La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « shabanou »

Shabanou

Définitions de « shabanou »

Wiktionnaire

Nom commun - français

shabanou \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de chahbanou.
    • Le couronnement du Shah et de la Shabanou.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « shabanou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
shabanou sabanu

Évolution historique de l’usage du mot « shabanou »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « shabanou »

  • Oui c’est vrai Farah Dibah magnifique shabanou Closermag.fr, Leila Pahlavi : de quoi est morte la princesse d'Iran il y... - Closer
  • Le Shah et la Shabanouh ont quitté leur palais dans leur Mercedes 600 noire, le 27 janvier au matin. Ils allaient chercher leurs enfants qui arrivaient des Etats-Unis dans un avion militaire iranien. Nos reporters Vick Vance et Jean-Claude Sauer qui accompagnaient les souverains les ont vus s'arrêter soudain sur la route de l’aéroport, alors qu’ils croisaient un convoi automobile. C’était celui des petits princes débarqués plus tôt que prévu. Klaxons, appels de phares : toutes les voitures stoppent au milieu de la chaussée entourées immédiatement par un rigoureux barrage improvisé des services de sécurité marocains. Impatients, les enfants courent vers leurs parents dont les visages rayonnent d’une allégresse oubliée. Deuxième surprise : le prince héritier Reza qu’ils n’avaient pas revu depuis sept mois est là lui aussi. Il a demandé une semaine de congé, avant de reprendre son stage de pilote au Texas, pour que la famille soit réunie au grand complet. Les plus jeunes, Farahnaz, Ali Reza et Leïla qui séjournaient en Amérique avec leur grand-mère maternelle rient avec le Shah et parlent tous à la fois. , Dans les archives de Match - Quand le Shah d'Iran et l'impératrice Farah fuyaient en exil
  • C'est affreux ! Depuis quelques semaines, à Saint-Moritz, on ne parle que de cela, On ne parvient pas à y croire. Aristote Onassis, Antenor Patino, Stavros Niarkos, les Dubonnet, les Thyssen, tous les copains quoi, sont tranquilles : les choses vont s'arranger entre Soraya et son mari. Le Coran est d'ailleurs commode : au pire, le Shah prendra une seconde épouse. Il y a longtemps que les ménages à géométrie variable ne troublent plus la jet-set. Dans le petit bar rose du Palace Hôtel - le Q.G. de la bande -, entre deux gorgées de Dom Pérignon, l'optimisme est donc de rigueur : Soraya traverse une sale épreuve mais la couronne ne glissera pas de son si joli front. Un seul indice trouble le groupe : Reza ne fait plus livrer les soixante roses quotidiennes qu'il avait coutume d'envoyer chaque matin à sa femme lors de leurs séparations. Mais il en faudrait plus pour inquiéter le clan de l'impératrice. Elle-même fait face avec sa magnificence coutumière. Lorsqu'elle est arrivée à Saint-Moritz, avec ses quarante malles habituelles, elle a fait un crochet par Rome pour prendre cent vingt-cinq robes chez Schubert, le dernier couturier italien dont elle s'est entichée. De telles moeurs rassurent. Le trône du Paon - c'est ainsi que l'on désigne la maison impériale - continue à honorer la signature de la Shabanou. Tout s'arrangera. Du reste, Pak Subbuh est dans les parages. Un vrai sorcier ! , Eté 58. Soraya, princesse errante

Shabanou

Retour au sommaire ➦

Partager