La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pointillé »

Pointillé

Définitions de « pointillé »

Trésor de la Langue Française informatisé

POINTILLE, subst. fém.

Vieux
A. − Chose, sujet léger ou de peu d'importance. L'affaire ne roule que sur une pointille (Ac.1878).
B. − Dispute, chicane sur des bagatelles. Ce ne sont que des pointilles perpétuelles (Ac.1878).
Prononc. et Orth.: [pwε ̃tij]. Att. ds Ac. 1694-1740 et 1878. Étymol. et Hist. 1564 punctile «point de détail, chicane» (Catherine de Médicis, Lettres, 28 nov., éd. H. de La Ferrière, t.2, p.237), forme isolée; ca 1580 poinctille «id.» (Brantôme, Discours sur les duels ds OEuvres, éd. L. Lalanne, t.6, p.314); cf. 1580 pontille (Montaigne, Essais, II, 10, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.418); v. aussi Hug. Empr. à l'ital. puntiglio «point de détail auquel s'attache celui qui est obsédé par son honneur; obstination» (dep.1remoit. du xvies., Della Casa ds Tomm.-Bell.), lui-même empr. à l'esp. puntillo «id.», dér. de punto (point1*). La forme supra 1574 représente un 1eressai d'adapt. au fr. Bbg. Hope 1971, pp.216-217.

POINTILLÉ, subst. masc.

A. −
1. BEAUX-ARTS. Rendu qu'on obtient lorsqu'on dessine, grave ou peint sous forme de petits points. Il faut distinguer entre la manière du crayon et le pointillé, qui est l'art de modeler avec des points plus ou moins espacés (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p.645).V. pointiller1B 1 a β ex. de Goncourt.
Loc. adv. Au pointillé. Suivant la technique qui permet d'obtenir le pointillé. Les caricatures révolutionnaires sont généralement au pointillé (Goncourt,Journal, 1862, p.1034).J. Bouchardy (...) ne se fit pas graveur au pointillé, quoiqu'il en eût appris le métier à fond. Il devint le Shakespeare du boulevard (Gautier,Hist. romant., 1872, p.17).Prud'hon nourrissait péniblement sa femme et ses enfants en dessinant des sujets que Copia gravait au pointillé (A. France,Dieux ont soif, 1912, p.14).
2. HÉRALD. Partie d'un blason recouverte de petits points et correspondant conventionnellement à l'or. (Dict. xixeet xxes.).
3. TISS. Tissu présentant des points à sa surface. Pointillé simple. C'est pour ma cuisinière... Oui, la serge à petit pointillé, celle à deux francs (Zola,Bonh. dames, 1883, p.486).Pour obtenir un pointillé par trame, on fait baisser à la place voulue les fils de chaîne sous la trame d'envers de façon que cette dernière ne soit couverte ni par la chaîne ni par la trame d'endroit (Araud, Ch. Thomas, Fabric. drap, 1921, p.171).
4. MÉD., PATHOL. État d'un tissu présentant une multitude de petits points d'origine éruptive. La forme ponctuée (...) serait caractérisée par un pointillé similaire de celui du début de la scarlatine (Teissier, Duvoirds Nouv. Traité Méd.fasc. 21928, p.135).
B. −
1. Ligne faite de points, de petites croix et/ou de tirets régulièrement espacés. Découper en suivant le pointillé (Ac.1935).C'était un plan d'autrefois, au dessin et au coloris passés (...). Son doigt suivait le cours de la rivière, cheminait sur le pointillé des allées (Lacretelle,Hts ponts, t.2, 1933, p.49):
1. ... le simple «point devant», par leurs soins, rappelle le pointillé zigzaguant d'une carte routière... Colette,Mais. Cl., 1922, p.268.
P. métaph. On finit avec pas mal de pointillés par tracer la paléogéographie d'une époque (Combaluzier,Introd. géol., 1961, p.99).
En pointillé. Dont les contours sont une ligne pointillée. Figure en pointillé. La ligne en pointillés sépare les deux «syntagmes» combinés (Coyaud,Introd. ét. lang. docum., 1966, p.62).
Au fig. En arrière-plan, sous une forme moins nette ou moins assurée, mais qui laisse supposer ce que sera une chose. Nous devons décrire en pointillé tout ce qui n'est pas la présentation de nos images «conscientes» (Ruyer,Esq. philos. struct., 1930, p.9).
2. P. ext. Succession linéaire, à intervalles réguliers et rapprochés, de figures, de choses semblables. L'aspect de ta lèvre déconcerte. On y remarque un vague pointillé noir, les restes d'une moustache incendiée, la fumée, l'ombre, le regret d'une moustache (Renard,Lanterne sourde, 1893, p.193).La lumière fait briller le pointillé des boutons de soutane (Butor,Passage Milan, 1954, p.91):
2. Au ras de l'eau, des lignes d'ampoules électriques dessinent en pointillé lumineux le contour des restaurants chinois. Malraux,Conquér., 1928, p.29.
P. métaph. D'un bal musette s'échappait le soufflet d'un accordéon exténué d'emphysème et le pointillé sec d'un banjo (Arnoux,Gentilsh. ceinture, 1928, p.123).C'est parce que je tire la ligne droite (...) que la ligne droite, réalisée dans l'unité d'un seul acte, est autre chose qu'un pointillé infini. Qui donc tire le temps? (Sartre,Être et Néant, 1943, p.182).Lorsqu'on veut dessiner la structure de la perception, on le fait en repassant sur le pointillé des sensations (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.40).
Prononc. et Orth.: [pwε ̃tije]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1765 «action de dessiner, graver, en pointillant» (Encyclop.); 1812 «ouvrage d'art ainsi effectué» (Mozin-Biber); 2. 1823 «surface couverte de petits points» (Saint-Hilaire, Manuel des employés de la garantie, p.132 ds Littré); 3. 1868 «succession de points formant une ligne discontinue» (Verne, Enf. cap. Grant, t.1, p.73: le pointillé des cartes). Part. passé subst. de pointiller1*. Fréq. abs. littér.: 24. Bbg. Gohin 1903, p.368.

POINTILLER1, verbe

A. − Empl. intrans., rare. Pointer à peine. Synon. poindre.Ce qu'on appelle pressentiment ressemble fort au poisson précurseur qui avertit les cétacés immenses et presque aveugles que là pointille une roche tranchante, ou qu'ici est un fond de sable (Nerval,Filles feu, Émilie, 1854, p.325).
B. − Empl. trans.
1. [Le suj. désigne l'agent] BEAUX-ARTS, littér.
a) Parsemer de points un espace, tracer des points sur quelque chose avec une plume, un pinceau, un burin, etc.
α) Qqn1pointille qqc.2(de qqc.3).Il commença à peindre du bout des pinceaux; il pointillait la toile de minces taches sales, il faisait des hachures courtes et serrées, comme s'il se fût servi d'un crayon (Zola,Th. Raquin, 1867, p.32).
P. métaph. [Les hirondelles] pointillent l'air de petits cris (Renard,Hist. nat., 1896, p.224).
β) Qqn1pointille qqc.2Gavarni obtient un pointillé dans ses lithographies: il découpe dans une feuille de papier la partie qu'il veut pointiller, pose la feuille de papier sur la lithographie et armé d'une brosse à dents frottée de noir, il promène le doigt sur la brosse et la fait cracher (Goncourt,Journal, 1852, p.75).
Au part. passé. Le tout immuable depuis des siècles, préparé pour des noces permanentes, pointillé par des générations de mouches (A. Daudet,Jack, t.2, 1876, p.252).
[Le suj. désigne le moyen] On distinguait, à travers les vitres, pointillées par les rideaux à jour (...) un ventre blanc de nuage (Arnoux, Solde, 1958, p.115).
Au fig., empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. C'est ce côté de M. de Vigny qu'il faut maintenir (...). Il avait du grand sous le pointillé (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.6, 1864, p.446).
Spécialement
HABILL., au part. passé à valeur adj. Robe, tissu pointillé. Parsemé d'un pointillé. Robes pointillées ou «As de Carreau» ou, sur bleu foncé, petits motifs brodés blancs (L'OEuvre, 24 mars 1941).La ligne d'une robe droite en lainage pointillée noir et blanc est assouplie devant par un pli plat (Jardin des modes, févr. 1951, p.19).
γ) Empl. abs. Dans les ouvrages de miniature on ne fait ordinairement que pointiller. Ce graveur ne travaille presque qu'en pointillant (Ac.).Je le trouve, mon vignettiste, pointillant d'après une mauvaise vignette, qu'il croit que je ne connais pas (Goncourt,Journal, 1874, p.978).
P. métaph. Molière manie en ce sens puissant tous ses personnages; il ne fait pas la taille-douce, il ne pointille pas. Franc, et souvent avec crudité, il ne craint pas de faire le trait gros (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.3, 1848, p.229).
HÉRALD. Parsemer de petits points pour représenter conventionnellement l'or. Les graveurs d'armoiries pointillent pour désigner l'or dans les écussons (Ac.1835-1935).
b) Tracer une figure, quelque chose en faisant des points, sous forme de points. Quelques miniaturistes renommés (...) ont pointillé dans leurs portraits en petit tous les détails que leur présentait la nature en grand (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p.594).
Au part. passé adj. Les éclisses et la tête (...) sont décorées de dessins pointillés représentant des arabesques (Grillet,Ancêtres violon, t.2, 1901, p.96).Il y a un M F pointillé au dos de la couverture (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.174).Un brouillard laiteux (...) où nageaient des lueurs pointillées et fugaces, des éclairs de rubis rougeoyants (Arnoux,Roi, 1956, p.157).
Ligne, trait pointillé(e). Pointillé. Les traits pleins indiquent les fils parcourus par le courant, les traits pointillés, les connexions non utilisées (A. Leclerc, Télégr. et téléph., 1924, p.160). −... la ligne des patrouilles... appuya-t-il d'un ton doctoral en laissant traîner son doigt le long de la ligne pointillée (Gracq,Syrtes, 1951, p.222).
P. métaph. Des armées de corbeaux balayent le ciel de leur vaste geste pointillé (Barbusse,Feu, 1916, p.290).
c) Apporter la plus grande minutie dans la réalisation ou l'exécution de quelque chose. [M. de Vigny] conversait comme il écrivait; il pointillait chaque mot (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.6, 1864, p.429).
Au part. passé adj. Imagine un petit tableau à la plume, le plus fini, le plus pointillé, le plus chinois pour la minutieuse exactitude (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.7, 1853, p.348).Ce qu'il faudrait bien ne pas faire surtout, ce seraient des aquarelles genre Pollet, des nudités pointillées et léchées, retouchées au microscope (Huysmans,Art mod., 1883, p.87).
2. [Le suj. désigne ce qui pointille] Littér. Être, former un ensemble de points dans un espace ou à la surface de quelque chose. Synon. moucheter, piqueter, tacheter.
a)
α) Qqc.1pointille qqc.2Les fétus étaient remplacés par des paillettes d'or semblables à celles qui pointillent l'eau-de-vie de Dantzick (Huysmans,À rebours, 1884, p.187).D'autres empreintes pointillent la blancheur de la neige (Genevoix,Rroû, 1931, p.202):
. Des multitudes d'éclatements de shrapnells pointillent l'azur et semblent une longue volée de flocons de neige dans le beau temps. Barbusse,Feu, 1916, p.92.
P. métaph. D'autres (...) se révèlent (...) d'une voix si grêle qu'elle semble seulement pointiller le silence (Genevoix,Nuits de guerre, 1917, p.280).
β) Au part. passé. Synon. moucheté, piqueté, tacheté.
Qqc.2pointillé de qqc.1Pierre pointillée de blanc. Le charançon impérial, fier dans sa verte cuirasse pointillée de poudre d'or (Michelet,Insecte, 1857, p.160).Une ville féérique escaladant l'horizon, montant dans un ciel étrange, pointillé d'oiseaux, moutonné de lames, comme gonflé de ballots de nuages (Huysmans,À rebours, 1884, p.84).La chouette des pagodes, blanche, pointillée de marron, étend ses longues oreilles horizontales (Morand,Londres, 1933, p.131).
P. métaph. Toutes les autres difficultés de l'exégèse catholique, pointillées de références de détail (Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.341).
Qqc.2pointillé par qqc.1(rare, au fig.).Il éructa un monologue pointillé et haché par une série de soubresauts et de hoquets (Huysmans,Marthe, 1876, p.18).
Qqc.2pointillé.Une couturière osseuse et graillonnante, au long nez pointillé comme ses doigts (Frapié,Maternelle, 1904, p.159).De longues mousses et des champignons vénéneusement zébrés pointillés perlés couvrent le pavé du sanctuaire (Cendrars,Du Monde entier, Ruine espagnole, 1924, p.145).
b) [Avec un compl. indiquant la forme ou la substance] Qqc.1pointille qqc.2de qqc.La figure (...) était éclairée par de grands yeux humides, aux paupières cernées de bleu, rapprochés du nez que pointillaient d'or quelques rousseurs (Huysmans,À rebours, 1884, p.145).L'acné pointillait ma peau de triolets, basse chiffrée d'une partition inachevée (Cendrars,Moravagine, 1926, p.63).
3. Empl. pronom., rare. Se couvrir de points. Synon. se moucheter, se piqueter.Il y en a aussi [des cierges] de défraîchis, de très vieux, qui se pointillent, comme des nez (Huysmans,Foules Lourdes, 1906, p.34).
REM.
Pointillis, subst. masc.Ensemble de points dessinés ou formés sur la surface de quelque chose. Une bande de langoustes, au pointillis grumeleux si extraordinairement rendu qu'elles semblent avoir été moulées sur des carapaces vivantes (Proust,Temps retr., 1922, p.712).On croit que ces quatre appliques sont pareilles, sur le mur (...). Ah! ouatt! pareilles (...). Il y a sur celle-ci (...) un pointillis de crottes de mouches (Genevoix,Mains vides, 1928, p.12).
Prononc. et Orth.: [pwε ̃tije], (il) pointille [pwε ̃tij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1414 «graver de petits points» ici, au part. passé (Grandmaison, Artistes tourangeaux, p.248 ds Gay: une coppe couverte d'argent doree et pointillee à arbres et à personnages); 1611 «marquer de points» à l'inf. (Cotgr.); spéc. 1676 peint. ici, à propos de la miniature (Félibien, p.418); 2. 1831 synon. de poindre* (Barthélémy ds Némésis, t.24, 18 sept., p.196 d'apr. M. Riffaterre ds Fr. mod. t.22, p.66). Dér. de point1*; suff. -iller*.
DÉR. 1
Pointillement, subst. masc.a) Fait de se présenter sous forme de points. Au fig. Cela sentait [Chatterton], des pieds jusqu'à la tête le rhumatisme littéraire, la migraine poétique, dont le poëte avait déjà décrit les pointillements aux tempes de son Stello (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.6, 1864, p.424).Des milliers de visages se serraient sur les gradins en étages avec le pointillement vif des regards (A. Daudet,N. Roumestan, 1881, p.17).b) Action d'apporter à la réalisation de quelque chose une minutie extrême. Les oeuvres nouvelles qui sortent de ces luttes infinies, de ces mondes intérieurs de souffrances, d'analyses, de pointillements, peuvent être belles encore (Sainte-Beuve,Portr. contemp., t.2, 1835, p.54). [pwε ̃tijmɑ ̃]. 1resattest. a) 1848 «sensation psychique comparable à un picotement» (Balzac, Initié, p.430), b) [1855 «action de pointiller» (Baudel., Crépuscule du soir ds Petits poèmes en prose: coquille de l'imprimeur; Baudelaire avait écrit scintillement, v. OEuvres, éd. Y. Le Dantec, p.1607 et Petits Poëmes en prose, éd. R. Kopp, p.66)], 1881 (A. Daudet, loc. cit.); de pointiller1, suff. -ment1*.

POINTILLER2, verbe

Vieilli.
A. − Empl. trans. Pointiller qqn.Taquiner, piquer de manière pointilleuse. J'avoue qu'alors un peu d'orgueil pourrait me pointiller (E. de Guérin, Lettres, 1833, p.31).
Empl. abs. Y aurait-il à noter (...) chez l'autre (...) cette mesquinerie un peu égoïste qui émiette et pointille, qui retranche à la moindre action (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.180).
B. − Empl. trans. indir. Qqn pointille sur qqc.Disputer sur la moindre chose. Synon. chicaner.Cet homme est insupportable: il faut qu'il pointille sur toute chose (Ac.1935).Tu les as acceptées, Adam; jouiras-tu du bien et pointilleras-tu sur les conditions? (Chateaubr., Paradis perdu, 1836, p.343).
Prononc. et Orth.. V. pointiller1. Étymol. et Hist.1. 1576 «discuter par le menu» (J.-A. de Baif, Mimes, enseignemens et proverbes, fo3: Nous pointillons sur la doctrine); 2. 1640 pronom. récipr. «se disputer pour des vétilles» (Mère J.-F. de Rabutin-Chantal, lettre 4 juill. ds Lettres, éd. E. de Barthélémy, p.540). Dér. de pointille*; dés. -er.
STAT.Pointiller1 et 2. Fréq. abs. littér.: 42.

Wiktionnaire

Adjectif - français

pointillé \pwɛ̃.ti.je\ masculin

  1. Fait avec des points rapprochés.
    • Un contour pointillé.

Nom commun - français

pointillé \pwɛ̃.ti.je\ masculin

  1. Manière de peindre, de dessiner, de graver à petits points, en pointillant.
    • Dessin au pointillé.
  2. Ligne formée par une série de points.
    • Chez moi, je trouve un paquet de lettres sans intérêt. Mais au milieu, un papier blanc dont je découpe rapidement le pointillé poussé par un obscur instinct. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 238)
    • Soulevant la cruche pleine, il entoura de l’autre bras les épaules de la fille, et ils s’en allèrent ainsi, laissant derrière eux le pointillé des gouttes. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 60)
    • Ça m'énerve assez, pour tout dire. Sur une carte, on voit souvent les frontières en grosses lignes noires. La nuit, quand je n'ai vraiment plus rien à faire, je change les lignes en pointillé avec du correcteur liquide. Je fais des points, j'efface les frontières. — (Nos ancêtres les Gaulois, impressions d'écrivains sur la francophonie, sous la direction de Vincent Engel & Michel Guissard, Éditions Quorum / Alliance française, 1996, page 74)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POINTILLÉ. n. m.
Manière de peindre, de dessiner, de graver à petits points, en pointillant. Dessin au pointillé. Il désigne aussi une Ligne formée par une série de points. Découper en suivant le pointillé.

Littré (1872-1877)

POINTILLÉ (poin-ti-llé, llée, ll mouillées) part. passé de pointiller
  • 1Marqué de petits points. Presque tout son plumage est blanc, pointillé de noir, surtout à la poitrine, Buffon, Ois. t. XVII, p. 412. De Nootka à Monterey, j'ai reconnu seulement les points que le capitaine Cook n'avait pas été à portée de relever, et qui étaient restés pointillés sur la carte, La Pérouse, Voy. t. IV, p. 169, dans POUGENS.
  • 2 Terme d'anatomie pathologique. Se dit de la rougeur phlegmasique ou hémorrhagique produite par une accumulation de petits points rouges serrés les uns contre les autres.

    S. m. Le pointillé, état d'un tissu ainsi marqué. Il y a du pointillé dans le cerveau.

  • 3 S. m. Manière de dessiner, de graver à petits points. Des pièces ciselées, et couvertes de mat ou de pointillé dans toute leur superficie, Manuel de la garantie, 1823, p. 132.

    Genre de gravures faites au pointillé.

  • 4 S. m. Poisson du genre saumon.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POINTILLÉ, c’est, dans la gravure en bois, faire les petits points qui s’exécutent sur les chairs ou au bout des tailles sur certaines parties d’ouvrage ; delà on dit chairs pointillées, tailles pointillées.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pointillé »

Participe passé masculin singulier du verbe pointiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pointillé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pointillé pwɛ̃tile

Évolution historique de l’usage du mot « pointillé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « pointillé »

  • Le monde ne se révèle plus au zappeur qu'en pointillés. Il fabrique chaque soir des puzzles dont il ne pourra jamais ordonner les pièces. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • Après six mois d’école en pointillé, tous les élèves seront a priori accueillis en septembre 2020, moyennant le port du masque dans certaines circonstances pour les collégiens, lycéens et leurs enseignants. Des tests pour évaluer le niveau des élèves sont prévus jusqu’en troisième. La Croix, Rentrée des classes : ce qui est prévu en septembre
  • Il suffit parfois de quelques pas pour découvrir une vue remarquable de son environnement. Au cœur du quartier des Costes-Rouges, au 22, boulevard des Mouettes point culminant des lieux, c’est-à-dire à 584 mètres, un espace vert a été aménagé. De là, une vue à 180° degrés permet de découvrir la géographie non seulement de la commune mais des alentours, où les sites remarquables y sont annotés. Le promeneur y découvrira les limites d’Onet-le-Château, marquées en pointillé sur la table d’orientation. Du lac de Pareloup, en passant par les Palanges, Sainte-Radegonde, le Ségala ou Saint-Mayme via les Quatre-Saisons, l’œil s’arrêtera sur Flavin, mais aussi immanquablement sur Notre-Dame de Rodez, le Sacré-Cœur, le Musée Soulages ou Luc-La Primaube. Il apprendra aussi que 135 kilomètres le séparent de Montpellier, 51 de Millau et de son emblématique Viaduc, 125 kilomètres de Toulouse, à vol d’oiseau bien entendu. Et vu d’en haut, tout semble si proche. A noter que l’espace est sans pesticides, que deux bancs attendent déjà les visiteurs et qu’une borne de distribution de sachets pour déjections animales a pris place. À découvrir sans tarder pour s’aérer et connaître sa commune d’un point de vue différent… centrepresseaveyron.fr, Une vue à 180° pour découvrir sa commune - centrepresseaveyron.fr
  • Mais l'avenir à moyen terme s'écrit en pointillé, et la menace pour l'emploi est bien réelle. Une nouvelle audience est fixée au 8 septembre. France Bleu, Bretagne : une entreprise industrielle historique placée en redressement judiciaire

Images d'illustration du mot « pointillé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pointillé »

Langue Traduction
Anglais dotted
Espagnol punteado
Italien tratteggiata
Allemand gepunktet
Chinois 点缀
Arabe منقط
Portugais pontilhado
Russe пунктирный
Japonais 点在
Basque zipriztindua
Corse puntezzatu
Source : Google Translate API

Pointillé

Retour au sommaire ➦

Partager