La langue française

Accueil > Orthographe > « le cas échéant » : quand et comment l'employer

« le cas échéant » : quand et comment l'employer

Sommaire

  • Définition et étymologie de « le cas échéant »
  • Quand et comment employer « le cas échéant » ?
  • Exemples d'usage de « le cas échéant »

« Il devrait faire beau aujourd'hui. Le cas échéant nous irons à la plage. »

On emploie à tort et à travers l'expression « le cas échéant », dont on confond bien souvent le sens.  Signifie-t-elle « dans le cas où c'est nécessaire » ou « dans le cas contraire » ? Nous vous donnons dans cet article quelques éclaircissements sur cette expression et la bonne façon de l'utiliser. Bonne lecture !

Définition et étymologie de « le cas échéant »

« Le cas échéant » vient du participe présent du verbe « échoir » qui signifie d'abord « tomber » puis, par extension « advenir », « tomber dessus par hasard ». Au participe présent, « échéant » signifie donc « qui arrive ». C'est alors logique de remplacer « le cas échéant » par : « au cas où cela arrive ». Cette expression exprime ainsi, avant tout, l'éventualité avec une connotation de hasard.

Quand et comment employer « le cas échéant » ?

Règle : On emploie « le cas échéant » quand on peut remplacer cette expression par « si cela se produit » ou « si cela est nécessaire. » Il est incorrect de l'employer pour dire « dans le cas contraire. » Cet emploi vient certainement d'une confusion entre « échoir » et « échouer. » C'est la notion d'éventualité qui domine dans cette expression.

Exemples : Il peut m'arriver d'avoir des doutes sur la langue française. Le cas échéant (= au cas où cela arrive), je me rends sur lalanguefrancaise.com. La météo a prévu de la pluie : le cas échéant, je dois acheter un parapluie. (= dans l'éventualité où il vient à pleuvoir).

Exemples d'usage de « le cas échéant »

La couleur dudit oiseau vert, rouge, bariolé, le cas échéant établirait la durée approximative du silence à respecter.

Jorge Semprùn, La Montagne blanche

Dieu aboie-t-il? qu'il n'est nul besoin de calamités naturelles ou surnaturelles pour la raccourcir davantage, que, d'autre part, la patrie n'a pas trop de tous ses enfants pour les envoyer se faire tuer ailleurs le cas échéant et soyez tranquilles, le cas écherra bien un jour ou l'autre.

François Boyer, Dieu aboie-t-il ?

STEPAN Ensuite ?
ANNENKOV Ensuite, nous verrons. Tu dois être prêt à nous remplacer, le cas échéant, et maintenir la liaison avec le Comité Central.

Albert Camus, Les Justes

Quand un ouvrier meurt, cette propriété retourne à l'Ëtat, qui, bien entendu, le cas échéant, doit assurer un bien-être égal à la femme et aux enfants. Si la femme est capable d'exécuter le travail, elle conserve la propriété. 

Simone Veil, L'enracinement

Il y a longtemps que les cimetières, dans l'ensemble, ne nous font plus peur, qu'ils n'évoquent plus la mort que comme une formalité administrative ou, le cas échéant, une occasion de réjouissances familiales.

Jean Rolin, L'Organisation

Nous vous avons expliqué la vraie signification de cette forme que beaucoup de monde emploie de manière erronée. Vous savez désormais comment bien utiliser « le cas échéant. » Nous vous invitons désormais à consulter les autres articles pour vous assurer que vous connaissez toutes les subtilités de la langue française.

Vous pouvez aussi partager l'article et laisser un commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Andreia

Parfait ! Merci beaucoup !

Répondre
Jeff

Bonjour,

Si on utilise « le cas d’écheant » pour dire « si l’éventualité se produit », il y a-t-il une formule semblable pour indiquer « si l’éventualité ne se produit pas » ?

Merci d’avance 🙂

Répondre
Laurent

En effet, si l’erreur (la confusion) est fréquente, il serait bon de donner une (ou plusieurs) solution alternative juste. Non ?
Je suggérerais bien « Si tel n’est pas le cas »… mais cela ne s’applique pas dans tous les cas de figure.

Répondre
Sidaty fall

C’est vraiment important de faire cette précision dans la mesure où bon nombre de gens commettent cette erreur.merci

Répondre
Gaye

Avez-vous une application? C’est vraiment intéressant ce petit rappel

Répondre
La langue française

Nous n’avons pas d’application malheureusement mais vous pouvez consulter le site à tout moment sur votre mobile 😉

Nicolas.

Répondre
Badette sodnère

Bonsoir je suis complètement content après avoir lu la règle sur comment je peux utiliser l’expression « le cas échéant ».je vous remercie beaucoups pour ce travail

Répondre
Modywelle

MERCI

Répondre
Jackson Silva

Merci LaLangueFrançaise.
Toujours quand je vais déposer ma candidature pour une bourse pour étudier en France, je tombe sur cette expression « le cas échéant ». C’est la première fois que trouve une execellente explication. Bon, je suis débutant en français et ça peut m’arriver d’avoir d’autres doutes. Le cas échéant, je reviens sur LaLangueFrançaise.

Bien à vous

Répondre
La langue française

Ravi d’être utile !

Bonne chance pour votre recherche de bourse.

Nicolas.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager