La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « thalamo-corticaux »

Thalamo-corticaux

Phonétique du mot « thalamo-corticaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
thalamo-corticaux talamɔkɔrtiko

Citations contenant le mot « thalamo-corticaux »

  • Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont observé l’activité cérébrale et certaines variables physiologiques (rythme cardiaque, respiratoire, etc.) de 18 volontaires pendant 2 nuits, l’une dans un lit en mouvement, l’autre en position stationnaire. Conclusion ? L’endormissement était plus rapide lorsqu’ils étaient bercés et les phases de sommeil profond plus longues, avec moins de micro-réveils. Et ce n’est pas tout : la mémoire est également impactée, puisque les participants devaient retenir des paires de mots avant de se coucher. Là encore, les résultats étaient meilleurs après la nuit en mouvement (grâce à une meilleure synchronisation de l’activité neuronale des réseaux thalamo-corticaux). Les mêmes tests menés sur des souris, dont une partie avait vu ses récepteurs de l’oreille interne altérés, ont permis de conclure que le bercement a un véritable impact sur la partie du cerveau en charge de la qualité du sommeil. Les chercheurs souhaitent désormais déterminer quels réseaux neuronaux sont précisément impactés. Cela pourrait ouvrir la voie à de nouvelles façons de traiter les troubles du sommeil. Affaire à suivre… Biba Magazine, Sommeil : être bercé aide à bien dormir... même les adultes ! - Biba Magazine
  • Le cerveau n'a décidément pas fini de livrer tous ses mystères. Au terme d'une étude conduite sur des rats et publiée dans « The Journal of Neuroscience », une équipe de chercheurs de l'Institut de neurosciences cognitives et intégratives d'Aquitaine a annoncé une découverte surprenante. Celle-ci concerne les zones du cerveau impliquées dans la prise de décisions adaptées. Une fonction vitale pour tout être vivant, qui doit être capable de prendre en compte des modifications soudaines de son environnement et d'en tirer les décisions qui s'imposent afin de continuer à y subsister. De telles prises de décision sont considérées, au même titre que le langage ou le raisonnement, comme des fonctions cognitives évoluées, dont le siège est le cortex préfrontal, très développé chez l'homme. Mais les chercheurs bordelais ont découvert que la prise de décisions adaptées sollicitait aussi une autre région du cerveau, bien plus profondément enfouie mais fortement connectée au cortex préfrontal : le thalamus submédian. La poursuite de l'étude des circuits « thalamo-corticaux » ainsi mis à jour pourrait conduire, à terme, à une meilleure connaissance de nombreuses pathologies, comme la schizophrénie ou l'addiction. Les Echos, Quand notre cerveau prend une décision | Les Echos
  • Concrètement, les données physiologiques montrent que le bercement synchronise l’activité des neurones situés dans les réseaux thalamo-corticaux. Une région du cerveau jouant un rôle clef dans la consolidation du sommeil et la mémoire. Santé sur le net, Et s'il suffisait de se faire bercer pour (re)trouver le sommeil ? -

Traductions du mot « thalamo-corticaux »

Langue Traduction
Anglais thalamo-cortical
Espagnol thalamo-cortical
Italien talamo-corticale
Allemand thalamokortikal
Chinois 丘脑皮质
Arabe المهاد القشرية
Portugais thalamo-cortical
Russe таламо-кортикальных
Japonais 視床皮質
Basque thalamo-cortical
Corse talamo-corticale
Source : Google Translate API

Thalamo-corticaux

Retour au sommaire ➦

Partager