Rhume : définition de rhume


Rhume : définition du Wiktionnaire

Nom commun

rhume \ʁym\ masculin

  1. (Nosologie) Écoulement causé par l’irritation ou l’inflammation de la membrane muqueuse qui tapisse le nez et la gorge. Il s’accompagne de toux, d’enrouement, d’expectoration, quelquefois d’un peu de fièvre.
    • Un rhume, en apparence bénin peut, s'il est négligé, dégénérer en bronchite ou en pneumonie ; le plus sage serait d'éviter de courir ce risque en prenant des précautions nécessaires pour que vous ne vous enrhumiez pas. — (Mieux vaut prévenir que guérir, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, page 33, éditions La Terre nationale)
    • Consommer deux oranges tous les matins est un bon moyen de se protéger du rhume. — (Josette Gontier, L'oranger, 95 p., page 60, 2000, Actes Sud, Le nom de l'arbre)
  2. (En particulier) Coryza, syndrome de ce type causé par un virus, en général un picornavirus (rhinovirus, entérovirus) , parfois un virus influenza, un coronavirus, un virus respiratoire syncytial (pneumovirus), un virus parainfluenza ou un métapneumovirus.

Forme de verbe

rhume \ʁɔm\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rhumer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rhumer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rhumer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rhumer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rhumer
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rhume : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RHUME. n. m.
Écoulement causé par l'irritation ou l'inflammation de la membrane muqueuse qui tapisse le nez et la gorge. Il s'accompagne de toux, d'enrouement, d'expectoration, quelquefois d'un peu de fièvre. Gros rhume. Rhume opiniâtre. Rhume de poitrine. Ce rhume lui est tombé sur la poitrine. Rhume de cerveau se dit particulièrement de l'Inflammation de la muqueuse qui tapisse l'intérieur du nez. On l'appelle autrement Coryza. Rhume des foins, Inflammation de la conjonctive et de la muqueuse du nez, qui se produit au printemps.

Rhume : définition du Littré (1872-1877)

RHUME (ru-m') s. m.
  • 1Terme vulgaire, synonyme de bronchite ou inflammation de la membrane muqueuse des bronches. Cela est étrange, que moi, qui vous ai tant fait la guerre d'être trop craintive en ce qui regarde votre santé, ai pris à cette heure cette même humeur pour ce qui vous regarde, et qu'un rhume que vous avez me tourmente plus qu'une fièvre continue que j'aurais, Voiture, Lett. 108, à Mme de Sablé. Vous toussez fort, madame… - C'est un rhume obstiné, sans doute ; et je vois bien Que tous les jus [de réglisse] du monde ici ne feront rien, Molière, Tart. IV, 6. Le petit Péquet était au chevet de mon lit pour un épouvantable rhume qui sera passé quand vous recevrez cette lettre, Sévigné, 28. Le rhume à son aspect [d'un mauvais médecin] se change en pleurésie, Boileau, Art p. IV.

    On dit aussi rhume de poitrine ou de gorge.

  • 2Rhume négligé, commencement de diverses espèces de phthisies.
  • 3Rhume de cerveau, ou, absolument, rhume, synonyme de coryza. L'autre aussitôt de s'excuser, Alléguant un grand rhume : il ne pouvait que dire Sans odorat, La Fontaine, Fabl. VII, 7. De légers engorgements des sinus frontaux, que le public appelle rhumes de cerveau, Des Essartz, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 452.

HISTORIQUE

XIIIe s. Me prist… un reume si grant en la teste, que le reume me filoit de la teste parmi les nariles, Joinville, 237.

XVe s. …l'impost, les quatriemes, Peste des biberons, Faute d'un peu de vin, feront mourir de rheumes Les pauvres compaignons, Basselin, XXVIII.

XVIe s. La douleur de teste se recognoit à la reume, quand le bœuf jette en abondance par les yeux et la bouche, De Serres, 978. Aucuns l'appellent [la goutte] descente, rheume ou catarre, parce que le nom de goute est odieux, principalement aux jeunes gens, Paré, XXI, 1. Et parce qu'en la vieillesse nous apportons le palais encrassé de rheume…, Montaigne, II, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rhume : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RHUME, ou Catarre sur la poitrine, subst. m. (Médecine.) c’est une altération contre nature causée par une légere phlogose ou inflammation sur la trachée artere, le larinx ou les poumons ; ou une irritation produite par une sérosité qui tombe sur ces parties, qui blesse les fonctions qui en dépendent.

Généralement parlant, les catarres de poitrine ou rhumes, sont précédés de pesanteur de tête, engourdissement des sens, d’une grande lassitude ; il survient ensuite un sentiment de froid sur toute la surface du corps, & un léger frisson au dos. Souvent une grande difficulté de respirer, des douleurs vagues autour des épaules, & enfin un petit mouvement de fievre. Mais si le catarre est causé par une inflammation, les symptômes sont plus violens ; on ressent de l’ardeur, de la douleur, & tout le corps est comme en phlogose. Dans le catarre froid les humeurs sont plus visqueuses & plus grossieres, & le malade est saisi de froid.

Enfin on peut regarder le rhume en général comme une légere péripneumonie qui est prête à commencer.

Les causes éloignées du rhume sont les mêmes que celles du catarre. Voyez Catarre.

Le traitement doit être différent selon les causes & les symptômes.

1°. Les diurétiques & les sudorifiques avec les atténuans de tout genre, conviennent pour diviser les humeurs visqueuses, & faire couler celles qui sont trop lentes & en congestion.

2°. Les mucilagineux, les incrassans conviennent dans les rhumes produits par l’acrimonie & la chaleur de la sérosité.

3°. Les relâchans sont indiqués dans la tension, les humectans dans la sécheresse, les adoucissans dans la rigidité & l’aspérité de la gorge & la douleur. Les narcotiques & les anodins sont excellens dans tous les cas de douleurs & de spasmes qui accompagnent le rhume ; mais ces derniers demandent la saignée.

Si les premieres voies ou les secondes sont remplies de saburre, si le ventre n’est pas libre, les lavemens émolliens, les purgatifs, les émétiques doux sont indiqués.

Mais comme rien n’entretient davantage le rhume & les catarres, que l’abord de nouvelles humeurs sur la partie, la saignée qui les diminue, & la diete, sont aussi deux grands remedes dans ces cas. D’ailleurs, le rhume demande particulierement la saignée, parce que l’état naturel du poumon, qui reçoit autant de sang que le reste du corps, étant d’être dans une tension continuelle, il se trouve surchargé dans le rhume. Nous sommes d’avis que la saignée doit être souvent réitérée, mais à petite dose dans le rhume qui est accompagné de chaleur & de douleur ; au lieu que dans les rhumes séreux, nous pensons que la saignée peut aussi y être utile.

On doit donc éviter de se mettre en les mains de ces mauvais praticiens, de ces timides médecins, qui pour épargner le sang de leur malade, ou dans la crainte d’affoiblir la poitrine, comme ils disent, se gardent bien de saigner dans les rhumes, & laissent durer des années entieres des rhumes qu’une légere saignée suivie d’un purgatif & de quelques atténuans, eût guéri tout à coup.

Il ne faut pas moins redouter la pratique douce & la médecine emmiellée de ces médecins huileux, qui ne connoissent que les huiles d’amandes douces & de lin, les sirops de guimauve & de diacode dans tous les rhumes, qui n’ordonnent que des calmans, & qui n’ont jamais su employer les remedes atténuans dans les rhumes qui naissent cependant pour la plûpart de la viscosité de l’humeur bronchique. Ces assassins ne sont pas moins coupables que ceux qui emploient des remedes violens à tout propos ; les huileux & les remedes adoucissans & incrassans étant de vrais poisons dans le rhume, qui a pour cause le relâchement des bronches, l’épaississement du sang, l’obstruction des tuyaux bronchiques.

Ainsi la pratique doit varier autant dans le rhume, que les causes qui l’ont produit. Il est bon quelquefois d’employer les béchiques expectorans ; d’autres fois les sudorifiques, les alkalis volatils, les sels volatils huileux, & souvent les vésicatoires : les ventouses appliquées entre les épaules ont guéri des rhumes séreux, invétérés & incurables par toute autre voie.

Remarquez ici sur-tout qu’il arrive des rhumes par l’épaississement des humeurs, par le desséchement des fibres. C’est ce qui se voit dans ceux qui combattent à tout instant sous les étendards de Vénus, ou qui sacrifient très-souvent à Bacchus. Dans ces cas les remedes doivent être bien ménagés ; la diete restaurante est le plus grand secours.

Comme on rencontre par-tout des personnes qui cherchent des remedes formulés pour le rhumes, nous allons en marquer ici quelques-uns.

Looch commun adoucissant. Prenez du sirop de guimauve, de l’huile d’amandes douces, de chaque une once ; du blanc de baleine dissout dans l’huile ci-dessus, un gros : mêlez le tout ensemble pour un looch à prendre dans le rhume avec toux, par cuillerée ; & le laissant fondre dans la bouche, il atténue, il fait cracher ; il convient dans la toux avec chaleur modérée, dans la difficulté de cracher.

Looch anti-asthmatique, bon dans le rhume avec sérosité. Prenez du sirop d’erysimum, de lierre terrestre, de l’oxymel scillitique, de chacun une once ; du blanc de baleine dissout dans l’huile, un gros ; de poudre d’iris de Florence, de feuilles d’hyssope séchées, de chaque un scrupule : mêlez le tout pour un looch à prendre par cuillerée dans le rhume avec trop de sérosité, dans l’épaississement de l’humeur bronchique. Voyez Potion huileuse, Bechiques, Alterans, Expectorans, Peripneumonie.

Opiat restaurant dans le rhume. Prenez des poudres de feuilles de scordium, d’hyssope, de sauge, de mélisse & de cataire séchées, de chaque trois gros ; de confection alkermes, demi-once ; d’extrait de genievre & d’absinthe, de chacun six gros ; de sirop de karabé & de roses simples, de chaque une once & demie : faites du tout un opiat dont on donnera au malade trois gros par jour dans les rhumes avec expectoration lente, sans ardeur ni fievre aiguë.

On ordonnera par-dessus chaque, un verre de lait coupé avec l’eau d’orge. Voyez Catarre & Toux.

Rhume de cerveau, (Médecine.) la génération trop abondante de la mucosité nasale, & son changement morbifique ordinairement en une humeur tenue & âcre, quelquefois plus épaisse, accompagnée d’une légere inflammation des narines, de mal de tête, & de tout le corps, & souvent d’une légere fievre, s’appelle rhume de cerveau dans le langage ordinaire.

La suppression de la matiere de l’insensible transpiration déposée à la membrane du nez, paroît fournir la plus grande abondance de cette humeur.

De-là 1°. toutes les causes qui dérangent l’insensible transpiration, produisent tout d’un coup ce mal, sur-tout si la chaleur ou le mouvement du corps l’ont rendue plus âcre, & qu’ensuite un froid subit empêche cette matiere de s’exhaler : d’où il arrive que dans certains tems de l’année, dans les changemens de vents, & quand on se découvre le corps, autant de fois on est attaqué de rhumes de cerveau.

2°. La foiblesse naturelle dans cette membrane produite par l’âge ou par l’inspiration d’un air trop froid, est cause que cette humeur s’y amasse. 3°. L’abus des sternutatoires y attire cette sérosité.

L’humeur qui s’écoule y est d’autant plus mauvaise, qu’elle est plus tenue, plus abondante, plus chaude & d’une plus longue durée. L’épidémique qui arrive sans un changement manifeste de la qualité de l’air, est plus dangereuse. Celle qui est une suite de la foiblesse naturelle annonce la longueur de la maladie.

La secrétion plus abondante qui s’y fait de l’humeur en question, présente d’abord une mucosité & des crachats plus abondans ; elle détruit le sentiment de l’odorat, cause une respiration difficile dans le nez, une sensation de gravité à sa racine & aux parties antérieures de la tête, la dureté de l’ouie, la somnolence & la céphalalgie. 2°. Par son acrimonie, elle produit l’éternuement, la toux, la rougeur des narines, leur excoriation, la phlogose des yeux accompagnée de larmes plus abondantes ; quelquefois l’ozene & le polype. 3°. Quand le mal descend jusqu’à l’estomac, il détruit l’appétit & la digestion. Enfin lorsque la matiere se communique à toute l’habitude du corps, elle est suivie de fievre, de cachéxie & de paleur.

Dans le traitement de cette maladie on doit avoir recours aux diaphorétiques & aux sudorifiques pour attirer à la peau cette humeur & la faire sortir. Dans l’usage des topiques, il faut choisir ceux qui sont humectans, capables de couvrir la partie, de l’échauffer, & de la préserver de la pourriture, suivant la différence & l’acreté de l’humeur morbifique. Souvent les hypnotiques conviennent pour accélérer la coction de cette matiere. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Rhume : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « rhume » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « rhume »

Étymologie de rhume - Littré

Provenç. reuma, s. f. ; espagn. et ital. reuma ; du lat. rheuma, qui vient de ῥεῦμα, fluxion, de ῥεῖν, couler, fut. ῥεύσω ; sanscr. sru, couler ; comparez le lat. rivus, ruisseau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rhume - Wiktionnaire

Du latin rheuma (« flux ») emprunté au grec ancien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rhume »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rhume rym play_arrow

Citations contenant le mot « rhume »

  • Rapport de marché Global Remèdes contre la toux et le rhume détaille les conditions de marché agressives basées sur le volume de production, les ventes et les bénéfices. Le rapport Remèdes contre la toux et le rhume gère l’analyse de la chaîne de distribution des acteurs clés. Même la réalisation globale du marché Remèdes contre la toux et le rhume dans votre échelle mondiale se terminera par des objectifs et des avantages commerciaux inventifs. De plus, la perspective de l’arène commerciale, les spécifications des solutions et les applications éclairent le rapport mondial Remèdes contre la toux et le rhume. De plus, les analyses Remèdes contre la toux et le rhume favorisent la participation de toutes les régions et des acteurs Remèdes contre la toux et le rhume. Les renseignements sur l’importation ou l’exportation, la quantité de l’acheteur, le potentiel de fabrication de Remèdes contre la toux et le rhume et l’enquête sur le prix de vente sont également fournis sur le marché actuel de Remèdes contre la toux et le rhume. gabonflash, Remèdes Contre La Toux Et Le Rhume Marché Analyse De Rapport Par Divers Services, Offres, Plates-Formes, Croissance Significative, Perspectives Concurrentielles, Opportunités De Stratégie Commerciale Et Analyse De La Demande Jusqu'en 2029 - gabonflash
  • Un médicament existant pourrait « minimiser » le niveau de dangerosité du virus en le réduisant à celui d’un simple rhume, affirme un chercheur de Jérusalem après avoir testé cette molécule sur des tissus humains infectés. The Times of Israël, Le coronavirus réduit à un simple rhume grâce à un médicament anti-choléstérol ? | The Times of Israël
  • La mémoire immunitaire générée par les coronavirus du rhume atténuerait la gravité de la COVID-19, selon plusieurs études. La Presse, Une proportion de la population protégée grâce aux coronavirus responsables du rhume
  • Chaque hiver, notre organisme produit des anticorps contre les quatre coronavirus responsables du rhume. Les chercheurs pensaient que ces anticorps pourraient aussi faire barrière au virus du Covid-19, expliquant les formes légères chez les enfants. Mais ce n'est pas le cas. Sciences et Avenir, Covid-19 : pas d'immunité croisée avec les virus du rhume - Sciences et Avenir
  • Personne ne pleurera sur leur sort, mais les virus communs, comme ceux du rhume et de la grippe, semblent avoir subi les contrecoups des mesures adoptées pour freiner la progression de la COVID-19. Si les gens continuent à se protéger, ce sera aussi le cas cet automne, croient les experts. La Presse, La grippe et le rhume, victimes collatérales des mesures de santé publique
  • Concernant des maladies courantes comme le rhume ou la rhinite, issues de rhinovirus, il n’existe tout simplement pas de vaccins homologués à l’heure actuelle, et la recherche dans le domaine est minime. Pour une raison simple : ce n’est pas utile. « Ce sont des maladies banales et bénignes », décrit Daniel Floret. « Il y a au moins quatre types de coronavirus qui donnent le rhume, auxquels s’ajoutent encore quatre autres types de rhinovirus qui donnent d’autres rhumes. Il faudrait faire de multiples vaccins pour une maladie bénigne. » Numerama, Gastro, rhume : existe-t-il des vaccins contre ces maladies du quotidien ?
  • C'est que les symptômes du rhume s'apparentent à ceux de la COVID-19. Depuis quelques jours, le nombre de tests de dépistage est en hausse dans la région. Le Journal de Québec, Rhume, grippe... ou COVID-19? | Le Journal de Québec
  • Un virus causant le rhume circule en ce moment dans la population, particulièrement chez les enfants. Radio-Canada, Que faire avec un enfant qui a des symptômes de rhume? | Le 15-18
  • N'être pas dans le vent. A force d'être dans le vent on finit par attraper des rhumes. De Jean Dutourd
  • Dieu a donné à l’homme l’intelligence pour résister aux rigueurs de la nature ; or contre les rhumes de cerveaux, il y a les perruques. De Alexandre Pothey / Rhume de cerveau
  • Rhinoféroce : gros mammifère corné et connu pour son extrême méchanceté dès qu’il attrape un rhume. De Alain Finkielkraut / Petit fictionnaire illustré
  • Soignez un rhume, il dure trente jours ; ne le soignez pas, il dure un mois. De Proverbe québécois
  • Un rhume de cerveau fait bien plus souffrir qu'une idée. De Jules Renard
  • Il pense par contagion et attrape une opinion comme un rhume. De John Ruskin
  • J’ai pris mon rhume en grippe. De Sacha Guitry / Pensées, maximes et anecdotes

Images d'illustration du mot « rhume »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rhume »

Langue Traduction
Corse fretu
Basque hotz
Japonais コールド
Russe холодный
Portugais frio
Arabe البرد
Chinois
Allemand kalt
Italien raffreddore
Espagnol frío
Anglais cold

Synonymes de « rhume »

Mots similaires

Site partenaire

Ma Dictée