Troupeaux : définition de troupeaux


Troupeaux : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TROUPEAU, subst. masc.

A. − [À propos d'animaux]
1. Ensemble d'animaux domestiques (brebis, moutons, vaches) nourris pour l'élevage ou la pâture, faisant partie d'une exploitation agricole et/ou confiés à la garde d'un berger ou d'un vacher. Troupeau d'ânes, de chevaux, de chèvres, d'oies, de vaches; troupeau de cent têtes de bétail; berger du troupeau; chien de troupeau; garder, faire paître les troupeaux; transhumance des troupeaux. Des troupeaux de moutons qu'un berger conduisoit comme une armée dans des plaines jaunes et incultes (Chateaubr., Avent. dern. Abenc., 1826, p. 205).L'ouverture du monde aux Européens depuis le XVIesiècle s'est accompagnée de progrès spectaculaires dans la dispersion des animaux domestiques: certains ont fait leur lieu d'élection de terres où leur introduction est récente à l'échelle de l'histoire (troupeaux ovin et bovin d'Australie) (Wolkowitsch, Élev., 1966, p. 14).
P. métaph. [P. réf. aux moutons de Panurge dans le Quart Livre de Rabelais] J'envisage ici, naturellement, les hommes dignes de ce nom. Je néglige les moutons du troupeau, nombreux et de peu de signifiance (Arnoux, Visite Mathus., 1961, p. 241).
DR. FÉOD. Droit de troupeau à part. ,,Droit exclusif du seigneur de faire garder ses troupeaux isolément et sans les mêler à d'autres`` (Guérin 1892). Le droit de troupeau à part permettait aux seigneurs féodaux de garder leurs troupeaux séparés de ceux de la communauté religieuse (Fén.1970).
2. Troupe de bêtes sauvages. Troupeau de bisons, de bouquetins, de buffles, d'éléphants, d'oies sauvages. J'aime à chasser des daims et des cerfs par troupeaux (Hugo, Cromwell, 1827, p. 382).Parmi les ruminants, les antilopes continuent à former de grands troupeaux (Boule, Conf. géol., 1907, p. 161).
Rem. ,,Les chasseurs en montagne disent un « troupeau » de chamois ou de bouquetins, plus souvent qu'une harde`` (Duchartre 1973).
P. anal. Toi qui, forte comme un troupeau De démons, vins, folle et parée, De mon esprit humilié Faire ton lit et ton domaine (...)Maudite, maudite sois-tu! (Baudel., Fl. du Mal, 1861, p. 53).
B. − P. anal. ou au fig.
1. P. anal.
a) Péj. [À propos de pers.] Troupe nombreuse de personnes rassemblées sans ordre. Troupeau d'admirateurs, d'adorateurs, de bien-pensants, d'émigrants, d'enfants, d'esclaves, de collégiens, d'imbéciles, de locataires, de misérables. Empêcher les intelligences loyales, les cœurs honnêtes que certaines difficultés de la vie sociale et politique excitent et passionnent, de grossir le troupeau que veulent mener des sophistes et des démagogues sans vergogne (Gambetta, Discours, 1881ds Fondateurs 3eRépubl., p. 130).Jamais elle ne risquait ses petits pieds sur le sol raboteux des halles, et jamais elle ne s'intéressait au troupeau humain, défilant devant sa porte, sous l'écrasement du travail maudit (Zola, Travail, t. 2, 1901, p. 17).
Loc. En troupeau. En grand nombre, sans discipline. La juste horreur que nous inspire le Robert Greslou de Bourget n'empêche point que quelques-unes des précieuses qualités de nos jeunes gens viennent, comme leurs graves défauts, de ce qu'ils sont des êtres qui ne s'agrègent point naturellement en troupeau (Barrès, Homme libre, 1889, p. XIII).
b) Littér. [À propos de choses] Ensemble de choses réunies en grand nombre en un lieu et dont l'aspect évoque un troupeau d'animaux. Troupeau de collines, d'étoiles, de maisons, de nuages. De moment en moment des troupeaux de vagues blondes (...) débouchaient sous le vent (...) et accouraient éperdument vers nous (Hugo, Fr. et Belg., 1885, p. 70).Quand solitaire au sourire de pâtre, Je pais longtemps, moutons mystérieux, Le blanc troupeau de mes tranquilles tombes, Éloignes-en les prudentes colombes, Les songes vains, les anges curieux! (Valéry, Charmes, 1922, p. 149).V. bercail ex. 2.
Loc. En troupeau. Vieilles, grises, tassées sous leurs lourds toits de tuiles, elles [les maisons] (...) semblaient se grouper, se serrer en troupeau autour de la petite église (Genevoix, Marcheloup, 1934, p. 12).
2. Au fig. Grand nombre. Troupeau de contradictions, de pensées, de secrets. Et de nouveau elle enlaçait, amenait par ruse à la lumière le troupeau de sentiments obscurs, apprivoisait les confidences (Cocteau, Enfants, 1929, p. 146).Il faut remarquer (...) que le travail de base à exercer sur le langage est de nature synthétique, alors qu'il était analytique au siècle de Voltaire: il faut élargir, approfondir, ouvrir les portes et laisser entrer, en les contrôlant au passage, le troupeau des idées neuves (Sartre, Sit. II, 1948, p. 302).
RELIG. Ensemble de personnes réunies sous une même direction spirituelle; communauté de fidèles sous la responsabilité d'un pasteur. Synon. bercail, fidèles, ouailles.Cet ecclésiastique (...) était curé de Nemours depuis le rétablissement du culte catholique. Par attachement pour son troupeau, il avait refusé le vicariat du diocèse (Balzac, U. Mirouët, 1841, p. 30).Jahvé est le créateur et le dieu d'Israël, qui est son peuple et son troupeau, trop longtemps infidèle (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1007).
REM. 1.
Troupaille, subst. fém.,hapax, fam. Petit troupeau. Derrière trois chèvres qui balançaient trois clochettes, il est arrivé une petite fille (...) elle faisait paître sa troupaille tout alentour de moi (Giono, Baumugnes, 1929, p. 220).
2.
Troupelet, subst. masc.Ensemble de choses réunies en grand nombre dont l'aspect évoque un petit troupeau. Versez goutte à gouttelette Votre mousse en ces puits, puis Que ces puits Passent au four, et, blondines, Sortant en gais troupelets, Ce sont les Tartelettes amandines! (Rostand, Cyrano, 1898, II, 4, p. 73).
Prononc. et Orth.: [tʀupo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 « ensemble de choses réunies en grand nombre, dont l'aspect peut évoquer un troupeau d'animaux » (Floire et Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 2217); 2. a) 1160-74 par tropeals « en groupe » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 6056); b) 1174 « réunion d'un certain nombre de personnes, foule » (Guernes de Pont-Sainte-Maxence, St Thomas, 1006 ds T.-L.); 3. a) fin du xiiies. « groupe important d'animaux domestiques réunis pour l'élevage ou la pâture » (Gl. sur Gautier de Chatillon, Alexandreis, éd. R. De Cesare, p. 112); b) 1530 « groupe important d'animaux sauvages » (Palsgr., p. 230b); c) 1538 « ensemble des fidèles » (ap. Richard Kirchenterminologie, p. 125); d) 1643 péj. « groupe d'êtres humains rassemblés passivement, sans ordre » (Corneille, Polyeucte, I, 3 ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 3, p. 498); e) 1832 en troupeau(x) (Musset, Un spectacle dans un fauteuil, Dédicace ds Œuvres compl., t. 1, Premières poésies, p. 257). Dér. d'une forme non att. *trop « grand nombre de personnes, foule », issue de l'a. b. frq. thorp, *throp, v. trop. Fréq. abs. littér.: 2 802. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 101, b) 4 413; xxes.: a) 4 071, b) 3 603. Bbg. Storm (J.). Trop, troupe, troupeau. Romania. 1872, t. 1, pp. 490-491.

Troupeaux : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TROUPEAU. n. m.
Troupe d'animaux domestiques de même espèce, qui sont élevés et nourris dans un même lieu. Troupeau de moutons, de brebis, de vaches. Un troupeau de dindons. Troupeau de tant de têtes. De riches troupeaux. Garder les troupeaux. Faire paître les troupeaux. La maladie se mit dans son troupeau. Employé absolument, il se dit presque toujours d'un Troupeau de moutons ou de brebis. Le loup est venu faire du ravage dans son troupeau. Le berger du troupeau. Il se dit figurément, en termes religieux, d'une Réunion de fidèles sous la direction d'un pasteur spirituel. Le troupeau de l'évêque, du curé. Le bon pasteur donne sa vie pour son troupeau. Le troupeau de JÉSUS-CHRIST, L'Église.

TROUPEAU se dit encore, figurément, et par mépris, d'une Troupe, d'une multitude d'hommes. Un troupeau d'imbéciles, d'ignorants. Le servile troupeau des imitateurs.

Troupeaux : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TROUPEAUX des bêtes à laine, (Econon. rustiq.) la conservation, la multiplication & la beauté des troupeaux dépend presque toujours des agneaux qui en naissent. S’ils sont bien alaités & nourris, ils sont gras, vigoureux & de durée ; ils périssent ordinairement par une vie différente : ceux qui résistent en sont petits, maigres & languissans. Cette sorte de loi naturelle est commune à beaucoup d’especes d’animaux ; il faut donc s’attacher à avoir des troupeaux bien conformés, ou, ne pouvant changer ceux que nous avons lorsqu’ils ne le sont pas, faire en sorte que leurs descendans ne leur ressemblent pas au moyen des soins & des précautions qui dépendent de nous. Nous allons suivre les différens états par où passent les agneaux avant qu’ils parviennent à cet état de vigueur qui les met ordinairement à l’abri des maux du bas âge, pendant lequel ils sont si délicats & périssent aisément, en parcourant en même tems ce qui concerne les brebis & les moutons à-mesure que cela s’enchaînera.

Il en est de la maniere d’élever ces animaux en différens climats, comme de la culture des plantes pour lesquelles chaque climat a ses pratiques différentes ; en sorte que ce qu’on pratique pour les troupeaux dans un pays ne doit pas être suivi dans les autres. Ceux des pays méridionaux, par exemple, ne doivent pas être traités comme ceux des septentrionaux. En ceux-ci les troupeaux restent pendant tout l’hiver sans sortir des bergeries. Dans les autres il est assez rare qu’ils restent enfermés pendant quelques jours de suite. Il pleut, il neige, &c. souvent ou pendant long-tems dans les septentrionaux ; il est rare qu’il pleuve longtems de suite dans les méridionaux ; il est plus rare encore qu’il y neige, & que la neige couvre long-tems de suite la surface de la terre. D’un autre côté les pays méridionaux sont ordinairement exposés à la secheresse vers le printems & l’été, tandis que les septentrionaux jouissent alors d’un tems favorable aux productions de la terre. D’où s’ensuit en général que les troupeaux des pays froids ont besoin pour l’hiver d’une abondante provision de nourriture dans les bergeries, & que ceux des pays chauds en demandent beaucoup moins, puisque ceux-ci ont l’avantage de manger alors une nourriture plus succulente & de leur goût, la prenant eux-mêmes sur les plantes ; au-lieu que ceux des pays froids vivant enfermés, ne peuvent se nourrir que des plantes qui ont perdu une partie de leurs sucs par le desséchement qu’exige le moyen de les conserver. Au contraire les troupeaux des pays méridionaux trouvant vers la fin du printems, & plus encore vers l’été les arbustes durcis & les herbes desséchées par les ardeurs du soleil, & par conséquent sans cette fraîcheur salutaire à leur embonpoint, dépérissent, tandis que ceux des septentrionaux jouissent alors de la fraîcheur des plantes, de leur abondance, & sont à l’abri des ardeurs du soleil. Par où l’on voit que les soins & les précautions doivent être différens dans ces différens climats, & que les climats intermédiaires exigent des soins qui participent de ces deux extrèmes, ce qu’il n’est possible de fixer que par des observations faites en chacun d’eux par des personnes intelligentes, & non par des bergers, dont la plûpart ne suivent que la routine. C’est pourquoi n’ayant été à portée d’observer que les usages de mon climat, je me renfermerai à ne parler que de ce coin de la terre si privilégié par la nature à cet égard, selon de très-anciennes observations, pour donner quelques réflexions qui peuvent être de quelque utilité, parce que peu de chose en. cette matiere peut produire des grands biens à l’état, les laines du Roussillon & du diocèse de Narbonne, sur-tout celles de la montagne de la Clape, étant les seules, de l’aveu des fabricans & de l’inspecteur général des manufactures de la province de Languedoc, propres à remplacer celles d’Espagne dans la fabrique des Londrins pour les échelles du Levant.

Les plus grands troupeaux de ce climat sont partagés en trois parties. Dans l’une sont les brebis ; dans l’autre les moutons, & la troisieme n’a que les agneaux lorsqu’ils sont sévrés. L’on y reserve du terroir destiné à ces troupeaux la partie la plus fertile en pâturages & la moins pénible pour les brebis, sur-tout quand elles sont avancées dans la grossesse, ou qu’elles alaitent, ou quand elles approchent du tems d’entrer en chaleur. La partie la plus rude est destinée pour les moutons. Les agneaux sévrés participent souvent aux avantages des brebis, & de moins en moins à mesure qu’ils deviennent forts, pour prendre le supplément de leur nourriture sur ce qui est le moins rude qu’on destine aux moutons.

On mêle les béliers avec les brebis dès les premiers jours du mois d’Août, & nous voyons ordinairement que les premiers agneaux naissent au commencement du mois de Janvier suivant, & qu’il en naît plusieurs encore dans le mois d’Avril. Voici ce qui s’ensuit.

Quand l’automne & l’hiver sont doux, & les plantes humectées de tems-en-tems, les arbres, les arbrisseaux, & les aromates en sont plus touffus ; les brebis se portent bien, & les agneaux naissent avec de l’embonpoint ; ils sont alaités tendrement & abondamment ; ils croissent vîte : on les voit caracoler & bondir en troupes dans les bergeries, peu de jours après leur naissance ; dès que leurs meres sont aux champs, où elles restent chaque jour huit, neuf, dix, jusqu’à douze heures de suite ; les agneaux enfermés pendant la foiblesse de leur âge, mangent alors des provisions délicates ; ils préférent avec avidité des feuilles d’olivier, de l’yeuse, qu’on leur coupe à mesure ; ils ne passent guere au-delà d’un mois à vivre de cette façon ; ils suivent ensuite leurs meres pour commencer à paître avec elles. Ils sont disposés ainsi à soutenir les épreuves de la sécheresse quand le printems & l’été en affecte les plantes.

Les choses changent quand l’automne & l’hyver sont rudes, parce que les plantes étant alors dans une espece d’engourdissement, les brebis n’y trouvent qu’une foible nourriture ; elles perdent peu-à-peu l’embonpoint que la transmigration, dans des pays gras pendant l’été, leur avoit donné ; certaines avortent, & les agneaux qui naissent des autres sont la plûpart maigres, les meres les rejettent (il n’y a que la violence qui les fait accueillir), le lait leur manque, malgré les secours artificiels des provisions qu’on leur donne ; enfin les agneaux souffrent, ils en deviennent plus foibles & languissans ; il est rare de les voir jamais, à quelques-uns près, dans un état heureux, & il en est peu de ceux qui naissant les derniers, & trop avant dans le printems, résistent à la sécheresse de cette saison ; le lait leur manque alors, ils ne trouvent pas, quand ils peuvent manger, de quoi brouter sur nos plantes déjà désséchées, de-sorte que la chaleur venant les assaillir, & étant sevrés en même-tems que les premiers nés, ils ne peuvent les suivre qu’avec peine dans les campagnes, ils s’épuisent & périssent avant que d’arriver à l’automne prochaine.

Nous venons de dire que les brebis rejettoient leur agneaux : on les contraint de les accueillir en les enfermant dans une petite case faite exprès avec des claies, & en les y attachant avec une corde qui les embrasse au milieu du corps : on y met l’agneau qu’elle reçoit enfin, ni l’un ni l’autre ne pouvant s’échapper. C’est là où il faudroit soulager la misere & exciter la tendresse par des avoines, des orges, des herbes succulentes, &c. c’est-là aussi où les bergers infideles contraignent de même les beaux agneaux de leurs maîtres à prendre leurs brebis qui en ont eu de misérables, ou qui les ont perdus.

Tout ce qui précéde, nous prescrit qu’il faut que les brebis se portent bien, autant que cela dépendra de nous, eu égard à leurs descendans, indépendamment de tous les autres avantages, & que cet état est à rechercher, sur-tout dans le tems de leurs penchans à la génération, parce qu’il amene vîte à celui de s’accoupler, & fait devancer par conséquent dans l’arriere-saison pour mettre bas leur fruit ; de cette façon les premiers nés se fortifient mieux, & les derniers ne périssent pas.

Quels sont les moyens qu’on emploie pour se procurer cet état favorable des brebis ? les uns ont accoutumé ou de faire passer leurs troupeaux dans les montagnes verdoyantes en tout tems, & la plûpart pendant l’été, dans les plaines fertiles pour y faire manger les herbes qui naissent dans les champs, les épis échappés aux glaneuses, & le chaume. Voici les effets funestes & ordinaires, quand les bergers sans la moindre prudence, & sous le prétexte d’engraisser vîte leurs troupeaux, les laissent paître à leur gré. Ces animaux venant de souffrir la faim & souvent la soif dans les lieux de leur demeure ordinaire, à cause de la sécheresse qui y desseche les herbes & les autres plantes dont ils font leur nourriture, & n’ayant pu quitter des lieux si incompatibles alors avec leurs besoins, parce que les moissons sont encore répandues dans les champs où ils doivent se réparer : ces animaux, dis-je, se jettent avec avidité sur cette espece d’abondance, & s’en remplissent ; un grand nombre creve d’indigestion, sur-tout là où les épis n’ont pas été bien ramassés, parce que le grain, en s’enflant dans l’estomac, leur cause sans doute une espece de suffocation d’autant plus prompte, que la soif, suite ordinaire, en les faisant boire immodérément sans opposition des bergers, augmente l’enflure des grains. Il est encore un autre danger dont la mort est aussi la suite, mais dont les effets sont plus lents. Les pâturages gras sont souvent sujets à l’humidité, elle s’y conserve plus avant dans le jour, selon qu’ils sont enfoncés & privés des rayons du soleil ; de maniere que si nos troupeaux y paissent avant l’évaporation de l’humidité qui affecte les plantes, ils en contractent une maladie qui semble tenir de la pulmonie, qu’on appelle dans le pays le gam, & dont ils meurent après avoir langui pendant plusieurs mois. Tous ces endroits seroient bien moins dangereux aux troupeaux sous des bergers sages & vigilans ; mais presque tous paresseux, ne comptant pour rien le danger, & aussi avides de les engraisser que ces animaux sont voraces, s’y laissent tromper. Il faut donc se garantir de ces lieux dangereux, étant plus raisonnable de se retirer sans perte, & avec moins d’embonpoint, que de périr en l’acquérant.

Revenons à la naissance des agneaux. Mêler trop-tôt les brebis avec les beliers, c’est hâter la conception des plus vigoureuses, tandis que celles d’un tempérament foible, quoique également ou plus empressées, ne conçoivent que trois ou quatre mois plus tard ; de sorte que les agneaux premiers nés ont déjà profité des fourrages ensemencés, & de l’étalage des feuilles des plantes de nos guérets & de nos montagnes, quand les autres naissent : il ne reste presque aux derniers nés, pour être nourris, que le lait de leurs meres toujours insuffisant alors : on les livre à suivre bientôt leurs meres pour aller paître ensemble comme les autres suivent les leurs ; il faut parcourir beaucoup d’étendue, à cause des consommations antérieures, pour fournir à la nourriture de tous ; les plus jeunes manquent de force & restent les derniers du troupeau ; les premiers nés en profitent, ils mangent, ils dévorent presque tout, & ne laissant chaque jour aux traineurs que les parties les plus grossieres, ceux-ci ne pouvant fournir à ces marches trop longues pour eux, s’épuisent pour attraper une foible subsistance ; ils succombent enfin.

On vit dans cette espece d’indifférence pour ces animaux, & l’on n’a d’autre ressource que celle de les hasarder, quand on ne veut ou l’on ne peut pas les vendre. Il y a cependant un moyen bien simple d’éviter ou du moins de diminuer cette perte : séparons ces derniers nés & leurs meres du troupeau, pour les faire paître sans partage dans la meilleure partie & la moins éloignée de nos pâturages ; nous devons même leur ménager, s’il est possible, des fourrages tendres, leur donner des provisions enfermées, soit des foins les plus fins, des luzernes, des esparsets, soit des avoines ou des orges, afin de hâter leur bonne constitution ; la réussite dédommagera de ces frais. Il seroit peut-être plus avantageux d’avoir des moyens de les alaiter abondamment ; je me suis bien trouvé plusieurs fois d’avoir des chevres pour suppléer à la disette de lait des brebis, mes agneaux les plus foibles ayant resisté, tandis que la plûpart de leurs contemporains, manquant de cette ressource, ont péri : on ne peut être détourné de cette pratique, que par la vue d’économie & pour éviter les ravages des chevres par-tout où elles broutent.

On trouve un autre moyen pour n’avoir pas des foibles agneaux, ou d’en avoir beaucoup moins ; en mêlant plus tard les beliers avec les brebis, les plus ardentes conserveront leur penchant, quoique satisfait plus tard, & celles à qui le leur aura fait porter le plus loin la conception, acheveront de rendre plus court l’intervalle des premiers nés aux derniers ; de cette maniere les premiers nés étant plus jeunes, & ayant moins de consistence, auront moins dévoré la nourriture destinée pour les uns & les autres ; cette nourriture d’ailleurs sera plus abondante, parce qu’elle commencera à être dévorée plus tard ; les plus jeunes en trouveront encore assez, que les premiers nés n’auront pas eu le tems de manger, & nos campagnes moins dévorées causeront moins de fatigues aux derniers nés pour trouver leur subsistance.

Ces précautions cependant peuvent bien ne pas suffire, en suivant la pratique ordinaire de sevrer en même-tems tous les agneaux malades comme les sains, les derniers nés comme les premiers : on manque ainsi contre la pratique la plus naturelle : on devroit par analogie faire pour ces animaux qui méritent nos soins à tant d’égards, comme nous faisons pour nos enfans : on les alaite pendant un tems assez limité pour ceux d’un bon tempérament ; mais on le prolonge selon les circonstances, quand les enfans sont valétudinaires. N’auroit-on pas raison de blâmer une mere qui faisant deux enfans de neuf à dix mois de terme l’un de l’autre, s’aviseroit de les sevrer tous deux le même jour, dans les climats même où l’on alaite jusqu’à l’âge de deux ans les enfans bien constitués ? & si ce procedé est blâmable, combien ne l’est pas celui des bergers qui ayant des agneaux nés au commencement du mois de Mai, les sevrent le même jour que ceux du mois de Janvier, vers le commencement du mois de Juillet ? (car il faut que les brebis commencent dès-lors à s’engraisser pour accueillir les beliers dans le mois d’Août suivant) : on a par-là des agneaux, les uns âgés de six mois, les autres seulement d’environ deux, quand on les sevre. En quel tems d’ailleurs se fait cette cruelle séparation d’avec leurs meres ? pendant les grandes chaleurs si propres à causer des épuisemens mortels aux plus foibles, & lorsque les subsistances diminuent chaque jour.

Il faudroit donc se garder de priver de leur mere ces derniers nés & reserver, ainsi que nous l’avons dit ci-dessus, un coin de gras pâturage à ces meres & à leurs petits.

Nous avons une ressource plus sûre, & dont il faut tâcher d’accompagner les autres, pour n’avoir pas de ces derniers nés trop tard ; ne gardons pas des vieilles brebis ; la nature en elles, quoique bien déchue de sa vigueur, ne leur ôte pas le penchant à la génération, elles le satisfont en même-tems que les autres, mais elles engendrent plus tard, quoiqu’on leur ait départi avec abondance pendant l’hiver & le printems précédent, de cette nourriture reservée pour toutes les brebis : on en perd beaucoup malgré ces graces particulieres.

Suivons maintenant les agneaux sevrés, jusqu’à ce que ceux de l’année suivante prennent leur place ; c’est une année bien dangereuse pour eux ; il en périt souvent, & la perte s’étend jusque aux vigoureux ; ce n’est que par des soins assidus & des secours de nourriture artificielle, & des pâturages choisis, que nous pouvons diminuer leurs dangers. Préservons les du froid & des pluies, ménageons leur, contre les tems rudes, des pâturages où ils soient abriés ; ne les fatiguons pas ; donnons leur quelque brebis vigoureuse pour leur servir de guide dans leur marche ; leur stupidité en a besoin pour aider la voix du berger qui les mene ; elle seule ne pouvant réussir, il y joint les mauvais traitemens toujours dangereux ; ayant ménagé ainsi leur foiblesse jusqu’à la saison prochaine des nouveaux agneaux qu’on va sevrer, on sépare alors les mâles des femelles, pour remetre celles-ci au berger des anciennes brebis, & les mâles en passant au troupeau des moutons, subissent bien tôt le même état de mouton ; on ne reserve pour rester belier pour toute leur vie, que quelques-uns des mieux faits & des plus vigoureux, de laine fine & blanche, ayant des oreilles longues, en vue d’en avoir des pareils pour y pouvoir avec un emporte-piece, y imprimer le sceau du maître. S’il en est parmi les uns & les autres, certains dont l’état soit valétudinaire, on les associe aux nouveaux venus ou aux brebis, pour vivre mieux à leur aise & se fortifier. Le tems de renouveller les galanteries de nos troupeaux étant arrivé, on voit quelquefois des jeunes brebis que nous avons incorporées avec les anciennes, certaines dont le tempérament vigoureux & comme anticipé leur permet d’accueillir les beliers ; la prudence & l’expérience condamnent cet usage, parce que devenant pleines, elles affoiblissent leur tempérament, & la plûpart durent peu. Il est des bergers qui par cette raison, séparent toutes les jeunes brebis d’avec les vieilles, lorsqu’on veut meler les beliers avec les anciennes, pour ne les livrer toutes ensemble que quand elles ont atteint l’âge de trois ans.

Toutes les brebis, même les jeunes, ne donnent pas des agneaux tous les ans ; certaines sont stériles pour une ou deux années, & d’autres pour toujours ; elles aideroient, restant mêlées avec les fécondes, à consommer les bonnes nourritures destinées à celles-ci : on les sépare chaque année, à mesure qu’on les reconnoît, pour les réunir au troupeau de moutons destinés à se nourrir des autres pâturages.

Les pâturages où se trouvent nos plus grands troupeaux sont dans les campagnes entremêlées de terres pour le labourage, de terres incultes, & de montagnes ; en celles-ci croissent des arbrisseaux, à l’ombre & autour desquels végetent des herbes douces, assez verdoyantes pendant l’hiver & une bonne partie du printems, se desséchant pendant le reste de l’année plus ou moins, selon la qualité du terroir & le degré de sécheresse.

Les champs, après la moisson, poussent aussi des herbes dès que la pluie y tombe ; ils peuvent quelquefois suffire à nourrir les troupeaux, avec le foible secours des arbustes qu’elle fait revivre, & que les chaleurs avoient épuisés. Quand ces pluies nous manquent avant ou peu après la recolte, il faut (on le fait par précaution pendant les étés) faire transmigrer nos troupeaux dans les montagnes éloignées, où l’humidité & le tems frais entretiennent des pâturages toujours verdoyans, ou bien se contenter, sans les changer de climat, de les faire descendre dans les plaînes fertiles, pour les y nourrir pendant l’été : on conserve ainsi pour leur retour à la demeure ordinaire, des herbages propres à leur conserver l’embonpoint acquis dans ces plaines ; les pluies d’automne survenant, elles augmentent ces pâturages des champs & des montagnes, & faisant développer de nouvelles graines, nos guérets donnent ainsi des herbages pour l’hiver, servant comme de régal chaque jour, partie par partie pendant quelques heures, aux brebis & aux agneaux, tour-à-tour jusqu’à la fin du premier labour de ces guérets : on reserve pour une partie du printems quelque coin de terre le plus herbu, pour subvenir à l’entretien des meres & de leurs descendans, quand les fourrages ensemencés pour les nouveaux agneaux ou pour les bêtes malades, sont mangés. Les terres incultes & les montagnes suppléent à tout le reste pendant certaines années ; au-lieu qu’il se consume beaucoup de provisions quand elles sont rudes.

Nous avons des terres, des montagnes dont la qualité & l’exposition produisent des arbrisseaux & des aromates toujours verdoyans, faisant le fond principal de la nourriture des troupeaux ; tels sont le kermès, appellé vulgairement garrouille, dont ils mangent les feuilles quoique hérissées de pointes sur leur contour, & les glands qu’ils aiment beaucoup ; tels sont aussi les romarins, dont les feuilles & les fleurs leur sont si agréables, & dont la conservation contribue par leurs parties dont ils se dépouillent annuellement comme le kermès, à fortifier, en se réduisant en terreau, toutes les herbes qui les environnent. Il est d’un dommage infini pour nos troupeaux, que certains seigneurs de la montagne de la Clape, permettent à tous les habitans de plusieurs villages de détruire à grand force ces arbustes indispensables & presque l’unique ressource pendant l’hiver pour la nourriture de ces animaux ; l’objet de ces permissions est de retirer la plus foible des retributions des paysans qui transportent sans cesse a Narbonne ces plantes, pour entretenir le feu des pauvres familles ; feu qui aussi peu utile que celui de la paille, & aussi facile à s’enflammer, augmente leur pauvreté en la soulageant dans le moment par la modicité du prix : on travailleroit pour leur intérêt, & en même tems pour la conservation & l’augmentation des troupeaux, si l’on interdisoit ces permissions qu’un foible intérêt a introduites depuis peu, & qui frappe directement contre la partie la plus précieuse des manufactures de Languedoc, & en même tems contre l’agriculture. Il est aisé de voir que cela diminue les engrais nécessaires aux terres cultivées de ces montagnes qui, toutes légeres, ne donnent que des pauvres récoltes & peu d’herbes dans les guérets, si indispensables dans l’hiver pour fournir, comme nous venons de l’expliquer, des nourritures aux brebis & à leurs agneaux.

C’est ici le lieu de parler des abeilles. La fleur des romarins dure, en se renouvellant, pendant huit à neuf mois de l’année. C’est celle que les abeilles recherchent par préférence à toutes les autres ; c’est aussi celle qui donne le miel le plus parfait ; c’est perdre tous ces avantages en arrachant ces plantes, comme c’est détruire visiblement les troupeaux, au lieu de faire les derniers efforts pour les conserver. L’exposition des bergeries n’est pas indifférente pour y concourir ; on cherche pour leur emplacement des monticules qui ne soient pas dominées de trop près par d’autres hauteurs pour en détourner apparemment l’humidité qui y seroit produite par les transpirations, & pour y conserver un air sain ; on paroît d’ailleurs assez indifférent à l’exposition quant au soleil. J’ai remarqué cependant que les agneaux qu’on tient enfermés pendant que leurs meres sont aux champs, vont toujours se placer vis-à-vis les ouvertures par lesquelles le soleil échauffe les bergeries, cherchant le plus grand jour, & surtout une chaleur bienfaisante propre à les défendre des rigueurs du froid qui les tient engourdis, couchés & immobiles. Cela nous indique l’exposition à donner aux bergeries. Il faut tourner les longues faces au midi, y pratiquer les portes & les fenêtres, les abajours, & n’en faire aux autres faces que les indispensables, surtout en celles qui sont tournées aux vents, dont il faut tâcher de se garantir, soit par-là, soit en plaçant les bergeries de façon à en être à l’abri. Il vaut mieux faire les bergeries longues & étroites pour remplir ces deux conditions à l’avantage des troupeaux, & on diminuera ainsi la hauteur des pignons, & par conséquent la grandeur sans diminuer l’étendue du sol ; la transpiration, les excrémens & le souffle des animaux échauffera mieux les bergeries. On fera bien, quand ces pignons seront trop hauts, de les retrancher par un plancher qui sera propre à y déposer des fourrages en provision, & à intercepter les frimats qui se font sentir à-travers les toits.

Il est donc nécessaire de procurer la chaleur à nos bergeries pendant l’hiver, au lieu qu’elle est dangereuse pendant le tems chaud. On y respire alors un air échauffé, piquant & mauvais, toujours nuisible aux troupeaux qu’on y enferme pendant la nuit : ce qui nous doit porter à les faire parquer, indépendamment des avantages résultans pour nos terres ; il est fâcheux que la paresse de nos bergers l’emporte sur une raison aussi forte. Les moins indolens se contentant de parquer vers le mois de Mai, au lieu de commencer vers le mois de Mars, & souvent plutôt, selon la constitution favorable de l’année. On se fonde sur ce délai à parquer, en ce que l’on craint que la pluie survenant dans la nuit, il faudroit que les troupeaux, quelque grande qu’elle fût, la supportassent, & qu’il en périroit beaucoup ; on en est si prévenu, que nos bergers la redoutent pendant le jour en toute saison, au point qu’ils se rapprochent des bergeries dès que le tems leur paroît un peu ménaçant. Il est pourtant vrai que les troupeaux des environs de Montpellier où la température de l’air differe peu de celle du climat dont il est question, parquent presque toute l’année sans qu’on en ressente de plus grands inconvéniens. Les qualités des laines rendroient-elles différens les effets de cette bonne pratique, & seroit-elle seulement pernicieuse pour les troupeaux à laine fine ? Il est du-moins certain que l’humidité qui les imbibe, y dure plus long-tems, parce que les poils en sont plus fins & plus serrés, donnant par-là plus de difficulté à l’air de pénétrer dans l’épaisseur de la toison, & à l’eau de s’en écouler.

Il s’ensuit cependant, en ne parquant que tard, un autre desavantage. Les sols des bergeries deviennent humides, à mesure qu’on avance dans la belle saison, parce que les troupeaux se nourrissant beaucoup des herbes fraîches, font des excrémens & rendent des urines à proportion : cela produit comme une espece de glu qui s’attache à la laine des flancs, & plus encore à celle des fesses sur laquelle ils se couchent. On voit alors du crotin arrondi pendre au derriere & grossir comme des noix jusqu’au tems de la toison, matiere nuisible sans doute aux parties qui en sont affectées, rendant la laine plus courte & d’une couleur brûlée, au point qu’on la met à part, & qu’on ne la vend guere au-delà de la dixieme partie du prix de celle du reste de l’animal. La plus belle est celle qui se trouve vers le milieu des flancs ; elle diminue de beauté à mesure qu’elle se trouve à la partie que les excrémens atteignent ; celle qui couvre le dos, vaut moins que celle des flancs, soit à cause que le suint y abonde moins, soit parce que la poussiere qu’élevent les troupeaux en marchant, y tombant, se mêle à demeure avec elle en descendant jusque sur la peau, & cause beaucoup de peine aux tondeurs, quand les ciseaux parviennent à ces endroits. La laine des flancs n’est pas sujette à retenir cette poussiere à cause de la direction des poils de la laine en ces parties qui est de haut vers le bas, au lieu qu’ils vont presque verticalement en remontant vers l’échine.

Cette poussiere qu’on ne peut empêcher de s’élever sous les troupeaux, d’autant plus abondamment que la terre est seche, a fait naître à certains bergers l’envie d’en augmenter le volume sur leurs troupeaux au tems de la toison, afin que pesant davantage & la vendant en suint, ils ayent plus d’argent. Ils cherchent pour cela un champ labouré dont la terre soit légere, seche & d’un sable extrèmement fin ; ils y resserrent leurs troupeaux, & les forçant de courir ou marcher vite en cet état, il s’éleve un tourbillon de poussiere qui les couvre & se dépose dessus d’autant plus abondamment, qu’un vent arriere favorise leur course.

Il est encore une autre malversation moins connoissable & bien souvent pernicieuse au maître du troupeau : elle consiste à l’enfermer la veille du jour qu’on veut les tondre, dans la bergerie où l’on le contraint d’occuper beaucoup moins de place qu’à l’ordinaire, afin que suant avec abondance pendant la nuit, le suint remplisse mieux les vuides des fils de la laine & la rende plus pesante. Cette transpiration est si abondante quelquefois, qu’il périt plusieurs de ces pauvres bêtes sur la place. Il est pourtant essentiel d’enfermer les troupeaux pendant cette nuit-là, parce que s’ils parquoient, la fraîcheur empêcheroit la transpiration suffisante, & les tondeurs le lendemain matin ne trouvant pas la laine assez humide pour la tondre légerement, la besogne seroit mal faite, plus difficile, & souvent les animaux blessés avec les ciseaux ; on verroit sur la peau comme des fillons de laine trop éminens en pure perte ; il faut donc enfermer les troupeaux, mais les laisser dans la bergerie avec la même aisance qu’auparavant. La transpiration qui en resulte, est reconnue si nécessaire, qu’on préfere de les laisser enfermés & à jeun pendant tout le jour de la toison, pour la conserver ou la produire, afin qu’ils ne sentent pas l’air extérieur avant que d’être tondus. Le jeûne cruel ne finit cependant que vers le coucher du soleil, tems auquel la journée des ouvriers finissant aussi, laisse encore un tems suffisant pour faire paître frugalement ces animaux ; s’il étoit plus long, le jeûne causeroit l’indigestion. Cette pratique est une espece d’épreuve dont les effets peuvent nuire. Les bêtes moins vigoureuses devroient être tondues les premieres, afin de les faire paître en troupeau d’abord après.

Je finis en expliquant comment on peut connoitre la qualité de nos laines en les voyant sur l’animal. Elle y est crevassée sur tous, y formant sur le dos des bandes distinctes dans le sens de la tête à la queue, & des especes de zones ceignant les flancs & le cou dans une direction verticale ou à-peu-près, séparées entr’elles par des sillons ou crevasses ouvertes à la surface de la laine se réduisant à rien sur la peau. Chaque zone est entrecoupée de-près-en-près par des petits sillons en tous les autres sens. Tous ces sillons sont plus ou moins ouverts, selon la posture de l’animal ; ils sont plus grands quand il marche ou qu’il est couché, que quand il est debout en repos, ou qu’il regarde. Ils sont plus étroits & plus nombreux sur l’animal à laine fine que sur celui qui l’a moins fine & plus grossiere, parce qu’en celui-là la laine y est plus courte. Il en est de ces différentes largeurs des sillons comme de la grandeur des degrés de deux différens cercles, les plus grands degrés se trouvant dans celui dont le rayon est plus grand. Ils sont plus nombreux, parce que les fils en sont plus fins, & qu’il y en a un plus grand nombre à étendues égales de la peau de l’un & de l’autre, ensorte qu’ayant moins de vuide sur l’animal à laine fine entre les fils pour se rapprocher & s’unir, il faut nécessairement qu’ils se mettent, pour ainsi dire, en plus petits floccons qu’en l’animal qui les a plus gros & plus distans entr’eux. Le plus de finesse des fils & leur plus grande proximité étant plus propre à arrêter la transpiration appellée le suint ; la laine en est plus pesante, quoique moins longue. Ce suint est si abondant, surtout dans le printems, qu’il se distingue singulierement sur l’animal à laine fine vers la jointure de ses épaules ; on le voit alors comme couler le long de la laine qu’il réduit là en une forme appellée par les bergers des aiguillettes, ressemblante assez à la frisure que les Perruquiers appellent en béquille. Article de M. Barthés le pere, de la société royale des Sciences de Montpellier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « troupeaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
troupeaux trupo play_arrow

Citations contenant le mot « troupeaux »

  • Hautes-Alpes - Protection des troupeaux : "Il faut... LaProvence.com, Société | Hautes-Alpes - Protection des troupeaux : "Il faut assouplir la procédure de tirs" | La Provence
  • Le déficit de précipitations qui a touché au printemps une large partie du territoire s’est accentué ces dernières semaines, avec un mois de juillet très sec au niveau national. Dans certains départements, cette situation conduit à une sécheresse des sols qui affecte notamment les prairies, et pénalise l’alimentation des troupeaux. Cette sécheresse vient aggraver une situation déjà difficile pour les éleveurs, dont les stocks de fourrage avaient été diminués par la répétition des sécheresses des années passées. Dans ces conditions, les éleveurs des zones les plus touchées par ces aléas climatiques n’ont souvent pas d’autre choix que d’utiliser leurs jachères pour assurer l’alimentation de leur troupeau. centrepresseaveyron.fr, Les éleveurs de l’Aveyron vont pouvoir utiliser leurs jachères - centrepresseaveyron.fr
  • Depuis 2018, les attaques de loups sur les troupeaux se multiplient sur notre territoire. Les éleveurs se retrouvent confrontés à une problématique qui ne date pas d’hier : comment faire cohabiter le loup et le pastoralisme ? Le Messager, Faucigny : loups et troupeaux peuvent-ils cohabiter ? - Le Messager
  • Un film avec Jean-Marc Landry, éthologue, spécialiste des chiens de protection des troupeaux.réalisé par Jérome Bouvier.Cette vidéo, publiée l'été dernier, reste toujours d'actuatlité !Elle a été complétée par une autre, concernant le rôle des chiens de protection. Retrouvez-les, avec d'autres informations, dans les articles du site internet du Parc national des Ecrins :http://www.ecrins-parcnational.fr/dossier/chiens-protection-contexte-gestes-adopterhttp://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/mieux-cohabiter-chiens-protection Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor, Rando : quel comportement adopter face aux chiens de troupeau ? – Outside | Le magazine des amoureux de sports et culture Outdoor
  • Cela fait maintenant plusieurs années que les éleveurs de brebis s'inquiètent des attaques de chiens sur les collines du Lot. Laissés libres dans la nature, ils attaquent les troupeaux et causent de gros dégâts. Certains décident même de porter plainte. France Bleu, VIDÉO - Dans le Lot, le "fléau" des chiens errants qui s'attaquent aux troupeaux de brebis
  • @dstrub, tu devrais bivouaquer au milieu des troupeaux la nuit. Comme çà tu serais plus à même d'expliquer aux bergers ce qu'il faut faire ladepeche.fr, Attaques de troupeaux en série dans les Hautes-Pyrénées : les éleveurs accusent l'ours - ladepeche.fr
  • Le bonheur ne consiste pas dans la possession de troupeaux et de l'or. C'est dans l'âme qui est le siège de la béatitude. De Démocrite / Physiologie du mariage
  • Il est vrai qu'en matière de sottise les meilleurs candidats ne se trouvent pas toujours dans les troupeaux de moutons. De Anonyme
  • Des gouverneurs lui conseillant d'augmenter l'impôt des provinces, il* leur écrivit que le devoir d'un bon berger était de tondre le troupeau, non de l'écorcher. Suétone en latin Caius Suetonius Tranquillus, Vies des douze Césars, Tibère, XXXII

Images d'illustration du mot « troupeaux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « troupeaux »

Langue Traduction
Corse bande
Basque ganadu
Japonais 群れ
Russe стада
Portugais rebanhos
Arabe قطعان
Chinois 牛群
Allemand herden
Italien greggi
Espagnol rebaños
Anglais herds
Source : Google Translate API

Synonymes de « troupeaux »

Source : synonymes de troupeaux sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires