La langue française

Rase

Définitions du mot « rase »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAS3, RASE, adj.

A. − Qui est coupé près de la peau.
1. [En parlant d'un système pileux (barbe, cheveux)] Il avait des cheveux noirs, ras et droits (Maupass., Mt-Oriol, 1887, p. 25).La brosse rase des cheveux descendait en pointe d'écusson (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, 5etabl., i, p. 163):
1. En me rhabillant, je me regardais dans la glace, et mon triste visage, un peu plus jaune chaque jour, avec ce long nez, la double ride profonde qui descend jusqu'aux commissures des lèvres, la barbe rase mais dure dont un mauvais rasoir ne peut venir à bout, m'a soudain paru hideux. Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1092.
P. anal. [En parlant du pelage d'un animal] Qui est naturellement court. Des chameaux à poils ras, couverts de plumes d'autruche (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 149).J'avais jadis un caniche à poil ras (Courteline, Ronds-de-cuir, 3etabl., 1893, iii, p. 120).
2. [P. méton., en parlant d'une surface pileuse (le visage, la tête)] [Les musiciens de Draveil] s'en allaient en pleine campagne, soufflant dans les cuivres, des trompettes avec leurs bonnes joues villageoises, rases et noiraudes (A. Daudet, Pte paroisse, 1895, p. 314).Ces garçonnets, de qui la tête rase porte par-devant un petit bourrelet de cheveux (Montherl., Pte Inf. Castille, 1929, p. 600).
3. Empl. adv. Très court. Cheveux, ongles coupés ras. Tu seras tondu ras, avec une casaque rouge et des sabots (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 121).En signe de deuil, elle fit couper tout ras ses admirables cheveux noirs (Loti, Mariage, 1882, p. 287).
B. − P. anal.
1. Qui est parfaitement uni, sans saillie ni proéminence.
a) [En parlant d'une surface] Petite île d'environ trois lieues de tour, mais si rase, qu'elle est en partie submergée à la haute mer (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 104).Et, seul, le berger restait debout, au milieu de la plaine rase, noyée de nuit (Zola, Terre, 1887, p. 301).
Rase campagne. V. campagne I A 1 c.
Faire table* rase.
b) Spécialement
BOT. [En parlant d'une plante, d'une végétation] Qui ne s'élève pas très haut au-dessus du sol. Gazon, pâturage ras; herbe rase; lande rase. L'ardoise mauve du toit se pare de petits lichens ras et blonds (Colette, Cl. ménage, 1902, p. 274).Les chaussures d'Augustin craquaient sur ce sable semé de silex, brindilles de bois mort et mousses rases, parure des allées de châteaux très bien tenues, où peu de voitures passent (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 125).
MAR. [En parlant d'un bateau] Qui est peu élevé au-dessus de l'eau ou qui a perdu sa mâture dans une tempête ou un combat. Le châssis est porté sur des bateaux ras, n'ayant que des bouts de leurs bas-mâts, avec leurs gouvernails (Maizière, Nouv. archit. nav., 1853, p. 5):
2. La mer terrible, enflant ses houles couleur d'encre, Défonça les sabords, rompit les mâts et l'ancre, Et fit la triste nef plus rase qu'un radeau. Heredia, Trophées, 1893, p. 178.
TEXT. [En parlant d'une étoffe] Dont le poil est court. Fourrure, velours à poils ras. Aubiac allait à la potence en baisant un manchon de velours ras bleu qui lui restait des bienfaits de Marguerite de Valois (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 31).Le dos des doigts pointus touche la peluche rase du tapis (Péladan, Vice supr., 1884, p. 2).
P. méton., subst. fém. Étoffe croisée et unie à poils ras. À la mode des gens de Limagne, il était habillé de rase blanche (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 136).
2. [En parlant d'un récipient] Dont le contenu arrive exactement au niveau du bord. Une mesure rase de graines. Le coke est un combustible léger. Celui de gaz pèse de 35 à 40 kilos l'hectolitre ras (Ser, Phys. industr., 1888, p. 76).
Fam. En avoir ras(-)le(-)bol. En avoir assez, être excédé. Synon. pop. en avoir marre.Je chanterai. J'en ai marre des accidents, des maladies, des hôpitaux. J'en ai ma claque, ras-le-bol! Je chanterai ou je n'ai plus qu'à crever! (S. Berteaut, Piaf, 1965, p. 418 ds Cellard-Rey 1980).Empl. subst. Ce que Mai 68 a laissé entrevoir, le ras l'bol ouvrier, nous le retrouvons en Italie d'une manière beaucoup plus explicite (D. Cohn-Bendit, Le Grand Bazar, 1975, p. 108).
3. [Dans des loc.]
À ras, loc. adv. De très près. Il m'ordonnait, juste avant une matinée dansante, de couper à ras mes ongles (Giraudoux, Judith, 1931, i, 4, p. 36).
À, au ras de, loc. prép. Au niveau de. Enfin des lumières à ras des flots ont paru; c'était Beyrouth (Flaub., Corresp., 1850, p. 222).Mais Philippe, à plat ventre, ne cessait d'épier le petit visage résolu, peu à peu cerné par l'aube, au ras de l'herbe (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1381).
À, au ras de terre, du sol. La vapeur siffla au ras du sol, en un jet assourdissant (Zola, Bête hum., 1890, p. 6).Les faux se mirent à sonner dans l'étendue de la prairie. On les entendait siffler au ras de terre, coupant les herbes lourdes de rosée (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 145).TEXT. [En parlant d'un vêtement] Ras de/du cou. Sans col et dont l'encolure s'arrête à la base du cou. Le chandail qu'elle avait fini de tricoter (...) était trop joli! Bleu-marine, montant au ras du cou (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 46).En appos. Le pull ras de cou Jersey Courtelle 75 % acrylique, 25 % laine (Catal. La Redoute, 1979-80, p. 92).
Au fig. À, au ras de terre, du sol; à, au ras des pâquerettes (fam.). Sans s'élever, sans prendre de hauteur. Il avait mis de bonne foi son espoir (...) dans l'apaisant arrangement d'une existence au ras du sol (Colette, Chatte, 1933, p. 106).Vous qui traînez au ras de terre, dans le noir, comme des fumerolles, et qui n'avez plus rien à vous que votre grand dépit (Sartre, Mouches, 1943, ii, 1ertabl., 2, p. 46).À cette coopération « au ras des pâquerettes », une Fédération nationale des coopératives et groupements d'artisans (...) tente depuis trois ans de donner un certain souffle (Le Monde dimanche, 31 janv. 1982, p. iv).
P. anal. Sans s'écarter. Tout le monde avait compris que celui qui comprend le mieux le Cid, c'est celui qui prend le Cid au ras du texte (Péguy, Argent, 1913, p. 1177).
(À) ras bord(s). Jusqu'au niveau du bord, jusqu'en haut. Il emplit son verre ras bords, et, soulevant le chapeau: « Mesdames, messieurs, la compagnie, le coup du docteur! » (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 29).Il était comme une coupe pleine à ras bords, qui continuellement déborderait, à la façon des vasques marocaines (Montherl., J. filles, 1936, p. 966).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑ], fém. [ʀ ɑ:z]. Homon. raz, ras1. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 « entièrement plein » (Gui de Cambrai, Vengement Alixandre, 1118 ds Elliott Monographs t. 23, p. 61), rare jusqu'au xvies., v. rez; 2. a) 1534 chapeau raz « chapeau dont le poil est court » (Rabelais, Gargantua, XII, éd. R. Calder et M. A. Screech, p. 92); b) 1547 barbe rase (Noël Du Fail, Propos rustiques, éd. J. Assézat, t. 1, p. 71); c) 1573 nom donné à diverses étoffes (Larivey, trad. Straporole, VII, 3 ds Hug.); 3. a) 1536 ras terre (Rabelais, Lettre, éd. Marty-Laveaux, t. 3, p. 355); av. 1755 au ras de terre (St Simon, 97, 25 ds Littré); b) 1606 couper tout ras (Nicot, s.v. raser); c) 1836 à ras de (Gozlan, Notaire, p. 41); 4. 1559 campagne rase (Amyot, P. Aem., 27 ds Littré); 1636 rase campagne (Monet). Réfection de l'a. fr. rés (v. rez) d'apr. raser*. Fréq. abs. littér.: 1 196. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 363, b) 1 333; xxes.: a) 2 685, b) 2 441. Bbg. Wartburg (W. von). Glanures étymol. R. Ling. rom. 1960, t. 24, p. 287.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

rase \ʁaz\

  1. Féminin singulier de ras.

Forme de verbe

rase \ʁaz\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de raser.
    • Et surtout, quand je me rase (au masculin) ou me prémaquille (au féminin) et, sinon, lorsque, suite à ma douche matinale, je recouvre (au masculin comme au féminin) mon visage de crèmes hydrotonifiantes qui le protègent des vents cinglant, des pluies acides, d’un ensoleillement brutal ou trop durable, ainsi que des diverses pollutions affectant la qualité de l’air de l’époque où il m’est donné d’exister , une série de questions se pose en moi : au moment où j’applique ces crèmes, est-ce que je sens ces doigts - les miens - touchant ce visage qui est mien, sens-je le sens de mes mouvements (vers le haut, ou le fond de mon visage, ou en commençant par les lèvres, ou le front ou le bout du nez), sens-je l’influence « magique » de ce rituel voué au bien être, à l’embellissement de mon visage - ce masque représentant à la face de tous les êtres qu’il m’est donné de croiser, au gré du hasard et de la nécessité, ce que, dans ma totalité, je suis ? — (Daniel-Philippe de Sudres, La neuroconnectique, 2008, page 42)
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de raser.
    • Le peintre des îles saisit un Gillette et se rase les aisselles. — (Dan Franck, Le temps des Bohèmes, 2015)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de raser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de raser.
    • Mais après tout, qu’un prêtre m’asperge d'eau bénite à l’âge de huit jours, libre à moi de me désasperger, qu’il me rase le rond de la tête en signe de sainteté, mes cheveux repousseront quand il me plaira. — (Alexandre Weill, Ma Jeunesse, 1870, volume 1, page 28)
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de raser.
    • Lave ta tignasse ou je te gifle ; fais-toi des locks, des tresses, rase-toi le crâne ; donne ta chemise ; cesse d’être ma honte, le soir, quand les voisines viennent, avec leur air de pimbêches, Fatoumata surtout, et qu’elles demandent : et ton frère ? où donc est-il, notre chéri ? où est-il, petit Abou ? — (Bernard-Marie Koltès, Tabataba, 1986, suivant Roberto Zucco, page 100)

Nom commun

rase \Prononciation ?\ féminin

  1. Rigole, canal, fossé servant dans les champs à l'écoulement des eaux
    • Quand ilz furent sur une rase ou fossé. — (Du Cange)
    • Une raise ou besal pour conduire l'eaue au pré. — (Du Cange)
    • Icellui Dinat fist clore le chemin, et y fist faire grans fossés et razes. — (Du Cange)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAS, ASE. adj.
Qui a le poil coupé tout près de la peau; qui a le poil fort court. Il a la tête rase. Il a la barbe rase. Cette espèce de chien a le poil ras. Un chien à poil ras, Du velours ras. C'est une sorte de serge fort rase. Par extension, Rase campagne, Campagne plate, unie, et qui n'est coupée ni d'éminences, ni de vallées, ni de bois, ni de rivières. Les deux armées se battirent en rase campagne. Au sortir de ce parc on trouve la rase campagne. Par extension, Table rase, Lame, plaque de cuivre ou d'autre métal, pierre unie, planche, etc., sur laquelle il n'y a encore rien de gravé. Il se dit figurément en parlant d'un Enfant, d'une personne qui, n'ayant pas encore de notions sur la matière dont il s'agit de l'instruire, peut aisément recevoir les impressions, les idées qu'on veut lui donner. Son esprit est une table rase où l'on gravera tout ce que l'on voudra. Fig., Faire table rase se dit de Quelqu'un qui, regardant les opinions qu'il a comme incertaines, les rejette provisoirement jusqu'à un nouvel examen. Il se dit aussi, d'une manière plus générale, d'une Abolition totale de ce qui est, pour permettre un complet renouvellement. Ces prescriptions sont mauvaises, il faut en faire table rase. L'esprit révolutionnaire fait table rase du passé. Mesure rase, Mesure remplie de manière que le grain, la farine, etc., n'excède pas les bords; par opposition à Mesure comble. Vendre à boisseau ras, à mesure rase. Verser du vin à ras bord, Verser plein le verre, jusqu'aux bords. Substantivement, Verser, boire un ras bord. En termes de Marine, Bâtiment ras, Bâtiment qui est peu élevé au-dessus de l'eau ou dont on a supprimé les mâts. Ce bâtiment est ras comme un ponton.

RAS est aussi nom masculin et désigne la Surface que l'on rase, que l'on ne dépasse pas. Voler au ras de terre, à ras de terre. Cette embarcation est au ras de l'eau, à ras l'eau. Il s'emploie aussi adverbialement et signifie Très court, de très près. Avoir les cheveux coupés ras.

Littré (1872-1877)

RASE (ra-z') s. f.
  • Sorte d'ancienne étoffe, voy. RAS 1, n° 9.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RASE, s. m. (Marine.) c’est de la poix mêlée avec du brai, dont on se sert pour calfater un vaisseau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rase »

De l’ancien occitan rasa (« fossé, canal ») dérivé du latin radere (« creuser »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Citations contenant le mot « rase »

  • L'homme naît avec des sens et des facultés ; mais il n'apporte avec lui en naissant aucune idée : son cerveau est une table rase qui n'a reçu aucune impression, mais qui est préparée pour en recevoir. De Antoine-Laurent de Lavoisier / Réflexions sur l'instruction publique
  • Femme. C’est pire que paysan - semis, arrosage, arrachage... Jambes à épiler, aisselles à raser, ongles à limer... Un programme si rigoureusement exigeant qu’il suffit de se laisser aller quelques jours pour se retrouver en jachère. De Helen Fielding / Le Journal de Bridget Jones
  • L'homme se distingue de l'animal par plusieurs traits remarquables. Il paie des impôts, écoute du rock'n'roll, rase les poils de son visage et fait cuire une bonne partie de ses aliments. De Philippe Meyer / Les progrès du progrès
  • Quand on est encore trop jeune pour se raser, l'optimisme est une réaction tout à fait légitime à l'échec. De Stephen King
  • Barbe. Poils qui sont habituellement coupés par ceux qui estiment à juste titre que la coutume chinoise de se raser la tête est absurde. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Je ne me vois pas en first lady. Cela me rase. Je ne suis pas politiquement correcte : je me balade en jean, en treillis ou en santiags. Je ne rentre pas dans le moule. De Cécilia Sarkozy
  • Un barbier rase l’autre. De Proverbe français
  • La société se compose de deux groupes : les raseurs et les rasés. De George Gordon, Lord Byron
  • Celui qui demande qu'on lui rase la barbe ne doit pas se fâcher si on l'égratigne. De Boleslaw Prus / La poupée

Traductions du mot « rase »

Langue Traduction
Anglais shave
Espagnol afeitado
Italien farsi la barba
Allemand rasieren
Chinois 刮胡子
Arabe حلاقة
Portugais barbear
Russe бриться
Japonais 剃る
Basque bizarra egin
Corse rasassi
Source : Google Translate API

Synonymes de « rase »

Source : synonymes de rase sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rase »

Rase

Retour au sommaire ➦

Partager