Sorbonne : définition de sorbonne


Sorbonne : définition du Wiktionnaire

Nom commun

sorbonne \sɔʁ.bɔn\ féminin

  1. (Vieilli) Tête, cerveau.
    • — Qui êtes-vous ? lui ai-je dit enfin.
      — Drôle de demande ! a-t-il répondu. Un friauche.
      — Un friauche! Qu’est-ce que cela veut dire ?
      Cette question a redoublé sa gaieté.
      — Cela veut dire, s’est-il écrié au milieu d’un éclat de rire, que le taule jouera au panier avec ma sorbonne dans six semaines, comme il va faire avec ta tronche dans six heures.
      — (Victor Hugo, [Le dernier jour d'un condamné], 1829)
    • Collin est la sorbonne la plus dangereuse qui jamais se soit trouvée du côté des voleurs. Voilà tout. Les coquins le savent bien ; il est leur drapeau, leur soutien, leur Bonaparte enfin ; ils l’aiment tous. Ce drôle ne nous laissera jamais sa tronche en place de Grève.
      Mademoiselle Michonneau ne comprenant pas, Gondureau lui expliqua les deux mots d’argot dont il s’était servi.
      Sorbonne et tronche sont deux énergiques expressions du langage des voleurs, qui, les premiers, ont senti la nécessité de considérer la tête humaine sous deux aspects. La sorbonne est la tête de l’homme vivant, son conseil, sa pensée. La tronche est un mot de mépris destiné à exprimer combien la tête devient peu de chose quand elle est coupée. — (Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1855)
  2. Hotte de laboratoire.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sorbonne : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SORBONNE. n. f.
École célèbre de théologie, fondée à Paris par Robert de Sorbon, et qui plus tard donna son nom à la Faculté entière de théologie. Étudier en Sorbonne. Bachelier, docteur de Sorbonne. Son livre fut condamné en Sorbonne, par la Sorbonne. Il se dit aussi aujourd'hui des Facultés des sciences et des lettres, qui ont été établies dans les bâtiments de l'ancienne Sorbonne. Un professeur de Sorbonne, en Sorbonne. Les cours de la Sorbonne.

Sorbonne : définition du Littré (1872-1877)

SORBONNE (sor-bon-n') s. f.
  • 1École célèbre de théologie, fondée à Paris par Robert de Sorbon, et qui plus tard donna son nom à la faculté entière de théologie ; elle contenait des logements pour trente-sept docteurs, qu'on appelait docteurs de la société de Sorbonne pour les distinguer de ceux qui, sans y demeurer, portaient le titre de docteurs de Sorbonne, parce qu'ils avaient pris les degrés requis dans l'école de théologie de ce collége. Étudier en Sorbonne. Son livre fut condamné en Sorbonne, par la Sorbonne. Ce pays-là où l'on se querelle toujours, et où il n'y a jamais ni paix ni trêves, qui s'appelle la Sorbonne, Guez de Balzac, liv. IV, lett. 25. La Sorbonne de Paris, concile perpétuel des Gaules, Voltaire, Dict. phil. Déclaration. On ne pourra pas empêcher qu'il y ait une Sorbonne ; mais on pourra empêcher que cette Sorbonne fasse du mal, Voltaire, Lett. Damilaville, 30 oct. 1767. Il y a deux de ces messieurs [du parlement de Paris] qui sont à Berlin ; ils ont désiré voir le roi de Prusse, et le roi n'y a consenti qu'après qu'ils ont assuré qu'ils n'avaient pas été d'avis de consulter la Sorbonne sur l'inoculation, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 8 déc. 1763.
  • 2Aujourd'hui, grand bâtiment construit par les ordres de Richelieu, où se font les cours des facultés des sciences, des lettres et de théologie, à Paris.

    Chef-lieu de l'Académie de Paris.

  • 3La Sorbonne des cochers, nom plaisant donné, dans les établissements des compagnies des voitures publiques de Paris, à une cour où l'on fait passer aux hommes qui veulent devenir cochers un examen pour savoir s'ils sont capables de conduire une voiture dans la ville.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sorbonne : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SORBONNE, s. f. (Hist. mod.) college de théologie, fameux dans l’université de Paris, & qui tire son nom de Robert de Sorbon son fondateur. Celui-ci, qui étoit confesseur & aumonier du roi S. Louis, ayant formé, 1256, le dessein d’établir un college en faveur de 16 pauvres étudians en théologie, 4 de chaque nation de l’université, le roi donna à ce college plusieurs maisons qui étoient de son domaine dans la rue Coupe-gueule, vis-à-vis le palais des Thermes, & au moyen de quelques échanges de rentes, Robert de Sorbon fit bâtir dans cet emplacement ce college pour 16 écoliers & un proviseur, c’est-à-dire, un principal ou supérieur. On les appelloit les pauvres de Sorbonne, & leur maison la pauvre Sorbonne, pauper Sorbonna. Mais par la suite elle s’enrichit, & de college destiné à loger des étudians, elle devint une société particuliere dans la faculté de théologie de Paris, & une retraite pour un certain nombre de docteurs & de bacheliers de cette maison. Cependant elle s’étoit toujours maintenue dans son ancienne simplicité, jusqu’au tems que le cardinal de Richelieu la fit rebâtir avec une magnificence, qui seule seroit capable d’immortaliser son nom : ce qu’on y admire le plus c’est l’église dans laquelle est le mausolée de ce cardinal. Trois grands corps de logis comprennent, outre la bibliotheque, la salle des actes, la salle à manger, les cuisines, &c. trente-six appartemens pour les docteurs & bacheliers de la maison, & ces appartemens sont donnés à l’ancienneté. Pour être admis dans cette maison, dès qu’on a été reçu bachelier en théologie, il faut professer un cours de philosophie dans quelque college de l’université, cependant on postule, ou, comme on dit, on supplie pour être aggrégé à la maison & société, & l’on soutient un acte que l’on appelle Robertine, du nom du fondateur, ce que les bacheliers sont ordinairement avant que d’entrer en licence. De ceux qui sont de la maison, on en distingue de deux sortes ; les uns sont de la société, & ont droit de demeurer en Sorbonne, & de donner leur suffrage dans les assemblées de la maison, les autres sont de l’hospitalité, c’est-à-dire, aggrégés à la maison sans être de la société. On les appelle ordinairement docteurs licenciés ou bacheliers de la maison & société de Sorbonne. Mais leur véritable titre, & celui qu’ils prennent dans les actes de la faculté, est docteurs licentiés & bacheliers de la faculté de théologie de Paris, de la maison & société de Sorbonne ; ce qu’on exprime en latin par doctor, licentiatus, ou baccalaureus theologus sacræ facultatis Parisiensis, socius Sorbonicus. On donne aussi communément aux autres docteurs de la faculté le titre de docteur de Sorbonne ; & bien des gens en prennent occasion de penser que la maison de Sorbonne a quelque supériorité dans la faculté de théologie de Paris. Cette maison respectable par les hommes célebres qu’elle a produits, par les savans qui la composent, & par ceux qu’elle forme encore tous les jours, n’est après tout qu’une société particuliere, comme plusieurs autres, & surtout celle de Navarre, qui composent le corps de la faculté de théologie avec une autorité & des fonctions parfaitement égales dans les assemblées, & les autres actes de faculté. Il est vrai encore que les assemblées soit ordinaires, soit extraordinaires de la faculté se tiennent dans la grande salle de Sorbonne ; mais cet usage ne tire point à conséquence, parce qu’elle s’assembloit autrefois aux mathurins, & qu’elle peut encore s’assembler dans telle maison de son corps qu’elle juge à-propos.

Il y a proche de la Sorbonne des écoles extérieurs, où six professeurs, dont quatre sont entretenus par le roi, & deux ont été fondés par des particuliers, font des leçons reglées de théologie. Ces chaires sont toujours remplies par des sujets de la maison de Sorbonne, laquelle nomme aussi à plusieurs autres places, comme à celle de grand-maître du college Mazarin, dont les chaires de philosophie, ainsi que celles du college du Plessis, sont toujours données à des membres de la maison & société de Sorbonne. Le premier supérieur de la maison se nomme proviseur ; & dans l’intérieur, l’autorité, c’est-à-dire, le maintien des réglemens & du bon ordre, appartient au chef des docteurs, qu’on nomme senieur de Sorbonne, & au chef des bacheliers en licence, qu’on appelle prieur de Sorbonne. Voyez Prieur & Senieur.

Pour ce qui concerne la bibliotheque de cette maison. Voyez le mot Bibliotheque.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Sorbonne : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « sorbonne » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « sorbonne »

Étymologie de sorbonne - Wiktionnaire

Du nom de la faculté de la Sorbonne dont le nom a été vulgarisé au XVIIIe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de sorbonne - Littré

Robert de Sorbon, qui fonda cet établissement sous saint Louis ; Sorbon est un village du département des Ardennes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sorbonne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sorbonne sɔrbɔn play_arrow

Citations contenant le mot « sorbonne »

  • https://www.capital.fr/economie-politique/le-diplome-de-docteur-en-droit-darash-derambarsh-annule-par-la-sorbonne-pour-plagiat-1376387 Capital.fr, Le diplôme de docteur en droit d’Arash Derambarsh annulé par la Sorbonne pour plagiat - Capital.fr

Images d'illustration du mot « sorbonne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sorbonne »

Langue Traduction
Corse armadiu di fuma
Basque keak armairua
Japonais ドラフトチャンバー
Russe вытяжной шкаф
Portugais exaustor
Arabe خزانة الأدخنة
Chinois 通风柜
Allemand abzug
Italien cappa
Espagnol campana extractora de humos
Anglais fume cupboard

Mots similaires

Site partenaire

Ma Dictée