. dans la docum. datent du début du xixes.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 3.

Phonétique du mot « abdéritain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abdéritain abderitɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « abdéritain »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abdéritain »

  • S’appuyer sur la science de son temps pour éclaircir ses questionnements, voilà qui change de la Bible. Il se trouve que l’astrophysicien français, au bel accent chantant, s’inscrit tout à fait dans le lignage abdéritain, qui va de Démocrite à Lucrèce, en passant par Epicure. On connait la célèbre histoire, hypothétique, d’une découverte de l’atome par l’observation de grains de poussières en suspension dans l’air, traversant un rai de lumière dans l’entre obscure d’un penseur de l’Antiquité. Pourquoi pas ? Ce dernier aurait postulé les atomes à partir de cette constatation empirique : non seulement le vide existe, mais il est peuplé de grains de matières infiniment petits, qui peuvent s’agréger entre eux, pour former la matière compacte qui nous constitue. Pour passer d’une chute des atomes dans le vide à une accrétion de matière, il faut bien évidemment une force inconnue de leur temps, mais qu’ils postuleront sous la forme du clinamen. Concept opératoire, philosophiquement, mais qui ne désigne pas uniquement une idée abstraite, mais une force inconnue, relative à la physique, que la science sera susceptible un jour de nommer plus adéquatement. Ce que se charge de faire notre astrophysicien, en relatant l’origine désormais connue de notre planète, issue d’un gaz primordial, nommé nébuleuse, elle-même produite par l’effondrement d’une supernovae, gigantesque étoile arrivée à son terme, et expulsant ses propres gaz sur des milliers d’années lumières. Club de Mediapart, Cosmos, de Michel Onfray : une critique de la raison naturelle | Le Club de Mediapart
  • L’être-Un parménidien, l’être plein, s’est retrouvé dans la pensée abdéritaine vaporisé en une infinité d’Uns, qui prirent tous le nom d’atomes, la plus petite unité insécable, « incapable de changement ». Il fallait en effet, pour justifier le mouvement, postuler l’existence du vide. Ce que n’a pas voulu reconnaître Zénon, qui s’est positionné magistralement dans le maelström de la syllogistique. La réalité que décrivent Démocrite, Épicure, Lucrèce est composée du « quelque chose » et du « non quelque chose », c’est-à-dire d’une identité et de son contraire : ce qui a fondé dans l’histoire de la philosophie le principe de contradiction, la grande bataille du oui et du non. La pensée atomiste implique qu’il n’existe rien d’autre que l’atome et le vide. La physis de ces philosophes antiques suppose un éclaboussement en tous sens, où les trajectoires se croisent de sorte qu’ « il se produit invariablement des effleurements, des secousses, des rebondissements, des coups et des entrechocs mutuels, et aussi des entrelacements et des formations d’amas ». La fusion nucléaire n’est pas une invention des dieux d’Épicure, elle est le produit même de l’épicurisme. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, L’atome, le clinamen et la théorie de la tartine (4) - C’en est trope - Infos La Réunion

Traductions du mot « abdéritain »

Langue Traduction
Anglais abdéritan
Espagnol abdéritan
Italien abdéritan
Allemand abdéritan
Chinois 阿卜杜里坦
Arabe أبديريتان
Portugais abdéritan
Russe abdéritan
Japonais アブデリタン
Basque abdéritan
Corse abdéritan
Source : Google Translate API

Abdéritain

Retour au sommaire ➦

Partager