La langue française

Accueil > Expressions francophones > Voir midi à sa porte : définition et origine de l’expression

Voir midi à sa porte : définition et origine de l’expression

Sommaire

  • Définition de l’expression « voir midi à sa porte »
  • Origine de l’expression « voir midi à sa porte ».
  • Exemples d’usage de l’expression « voir midi à sa porte »

En voilà une expression française dont le sens n’est pas évident, et qui, faute d’explications, nous échappe. L’expression « voir midi à sa porte » est-elle une allégorie ? Une métaphore ? Une énigme ? Pas de panique, notre article vous l’explique. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones ! Bonne lecture !

Définition de l’expression « voir midi à sa porte »

« Voir midi à sa porte » est ce qu’on appelle une « locution-phrase » (c’est-à-dire une suite de mots, figée par l’usage, et dans laquelle la fonction de chaque mot, pris séparément, n’est pas analysable). L’expression est plus souvent utilisée sous la forme suivante : « chacun voit midi à sa porte ». Elle traduit une vérité générale : chacun a son point de vue et son opinion. Elle peut aussi signifier que chacun se préoccupe de son propre intérêt et de ses affaires personnelles en considérant que ses problèmes et ses opinions passent avant ceux des autres.

L’expression, familière, est une métaphore : « midi » symbolisant le milieu de la journée, et donc, le « cœur de la situation » et la « porte » faisant référence à ce qui nous appartient (notre maison), donc nos intérêts et notre opinion personnelle.

Origine de l’expression « voir midi à sa porte ».

Si elle n’est pas fréquemment entendue, c’est que l’usage de l’expression – dont la date n’est pas définie – fait référence à une habitude depuis longtemps perdue : celle de lire l’heure sur des cadrans solaires. Et par extension, l'habitude de chaque foyer de se référer à son propre cadran solaire pour organiser sa journée.

Cette pratique remonte à l’Antiquité. Avant l’invention des montres, les peuples antiques utilisaient le cadran solaire. On en attribue la création aux Egyptiens ou aux Mésopotamiens, qui la transmirent ensuite aux Grecs. Le cadran solaire fut introduit en Europe par Anaximandre de Milet, aux alentours du VIe siècle avant J.-C. Il permettait de se repérer par rapport à l’inclinaison du soleil, de calculer l’heure et d’organiser les journées (pour les prières, l’ouverture et la fermeture des portes de la ville, l’heure des repas…)

Néanmoins, l’outil, n’étant pas toujours fabriqué par des cadraniers expérimentés, ne permettait pas un calcul à la minute près. C’est pourquoi l’heure qu’il indiquait était toute relative. Ainsi, quand le soleil était au zénith, les cadrans, d’une maison à une autre, n’indiquaient pas tous midi ! L’expression est donc plus claire : l’homme qui sort sur le pas de sa porte et regarde l’heure sur son cadran solaire verra midi quand son voisin ne verra que midi moins dix : chacun verra midi à sa porte !

Evidemment, avec l’invention de la montre – et plus encore avec l’invention des smartphones et la capacité de régler automatiquement l’heure sur le fuseau horaire de son choix - cette pratique s’est perdue. Mais l’expression est, elle, restée. Aujourd’hui nous aurions donc plus tendance à dire : chacun voit midi à sa montre. Tout est une question de réglage !  

Pour aller plus loin : Avec le temps, l’élaboration des cadrans solaires est devenue de plus en plus pointue, au point d’en faire un véritable art au Moyen Âge. Il en existait plusieurs sortes : cadran polaire, équinoxial, cadran vertical ou horizontal, cadran de berger… Le Mont Saint-Michel a lui-même servi de cadran en 1988 : après calculs, des miroirs en forme de chiffres romains furent « fixés » sur le sable, face au Mont. Il fonctionnait à l’équinoxe et la pointe de l’église, au sommet du Mont, indiquait l’heure. Il fut aussi impressionnant qu’éphémère : les marées emportèrent les chiffres au bout de quelques jours… Il en existe encore aujourd’hui : le plus grand se trouve en France, construit sur le barrage de Castillon (Alpes-de-Haute-Provence).

Barrage de Castillon, Alpes-de-Haute-Provence. Source : Wikipédia

Pour aller encore plus loin : l’ancêtre du cadran solaire était le « gnomon », un bâton planté verticalement dans le sol (ou, plus simplement encore, un homme debout dont l’ombre, en fonction de l’inclinaison du soleil, permettait de se repérer approximativement dans la journée). Le mot vient du grec, « gnômôn », qui désigne : l’aiguille ou la règle. (Mot lui-même dérivé du verbe « gignoskô », « connaître, savoir ».

Exemples d’usage de l’expression « voir midi à sa porte »

L'être humain a toujours vu midi à sa porte. Pourquoi est-ce gênant pour un scientifique ? Parce que ce « midi » empêche de connaître l'heure !

Cédric Gaucherel, Le quotidien du chercheur: Une chasse aux fantômes ?, 16 décembre 2013

S'il est vrai que le chercheur imbu de son sujet voit midi à sa porte, on peut dire que le marquis de Paulmy a eu la main heureuse.

Marie-Odette Scalliet, Archipel, 1997

Mais chacun voit midi à sa porte, inutile de discuter.

Jacques d’Arribehaude, Un français libre : journal 1960-1968, 2000

Il n'y a pas de politique énergétique commune, pas même un embryon appréciable. On ne peut se dissimuler que les États de notre Communauté ont agi tout d'abord en s'inspirant de la devise douteuse selon laquelle chacun doit voir midi à sa porte.

Willy Brandt, Par-delà le quotidien

Comme François Dosse chacun a tendance à voir midi à sa porte et à considérer l'entreprise à l'aune de ses propres recherches, on peut à l'infini écrire sur ce qu'il n'y a pas dans ce travail de plus de mille pages ou refaire le livre que l'on aurait voulu écrire.

Revue Le Débat (n° 73), Gallimard

[…] d’autant que nul n’est censé ignorer la loi ; et qu’en partant de ce principe, chacun connaît midi à sa porte et trois heures un quart à son bracelet-montre.

Pierre Dac, L’Os libre, 24 juillet 1946

La rage de Despentes permet à chacun de voir midi à sa porte car son texte est un miroir de nos frustrations. Il agrège tous les ressentiments atomisés de l’époque.

Isabelle Barbéris, Tribune de Despentes : «Un académisme transgressif et puritain», Libération.

N'hésitez pas à compléter cet article si nécessaire et à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Benmansour Kenitra

Merci bcp bcp je vous suis très reconnaissant

Répondre
Nancy

J’ai remarqué le *chacun à son point de vue et son opinion*

Ce serait *à chacun son…* ou *chacun a son…*

Je trouve dommage une coquille dans cet article.

Répondre
La langue française

Bonjour Nancy,
Merci pour avoir repéré cette coquille. C’est corrigé.

Nicolas.

Répondre
Ghandi

Merci de nous envoyer toutes ses expressions, nous vivons dans un pays où certains veulent nous interdire de parler cette belle langue qui nous permet d’être citoyen du monde et d’exprimer nos opinions sur la vie de la cité dans l’unique d’orienter les décideurs qui sont souvent loin des populations ou ne sont pas en phase avec leurs besoins réels

Répondre
Augustin

C’est très intéressant. Je vous en remercie beaucoup parce que nombreux nous ne connaissons pas tant d’expression française.

Répondre
Maddy

Je vous remercie beaucoup pour ce travail que j’apprécie toujours.
Bon travail

Répondre
Isaac

Merci beaucoup pour votre explications simple et claire, j’adore votre manière de nous fournir l’article éducatif, ça m’aide trop,

Répondre
Huguette

Je ne connaissais pas cette expression : voir midi à sa porte.
J’apprécie les références historiques auxquelles vous faites allusion pour expliquer le propos.

Répondre
Diaa

C’est une bonne idée à savoir les locutions ou bien les expressions figées et leur sens.

Répondre
Belhaouari khadidja

Oui jattends toujours le test quiz numero 33 merci

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager