Torchée : définition de torchée

chevron_left
chevron_right

Torchée : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TORCHER, verbe trans.

A. − Fam. Qqn torche qqc.
1. Essuyer, frotter quelque chose avec un bouchon de paille, du papier, un torchon. Et moi je devais rester à la maison à récurer le derrière de Michou et à torcher les casseroles. Merci! (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 220).On torche la lame d'acier, essayant du pouce le tranchant de ses dents triangulaires ou on la déboulonne pour en mettre une neuve à la place (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 165).
Empl. pronom. réfl. indir. Vous allez me faire le plaisir de vous torcher la figure et de sourire (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 218).
Loc. Il peut s'en torcher le bec. Il n'en aura pas; il ne goûtera pas de cet aliment. (Dict. xixeet xxes.).
2. Rendre un plat net en mangeant tout ce qu'il contient et, parfois, en l'essuyant avec du pain. Torcher son assiette. Il hochait la tête, guettant les garçons, pour ne pas leur laisser emporter les plats sans les avoir torchés (Zola, Assommoir, 1877, p. 454).Petit-Pouce venait de torcher la dernière goutte de jus qui croupissait encore dans son assiette (Queneau, Pierrot, 1942, p. 125).
B. − Pop. Nettoyer le derrière de quelqu'un. Elle est dégoûtée des enfants. Impossible de coudre, avec eux! À chaque instant il faut aller les torcher (Renard, Journal, 1905, p. 953).
Empl. pronom. réfl. Nous n'avions droit, nous, qu'au papier journal fourni par La Croix, après que Fine eut découpé aux ciseaux le coin gauche de ce pieux quotidien, où est imprimée la désolante image du calvaire. On ne peut décemment se torcher avec un tel emblème (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 187).
Loc. fig. Se torcher le cul/le derrière avec/de qqc., s'en torcher (le derrière, le cul). Faire peu de cas de quelque chose, s'en moquer éperdument. [Il a dit] qu'il méprisait le signe national, et qu'il s'en torcherait le derrière (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 360).Ah! moi ce que j'en dis!... Je m'en torche!... Ça m'est bien égal!... C'est pas mon service les dingos! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 673).
C. − Vx, pop. Qqn torche qqn.Rouer quelqu'un de coups, lui donner une torchée. Il se fera torcher (Ac. 1798, 1835).
Empl. pronom. réciproque. Se battre. (Dict. xixeet xxes.).
D. − Qqn torche qqc.
1. Recouvrir un mur, une cloison avec du torchis (Dict. xixeet xxes.).
2. Fam. Exécuter quelque chose très rapidement et sans soin; bâcler. Synon. fam. torchonner.Tu as du culot, tu sais faire parler les gens, tu es débrouillarde, tu passerais partout. Et pour ce qui est de torcher un papier, ça s'apprend vite (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 164).
E. − Spécialement
1. ÉN. PÉTROL. Brûler les gaz excédentaires dans une torchère. (Dict. xxes.).
2. [En Afrique Noire] Éclairer quelque chose avec une torche électrique (d'apr. Invent. Particul. lex. Fr. Afr. n. 1983).
REM.
Torchée, subst. fém.,pop. Volée de coups. Synon. pop. dérouillée.Filer, coller une torchée. Les torchées que je lui ai flanquées à la Robidet bien du monde pourrait t'en causer (Aymé, Vouivre, 1943, p. 110).
Prononc. et Orth.: [tɔ ʀ ʃe], (il) torche [tɔ ʀ ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 « essuyer, frotter, enlever la saleté » (Eneas, 3547 ds T.-L.); b) ca 1165 « étriller, brosser (un cheval) » ([Chrétien de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 1002); c) fin xiies. torchier son cul (Audigier, éd. O. Jodogne, 120); 1534 se torcher « essuyer ses excréments » (Rabelais, Gargantua, XII, éd. R. Calder, M. A. Screech et V.-L. Saulnier, p. 92 et 93); 1640 se torcher le derrière de « ne faire aucun cas de » (Oudin Curiositez); 1867 se torcher le cul de « id. » (Delvau); d) fin xiies. soi torchier « se frotter (avec un onguent) » (Prise d'Orange, éd. Cl. Régnier, 389); e) 1260-1311 torcier (son bec) en parlant d'un oiseau « nettoyer » (Auberon, éd. J. Subrenat, 119); 1541 torcher sa bouche « s'estimer non coupable » (Calvin, Instit. chrét., livre III, chap. IV, 19, éd. J.-D. Benoît, t. 3, p. 119); 1561 se torcher le nez de qqc. « ne pas l'obtenir » (Grevin, Esbahis, V, 3 ds Hug.); 1577 s'en torcher le bec « devoir renoncer à » (R. Belleau, La Reconnue, II, 4 ds Gdf. Compl.); 1578 torcher sa bouche « se résigner à être frustré » (H. Estienne, Dial. du lang. franç. ital., I, 179 ds Hug., s.v. bouche1); 2. 1160-1174 « emballer, empaqueter » (Rou, II, éd. A. J. Holden, 2423); 3. déb. xiiies. « battre, rosser (quelqu'un) » (Ste Julienne, 473 ds T.-L.); 4. a) 1205-50 torchier ses gernons (d'aucun repast) « manger, consommer (quelque chose) » (Renart, branche XIII, éd. E. Martin, 886); 1866 torcher un plat « manger gloutonnement tout ce qu'il contient » (Delvau); b) 2emoit. du xiiies. « recouvrir (un mur) de torchis » (Du Prestre et des .II. ribaus ds Gdf. Compl.); c) 1767 bien torché « bien fait (en parlant d'une œuvre de peinture) » (Diderot, Salon ds Littré); 1798 torcher son ouvrage « faire à la hâte » (Ac.); 1808 bien torché « bousillé » (Hautel); 1823 torché « fait à la hâte, mal fait » (Boiste); 1835 (ouvrage) mal torché « fait grossièrement » (Ac.); 1783 mal torché « mal habillé, sale, dégoûtant » (Restif de La Bret., Contemp. du commun, p. 220). Dér. de torche*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 91.
DÉR.
Torcheur, subst. masc.,fam. [Corresp. à supra D 2] Artiste qui torche un tableau, un écrit. Il en est de même de Carpeaux, de Courbet, de Rodin (...) de tous ceux qui apportant une formule nouvelle, ou un peu bousculante, du beau, avaient soulevé l'indignation, mêlée à l'envie, de la foule ignorante, ameutée par les torcheurs de croûtes et les tailleurs de navets (L. Daudet, Rech. beau, 1932, p. 61).Pire encore, elle aurait pu s'amouracher d'on ne sait quel artiste peintre ou torcheur de sonnets ou autre voyou anarchisant (Aymé, Bœuf cland., 1939, p. 29). [tɔ ʀ ʃ œ:ʀ]. 1reattest. 1287 (doc. ds Bevans, The Old french vocabulary of Champagne, p. 70); de torcher, suff. -eur2*.
BBG.Darm. Vie 1932, p. 160.

TORCHÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de torcher*.
II. − Adj., fam.
A. − [En parlant d'une œuvre artist.] Qui est fait avec vigueur et maestria. Synon. léché.J'ai fait lire ces lignes à M. le Curé de Torcy, mais je n'ai pas osé lui dire qu'elles étaient de moi (...). Enfin, il m'a dit: « Ton ami n'écrit pas mal, c'est même trop bien torché (...) » (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1066).Ce n'est pas comme celle [l'ode] que vous avez écrite sur le bois de Saint-Cucufa et la route de l'Empereur. C'était torché (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 30).
P. ext. Qui est bien ou mal exécuté. Cela est mal torché, torché à la diable (Ac. 1835-1935).
B. − [En parlant d'une pers.] Vieilli. Qui est bien ou mal vêtu. Cette femme est mal torchée (Ac. 1878).
Prononc.: [tɔ ʀ ʃe]. Étymol. et Hist. V. torcher. Fréq. abs. littér.: 21.

Torchée, subst. fém.,pop. Volée de coups. Synon. pop. dérouillée.Filer, coller une torchée. Les torchées que je lui ai flanquées à la Robidet bien du monde pourrait t'en causer (Aymé, Vouivre, 1943, p. 110).

Torchée : définition du Wiktionnaire

Nom commun

torchée \tɔʁ.ʃe\ féminin

  1. Fait de torcher quelqu'un.
    • Filer, coller une torchée.
  2. Fait d'infliger une sévère défaite.
    • Un débutant peut même mettre une torchée à un joueur expérimenté s'il a les cartes qui vont bien.
  3. Murge, fait de se torcher, résultat de cette action.
    • Une torchée au whisky.
  4. (Agriculture) Fourchée de fumier que l’on plie en deux et que l’on applique le dos en dehors sur le bord d’une couche en montant. [1]

Forme de verbe

torchée \tɔʁ.ʃe\

  1. Participe passé féminin singulier de torcher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « torchée »

Étymologie de torchée - Wiktionnaire

 Dérivé de torcher avec le suffixe -ée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « torchée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
torchée tɔrʃe play_arrow

Images d'illustration du mot « torchée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « torchée »

Langue Traduction
Corse flared
Basque flared
Japonais フレア
Russe расклешенные
Portugais queimado
Arabe متوهج
Chinois 喇叭形
Allemand flammte auf
Italien svasato
Espagnol acampanado
Anglais flared
Source : Google Translate API

Synonymes de « torchée »

Source : synonymes de torchée sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires