La langue française

Accueil > Orthographe > "prodige" ou "prodigue" ? - orthographe

"prodige" ou "prodigue" ? - orthographe

Sommaire

  • On écrit "prodige" ou "prodigue" ?

"Je te prodigue l'avis de l'enfant prodige."

Il y a des expressions françaises qui sont entrées dans l'usage courant de la langue. Cependant, la proximité de prononciation de différents mots crée souvent quelques confusions. C'est le cas de l'expression "enfant prodige" ou "enfant prodigue". Quelle est la bonne forme ? On vous explique tout dans cet article.

On écrit "prodige" ou "prodigue" ?

On écrit "prodige" : selon notre dictionnaire, "prodige" (p R O d i Z @) vient du latin prodigium («événement prodigieux, chose merveilleuse»). Ce substantif masculin désigne ainsi un "phénomène extraordinaire auquel on attribue une cause surnaturelle". Depuis le XVIIème siècle, par extension, le mot "prodige" qualifie également la "personne qui, par ses talents, ses qualités (ou ses défauts) est un individu hors pair". De là est née la locution "enfant prodige", c'est-à-dire l'enfant qui est très doué, ou précoce. La juxtaposition de "enfant", dont la jeunesse est souvent synonyme d'apprentissage et de naïveté, et de "prodige" fait d'autant plus ressortir le caractère exceptionnel de cet enfant.

Exemples :

-"Dire que j’espérais, autant du moins que je puis espérer, un grand succès de l’ouvrage, cela va sans dire : nous autres auteurs, petits prodiges d’une ère prodigieuse, nous avons la prétention d’entretenir des intelligences avec les races futures." - Chateaubriand, Mémoires.

-"Elle a près de douze ans; c’est un petit prodige : elle aura je ne sais combien de prix" - Jouy, Hermite, 1811.

-"[...] les Laplace, les Lagrange, les Monge, les Chaptal, les Berthollet, tous ces prodiges, jadis fiers démocrates, devinrent les plus obséquieux serviteurs de Napoléon." - Chateaubriand, Mémoires.

-"Cet enfant prodige qui attirait à son clavecin les gens de France et d’Allemagne" - Adam, Enf. Aust., 1902.

-"Malgré la répugnance de Raymond Radiguet pour toute chose d’ordre monstrueux et pour les enfants prodiges — à quinze ans il s’en prêtait dix-neuf — il convient de rappeler que ses poèmes furent écrits entre quatorze et dix-sept ans" - Le Bal du comte d’Orgel, Préface, Jean Cocteau, 1924.

On écrit "prodigue" : "prodigue" (p R O d i g @) vient du latin prodigus ("qui gaspille ; qui produit en abondance"), dérivé de prodigere ("pousser devant soi ; dépenser avec profusion"). C'est un adjectif qui signifie "qui dépense à l’excès, sans compter, qui dilapide son patrimoine". Il dérive du verbe "prodiguer". L'expression "enfant prodigue" est à chercher dans la parabole de l’Évangile (Luc, XV, 11-32) qui relate l'histoire d'un fils qui demande à son père sa part d'héritage. Il dilapide ensuite "sa fortune en menant une vie de désordre". Condamné à la pauvreté, il décide de se repentir et de retourner chez son père pour le servir. Son père, de manière surprenante, "courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers", si heureux de le voir revenir, malgré ses fautes. Ainsi, l'enfant prodigue désigne aujourd'hui l'enfant qui a quitté le foyer familial et qui est accueilli à bras ouverts à son retour.

Exemples :

-"La Descoings, qui voulait faire un jour de fête du retour de l'enfant qu'elle nommait prodigue, mais tout bas, avait préparé le meilleur dîner possible" - Balzac, La Rabouilleuse, 1842.

-"Parcimonieuse et même avare, elle se montrait pour lui follement prodigue." - Anatole France, Pt Pierre, 1918.

-"Les volumes de Massillon qui contenaient les sermons de la Pécheresse et de l’Enfant prodigue ne me quittaient plus" - Chateaubriand, Mémoires.

-"À l'ordinaire, elle était prodigue de son temps mais dès qu'on lui demandait un peu de patience, elle s'empressait de démontrer qu'aucun de ses instants ne devait être gaspillé" - Simone de Beauvoir, Les Mandarins, 1954.

On peut donc utiliser les deux formes, mais le sens est tout à fait différent ! L'analyse des récurrences des deux formes montre toutefois une plus grande popularité de "enfant prodigue" :

Source : Google Ngram

Vous pouvez désormais sans crainte vous réjouir du retour de "l'enfant prodige" (si votre enfant est prodigieusement génial) ou de "l'enfant prodigue" s'il vient de dilapider votre fortune dans d'obscures activités... Dans tous les cas, vous pouvez lui partager cet article, peut-être sera-t-il un peu plus prodigieux !

Pour soutenir notre travail, vous pouvez aussi partager cet article et laisser un commentaire.

Sujets :  expression française

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Raïssa

Merci pour vos lumières. Pourtant de confession chrétienne, en 30 années de vie, je ne me suis jamais penchée sur la question. Haha

Répondre
Nicolas Le Roux

On soupçonne trop peu l’influence des écrits religieux sur notre langue 😉

Nicolas.

Répondre
Pascale Fleurot

Bonjour,
Merci pour ces petites piqûres de rappel,
Souvent, je suis « dans le coup », et quelquefois
« oups  »
Je suis de la vieille école, beaucoup de choses ont été bien imprimées.
Merci beaucoup.
Bonne continuation pour votre travail.
Cordialement
Pascale

Répondre
Paul RIVARD

Petite question
Quelle forme vous semble la plus correcte et pourquoi :
publier DANS une page Facebok ou publier SUR une page Facebook?
Les deux formes ne seraient-elles pas envisageables, selon le contexte?

Merci de votre attention.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager