La langue française

Accueil > Orthographe > « Pas de problème » ou « pas de problèmes » ?

« Pas de problème » ou « pas de problèmes » ?

Sommaire

  • Faut-il écrire « pas de problème » au singulier ou au pluriel ?
  • Exemples d'usage de « pas de problème » et « pas de problèmes » dans la littérature

« Pas de problème, je vous apporte les documents avant midi. »

Les expressions commençant par "pas de" posent souvent bien des problèmes, comme on l'a vu avec « pas de souci ». De nombreuses coquilles se glissent dans les courriels chaque jour sur la question d'accorder « pas de problème » au singulier ou au pluriel. Alors, faut-il écrire « pas de problème » sans « s » ou « pas de problèmes » avec un « s » ? On vous explique tout dans cet article. Bonne lecture !

Faut-il écrire « pas de problème » au singulier ou au pluriel ?

Règle : après « pas de », il est possible d'écrire le nom qui suit au singulier ou au pluriel.

Une distinction subtile peut être toutefois faite. On écrira « pas de problème » sans « s » lorsqu'il s'agit d'un problème particulier, qui exprime un sentiment d'inquiétude. « Problème » (ou tout autre nom) sera également au singulier après « pas de » s'il décrit une réalité abstraite, non dénombrable. En effet, puisqu'il n'y a aucun problème, aucune raison de mettre le nom au pluriel !

En revanche, il est possible dans certains cas de parler de plusieurs problèmes à la fois. Dans ce cas, on écrira « pas de problèmes » au pluriel, pour évoquer l'idée qu'il y a de nombreux problèmes possibles dans cette situation précise.

On notera toutefois que d'une manière générale, la plupart des gens privilégient « pas de problème » au singulier, considérant que « pas » indique qu'il y a zéro problème, et donc qu'il n'y a aucune raison de l'écrire sous sa forme plurielle si l'on suit la règle d'accord en nombre.

Une étude des occurrences dans les textes publiés depuis 1800 corrobore l'idée que « pas de problème » au singulier est plus employé :

pas de problème ou pas de problèmes
Source : Google Ngram

Exemples d'usage de « pas de problème » et « pas de problèmes » dans la littérature

Mais il n'y a pas de problème ontologique nous n'avons pas à nous demander pourquoi il peut y avoir une naissance des consciences, car la conscience ne peut s'apparaître à soi-même que comme néantisation d'en-soi...

Jean-Paul Sartre, L'être et le néant

Tu ne viens plus à Vigilance, on ne se voit plus il n'y a pas de problème. Je te demande pardon, il y en a un pour moi, dit Henri.

Simone de Beauvoir, Les Mandarins

Bien sûr, j'ai soixante-quatre ans, et avec l'âge tout le monde décline, je décline. Mais je n'avais pas de problèmes.

Romain Gary, L'affaire homme

Alors, qu'ai-je à dire, moi ? Carlos, Hogan, Lucie, est-ce que ce n'est pas la même chose ? Est-ce que je ne parle pas de problèmes, moi ? Est-ce que j'écris pour les hommes, ou bien pour les mouches ?

J. M. G. Le Clézio, Le Livre des fuites

Pour conclure, on peut tout à fait écrire « pas de problème » au singulier comme au pluriel, même si la première forme est plus fréquente. Tout dépend du sens que l'on souhaite donner à notre propos. N'hésitez pas à parcourir les autres articles d'orthographe du site.

Vous pouvez aussi partager l'article et laisser un commentaire pour soutenir notre site.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Carmen Rajotte

Je veux réviser, ces mots qui nous causent des maux de tête,

Répondre
Anne

Bonjour, Pour moi le dernier exemple, de Le Clézio, n’est pas pertinent dans ce cas car grammaticalement, le « pas » s’applique à l’action de « parler » et non à « problèmes ».
Merci pour vos articles en tout cas !

Répondre
Olmès

Bonjour,
Vous dites plus haut que « de nombreuses coquilles se glissent dans les courriels… »
Vous semblez confondre ici la coquille avec la faute d’orthographe.
La coquille est une faute purement typographique ou, originellement, une erreur de distribution d’un ou de plusieurs caractères dans la composition au plomb.
Par extension, on appelle aussi coquille une faute de frappe sur un clavier quelconque.
En pratique, on ne rencontre que peu de coquilles dans les courriels dans la mesure où celles-ci sont généralement repérées et soulignées par les logiciels de traitement de texte, voire automatiquement corrigées.
Ne serait-ce pas alors un abus de langage que d’excuser une faute d’orthographe, de grammaire, de syntaxe… en la faisant passer pour une coquille ?
Bien cordialement

Répondre
Maurice de Longue Épée

Par les temps qui courent, on peut mettre tout sur le dos de la covid 19

Répondre
Pataurel

Par contre, « la plupart des gens privilégient » c’est sans le -nt car le sujet est singulier?

Répondre
La langue française

Bonjour,
On accorde bien en genre et en nombre lorsqu’on emploie « la plupart ». Ici on parle des gens, donc on accorde au pluriel. Je ferai un article sur le sujet la semaine prochaine 😉

Nicolas.

Répondre
Stalemate

Bonjour à tous

J’ai eu une discussion avec des amis au sujet du titre d’une association. j’ai proposé que l’on écrive « Agir pour Seniors Dépendants de France » plutôt que « Agir pour LES Seniors Dépendants de France ».
Je ne trouve pas nécessaire l’ajout du LES.
Qu’en pensez-vous ? Comment expliquer la différence ?

Répondre
La langue française

À mon avis, le « les » est important ici pour introduire les seniors.

Nicolas.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager