La langue française

Vespasienne

Sommaire

  • Définitions du mot vespasienne
  • Étymologie de « vespasienne »
  • Phonétique de « vespasienne »
  • Citations contenant le mot « vespasienne »
  • Traductions du mot « vespasienne »
  • Synonymes de « vespasienne »

Définitions du mot « vespasienne »

Trésor de la Langue Française informatisé

VESPASIENNE, subst. fém.

A. − Vx. Voiture à commodités qui stationnait vers 1840 dans les rues de Paris, pour servir de lieux d'aisance. La Vespasienne Parisienne À l'observateur arrêté Offre asile et commodité (Larch.1859, p. 116).
B. − Édicule abritant un urinoir public à l'usage des hommes. Synon. pissotière (fam.), tasse (arg.).« Ah! » me dit le noble vieillard en sortant de la vespasienne. « L'homme est comme un temple. Quand la colonne est brisée, il tombe, et les femmes n'y portent plus leurs dévotions » (Renard, Journal, 1887, p. 6).Il prit pour élever sa plainte le ton aigre d'un vieux vidame qui se fait pincer l'arrière-train dans une vespasienne et qui par extraordinaire n'approuve point cette politesse et ne mange pas de ce pain-là (Queneau, Exerc. style, 1947, p. 189).
Empl. adj. Curieuse correspondance! Nous connaissions les rendez-vous de du Paty de Clam, lieutenant-colonel d'État-Major avec Esterhazy, pour concerter leurs faux, dont ils prenaient lecture dans les colonnes vespasiennes (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 304).
Prononc.: [vεspazjεn]. Étymol. et Hist. 1. 1834 « voitures à commodités » (Journal des Femmes, 4 janv. ds Fr. mod. t. 13, p. 287); 1836 « petites guérites servant d'urinoirs » (Land.); 2. 1851 colonnes vespasiennes (E. Ténot, Paris en déc., p. 218 ds Littré). Du nom de l'empereur romain Vespasien (9-79), qui avait eu l'idée, non de créer des urinoirs publics à Rome, mais d'établir un impôt sur la collecte d'urine; ces édicules furent créés par Rambuteau, préfet de la Seine [1833-1848] qui fit lancer l'expr. « colonnes vespasiennes » pour supplanter celui des « colonnes Rambuteau » (cf. J. Pilisi ds Fr. mod. t. 20, pp. 111-114). Fréq. abs. littér.:10. Bbg. Darm. 1877, p. 43. − Pilisi (J.). Vespasien a usurpé le parrainage des vespasiennes. Fr. mod. 1952, t. 20, pp. 111-114. − Quem. DDL t. 24.

Wiktionnaire

Nom commun

vespasienne \vɛs.pa.zjɛn\ féminin

  1. (Histoire) (Transport) Voiture qui aurait stationné sur les grandes artères de communication de Paris, selon un projet jamais réalisé (vers 1840), pour servir de lieux d’aisance.
    • La vespasienne parisienne.
  2. (Urbanisme) (Construction) Édicule public servant d’urinoir.
    • J’étais à la brigade de mœurs, voilà douze ans. Un jour savez-vous qui je poisse, en compagnie d’un jeune garçon boucher, dans une vespasienne ? Un vieux monsieur décoré… du meilleur monde. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • À peine est-il dehors qu’il entre dans une vespasienne. Et tout à coup, des cris, grand chahut : « Vieux salaud ! Satyre !… » — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 185)
    • Les « sanisettes » tentent de s'implanter : ce sont des petits fortins électroniques que l'Histoire devrait retenir sous le nom de « chiraquettes ». De l'ancienne vespasienne collective, puante et gratuite, la chiraquette individuelle, monacale, aseptisée et payante, quel chemin parcouru sur la route du Progrès ! — (Frédéric Pagès, Au vrai chic anatomique, Éditions du Seuil, 1983, p. 53)
    • (Moi je l’ai rencontré un jour
      Valéry dans les vespasiennes
      et fait pipi tout près de lui
      écoutant la chanson bien douce
      qui s’écoulait de sa vessie)
      — (Georges Perros, Une vie ordinaire, Poésie/Gallimard, 1988, p. 54)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VESPASIENNE (vè-spa-ziè-n') s. f.
  • 1Grands vases en terre cuite, hauts comme une amphore, semblables à un tonneau coupé, que Vespasien établit comme urinoirs à Rome, et pour lesquels il perçut une taxe.
  • 2 Par imitation, urinoirs publics établis dans Paris, sous forme de petites guérites ou de colonnes.

    Adj. Colonnes vespasiennes. Quelques voitures renversées, garnies de matériaux de démolition, provenant des colonnes vespasiennes que la foule avait jetées à terre, formaient sur ce point un poste avancé, E. Ténot, Paris en déc. 1851, p. 218.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vespasienne »

(1834) Du nom de l’empereur romain Vespasien, à qui l'on avait attribué (à tort) l'établissement d'urinoirs publics à Rome. En réalité Vespasien avait imposé une taxe sur la collecte de l'urine, utilisée par les foulons comme source d'ammoniac.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vespasienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vespasienne vɛspazjɛn

Citations contenant le mot « vespasienne »

  • La «tasse» (vraisemblablement à cause de sa forme de théière), ou l’édicule, s’appelle en vrai «vespasienne», terme officiel adopté par le comte de Rambuteau, préfet de la Seine au milieu de ce XIXe siècle ultrahygiéniste, pour désigner cet urinoir public des années 1830 destiné aux hommes, en référence à l’empereur romain Vespasien, qui imposa une taxe sur l’urine. La tôle couleur vert bouteille et le filet d’eau ruisselant sur l’ardoise inscrivent les urinoirs publics (au même titre que les fontaines) dans une perspective urbaine et végétale chère à Napoléon III… Libération.fr, Vespasiennes : petit coin, gros tabous - Libération
  • Les ouvriers s’affairent autour de la vespasienne de Tourny, lieu d’aisance pour les hommes. SudOuest.fr, Périgueux : la vespasienne, un petit patrimoine rare et insolite en pleine restauration
  • Ce bel album commence par une photo étrange : le cimetière des vespasiennes, baraques rouillées déposées dans de hautes herbes. Surnommées les « Ginette » par les habitués, elles sont désormais jetées à la merci des ferrailleurs, à Aubervilliers. Triste fin pour des édicules qui eurent leur heure de gloire sous le règne de l’empereur Vespasien (an 9 - an 79), usurpateur qui imposa une taxe sur l’urine en des temps où il n’était pas question que la CGT fasse grève (sinon: aux lions!). À Paris, les premières « machines pissatoires » virent le jour en 1805, avec des fortunes diverses. Il y eut des modèles monoplaces, puis à seize places, des pissoirs en ardoise, en émail, en fer, en briques, en planches. L'Obs, Les pissotières de Paris, c’est toute une histoire
  • Les Tasses. Un drôle de nom pour une exposition… N’y voyez pas ce petit objet de la vie quotidienne que nous attrapons dans notre placard dès le matin venu, mais allez plutôt comprendre le terme d’un argot historique, à savoir les vespasiennes, ces toilettes publiques érigées dans Paris à l’heure où l’hygiène s’est fait entendre, vers 1830. Le Figaro.fr, Tout savoir sur l’histoire secrète des vespasiennes à Paris
  • Nommées vespasiennes en référence à l’empereur romain Vespasien qui, en imposant une taxe sur l’urine, fit faire un grand pas à l’hygiène et la salubrité publique, les premières pissotières débarquent à Paris en 1839. A une époque où il est d'usage de se soulager dans la ville, au petit bonheur la chance, elles signent alors une avancée hygiénique spectaculaire. En 1843, on en compte plus de 450 disséminées dans la capitale, du modèle de poche conçu pour une personne au conteneur pouvant accueillir jusqu’à 16 hommes en même temps. Les Inrockuptibles, Un livre et une expo dévoilent les secrets des pissotières
  • L’histoire des toilettes publiques est en réalité passionnante. À Paris, elles apparaissent à la fin du XVIIIème siècle et ne cessent d’évoluer avec la société. Un temps interdites par les bonnes mœurs car lieu de rencontres homosexuelles, elles seront finalement transformées en panneaux publicitaires ou rendues temporairement payantes par JCDecaux. On leur a prêté bien des noms : barils d’aisance, édicules Rambuteau, vespasienne, colonnes moresques, pissotières, sanisettes… Et à présent, donc, Urilift. Trax Magazine, Paris : des toilettes publiques qui ne sortent du sol que la nuit s’installent dans le 18ème | Trax Magazine
  • La dernière vespasienne de Paris se trouve sur le boulevard Arago, devant la prison de la Santé, dans le XIVe arrondissement.  fr.le360.ma, France. On s'y soulageait, mais pas seulement: à Paris, une expo dévoile la petite histoire des vespasiennes | www.le360.ma

Traductions du mot « vespasienne »

Langue Traduction
Anglais vespasienne
Espagnol vespasienne
Italien vespasienne
Allemand vespasienne
Chinois vespasienne
Arabe vespasienne
Portugais vespasienne
Russe vespasienne
Japonais ヴェスパシエンヌ
Basque vespasienne
Corse vespasienne
Source : Google Translate API

Synonymes de « vespasienne »

Source : synonymes de vespasienne sur lebonsynonyme.fr
Partager