La langue française

Aveline

Sommaire

  • Définitions du mot aveline
  • Étymologie de « aveline »
  • Phonétique de « aveline »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aveline »
  • Traductions du mot « aveline »
  • Synonymes de « aveline »

Définitions du mot « aveline »

Trésor de la Langue Française informatisé

AVELINE, subst. fém.

I.− BOT. Fruit de l'avelinier ressemblant à une grosse noisette presque ronde, dont l'amande tire sur le violet, et dont on extrait une huile fine. Casser, manger des avelines (Ac. 1798-1878) :
1. Petits diablotins de blanc-manger aux avelines. Pilez bien parfaitement six onces d'amandes d'avelines émondées; délayez-les avec trois verres de crème que vous aurez fait bouillir. Les Grdes heures de la cuis. fr., Carême, 1833, p. 151.
Rem. Guérin 1892 cite comme anc. l'adj. avelin, ine, qui est de la nature de l'aveline.
P. compar. :
2. Je baise, des cils au menton, tout votre visage qui a la forme fuselée et presque la nuance d'une aveline mûre. Colette, Claudine s'en va,1903, p. 261.
II.− ZOOL. (malacologie). Aveline ou gueule de loup. ,,Coquille du genre auricule`` (Besch. 1845).
PRONONC. ET ORTH. : [avlin]. Mart. Comment prononce 1913, p. 37 rappelle que : ,,MmeDupuis fermait l'a [= ɑ post.] dans aveline.``
ÉTYMOL. ET HIST. − xiiies. bot. avellane « espèce de grosse noisette » (Guill. de Tyr, II, 332 ds Gdf. Compl. : Noisettes de coudres que l'en claime avellanes et chasteignes seiches); forme avellane, avelaine bien attestée jusqu'au xvies. (Cotgr. 1611), avellane repris au xixe; 1898 (J. Richepin, Contes de la décadence romaine, p. 76); 1898 avelane (Nouv. Lar. ill.), synon. de noisette; 1393 aveline « id. » (Ménagier, éd. Sté Bibliophile fr., t. 2, p. 271 ds Fr. mod., t. 23, p. 301 : Buvrages de avelines Eschaudez-les et pelez...). Empr. au lat. (nux) avellana « id. » (Celse, 3, 27, 4 ds TLL s.v., abella, 64, 64) : plutôt attesté sous la forme abellana (Caton, Rust., 8, 2, ibid., 64, 63); abellana subst. fém. (Pline, Nat., 15, 88, ibid., 64, 64); dér. de Abella, nom d'une ville de Campanie.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 7.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bouillet 1859. − Dumas 1965 [1873]. − Duval 1959. − Lar. mén. 1926. − Lew. 1960, p. 28. − Nigra (C.). Note etimologiche e lessicali. Z. rom. Philol. 1904, t. 28, p. 641. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

aveline \av.lin\ féminin

  1. (Botanique) Variété de grosse noisette à reflets pourprès, dont on extrait une huile fine.
    • Et il le montre encore plus manifestement quand peu après il livre ses préceptes sur l’aveline, ce qu’il ne ferait certes pas si la juglande était l’aveline. — (Jean-Louis Charlet, La correspondance philologique de Niccolò Perotti: Édition critique, traduction et commentaire, 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVELINE. n. f.
Espèce de grosse noisette, dont on extrait une huile fine.

Littré (1872-1877)

AVELINE (a-ve-li-n') s. f.
  • Espèce de grosse noisette.

HISTORIQUE

XIVe s. Figues, dates, roisins, avelaines, Ménagier, II, 4.

XVIe s. Il sortoyt par sa playe de la substance du cerveau la grosseur de demie avelaine, Paré, VIII, 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVELINE, corylus seu nux avellana sylvestris, J. B. 1. 129.

Les meilleures avelines ou noisettes sont celles qui sont grosses, mûres, dont l’amande est presque ronde, rougeâtre, pleine de suc, d’un bon goût, & qui n’est point vermoulue ; elles sont plus nourrissantes que les noix ; on les croit pectorales, mais elles sont venteuses & difficiles à digérer.

Elles contiennent une moyenne quantité de sel volatil & essentiel, beaucoup de parties huileuses & terrestres.

Leur usage n’est point nuisible, s’il est modéré, & si on a l’estomac bon.

Plusieurs pensent que les chatons & les coquilles des noisettes sont astringentes, & les amandes très-difficiles à digérer ; qu’elles chargent l’estomac, empêchent la respiration & rendent la voix rauque : mais leur émulsion, avec l’hydromel, est bonne contre la toux seche & invéterée. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aveline »

De l’occitan avelana (« noisette ») venant du latin abellana.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. avelana, avilana, aulaigna, aulana ; espagn. avellana ; ital. avellana ; de avellana, sous-entendu nux, noix avellane, de Avella ou Abella, ville de la Campanie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aveline »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aveline avlin

Évolution historique de l’usage du mot « aveline »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « aveline »

Langue Traduction
Anglais filbert
Espagnol avellana
Italien avellana
Allemand haselnuss
Chinois 榛子
Arabe فيلبرت
Portugais avelã
Russe фундук
Japonais フィルバート
Basque filbert
Corse filbertu
Source : Google Translate API

Synonymes de « aveline »

Source : synonymes de aveline sur lebonsynonyme.fr
Partager