La langue française

Peigné, peignée

Définitions du mot « peigné, peignée »

Trésor de la Langue Française informatisé

PEIGNÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de peigner* et empl. adj.
A. − [Corresp. à peigner A; en parlant des cheveux, des poils] Démêlés et mis en place; coiffés. Barbe bien peignée; favoris délicatement peignés. Elle était si prudente, si méfiante, qu'elle s'arrêtait au bord de la beauté, comme au bord de la vie, avec ses cheveux un peu trop peignés, son sourire un peu trop facile (Céline,Voyage, 1932, p.129).Je ne me lassais pas de regarder ses longs cheveux noirs peignés à la Jeanne d'Arc (Sartre,Mots, 1964, p.187).
[P. méton. En parlant d'une pers.] C'est à peine si votre barbe est faite, vous ne vous peignez plus, vos cheveux sont ébouriffés (...). Maintenant c'est fait, se contenta-t-il de répondre; il faudra bien qu'elles me prennent mal peigné (Zola,Conquête Plassans, 1874, p.1166).
P. ext. Bien ou mal peigné(e). Qui prend soin ou non de sa personne, qui est bien ou mal accoutré. Ce Byron mal peigné, mal construit, a des jambes de héron, des genoux engorgés (Balzac,Fille Ève, 1839, p.100).Il épouse une parisienne, un de ces petits chiffons mal peignés qui sont la ruine d'une maison honnête (A. Daudet,Fromont jeune, 1874, p.149).«Tu me le paieras!» disait une fille à son père qui l'avait empêchée de se marier à un soupirant trop bien peigné (Camus,Chute, 1956, p.1511).Empl. subst. Icelui, quoique fort surfait, n'était pas le premier venu, mais chacun d'eux valait au moins le mal peigné qui vieillissait, grisonnait, perdait son poil, ses crocs comme son haleine (Cladel,Ompdrailles, 1879, p.51).Il venait de se rappeler «la mal peignée», comme la nommait Bourdoncle; et (...) il avait eu l'idée de la faire comparaître pour la secouer un peu, si elle était toujours fagotée en provinciale (Zola,Bonh. dames, 1883, p.502).
B. − [Corresp. à peigner C]
1. [En parlant de végétation, d'un jardin, d'un lieu] Qui est arrangé avec soin, qui a un aspect ordonné. Ifs, gazons peignés; pelouse peignée; bois, jardin, parc, cimetière peigné. N'importe, toute peignée, parée, humanisée qu'elle puisse être, cette île de Wight abonde en délicieux points de vue (Bourget,Ét. angl., 1888, p.274).Je n'aimais pas cette propriété trop peignée: pas de chemins creux, pas de bois; des barbelés entouraient les prés (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p.157).
P. ext. [En parlant de choses diverses] Il regretta le pont de son brick, si blanc, si propre, si net! son grément lisse et peigné (Sue,Atar-Gull, 1831, p.9).Sur l'autre rive débutent les beaux quartiers. Ouest paisible, coupé d'arbres, aux édifices bien peignés et clairs (Aragon,Beaux quart., 1936, p.190).
2. Au fig., dans le domaine littér., artis.,avec connotation péj. Qui est trop soigné, apprêté. Synon. fignolé, léché.Poésie peignée; portrait, style peigné. Ses amis lui ont vu détruire un tableau achevé auquel il trouvait l'air trop peigné. C'est trop fait, disait-il, c'est trop écolier (Balzac,Illus. perdues, 1844, p.236).L'histoire bien peignée, celle qui s'écrit avec les ordres envoyés, et puis il y a l'autre histoire, celle qui se déroule en mille faits hasardeux, furieux, héroïques ou lâches (Barrès,Cahiers, t.11, 1917, p.248):
. ... j'aime mieux, pour donner de la duchesse de Choiseul une idée saillante, emprunter les portraits en miniature qu'en a laissés un pinceau moins élégant et moins peigné que celui de l'abbé Barthélemy, mais plus vif en images [celui de H. Walpole]... Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.7, 1852, p.197.
II. − Adj., dans les domaines techn.
A. − TEXT. Coton, laine peigné(e). Tissu de coton, de laine tissé uniquement avec des fibres longues qui donnent des tissus plus secs et plus lisses au toucher (d'apr. Leloir 1961). Il avait dissimulé dans le fond de la cheminée de son usine mille pièces de draperies en laine peignée (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.149).V. duiter ex. de Thiébaut.
B. − RELIURE. Papier peigné. Papier qui présente des veinures. Synon. papier peigne*.Popelin s'est mis à prendre de petits carrés de papier et sur leur surface mouillée fait tomber des taches de couleur, imitant les marbrures du papier peigné (Goncourt,Journal, 1874, p.1003).
C. − PÊCHE. Hareng peigné. ,,Qui a perdu ses nageoires et beaucoup de ses écailles`` (Baudr. Pêches 1827). Morue peignée. ,,Qui a perdu une partie de sa peau`` (Baudr. Pêches 1827).
III. − Substantif
A. − DÉCOR. Décor de hachures. Le bord des vaisselles, qu'il soit lisse ou festonné, porte souvent des peignés roses ou bleus (G. Fontaine,Céram. fr., 1965, p.65).
B. − TEXT. Tissu de laine peignée. Peigné anglais. La laine en restait aux essais (...); le métier de Cartwright pour la filature des peignés ne se trouva au point qu'en 1803 (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.643).
Prononc.: [pε ɳe], [pe-]. Fréq. abs. littér.: 136. Bbg. Weil (A.). En Marge d'un nouv. dict. R. de Philol. fr. 1932, t.45, p.31.

Wiktionnaire

Adjectif

peigné \pe.ɲe\

  1. Qui a reçu un peignage.

Nom commun

peigné \pe.ɲe\ masculin

  1. (Industrie textile) Brin de laine tel qu’il sort du peignage.
    • Le peigné de laine est constitué par un mélange de fibres de toutes longueurs, […]. Cette complexité dans la composition du peigné de laine est la source de difficultés en filature. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Forme de verbe

peigné \pe.ɲe\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe peigner.

Nom commun

peignée \pe.ɲe\ féminin

  1. (Familier) Correction administrée avec une certaine rudesse.
    • Il a reçu une sérieuse peignée.
    • Les autres avaient pu croire, un moment, que les deux apprentis caïds s’étaient flanqué la peignée et que Micou avait eu le dessous ; mais Perrot lui-même avait remis les choses au point. — (Jean Amila, Les Loups dans la bergerie, Gallimard, Paris,1959)
    • Voilà ce chétif pas plus gros que le frère à Chaunard qui se lance sur Ralf, Soupault Ralf, un costaud alors lui le Ralf, un musclé, une membrure terrible lui alors, et bagarreur et en terrible ressort, pas haut comme stature, mais bulldog, que la peignée c’est son délire ! — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Version A de « Féérie pour une autre fois », Gallimard, Paris, 1993)
  2. (Arts) Quantité de matière textile que l’ouvrier met sur le peigne.

Forme de verbe

peignée \pe.ɲe\

  1. Participe passé féminin singulier de peigner.

Nom commun

peignée \pe.ɲe\ féminin

  1. (Familier) Correction administrée avec une certaine rudesse.
    • Il a reçu une sérieuse peignée.
    • Les autres avaient pu croire, un moment, que les deux apprentis caïds s’étaient flanqué la peignée et que Micou avait eu le dessous ; mais Perrot lui-même avait remis les choses au point. — (Jean Amila, Les Loups dans la bergerie, Gallimard, Paris,1959)
    • Voilà ce chétif pas plus gros que le frère à Chaunard qui se lance sur Ralf, Soupault Ralf, un costaud alors lui le Ralf, un musclé, une membrure terrible lui alors, et bagarreur et en terrible ressort, pas haut comme stature, mais bulldog, que la peignée c’est son délire ! — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Version A de « Féérie pour une autre fois », Gallimard, Paris, 1993)
  2. (Arts) Quantité de matière textile que l’ouvrier met sur le peigne.

Forme de verbe

peignée \pe.ɲe\

  1. Participe passé féminin singulier de peigner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PEIGNER. v. tr.
Démêler, arranger les cheveux, la barbe, avec un peigne. Peigner ses cheveux. Peigner une perruque. Peigner sa barbe, ses moustaches. Il se peigne. Il se dit aussi en parlant des Animaux. Peigner la crinière et la queue d'un cheval. Il se dit encore en parlant du Lin, du chanvre, etc. Peigner du lin. Peigner du chanvre. Fig. et fam., Un mal peigné, Un homme malpropre. Dans cette phrase, Peigné est employé substantivement.

PEIGNER signifie figurément Arranger, disposer dans un ordre régulier, symétrique, avec coquetterie. Ce jardin est bien peigné, Il est bien entretenu, arrangé avec soin. Ce discours, ce style est trop peigné, Le soin s'y fait trop remarquer, on y sent trop l'artifice.

SE PEIGNER signifie populairement Se battre, se prendre aux cheveux. Ces deux harengères se sont bien peignées.

Littré (1872-1877)

PEIGNÉ (pè-gné, gnée) part. passé de peigner
  • 1Où le peigne a passé. J'étais ce jour-là dans le même équipage négligé qui m'était ordinaire ; grande barbe et perruque assez mal peignée, Rousseau, Confess. VIII.

    Familièrement. Mal peigné, malpropre et mal vêtu. Et ceux-ci mal peignés devant les dames tremblent, Régnier, Sat. III.

    Substantivement. Un mal peigné.

    Fig. Alors je ne lui connaissais d'autre défaut qu'une barbe un peu inculte, cachet d'une école mal peignée, Reybaud, Jérôme Paturot, II, 1.

    Il est peigné à la diable, se dit d'un homme qui a les cheveux ou la perruque en désordre.

    Fig. Jardin bien peigné, jardin bien soigné.

    Fig. Arbres bien peignés, arbres arrangés comme les cheveux où le peigne a passé. Loin donc ces froids jardins, colifichet champêtre, Insipides réduits dont l'insipide maître Vous vante, en s'admirant, ses arbres bien peignés, Delille, Jardins, I.

    En parlant de littérature et de beaux-arts, poli, travaillé avec un excès de soin. Il faut qu'un écrivain tel que lui [Bayle] se garde du style étudié et trop peigné ; mais une négligence continuelle n'est pas tolérable dans les ouvrages sérieux, Voltaire, Lett. d'Argens, 21 juin 1739.

    S. m. Le peigné, le genre peigné. Aussi gardez-vous bien D'imiter le faux goût qui mêle en son ouvrage L'inculte, l'élégant, le peigné, le sauvage, Delille, Jard. II.

  • 2Laine peignée, laine où le peigne a passé.

    S. m. Terme de commerce. Le peigné, genre de laine peignée. Le peigné se fabrique beaucoup à Rheims.

  • 3 Terme de pêche. Harengs peignés, ceux qui ont perdu leurs nageoires ou une grande partie de leurs écailles.

    Morue peignée, morue qui a perdu une partie de sa peau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « peigné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peigné pɛnje

Traductions du mot « peigné »

Langue Traduction
Anglais comb
Espagnol peine
Italien pettine
Allemand kamm
Chinois
Arabe مشط
Portugais pente
Russe расчесывать
Japonais
Basque orrazia
Corse pettine
Source : Google Translate API

Antonymes de « peigné »

Peigné

Retour au sommaire ➦

Partager