La langue française

Orangé

Définitions du mot « orangé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORANGE, subst. et adj.

I. − Subst. fém.
A. − Vx. Fleur d'orange. Fleur d'oranger. La mariée, que l'on reconnaissait à sa rougeur, plus encore qu'à son élégant battant-l'oeil en malines, surmonté d'un bouquet de myrte et de fleurs d'orange (Jouy, Hermite, t.2, 1812, p.288).V. alchimie ex. 6, anis ex. 6.
B. −
1. Fruit comestible du genre citrus, à pulpe très juteuse, divisée en cloisons et en loges, au jus jaune et parfois rouge, à l'écorce d'un jaune tirant sur le rouge. Dans les cours des maisons, on improvisait des cabanes décorées de fleurs en papier, de citrons, de cédrats et d'oranges de Jaffa (Tharaud, An prochain, 1924, p.265).D'abord, un homme a découvert que la terre était ronde, ronde comme une orange (Salacrou, Terre ronde, 1938, iii, 1, p.230).
SYNT. Écorce, pépin, pulpe, quartier, zeste d'orange; caisse d'oranges; éplucher, peler une orange; oranges confites; confiture, jus, marmelade d'orange(s); orange givrée.
GASTR., loc. À l'orange. Crème pâtissière à l'orange; fondant, glace à l'orange. Si Gaston regrette quelque chose de moi, ce sont sûrement mes écrevisses à l'américaine, le canard à l'orange et les entremets. Je suis gourmande, de là les dix kilos de trop (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.320).
Orange amère. Synon. de bigarade.Parmi les différentes variétés d'oranges, il faut citer la bigarade ou orange amère (Lar. comm.1930).Les fruits en saumure se préparent en Provence et en Corse: (...) citrons, cédrats, oranges amères et chinois (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.97).
Orange de (la) Chine. Synon. de chinois, kumquat.La chanteuse portait des deux mains, un grand bassin de porcelaine, plein jusqu'au bord, d'oranges de la Chine, confites (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.311).
Orange sanguine*.
Loc. fig., fam. Glisser sur une pelure d'orange. ,,Échouer par le fait d'un minime accident`` (Ac. 1935). On glisse toujours sur une pelure d'orange, au moment où l'on s'y attend le moins (Vogüé, Morts, 1899, p.156).
Proverbe. Quand on a pressé l'orange, on jette l'écorce*.
2. Arg., vieilli. Orange (à cochons, de Limousin). ,,Pomme de terre`` (Esn. 1966). ,,Coup de poing`` (Esn. 1966).
II. − Adj. et subst. masc.
A. − Adj. invar. D'une couleur semblable à celle de l'orange. Se colorer en orange. Venez à votre tour, grenadiers à cheval (...) Leur bras droit est orné d'aiguillettes orange (Pommier, Poés., 1832, p.317).C'était un énorme bastion ténébreux, aux arêtes de donjon féodal, qui se dessinait avec une incroyable netteté sur le ciel orange (Benoît, Atlant., 1919, p.107).Le soleil, se rapprochant de l'horizon, couvrait la terre d'une lumière orange et faisait imaginer de chaudes contrées méridionales (Lacretelle, Silbermann, 1922, p.164).
− Domaine de la circulation.V. feu1II A 2.Si à un carrefour, il y a à la fois un signal routier réglementant la priorité et des feux tricolores, ce sont les feux qui l'emportent. On ne doit respecter le panneau que lorsque (...) le feu orange clignote (Vélo Cyclo Guide, Ministère des transp., s. d. [1978], p.59).
Couleur orange. Le diable allumait un feu sinistre dans ses yeux couleur orange (Balzac, Cous. Pons., 1847, p.106).
Emploi appos. ou comme 2eélément de mot composé. Entre la grille mobile des cils, elle apercevait un coin de la maison, long bâtiment jaune orange (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.72):
. Braque ne peint que pour la délectation de l'oeil, convaincu que peu à peu, par la mystérieuse vertu de tels rapports de rose fané et de vert usé, excités par un jaune-orange (...) l'âme du spectacteur goûtera une émotion réelle. Lhote, Peint. d'abord, 1942, p.159.
B. − Subst. masc. Teinte orange. Peindre en orange. Depuis un temps immémorial, les marchandes d'oranges exposent leurs fruits sur du papier bleu: c'est que le bleu est la couleur diamétralement opposée à l'orange, et par conséquent la plus propre à faire ressortir cette teinte (Mérimée, Mél. hist. et littér., 1855, p.352).À gauche un frottis de pourpre s'infiltrant dans de l'orange où nul objet ne se précise, un violet un peu plus foncé suggérant un toit (Arts et litt., 1935, p.84-8).
REM.
Orangiste, subst.,,Spécialiste de la culture des oranges`` (Fén. 1970).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀ ɑ ̃:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 [ms. du xiiies.] agn. pume orenge désigne l'orange amère ou bigarade (A. Neckam, Comment. sur le Cantique des cantiques, ms. Brit. Mus. ms. Royal 4 D XI, fo83 rocol. a d'apr. R. Loewe ds Arch. ling. t.6, 1954, p.124); 1314 pomme d'orenge (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 1824); ca 1393 p.ell. orenge (Ménagier de Paris, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p.279, 12); b) 1515 orange «fruit de l'oranger» (M. Du Redouer, S'ensuyt le Nouveau monde et navigations [trad. de l'ital., lui-même trad. du port.], fo36 rods Arv., p.370); 2. 1553 adj. «de couleur d'orange» (doc. ds A. Joubert, Hist. de la baronnie de Craon, p.486). L'a. fr. pome (d') orenge serait un calque de l'a. ital. melarancio, -a (dep. le xives., Boccace d'apr. DEI) comp. de mela «pomme» et de arancio «oranger» et «orange», ce dernier étant empr., avec déglutination, à l'ar. nārang(a), lui-même empr. au persan narang; le o- du fr. mod. s'explique prob. par l'infl. du nom de la ville d'Orange, a. fr. Orenge (Bl.-W.2-5; v. aussi FEW t.19, p.139b), tandis que le -a- s'explique par celle de l'ital. arancia, orange étant d'abord att. dans une trad. de l'ital. (supra 1515; Arv., p.370). Au Moy. Âge, le mot désignait l'orange amère, transmise par les Perses aux Arabes, qui l'importèrent en Sicile d'où elle passa au reste de l'Europe méditerranéenne. L'orange douce, apportée de Chine par les Portugais au xvies., a évincé, en héritant de son nom, la variété amère. V. FEW, loc. cit. Fréq. abs. littér.: 716. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 772, b) 936; xxes.: a) 1194, b) 1165.
DÉR.
Orangette, subst. fém.,,Orange que l'on cueille avant qu'elle ait la grosseur d'une noix pour la confire au vinaigre (...) ou la mettre en confiture`` (Ac. Gastr. 1962). On recueille les oranges vertes (orangettes) de la grosseur d'un pois jusqu'à celle d'une cerise (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t.2, 1821, p.507).[ɔ ʀ ɑ ̃ ʒ εt]. 1reattest. 1821 ibid.; de orange, suff. -ette (-et*).
BBG.Quem. DDL t.12.

ORANGÉ, -ÉE, adj. et subst. masc.

I. − Adj. (D'une teinte) qui tire sur l'orange. Teinte orangée, ton orangé. Peu à peu le jour tombait; ses couleurs violettes et orangées se perdaient insensiblement dans la blancheur du ciel, qui commençait à s'éclairer de la lune levante (Flaub., 1reéduc. sent., 1845, p.228).De tout petits nuages orangés flottant dans un profond ciel d'or vert (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.351):
. Il a la tête d'un beau vert; les ailes sont orangé vif, lavé de rose, les bords d'un gris d'argent; la croupe et la queue rayées de bandes brunes et roses, le ventre jaune vif, moucheté de noir. −Sa couleur? Il n'a pas de couleur. −Il est couleur de dragon. A. France, Île ping., 1908, p.92.
II. − Subst. masc. Couleur orangée. Les orangés et les cuivres sinistres que Titien n'avait aperçus qu'à la fin de sa vie (Faure, Hist. art, 1914, p.449).
En partic., le plus souvent au sing. Seconde des sept couleurs primitives de l'arc-en-ciel ou du prisme. Il est quatre heures, le soleil baisse; l'orangé va entrer dans la composition des couleurs; les objets en contact deviennent violets (Fromentin, Voy. Égypte, 1869, p.55).Le filtre vert sélectionne non seulement le rouge que nous voyons rouge sur le sujet, mais aussi la part de rouge contenue dans les violets, les orangés et tous les tons où le rouge intervient (Prinet, Phot., 1945, p.69).V.couleur ex. 8.
CHIM. Substance colorante utilisée dans les teintures, pour certains dosages colorimétriques. Orangé d'Alizarine (Grand. 1962)
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀ ɑ ̃ ʒe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1534 adj. (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V. L. Saulnier, chap.54, p.296); 1580 subst. (M. de La Porte, Epithetes, 291 vods Hug.). Dér. de orange*; suff. -é*. Fréq. abs. littér.: 178. Bbg. Bidu-Vrănceanu (A.). Syst. des n. de coul. Bucuresti, 1976, p.214, 216. _Gohin 1903, p.232.

ORANGER2, verbe trans.

Teinter en orange, donner une couleur orange (à quelque chose). Champs de neige dorés, orangés par le soleil, ou d'un bleu profond et froid (A. Daudet, Tartarin Alpes, 1885, p.195).
Prononc.: [ɔ ʀ ɑ ̃ ʒe]. Étymol. et Hist. 1839 (Chevreul, Contraste simult. coul., p. 306). Dér. de orange*; dés. -er.

Wiktionnaire

Adjectif

orangé \ɔ.ʁɑ̃.ʒe\

  1. Qui tire sur la couleur de l’orange, qui est d’un ton intermédiaire entre le jaune et le rouge.
    • […] des biscuits Guillout, des meules de gruyère, des confitures orangées ou roses, limpides ou bourbeuses […] — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)

Nom commun

orangé \ɔ.ʁɑ̃.ʒe\

  1. Nom de la couleur correspondante.
    • L’autre lanterne d’un rouge vermillon passé, un vermillon tombé dans les orangés pisseux, un rouge indigent et mistouflard. — (Alphonse Allais, Œuvres anthumes, Vol.1, 1900, p.213)
    • L’orangé est l’une des sept couleurs fondamentales que l’on distingue dans le spectre solaire.
  2. (Héraldique) Émail indiquant la couleur orangé. Voir d’orangé.

Forme de verbe

orangé \ɔ.ʁɑ̃.ʒe\

  1. Participe passé masculin singulier de oranger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORANGÉ, ÉE. adj.
Qui tire sur la couleur de l'orange, qui est d'un ton intermédiaire entre le jaune et le rouge. Velours orangé. Ruban orangé. Substantivement, L'orangé est une des sept couleurs fondamentales que l'on distingue dans le spectre solaire.

Littré (1872-1877)

ORANGÉ (o-ran-jé, jée) adj.
  • 1Qui est de couleur d'orange. Cette jolie perruche a une grande tache orangée sur le devant de la tête, Buffon, Ois. t. XI, p. 379. Il est certain que le fer donne aux végétaux et aux animaux les couleurs rouge et bleue et toutes les harmonies qui en dépendent comme l'orangée, la pourprée, la violette, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. liv. V, Harm. anim.
  • 2 S. m. L'orangé, couleur d'orange, la deuxième couleur de l'arc-en-ciel ou du prisme. On forme de l'orangé avec du rouge et du jaune, du vert avec du jaune et du bleu, de l'indigo avec du bleu et du violet, Brisson, Traité de phys. t. II, p. 356. On pourrait soupçonner que l'orangé, le vert et l'indigo ne sont pas des couleurs primitives, et qu'elles sont produites par le mélange de celles qui les avoisinent de part et d'autre [dans ce spectre solaire] ; mais Newton s'est assuré que ces trois couleurs sont primitives comme les quatre autres, Brisson, ib. t. II, p. 372.

HISTORIQUE

XVe s. Tu es, bon cidre orangié, Tout songié, Un bon meuble en un mesnaige, Basselin, XXIX.

XVIe s. Damas orengé, Rabelais, Pant. v, 24.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ORANGÉ, terme de Teinturier, ce qui est de couleur d’orange. & qui tient presque également du jaune & du rouge. Un taffetas orangé, un ruban orangé.

L’orangé nacarat des étoffes se fait en France avec le jaune & le rouge de garance, ou avec celui de bourre. On y emploie rarement le rouge écarlate, parce qu’outre qu’il est plus cher, la couleur ne se fait pas si commodément.

L’orangé de garance veut le jaune de gaude avec un peu de terra-merita dans le garançage.

Les soies orangées se doivent teindre sur un feu de pur raucour, après avoir été alunées & gaudées fortement ; si la couleur en est brune, elles sont de nouveau alunées, & même, s’il en est besoin, on leur donne un petit bain de brésil.

Les laines couleur de feu, orangées & nacarats, se teignent de bourre teinte en garance ; & les fils orangés, isabelle couvert, isabelle pâle jusqu’au clair, aussi-bien que l’aurore, se teignent avec le fustel, le raucour & le gaude. Savary. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « orangé »

(Siècle à préciser) Dérivé de orange avec le suffixe .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Orange.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « orangé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orangé ɔrɑ̃ʒe

Citations contenant le mot « orangé »

  • J'étais dans mon lit et je lisais, Un lueur orangée très vive s'est reflétée dans la glace de la garde-robe placée face à la fenêtre. Cette lueur étant si vive, comme un soleil orange, j'ai pensé qu'il ne pouvait s'agir des phares d'une automobile. J'ai éteins ma lampe de chevet et je me suis levée pour aller voir à l'unique fenêtre de ma chambre.  , "Un objet orangé, phosphorescent, ressemblant à un cigare" : ils ont vu des ovnis à Nantes | Actu Nantes

Images d'illustration du mot « orangé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « orangé »

Langue Traduction
Anglais orange
Espagnol naranja
Italien arancia
Allemand orange
Chinois 橙子
Arabe البرتقالي
Portugais laranja
Russe оранжевый
Japonais オレンジ
Basque laranja
Corse aranciu
Source : Google Translate API

Synonymes de « orangé »

Source : synonymes de orangé sur lebonsynonyme.fr

Orangé

Retour au sommaire ➦

Partager