Taquiner : définition de taquiner


Taquiner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAQUINER, verbe trans.

A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Contrarier par jeu et malice quelqu'un par des gestes ou des paroles sans importance mais répétés; provoquer quelqu'un par jeu pour lui faire perdre son calme. Synon. agacer, asticoter (fam.), faire enrager, mécaniser (pop., vx), tracasser.Lorsque Lazare la négligeait un instant (...), elle devenait si malheureuse, qu'elle se mettait à le taquiner, à le provoquer, préférant le danger à l'oubli (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 942).Il était taquin. C'est parce qu'il avait de l'amitié pour ma mère qu'il exerçait de préférence sur elle son humeur contrariante. On ne taquine que ceux qu'on aime (A. France, Vie fleur, 1922, p. 471).
Taquiner qqn au sujet de, sur qqc. Il la taquinait sur sa paresse et lui faisait d'affectueuses agaceries (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 210).
Empl. abs. Il ne fait que taquiner (Ac.1798-1935).C'est parce que j'attends, Que j'aime à taquiner; ça fait passer le temps (Ponsard, Honn. et argent, 1853, II, 3, p. 25).
Empl. pronom. Réfl. (rare). Je suis d'un caractère taquin, voyez-vous, et je... j'ai l'habitude de me taquiner. Mais je... je ne peux pas me taquiner sans répit: là-bas il y avait les nuits. Je dormais (Sartre, Huis clos, 1944, 1, p. 118).Réciproque. Bernard et Peters se montrent bourgeois égrillards, qui disent beaucoup de polissonneries, et se taquinent mutuellement, au sujet de leurs femmes (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 584).
2. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé]
a) Toucher légèrement ou nerveusement. Elle (...) regardait, avec une feinte distraction, le bout de son pied taquiner la frange d'un tapis (Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1098).Il me poussa sur le visage et sur la nuque des boutons que je taquinais avec nervosité (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 103).
b) Utiliser, manier par jeu, par distraction ou en amateur. Taquiner un instrument de musique. Rodolphe, entiché d'alchimie et de magie, s'entourait d'une cour véritablement « hermétique ». Chacun, jusqu'aux valets de pied, y taquinait matras et cornues (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 56).
Loc. fam. Taquiner le goujon. V. goujon1.Taquiner la muse. V. muse1B 1 ex. de Romains.Taquiner les pinceaux; la palette. ,,Peindre en amateur`` (Rob. 1985).
B. − [Le suj. désigne un inanimé]
1. Causer un désagrément à quelqu'un en le tourmentant, en l'irritant légèrement mais de façon constante. Synon. agacer, picoter.C'est mon mal de gorge qui me taquine: le docteur dit qu'avec un peu de créosote j'en viendrai à bout (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 467).
2. Inquiéter, troubler l'esprit. Synon. tourmenter.Il y a là-bas quelque chose qui me taquine, un problème qui fait le fond de toutes mes journées (Larbaud, Barnabooth, 1913, p. 259).
REM. 1.
Taquinant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui taquine, agace, tourmente. Par les sentiers battus, qui font mille zigzags taquinants, il fallait un bon quart d'heure (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 594).La pensée taquinante d'un temps d'arrêt dans le succès (Goncourt, Journal, 1884, p. 335).
2.
Taquineur, -euse, subst.,rare. [Corresp. à supra B 1 b] Celui, celle qui taquine, qui a l'habitude de taquiner. La première fois qu'il leva la tête, le taquineur de goujons aperçut mon drapeau blanc (Vialar, Pt jour, 1947, p. 331).
Prononc. et Orth.: [takine], (il) taquine [-kin]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1660 intrans. « être avare, lésiner » (Oudin Fr.-Esp.), empl. isolé; 2. a) α) 1790 trans. « s'amuser à contrarier quelqu'un pour des vétilles » (d'apr. Brunot t. 6, 2, p. 1312); 1798 empl. abs. (Ac.); 1893 taquiner le goujon (v. goujon1); 1907 taquiner la muse (Lar. pour tous); β) 1864 (avec un sujet de chose) « être la cause d'une irritation, d'une douleur » (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, p. 260); b) 1866 « s'amuser à contrarier quelqu'un dans de petites choses, sans y mettre de méchanceté » (Amiel, Journal, p. 453). Dér. de taquin*; dés. -er. Au sens 1, uniquement att. ds Oudin, loc. cit., il s'agit prob. de la trad. de l'esp. taca ear d'apr. taquin « avare » (esp. taca o), taquinerie « avarice » (esp. taca eria)). Fréq. abs. littér.: 296 (taquinant : 18). Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 123, b) 563; xxes.: a) 572, b) 505.
DÉR.
Taquinage, subst. masc.,rare. Action de taquiner. Synon. taquinerie.Vous en êtes encore aux petits taquinages, aux jalousies à faux, aux brouilles, aux coups d'épingles. À quoi cela sert-il? (Balzac, Ptes mis., 1846, p. 202). [takina:ʒ]. 1reattest. 1838 (Id., Mais. Nucingen, p. 612); de taquiner, suff. -age*.
BBG.Darm. 1877, p. 84 (s.v. taquinage). − Quem. DDL t. 20; 22 (s.v. taquinant); 28 (s.v. taquinage).

Taquiner : définition du Wiktionnaire

Verbe

taquiner \ta.ki.ne\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Contrarier ou chicaner pour des vétilles, par malin plaisir.
    • Demeuré seul, il empoigna Lolotte, se mit à la taquiner, provoquant ses rires et ses cris. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 25)
  2. (Figuré) Irriter, tourmenter.
    • Il se gratte le front qu’un prurit tenace ne cesse de taquiner, et où fleurissent des taches rougeâtres. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 257)
    • Il eut chaud, transpira ; sa mâle odeur taquinait les narines des personnes qui le regardaient, toutes rangées en rond, dans l’attitude de gens qui assistent à un baptême. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 14.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Taquiner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAQUINER. v. intr.
Contrarier ou chicaner pour des vétilles, par malin plaisir. Il ne fait que taquiner. Il s'emploie le plus souvent comme verbe transitif. Il m'a taquiné pendant toute sa visite. Ces enfants ne cessent de se taquiner.

Taquiner : définition du Littré (1872-1877)

TAQUINER (ta-ki-né) v. n.
  • 1Avoir l'habitude de contrarier et d'impatienter pour de minces sujets.
  • 2 V. a. Taquiner un enfant.
  • 3Se taquiner, v. réfl. Ces deux enfants se taquinent sans cesse.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « taquiner »

Étymologie de taquiner - Wiktionnaire

 Dérivé de taquin avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de taquiner - Littré

Taquin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « taquiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taquiner takine play_arrow

Conjugaison du verbe « taquiner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe taquiner

Citations contenant le mot « taquiner »

  • Aix-en-Provence : aller taquiner le goujon et se retirer du... LaProvence.com, Sorties - Loisirs | Aix-en-Provence : aller taquiner le goujon et se retirer du monde | La Provence
  • Il y a des hommes qui nous inspirent l'irrésistible besoin de les taquiner : ceux dont les vertus ne sont pas les nôtres. De Graham Greene / La fin d’une liaison
  • Le flirt, c'est taquiner le bouton sans cueillir la rose. De Ludovic O'Followell

Images d'illustration du mot « taquiner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « taquiner »

Langue Traduction
Corse per sbuccà
Basque nazkatu
Japonais いじめへ
Russe дразнить
Portugais provocar
Arabe تضايق
Chinois
Allemand necken
Italien prendere in giro
Espagnol burlarse de
Anglais to tease
Source : Google Translate API

Synonymes de « taquiner »

Source : synonymes de taquiner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « taquiner »


Mots similaires