Timbré : définition de timbré


Timbré : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TIMBRÉ, -ÉE, adj.

A. −
1. Fam. [En parlant d'une pers.]
a) Loc., vx. Cerveau, cervelle, tête mal timbré(e). Esprit mal équilibré. (Dict. xixeet xxes.).
b) Écervelé, un peu fou. Synon. cinglé, piqué, sonné, toqué.Il est un peu timbré. Il y a des jours où on le croirait timbré. − Pas du tout, c'est encore de ces hommes très rusés... (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 134).Mademoiselle, ne craignez rien. Votre gouvernante est timbrée. Elle voit le mal partout. Le mal est-il sur moi? Suis-je le mal? (Audiberti, Mal court, 1947, I, p. 142).
Empl. subst. Cela joue à tort et à travers avec le destin, je parle des timbrés (Giraudoux, Lucrèce, 1944, III, 4, p. 168).
2. [En parlant d'une voix] Qui a du timbre (v. ce mot C), qui résonne bien. Une voix bien timbrée. Sa voix, toujours caressante et timbrée pour l'expression des mots tendres, avait acquis je ne sais quelle plénitude nouvelle qui lui donnait des accents plus mûrs (Fromentin, Dominique, 1863, p. 98).Il parlait d'une voix sonore, déclamatoire, timbrée comme il est d'usage au Théâtre-Français (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 224).
B. − Spécialement
1. ADMIN., COMM., DR. Marqué d'un timbre (v. ce mot E). Acte timbré. Roubaud circule, distribuant de grandes feuilles timbrées de bleu au coin gauche, et des pains à cacheter. (...) il faut écrire au coin son nom, avec celui de l'école où nous avons fait nos études, puis replier et cacheter ce coin (Colette, Cl. école, 1900, p. 194).Ces connaissements doivent être rédigés en:deux exemplaires timbrés, l'un qui accompagne la marchandise et que garde le transporteur (...), l'autre qui est remis au chargeur et vaut titre de propriété de la marchandise (Nav. intér. Fr., 1952, p. 18).
En partic. [Suivi d'un adj. ou d'un compl. prép. spécifiant l'orig.] Enveloppe timbrée au sceau du département de la guerre; papier timbré de la mairie. Le ministre, par sa dépêche timbrée particulière du 5, m'a ouvert un crédit de 1 200 francs pour mes élections (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 85).Sur le plateau, une enveloppe jaune, timbrée du lycée: son renvoi, sans doute; il l'avait cachée sous le tapis de la table (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 639).
Papier timbré. Papier destiné à la rédaction d'actes civils ou judiciaires soumis au droit de timbre et portant la marque de l'État, représentant le paiement de la taxe exigée. Anton. papier* libre.Expropriés! Il remâchait ce mot et le trouvait brutal, gros de déconvenues, de menaces, de visites d'huissiers, de papier timbré bleu! (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 155).
2. HÉRALD. [En parlant de l'écu] Surmonté d'un timbre (v. ce mot D). L'écu était soutenu, de dextre et de senestre, par deux chimères d'or, et timbré, au milieu, d'un plumail d'azur (Zola, Rêve, 1888, p. 61).
P. anal. [En parlant d'un objet] Orné d'armoiries, d'initiales, d'un chiffre, d'un insigne. M. de Vaubert se mit devant un bureau, et, sur un joli papier qu'il avait rapporté de Paris, glacé, musqué, timbré aux armes de sa maison, il écrivit les lignes suivantes (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 283).L'état-major partit le dernier. J'avais rempli un fourgon timbré J M, de mes liasses de paperasses jaunes (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 141).
3. POSTES ET TÉLÉCOMM.
a) Timbré de + compl. indiquant l'orig.Qui porte le timbre de (v. timbre E 3 a). Lettre timbrée d'Odessa. Depuis quelque temps, il recevait des lettres fréquentes, timbrées de Besançon (Zola, Conquête Plassans, 1874, p. 1002).Elle me raconta qu'Odile était la maîtresse de François, que cela durait depuis six mois et que même elle, Misa, avait été priée par Odile de se charger de transmettre leurs lettres pour que les enveloppes timbrées de Toulon n'attirassent pas mon attention (Maurois, Climats, 1928, p. 109).
b) Qui porte un timbre-poste. Lettre timbrée; joindre une enveloppe timbrée pour la réponse. Je vous mets dans cette enveloppe une enveloppe timbrée à mon adresse avec un papier dedans, si cela vous ennuie de m'écrire, vous n'avez qu'à mettre votre nom sur le papier sans plus et je comprendrai que vous ne m'abandonnez pas (Montherl., Pitié femmes, 1936, p. 1214).Les correspondants devaient envoyer leur lettre sous pli timbré et y ajouter 45 frs (Weinand, Public. radioph., 1964, p. 24).
4. TECHNOL. [En parlant d'une chaudière] Sur laquelle est apposé un timbre (v. ce mot E 4). Le paquebot hollandais Nieuw Amsterdam (...) avec ses chaudières anglaises (...) timbrées à 42 kilos (Le Masson, Mar., 1951, p. 79).
Prononc. et Orth.: [tε ̃bʀe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Av. 1570 « se dit de quelqu'un qui a le cerveau dérangé » (Du Tillet, Hist. de la fête des fous, p. 125 ds La Curne); 2. 1832 voix bien timbrée « se dit d'une voix qui résonne bien » (Karr, Sous tilleuls, p. 20). Dér. de timbre*; suff. *. Fréq. abs. littér.: 312. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 363, b) 563; xxes.: a) 614, b) 344. Bbg. Quem. DDL t. 13.

Timbré : définition du Wiktionnaire

Adjectif

timbré \tɛ̃.bʁe\

  1. Muni d’un timbre.
    • Veuillez joindre une enveloppe timbrée.
  2. Qui permet d’acquitter le droit de timbre.
    • Du papier timbré.
  3. Qui a un certain timbre, en parlant d’un son.
    • Une voix bien timbrée est une voix qui a un bon timbre, qui résonne bien.
    • Son sourire me remplissait d'une béatitude infinie ; la vibration de sa voix si douce et cependant fortement timbrée me faisait tressaillir de joie et d'amour. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
  4. (Figuré) (Familier) Qui a l’esprit dérangé
    • Persuadé que le jeune homme avait le cerveau un peu timbré, le portier avait fini par trouver l’explication du mystère. — (Eugène Chavette, La Chambre du crime, 1875)
    • Et qui donc avait osé… Sûrement cet imbécile de Simon. Il en était certain, il reconnaissait le style de ce garçon timbré. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 67)
  5. (Héraldique) Qui est surmonté d’un casque ou d’une autre marque de dignité.
    • Un écu timbré d’une couronne.
    • Une statue d’abbé est appuyée contre le mur : un gros anneau au médius de la main droite, un menton long, des pommettes saillantes, [...], et un écusson qui est d’hermine à trois fasces au chef chargé d’un lambel à trois pièces timbré de la croix abbatiale. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 172, 2012)

Forme de verbe

timbré \tɛ̃.bʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de timbrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Timbré : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TIMBRER. v. tr.
Marquer d'un timbre un papier, pour qu'il puisse servir aux usages déterminés par la loi. Timbrer du papier. Faire timbrer une valeur au porteur. Il signifie encore Apposer un timbre-poste sur une lettre, un timbre de quittance sur un reçu, etc. Il a oublié de timbrer sa lettre. Il signifie aussi Marquer une lettre du timbre d'un bureau de poste, qui fait connaître soit le lieu et le jour du départ, soit le jour de l'arrivée. Cette lettre est timbrée de Bordeaux. Il signifie également Imprimer la marque d'une administration, d'une maison de commerce, etc. Timbrer les livres d'une bibliothèque. On dit aussi Estampiller. En termes de Procédure et d'Administration, il signifie Écrire en tête d'un acte la nature de cet acte, sa date et le sommaire de ce qu'il contient. Timbrer des pièces. En termes de Blason, il signifie Mettre au-dessus, d'un écu un timbre ou quelque autre marque d'honneur, de dignité. Les armes du pape sont timbrées d'une tiare. Le participe passé

TIMBRÉ s'emploie comme adjectif. Du papier timbré. Une voix bien timbrée, Une voix qui a un bon timbre, qui résonne bien. Fig. et fam., Une cervelle, une tête timbrée, Une personne qui a l'esprit dérangé. On dit dans le même sens : Cet homme est timbré, est un peu timbré. En termes de Blason, il signifie Qui est surmonté d'un casque ou de quelque autre marque de dignité. Un écu timbré d'une couronne.

Timbré : définition du Littré (1872-1877)

TIMBRÉ (tin-bré, brée) part. passé de timbrer
  • 1 Fig. et familièrement. Une cervelle, une tête, un cerveau mal timbré, ou qui n'est pas bien timbré, un écervelé, un fou (locution qui vient de l'emploi métaphorique de timbre fêlé pour raison dérangée). Le premier président de Bordeaux est amoureux d'elle [Mme de Brissac] comme un fou ; il est vrai que ce n'est pas d'ailleurs une tête bien timbrée, La Fayette, dans SÉV. t. III, p. 204, éd. RÉGNIER. La vie de la duchesse de Montbazon fut obscure, et ses mœurs et sa tête mal timbrée avaient beaucoup fait parler d'elle, Saint-Simon, 260, 109.

    On dit dans le même sens : une personne timbrée, une cervelle, une tête timbrée. Je suis bien aise que vous ayez en main toutes les pièces sur lesquelles vous pourrez juger à loisir si je suis timbré ou non, Rousseau, Corresp. du Peyrou, t. III, p. 251, dans POUGENS. Il y a déjà quelque temps que je m'aperçois qu'il est un peu timbré, Genlis, Th. d'éduc. le Magistrat, II, 3.

  • 2Marqué d'un timbre. Cette lettre n'est pas timbrée. Cette ferme en un an produirait plus de rente Que le papier timbré ne peut rendre en quarante, Regnard, le Distr. IV, 9. …un bavard en robe, apprenti chicaneur, Qui, de papiers timbrés barbouilleur téméraire…, Voltaire, Ép. 50. J'ai reçu le 12 de ce mois par la poste une lettre anonyme, sans date, timbrée de Lille et franche de port, Rousseau, Lett. à Panckoucke, 15 fév. 1761.
  • 3 Terme de blason. Timbré se dit de l'écu couvert du casque ou timbre.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « timbré »

Étymologie de timbré - Wiktionnaire

(adjectif) De timbre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « timbré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
timbré tɛ̃bre play_arrow

Citations contenant le mot « timbré »

  • Marseille : une passion à vous rendre timbré ! LaProvence.com, Société | Marseille : une passion à vous rendre timbré ! | La Provence
  • Tout est dans la forme, et il n'y a entre le crime et l'innocence que l'épaisseur d'une feuille de papier timbré. De Anatole France / Crainquebille

Traductions du mot « timbré »

Langue Traduction
Corse stampatu
Basque estanpatua
Japonais 刻印
Russe штампованный
Portugais carimbado
Arabe مختومة
Chinois 盖章
Allemand gestempelt
Italien timbrato
Espagnol sellado
Anglais stamped
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires