Poireaux : définition de poireaux


Poireaux : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

POIREAU, subst. masc.

A. − BOT. Plante potagère monocotylédone bisannuelle à bulbe, à feuilles longues, aux propriétés diurétiques, de la famille des Liliacées, cultivée pour son pied qui entre dans de nombreuses préparations culinaires. Botte, plant de poireau; blanc de poireau; bouillon, hachis, salade, soupe de/aux poireau(x). Ses asperges, c'est des poireaux. Le poireau, c'est l'asperge du pauvre (A. France,Crainquebille, 1905, 1ertabl., 3).L'odeur insidieuse du poireau se répandait, soudain plus hardie, dans les chambres et l'escalier, et cet appel muet rallia la famille (Duhamel,Terre promise, 1934, p.9):
. J'attends avec impatience la saison des poireaux. Elle vient entre Noël et le jour de l'an. À Cannes les poireaux sont plus gros que le bras. Je compte en envoyer au maréchal Vaillant pour ses étrennes... Mérimée,Lettres ctessede Boigne, 1862, p.169.
Fam. (Décoration du) poireau. Le mérite agricole. Un p'tit brimborion d'décoration pour mon épouse, n'importe quoi: la Légion, le poireau, les palmes, l'mérite (San-Antonio,Laissez pousser les asperges, 1985, p.216).
B. − Loc. fam.
Être planté comme un poireau, faire le poireau. Attendre longuement. Cependant, on n'attendait plus que Mes-Bottes, qui n'avait pas encore paru (...) −Dites donc, il doit rire, s'il est toujours à faire le poireau sur la route de Saint-Denis! (Zola,Assommoir, 1877, p.451).Après avoir fait le poireau sous un tournesol merveilleusement épanoui je me greffai sur une citrouille en route vers le champ Perret (Queneau,Exerc. style, 1947, p.157).
Être comme le poireau: la tête blanche et la queue verte (vx, trivial). Qualification métaphorique du vert galant (d'apr. Rey-Chantr. Expr. 1979).
C. − P. anal.
1. Pop. Verrue. Grand'tante Agnès (...) a, par exemple, la barbe grise, un bouquet de poils ici, une petite mèche qui frisotte par là, et de tous côtés des poireaux comme des groseilles, qui ont l'air de bouillir sur sa figure (Vallès,J. Vingtras, Enf., 1879, p.14).
2. ART VÉTÉR. Excroissance charnue apparaissant sur diverses parties du corps de certains animaux. Un petit chien qui a des poireaux aux joues (Ac.1798-1935).
3. Arg. et pop.
a) P. anal. (avec A supra). Membre viril. ,,Planter son poireau (...) coïter`` (Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p.221).
Locutions
Se chatouiller le poireau. Se masturber. En les voyant arriver avec leurs gros bâtons, ils arrêteraient «de se chatouiller le poireau» (M. Dubromelle, inLibération, 15 avr. 1977, p.6 ds Cellard-Rey 1980).
Souffler, se faire souffler dans le poireau. Pratiquer la fellation, être l'objet d'une fellation. Mais pourquoi cesses-tu de me souffler dans le poireau? (...). Ça allait bien (L. de Neuville,Les Jeux de l'Amour et du Bazar, in Th. Érot.,1864,p.102, ds Cellard-Rey 1980).
b) [P. réf. à la loc. faire le poireau B supra]
Attente. Tu trouves que ça n'est rien, un poireau d'une heure? (G. Herbert ds Bruant1901).
,,Sergent de ville en station`` (Macé ds Larchey, Dict. hist. arg., 2eSuppl., 1883, p.125).
REM. 1.
Poireautage, subst. masc.,fam., région. (Canada). Fait de poireauter (infra dér.). Naturellement, Madame Bessière était en retard. Si nous nous voyons régulièrement, il va falloir que je lui fasse passer cette habitude, car le poireautage n'est pas mon fort (G. Bessette,La Commensale, 1975, p.33 ds Richesses Québec 1982, p.1855).Après une heure de poireautage, les gens changent de couleur (Libération, 16 nov. 1981, p.29 ds Rob. 1985).
2.
Porreau, subst.,var. vieillie ou région. a) [Corresp. à supra A] Les papiers peints me font amèrement regretter les anciennes images d'Épinal naïves et gaies parfois, avec leurs larges plaques de bleu de prusse, de vert-porreau (Huysmans,Art mod., 1883, p.232).b) [Corresp. à supra C] Ces fléaux, les plus humilians et les plus destructeurs de l'espèce humaine, se font remarquer, chez ces insulaires, par les symptômes suivans; savoir: les bubons, les cicatrices défectueuses qui résultent de leur suppuration, les porreaux (Voy. La Pérouse, t.4, 1797, p.15).
Prononc. et Orth.: [pwaʀ ο]. Ac. 1694: porreau ou poireau; 1718-1878: poireau ou porreau; 1935: poireau; Littré: porreau ou poireau; Rob.: poireau; Lar. Lang. fr.: poireau ,,La forme porreau (...) est aujourd'hui régionale et populaire``. Étymol. et Hist.1. Bot. fin du xies. porels (?) plur. bot. (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, no846); 1260 [ms. fin xiiies.] poiriauz plur. (Etienne Boileau, Métiers, 334 ds T.-L.); ca 1393 [ms du xves.] poireaulx plur. (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, 180, 4; aussi poreaulx blancs, 178, 4); 2. a) xves. [ms.] «verrue aux pieds des oiseaux» (Cy devise commant on doit affaitier oyseaux de proye et de leurs maladies, ms. BM Lyon 765, fo180 ds G. Tilander, Glanures lexicogr., p.202: les poireaux qui viennent à l'oisel); b) 1487 porreau «verrue» (Vocab. lat.-fr., Genève, L. Garbin d'apr. FEW t.9, p.196b); 3. p.métaph. a) 1866 planter son poireau «attendre» (Delvau, p.305); b) 1877 faire le poireau (Zola, loc. cit.); 4. 1864 arg. souffler dans le poireau (L. de Neuville, loc. cit.). Dér. de l'a. subst. por «poireau» (ca 1225, Pean Gatineau, St Martin, éd. W. Söderhjelm, 2210), du lat. porrum «id.», suff. -eau*. L'altér. de porreau en poireau s'est produite d'abord dans la région parisienne, prob. sous l'infl. de poire*; mais porreau survit encore dans les parlers provinciaux (v. FEW t.9, pp.194b-195a). Fréq. abs. littér.: 97.
DÉR.
Poireauter, poiroter, verbe intrans.,fam. Attendre sans changer de place, faire le poireau. Sans parler de Jusserand que le marquis a commencé par faire poireauter dix minutes (Duhamel,Désert Bièvres, 1937, p.41).Vingt minutes que j'ai poireauté en bas, sur le quai. Vingt minutes, tocante en main (Arnoux,Double chance, 1958, p.198).[pwaʀ οte], [-ɔ-], (il) poireaute, poirote [pwaʀ ο:t], [-ɔ-]. 1reattest. 1883 (Larchey, loc. cit., avec citat. d'aut.: Macé); dér., à l'aide d'un -t- épenthétique (v. Dauzat, Ling. fr., p.30), de [faire le] poireau, dés. -er.

Poireaux : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POIREAU. n. m.
Plante potagère du genre des oignons. Planter des poireaux. Une soupe aux poireaux.

POIREAU désigne aussi une Excroissance qui vient sur la peau, particulièrement aux mains. Avoir les mains pleines de poireaux. Il se dit dans le même sens en parlant des Chevaux et des chiens. Un cheval qui a des poireaux aux jambes. Un petit chien qui a des poireaux aux joues.

Phonétique du mot « poireaux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poireaux pwaro play_arrow

Citations contenant le mot « poireaux »

  • Le poireau n’est pas un légume uniquement destiné à la soupe ou à la sauce vinaigrette ! En effet, il existe des fondues de poireaux extrêmement savoureuses, vous allez vite vous en apercevoir ! Femme Actuelle, Fondue de poireaux : nos meilleures recettes à (re)découvrir : Femme Actuelle Le MAG
  • Le poireau est à l'honneur lorsque les frimas de l'hiver arrivent. C'est l'un des légumes qu'on adore cuisiner lorsqu'il fait froid. Testons ensemble la recette de la fondue de poireaux ! Femme Actuelle, Comment faire une fondue de poireaux ? : Femme Actuelle Le MAG
  • 2 poireaux ladepeche.fr, La poule au pot à la Noire d’Astarac-Bigorre - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « poireaux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poireaux »

Langue Traduction
Corse porri
Basque porru
Japonais ネギ
Russe лук-порей
Portugais alho-poró
Arabe الكراث
Chinois 韭菜
Allemand lauch
Italien porri
Espagnol puerros
Anglais leeks
Source : Google Translate API

Synonymes de « poireaux »

Source : synonymes de poireaux sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires