La langue française

Broglienne

Définitions du mot « broglienne »

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

broglienne \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de broglien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « broglienne »

Voir à Broglien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « broglienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
broglienne brɔgljɛ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « broglienne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « broglienne »

  • Cette expérience "administrativement semi-clandestine", faite dans une période de maintenance où le SLAC ne pouvait travailler qu'à puissance très réduite, donnait la preuve directe de la seconde fréquence intrinsèque 2m.c²/h de l'électron, celle de Dirac-Schrödinger, soit le double de la fréquence intrinsèque broglienne υ= m.c²/h. La fréquence intrinsèque broglienne est valide pour toute particule avec masse, dont l'électron ; Louis de Broglie l'avait déduite en 1923, en réunissant la formule de Planck du quantum d'action ( E = h.υ) établie en décembre 1900 (mais qui n'était établie que pour la lumière), et celle d'Einstein de 1905 : E = m.c². Notations : m est la masse de la particule, c est la célérité de la lumière dans le vide. h est le quantum d'action (ou de moment angulaire) de Planck, soit 6,6260755 . 10-34 joule.seconde/cycle. υ (prononcer : "nu") est la fréquence intrinsèque de la particule dotée de masse, fréquence établie par Louis de Broglie. E est l'énergie de la particule, comptée dans un repère à spécifier au coup par coup, ici le repère de la particule si elle a une masse. En mouvement, il en résulte une fréquence spatiale, ou son inverse la longueur d'onde, dont les évidences expérimentales sont très nombreuses, notamment dans toutes les expériences de diffraction d'électrons ou de neutrons dans un cristal, et cela depuis 1925. Pour un électron, cette fréquence broglienne intrinsèque est donc de 1,23559 . 1020 Hz (ou cycles par seconde). La seconde fréquence intrinsèque de ces oscillateurs perpétuels, mise en évidence en 1930 par Erwin Schrödinger sur l'équation de Dirac (1928), ne concerne que les particules de spin 1/2, ou fermions, dont les électrons, les protons, et les neutrons. La période broglienne intervient dans toutes les interférences de l'électron (ou toute autre particule dotée de masse) avec lui-même, par exemple les franges d'interférences dans les expériences autour d'un micro-solénoïde, du type Aharanov-Bohm. La fréquence Dirac-Schrödinger intervient dans les interactions électromagnétiques du fermion avec l'entourage ; par exemple c'est elle qui a été mise en évidence dans l'expérience par l'équipe dirigée par Michel Gouanère ; c'est elle aussi qui explique la diffusion Compton (Compton scattering dans les publications en anglais) d'un photon X incident, sur un électron de conduction d'un métal, donc quasi-libre, selon la loi de diffraction de Bragg. Cette figure est établie dans le repère du centre d'inertie du système électron-photon. Inconvénient : dans toute expérience, il est impossible de déterminer à l'avance quel sera ce repère, ni quel photon, ni quel électron, ni quelle déviation. Tel est le prix de ce détour théorique qui rend tout simple et évident. "d" est l'équidistance entre plans de l'onde temporairement stationnaire, interférence entre la partie d'électron encore en aller, et celle en retour après la collision avec le photon. Les deux particules sont chacune d'étendue notable, de l'ordre de plusieurs distances interatomiques du métal. Or cette équidistance d est celle correspondant à la fréquence Dirac-Schrödinger.   Les dix expérimentateurs ont trouvé la résonance (attendue pour un mouvement "en rosette", et sous une représentation corpusculaire de l'électron) à k = 81,1 MeV/c, ce qui est ultra-relativiste. D'où il résulte que vus par nous la vitesse de phase et la vitesse de groupe diffèrent peu de c. C'est très éloigné des calculs qui nous sont familiers en diffraction électronique, par exemple à http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,1570.0.html En effet, en diffraction électronique, c'est l'onde de phase broglienne qui intervient, amplement supraluminique sous les ddp de 100 à 400 V qui nous intéressent. Là, en promenant l'horloge électronique dans le cristal, c'est la vitesse de groupe qui intervient, et 384 pm de distance interatomique, c'est déjà grand. Autrement dit, la variable d'ajustement est le ralentissement apparent relativiste de l'horloge électronique. Voilà pourquoi il faut ici un vrai accélérateur d'électrons. Convertissons les unités, en faisant comme si l'électron était seul, et dans le vide. 1 MeV/c = 534,4288314 . 10-24 kg.m/s 162,2 MeV/c = 86,68435646 . 10-21 kg.m/s Divisé par la masse au repos de l'électron : 95,159358 . 109 m/s = 317,41741 c D'où la rapidité u, exprimée en unité c : u = Argsh(317,4174) = 6,453367289 cosh(u) = 317,4190 Ralentissement apparent de l'horloge interne Dirac-Schrödinger (2 mc²/h au repos) : 1/cosh(u) D'où sa période apparente dans le repère du laboratoire : h/(2mc²).cosh(u) = 4,04665 . 10-21 s/cycle * 317,4190 = 1,28448 . 10-18 s/cycle. Cela parcouru à la vitesse c.th(u) = 0,9999950374 c = 299 790970 m/s fait une période spatiale de 385,1 pm. Seulement ces calculs ont été faits comme si l'électron était seul dans le vide, tandis que dans le cristal c'est une charge habillée, de masse effective différente. Donc son horloge interne aussi est modifiée par l'environnement. On pourrait rêver d'une méthode plus rapide et moins coûteuse pour mesurer cette variation de masse effective... D'autant que l'échauffement du cristal (et donc sa dilatation thermique) sous le bombardement électronique pourrait bien ne pas avoir été calibré. /* */   AgoraVox, Coluche nous avait expliqué pourquoi l'expérience de Gouanère & al. ne sera jamais refaite - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « broglienne »

Langue Traduction
Anglais broglienne
Espagnol broglienne
Italien broglienne
Allemand broglienne
Chinois 布洛涅
Arabe بروجليان
Portugais broglienne
Russe broglienne
Japonais ブロイエン
Basque broglienne
Corse broglienne
Source : Google Translate API

Broglienne

Retour au sommaire ➦

Partager