La langue française

Tanné, tannée

Définitions du mot « tanné, tannée »

Trésor de la Langue Française informatisé

TANNÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de tanner*.
II. − Adjectif
A. −
1. TANN. Peau, cuir tanné. Peau ayant subi un traitement spécial (tannage végétal au tan ou une autre matière tannante) afin d'être transformée en cuir souple et imputrescible. Peau tannée au chrome, au végétal; peau, cuir mal tanné(e); veau tanné. Des marchands français (...) tirent d'Espagne des cuirs bruts qu'ils y renvoient tannés (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois, 1807, p. 344).Le tanneur y verse [sur la peau roulée en forme de sac] de l'eau et cette décoction sature graduellement la peau. Les peaux, brutes ou tannées, jouent un rôle considérable dans l'industrie de certains peuples (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 138).
2. MAR., PÊCHE. Filet, voile tanné(e) (v. tanner A 2). Les vastes filets tannés séchaient toujours, accrochés devant les portes (Maupass., Une Vie, 1883, p. 101).
3. ŒNOL. Vin tanné. Synon. de vin tanisé (v. taniser).Des bières et des jus fermentés de mûres, des vins secs ou tannés et cuits (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 185).
4. PEINT., TEINT., vieilli. Qui est d'une couleur brun roux, analogue à celle du tan. Couleur tannée; drap, velours tanné. Il y avait la chambre jaune, la chambre rouge, la chambre verte, la chambre bleue, la chambre grise, la chambre tannée (Gautier, Fracasse, 1863, p. 93).Dans la poussière, la vieille salle toute de bois tanné, semblait chavirer comme un homme saoul (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 228).
HIST. DU COST. Couleur brune des costumes de la Cour et de certains notables. La cime des bois offrait les teintes graves de cette couleur tannée que jadis les rois adoptaient pour leur costume et qui cachait la pourpre du pouvoir sous le brun des chagrins (Balzac, Lys, 1836, p. 154).
Empl. subst. masc. Couleur tannée. Tanné brun. Couleur d'un brun foncé. Cette vaste aquarelle ventilée, tout en nuances du bleuâtre et du blanc, du tanné et du céladon (Arnoux, Rhône, 1944, p. 218).En appos. Les robes mi-parties rouge et tanné des échevins et des quarteniers (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 227).
B. − [P. réf. à la couleur et à l'aspect du cuir tanné]
1. [Appliqué à une pers. et plus partic. à son visage, à ses mains] Bruni, hâlé, endurci par les assauts répétés d'un agent extérieur (soleil, vent, embruns, grand air etc.). Synon. basané.Joues, mains tannées; face, figure, visage tanné(e). Davis saisit (...) la silhouette vite disparue d'un matelot, souple, à demi-nu, tanné, bronzé, qui s'était accordée au vent et à la houle (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p. 80):
[Blondet] étudiait cette rigidité particulière (...) des gens qui vivent en plein air, habitués aux intempéries de l'atmosphère, à supporter les excès du froid et du chaud (...) qui font de leur peau des cuirs presque tannés, et de leurs nerfs un appareil contre la douleur physique, aussi puissant que celui des Arabes ou des Russes. Balzac, Paysans, 1844, p. 30.
2. [Appliqué à une chose, plus partic. à un vêtement de cuir usé] Qui a pris un aspect lisse et luisant sous l'effet du frottement, de l'usure. L'usure d'une absurde peau de panthère lentement aplatie et tannée sous le frottement ininterrompu des fonds de culottes (Courteline, Conv. Alceste, Margot, 1888, p. 68).Il m'apportait (...) les bretelles (...), les cartouchières, tout cela tanné, culotté, râpé, ignoble (Vialar, Morts viv., 1947, p. 26).
P. plaisant. Vieux cul tanné, plus dur que le tablier d'un maréchal ferrant! (Claudel, Endormie, 1883, p. 14).
3. Au fig., fam., vieilli, région. (Québec). Être tanné de qqc., de qqn.Être fatigué, lassé par quelque chose ou quelqu'un. Je suis tanné de MmeRitsch et du Sieur Lévy, qu'ils s'arrangent (Flaub., Corresp., 1863, p. 322).Tout à coup, le cœur me manquait; je me sentais tanné de l'ouvrage, tanné du pays (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 240).
III. − Subst. fém.
A. − TANN. Produit résiduel, sorte de sciure provenant de la préparation des cuirs au tannage végétal, dont le tanin a été épuisé par un mélange d'eau et de tan, et qui servait autrefois comme engrais ou comme combustible bon marché. La tannée (...) est une précieuse ressource. (...) elle peut être utilement employée, mélangée avec des fumiers et des herbes, arrosée à l'engrais liquide (Gressent, Potager mod., 1863, p. 136).Poêles économiques au bois, sciure, etc. (...) la plupart brûlent du bois, mais il en existe aussi qui ne brûlent que des combustibles végétaux de peu de valeur: tourbe, tannée, sciure, etc. (Lar. mén. 1926, p. 314).
B. − Populaire
1. [Corresp. à tanner B 1] Volée de coups, râclée. [Ma mère] m'a f... une tannée à cause de ça (Musette, Cagayous poilu, 1919, p. 19).
2. Défaite cuisante. La France elle gagne toujours; les autes pays y s'encaissent rien que des tannées (Musette, Cagayous phil., 1906, p. 122).
Prononc. et Orth.: [tane]. Att. ds Ac. dep. 1694 (1935, uniquement comme adj.). Étymol. et Hist. 1. 1679 « vieux tan qui a déjà servi à préparer des peaux » (Rich.); 2. 1852 « volée de coups » (J. Humbert, Nouv. gloss. genev.). Dér. de tanner*; suff. -ée*. Cf. au sens 1 l'a. prov. tanada att. dès 1272 (Te igitur, p. 125 ds Levy Prov.). Fréq. abs. littér.: 183. Bbg. Quem. DDL t. 21.

Wiktionnaire

Nom commun

tannée \ta.ne\ féminin

  1. Vieux tan qui a déjà servi à préparer des peaux, et que les jardiniers emploient à faire des couches et à couvrir des plates-bandes.
    • La tannée est la seule matière qui, selon l'illustre professeur Dumas, doive être employée et regardée comme la plus efficace ; l'acide tannique qu'elle contient, en se transformant en acide gallique, absorbe l'oxigène de l'air et empêche ainsi celui-ci de venir en aide à la fermentation putride. — (Thylis, Sur la cause première de la gangrène humide actuelle du tubercule du Solanum tuberosum, Bruges : Alphonse Bogaert, 1845, page 14)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Populaire) Série de coups violents portés à une personne ou un animal.
    • C'est vrai, mon gars ! Vous croyez tout de même pas que je vais vous foutre une tannée ! La fois qu'on s'est vus, j'ai plutôt apprécié vos façons ! Il faudrait qu'on cause tous les deux ! — (Jacques Mazeau, La Ferme d'en bas, Archipel, 2010)
    • Je vais prendre une tannée si on découvre que je suis descendu te regarder, et, si je t'apporte quelque chose, j'en prendrai une autre. — (Robin Hobb, Les Cités des Anciens, vol.4: Les Pillards, Pygmalion, (Éditions Flammarion), 2012)
  3. (Figuré) (Populaire) Défaite sévère ou humiliante.
    • Avec mes braves Tirailleurs, j'aurai bien, un jour, l'occasion de « foutre une tannée » à cette orgueilleuse et arrogante Wehrmacht afin que « au nom de Dieu, vive la Coloniale! » — (Roger Gunther, Le petit chef: carnet de route, 1939-1945, Éditions Pierron, 1991, page 91)
    • La place est plutôt chèros pour regarder des triquards jouer à la baballe et se prendre une tannée. En plus à ce niveau, il ne faut pas s'attendre à voir un début de jeu, […]. — (Jo Van Niekerk, Saga Anny, tome 2 : Journal intime d'un égaliseur au XXIème siècle, Lulu.com, 2010, p.240)
  4. Difficulté, galère
    • Quelle tannée pour les faire venir. Fallait toujours leur mâcher le boulot, leur trouver des images qui seraient reprises au jité, sinon rien. — (Anne-Sophie Mercier, Le score enseignant, Le Canard enchaîné, 17 mai 2017, page 7)

Forme d’adjectif

tannée \ta.ne\

  1. Féminin singulier de tanné.

Forme de verbe

tannée \ta.ne\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe tanner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TANNER. v. tr.
Préparer les cuirs avec du tan ou du tanin pour les rendre imputrescibles. Il signifie, figurément et familièrement, Fatiguer, ennuyer. C'est un homme qui me tanne. Le participe passé

TANNÉ s'emploie adjectivement et signifie Qui est de couleur à peu près semblable à celle du tan, qui est d'une sorte de brun roux. Une peau tannée. Un visage tanné.

Littré (1872-1877)

TANNÉ (ta-né, née) part. passé de tanner
  • 1Qui a subi l'opération du tannage. Peaux tannées.
  • 2Qui est de couleur à peu près semblable à celle du tan. Si ce n'est qu'ils ont le visage Un peu tanné, sauf votre honneur, Scarron, Virg. IV. Sa face [du gibbon] est aplatie, de couleur tannée et assez semblable à celle de l'homme, Buffon, Quadrup. t. VII, p. 113. Les Indiens méridionaux ne sont que tannés, et les Brésiliens bruns, quoique sous la même latitude que les nègres, Buffon, ib. t. III, p. 209.

    S. m. Le tanné, la couleur tannée. Il paraît démontré que la teinte plus ou moins forte du tanné, du brun et du noir dépend entièrement de la situation du climat, Buffon, Quadrup. t. III, p. 209.

HISTORIQUE

XVe s. Deux aulnes de tanné brun [sorte de drap], estimées sept livres, Bibl. des chart. 6e série, t. I, p. 346.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TANNÉ, participe du verbe tanner. Voyez Tanner.

Tanné, s. m. (terme de Tanneur.) c’est du tan mêlé de chaux, tel qu’on le retire des fosses lorsqu’on les vuide, & qui a servi à préparer les cuirs. Le tanné n’est pas perdu, pour avoir servi ; on en fait des mottes à brûler.

Tanné, en termes de Blason, se dit d’une couleur brillante, faite de rouge & de jaune mêlés ensemble. Les Graveurs l’expriment par des lignes diagonales, qui partent du chef senestre, comme le pourpre dont ils distinguent cette couleur par un T. Voyez Pourpre.

Dans les cottes d’armes de tous ceux qui en Angleterre sont au-dessous du degré des nobles, cette couleur s’appelle tanne, dans celles des nobles hyacinthe, & dans celles des princes, tête ou sang de dragon.

Tannée couleur, (Teinturerie.) sorte de couleur qui ressemble à celle du tan ou de la chataigne, & qui tire sur le roux obscur. Une étoffe tannée, un drap tanné sont une étoffe, un drap de cette couleur. (D. J.)

Tannée fleurs de la, (Botan.) les ouvriers employés au tan ont donné le nom de fleurs de la tannée à plusieurs touffes d’une espece de gazon de belle couleur jaune matte, dispersées en differens endroits sur le haut des monceaux de tan qui ont servi plusieurs mois à tanner & couvrir des cuirs de bœufs, qu’on range par lits l’un sur l’autre dans des fosses faites à cet usage ; ensuite de quoi ce tan retiré des mêmes fosses est mis en gros tas.

Ce tan, après avoir servi, est alors appellé par les ouvriers de la tannée, & cette matiere ne sert plus qu’à faire des mottes, dont on sait que les pauvres se servent, faute de bois, pendant l’hiver.

Les touffes en maniere de gazon dont on vient de parler, sont donc la végétation connue chez les Tanneurs sous le nom de fleurs de la tannée. Cette végétation sort de la substance de la tannée en une espece d’écume, qui peu-à-peu s’épaissit en consistance de pâte molle, de couleur jaune-citron, & de l’épaisseur de six à huit lignes.

A mesure que cette plante végete, sa surface devient porreuse & spongieuse, bouillonnée, remplie d’une infinité de petits trous de différent diametre, dont les interstices forment une espece de rézeau plus ou moins régulier, & souvent interrompu par des bouillons qui s’élevent un peu au-dessus de la superficie de cette matiere ; quand elle est à son dernier point d’accroissement, elle a plus de rapport à la surface d’une éponge plate & fine, qu’à toute autre végétation. Sa couleur augmente toujours jusqu’au jaune doré, & alors elle devient un peu plus solide en se desséchant en l’air.

On n’apperçoit dans la matrice de cette végétation aucunes fibres qu’on puisse soupçonner être ou faire les fonctions de racine pour la production de cette végétation qui a d’abord une légere odeur de bois pourri, laquelle augmente par la suite. Sa saveur a quelque chose du stiptique.

La tannée sur laquelle elle croît, est alors de couleur brune, dure, foulée & plombée, quoique fort humide, & dans l’instant de cette production, la tannée a une chaleur aussi considérable depuis sa surface jusqu’à un demi-pié de profondeur, que si elle avoit été récemment abreuvée d’eau tiede.

Pendant le premier jour de la naissance de la végétation, elle paroît fort agréable à la vue, légere, & comme fleurie, lorsque les portions de gazon qu’elle forme, s’étendent circulairement en façon de lobes, jusqu’à dix ou douze pouces de diametre ; mais si par hazard elle se trouve naître en un lieu exposé au midi (ce qui lui est favorable pour sa production, & non pour sa durée), les rayons du soleil la résolvent dès le second jour en une liqueur bleue jaunâtre, laquelle en peu de tems se condense, & se convertit entierement en une croute seche épaisse d’environ deux lignes.

La végétation ayant ainsi disparu, on trouve quelques jours après sous cette croute, une couche, ou lit de poussiere noire, très-fine, qui a assez de rapport à la poussiere qu’on découvre dans le lycoperdon, & qui ici pourroit être de la tannée dissoute, puis desséchée, & enfin convertie en une espece de terreau réduit en poudre impalpable.

La fleur de la tannée paroît tous les ans vers le commencement du mois de Juin, ou quelquefois plutôt, suivant la chaleur du printems. Il est donc assez vraissemblable que le tan qui a servi à tanner les cuirs, est la matrice de cette végétation. En effet la chaux qu’on emploie pour faire tomber le poil des cuirs, les sels, les huiles & les soufres contenus dans les cuirs, joints à l’acide du tan, macérés ensemble dans des fosses pendant plusieurs mois, & dont le tan a été parfaitement imbibé, contient des substances qui aidées de l’air, sont toujours prêtes à produire la végétation dont il s’agit.

Il semble que si l’on compare cette végétation à l’éponge reconnue pour plante, & dans laquelle on n’apperçoit presque ni racines, ni feuilles, ni fleurs, ni graines, on pourroit la ranger sous le genre des éponges, & la nommer, en attendant de plus amples découvertes, spongia fugax, mollis, flava, in pulvere coriario nascens. Mém. de l’acad. des Sciences, année 1727. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tanné »

→ voir tanner
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tanné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tanné tɑ̃ne

Citations contenant le mot « tanné »

  • « Ça n'a pas changé, je suis tanné de perdre! Ça ne changera jamais, a-t-il dit, mercredi. Je pense que tout compétiteur veut gagner. Mais je tente de me nourrir de ça autant que possible et de m'en servir de manière productive pour m'améliorer et me préparer pour la saison. Surtout, je veux que ça change. » LNH.com, «Je suis tanné de perdre!» - Jack Eichel | LNH.com
  • «Je suis tanné d’être tout croche dans la vie, comme mon père dirait. Je ne veux plus être sur l’aide sociale. Je veux trouver un emploi», a déclaré Anton Dubé. Le Nouvelliste, Évaluation sur la responsabilité d’Anton Dubé: «Je suis tanné d’être tout croche dans la vie» | Justice et faits divers | Actualités | Le Nouvelliste - Trois-Rivières
  • «C’est audacieux, mais ça fait tellement du bien! On est tellement axé là-dessus, confie l’animateur. Je pense que les gens qui sont venus à “Flirt à l’aveugle” peuvent en témoigner: en ce moment, tout le monde est blasé des applications et tanné de ne pas rencontrer. Passé 25-27 ans, tu te dis: “est-ce que ça peut être simple et "fun"? Est-ce que je peux tripper sur quelqu’un avant même de me dégonfler parce qu’il y a quelque chose qui me fait déchanter physiquement?” On est dans des matchs de coeur, d’émotion et de connexion.» Le Journal de Montréal, Plusieurs célibataires s'échangent un «Flirt à l’aveugle» | JDM
  • Depuis 2012, Morse est fidèle à lui-même, mais il s'est tanné le cuir. Pour comprendre les futurs enjeux, les auteurs sont allés creuser dans son passé et dans celui des personnages qui gravitent autour de lui, afin de confronter chacun à sa part d'ombre. La saison 7 commence par casser les codes, avec trois épisodes au lieu de quatre, et une narration plus intime débouchant sur des révélations inédites. Telestar.fr, Les Enquêtes de Morse : ce qui vous attend dans la saison 7 - Télé Star
  • Cinquième question, de madame Cocciante : « On est tanné ! Vous ne trouvez pas qu’on a fait suffisamment de sacrifices comme c’est là ? » Le Journal de Montréal, Couvre-feu: je réponds à vos questions! | JDM
  • Deux gros véhicules arpentant rarement la départementale 59 s’étaient arrêtés à l’entrée du village de Rayssac. Le semi-remorque porteur chargé d’une espèce de gros cube d’un vert sapin tanné, livrait une grosse armoire qui abritera le nœud de raccordement optique. L’autre gros véhicule n’était autre qu’un camion-grue à la capacité de levage selon la hauteur, de plusieurs dizaines de tonnes. Avec la complicité des chauffeurs, l’opération, techniquement spectaculaire, se fit toute en sécurité et en harmonie devant un parterre de professionnels et d’élus : Patrick Carayon maire de Rayssac, Christophe Ramond, président du conseil départemental, Jean-Marc Balaran président des maires du Tarn, Éric Belfort directeur de Tarn fibre et Guillaume Fauré, directeur régional Altice France. "Le nœud de raccordement mis en place aujourd’hui regroupera les infrastructures en fibre optique desservant principalement 8 communes autour de Rayssac : Arifat, Le Masnau-Massuguiès, St Pierre de Trivisy, Massals, Mont-roc, Paulinet et Teillet" déclarait Éric Belfort qui rajoutait : "En complément seront installés des sous répartiteurs optiques appelées aussi armoires de rues". ladepeche.fr, La fibre arrive à Rayssac - ladepeche.fr

Traductions du mot « tanné »

Langue Traduction
Anglais tanned
Espagnol bronceado
Italien abbronzato
Allemand braun gebrannt
Chinois 晒黑的
Arabe عملية تسمير البشرة
Portugais bronzeada
Russe загорелый
Japonais 日焼け
Basque beltzaran
Corse cunciata
Source : Google Translate API

Antonymes de « tanné »

Tanné

Retour au sommaire ➦

Partager