La langue française

Mystérieuse

Sommaire

  • Définitions du mot mystérieuse
  • Phonétique de « mystérieuse »
  • Images d'illustration du mot « mystérieuse »
  • Traductions du mot « mystérieuse »
  • Antonymes de « mystérieuse »

Définitions du mot « mystérieuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

MYSTÉRIEUX, -EUSE, adj.

A. − ANTIQ. RELIG. Relatif à un enseignement qui n'est expliqué qu'aux initiés. Cultes, rites mystérieux; cérémonies mystérieuses. Eschyle fut accusé d'avoir mis sur la scene des sujets mystérieux, et il ne put être absous qu'en prouvant qu'il n'avait jamais été initié (Dupuis,Orig. cultes,1796, p.481).Un temple où se serait passée une grande fête mystérieuse, peut-être les terribles mystères de Cérès (Michelet,Journal,1820, p.96).[Il] murmura les mots mystérieux par lesquels on prie la déesse dans les cérémonies phrygiennes (Louys,Aphrodite,1896, p.99):
1. Parmi les cultes mystérieux qui étaient célébrés en de nombreuses cités grecques, ceux d'Éleusis, propres aux Athéniens, l'emportaient sur tous les autres. R. Alleau,Les Sociétés secrètes antiques,Paris, Retz, 1963, p.111.
B. − P. anal.
1. Qui ne peut être expliqué, qui est incompréhensible. Écriture mystérieuse; hiéroglyphe, signes mystérieux. Penchés sur des papyrus indéchiffrables, agenouillés devant les stèles hiéroglyphiques aux sens mystérieux et profonds (Gautier,Rom. momie,1858, p.324).Il sent marcher sur lui d'atroces solitudes (...). Et t'appelle en son âme et ses membres malades, ô mort mystérieuse, ô soeur de charité (Rimbaud,Poés.,1871, p.109).On peut dire de tout être qu'il s'éveille d'une nuit qui pour lui est mystérieuse (Ruyer,Conscience,1937, p.138):
2. Notre drame ne se joue presque jamais sur le plan que nous croyons (...). Jusqu'à la mort, nous demeurons mystérieux à nous-mêmes, nous sommes en face de nous-mêmes comme des inconnus qui se regardent et ne se comprennent pas. Green,Journal,1943, p.51.
2. Qui est difficile à expliquer, à connaître. Mystérieux appel, destin, hasard; mystérieuse affinité; songe mystérieux; mots, pays mystérieux; analogies, causes mystérieuses. Mais si, c'est très mystérieux, l'amour, reprit la duchesse (...) au fond, on ne sait pas pourquoi une personne en aime une autre (Proust,Guermantes 1,1920, p.227).L'absence de lumière solaire ne supprime pas l'émission par les sels d'uranium d'un rayonnement mystérieux (...) qui voile la plaque photographique à travers un papier noir (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p.13):
3. ... on allait pénétrer la mystérieuse Égypte, descendre dans les catacombes, fouiller les pyramides, retrouver des manuscrits ignorés, déchiffrer des hiéroglyphes et réveiller Termosiris. Chateaubr.,Mém.,t.2, 1848, p.346.
[À propos d'un événement encore inexpliqué, notamment une énigme policière] Mystérieuse affaire, disparition, naissance; crime, départ, drame mystérieux; circonstances mystérieuses. On ne trouvera aucune trappe, et le mystère de la chambre jaune deviendra de plus en plus mystérieux (G. Leroux,Myst. ch. jaune,1907, p.11):
4. ... la présence de M. de Monte-Cristo chez elle à une pareille heure, son entrée mystérieuse, fantastique, inexplicable, par un mur, semblaient des impossibilités à la raison ébranlée de Valentine. Dumas père, Monte-Cristo,t.2, 1846, p.558.
[À propos d'une pers. dont on ignore l'identité, le visage, le rôle, ou de qqc. dont on ne connaît ni la provenance, ni l'orig.] Mystérieux meurtrier; enfant, jeune homme, voyageur mystérieux; paquet, poison mystérieux; bague, forme, ombre, voix mystérieuse; bruits mystérieux. J'évoquais ces mystérieux sarrasins, ces légers barbaresques qui pillaient ces côtes et fuyaient (Barrès,Jard. Bérén.,1891, p.47).On sait maintenant qui est le mystérieux inconnu trouvé blessé dans la caverne des Brigands, en forêt de Fontainebleau (Le Figaro,19-20 janv. 1952, p.2, col.4):
5. ... j'ai su que, la nuit dernière, vous avez été emmené en chaise de poste jusque dans une auberge où vous avez pris un breuvage mystérieux qui plonge en une léthargie profonde. Ponson du Terr.,Rocambole,t.3, 1859, p.202.
3. Qui ne veut pas être connu, qui a un caractère secret; qui s'entoure de précautions pour préserver sa liberté d'être ou d'action. Âme mystérieuse; amour, message, souper mystérieux; mystérieuse lettre, maison; air, coeur, signe, ton mystérieux. Ce rendez-vous mystérieux, cette secrète intelligence avec le prince lui causoient de vives inquiétudes pour l'avenir (Cottin,Mathilde,t.2, 1805, p.225).C'est mystérieux, les jeunes filles, très mystérieux, surtout quand elles ont le regard calme et tranquille (G. Leroux,Roul. tsar,1912, p.38):
6. ... nous le jugions laid parce qu'il était faible, stupide parce qu'il était timide, méprisable parce qu'il était inoffensif. Il y avait pourtant en Mouron je ne sais quoi de secret, de mystérieux, de profond qui aurait dû nous donner à réfléchir et suspendre notre jugement. A. France,Vie fleur,1922, p.363.
Emploi subst. Faire, jouer le ou les mystérieux. S'entourer de mystère(s), sans qu'il y en ait besoin. Écoute-moi, garçon, faut pas trop faire le mystérieux avec moi, je suis quasi de la famille (Balzac,C. Birotteau,1837, p.76).
4. Souvent littér. Qui, par sa beauté, son étrangeté, a un caractère inexplicable, indéfinissable. Étang mystérieux; heure, nuit mystérieuse; arbres mystérieux; vallées mystérieuses. Le lac, plus mystérieux encore qu'à l'ordinaire, laissant à peine entrevoir, sous la brume mobile des recoins sombres, des enfoncements sinistres (Michelet,Journal,1856, p.312).Là était la vie mystérieuse des rivières, les poissons à dos sombre filant dans le vague de l'eau, les anguilles devinées au trouble léger des herbes (Zola,Faute Abbé Mouret,1875, p.1392):
7. ... ce plaisir de la voir dormir, et qui était aussi doux que la sentir vivre, un autre y mettait fin, et qui était celui de la voir s'éveiller. Il était, à un degré plus profond et plus mystérieux, le plaisir même qu'elle habitât chez moi. Proust,Prisonn.,1922, p.74.
Emploi subst. masc. sing. avec valeur de neutre
Ce qui est inconnaissable, inexplicable. Le mystérieux, en toute création, ce n'est pas le créateur, qui se prête à l'analyse psychologique, et ce n'est pas non plus la créature qui se prête à la description physique: mais c'est le passage de l'un à l'autre (Jankél.,L'Aventure, l'ennui, le sérieux,Paris, éd. Montaigne, 1963, p.62).Cette réalité, le mystérieux au sens religieux, le vrai mirum, c'est (...) le «tout autre» (...) ce qui nous est étranger et nous déconcerte, ce qui est absolument en dehors du domaine des choses habituelles, comprises, bien connues (R. Otto,Le Sacré,Paris, Payot, 1969, p.46).
Ce qui impressionne, qui fait peur. Il avait peur du mystérieux qui s'abrite dans l'ombre, des puissances mauvaises qui semblent guetter la vie, du grouillement de monstres, que tout cerveau d'enfant porte en lui avec épouvante (Rolland,J.-Chr.,Aube, 1904, p.48).
REM. 1.
Mystériologie, subst. fém.,hapax. Étude de ce qui constitue un mystère. La mort est une brèche dans l'empirie, une entaille profonde par où le destin fait levier pour ébranler la métempirie elle-même; ceci non pas seulement en raison du caractère englobant de sa «mystériologie» (Jankél.,Philos. première,Paris, P.U.F., 1954, p.54).
2.
Mystériologique, adj.,hapax. Qui est relatif au mystère. Platon, qui sait, quand il dit les choses indicibles, abandonner le discours dialectique pour le récit mystériologique, Platon parle dans le Banquet d'un «quelque chose d'autre» dont les âmes des amants sont éprises, qu'elles ne peuvent exprimer, qu'elles devinent seulement et suggèrent en énigmes (Jankél.,Je-ne-sais-quoi,1957, p.2).
Prononc. et Orth.: [misteʀjø], fém. [-ø:z]. Ac. 1694 et 1718: -ste-; dep. 1740: -sté-. Étymol. et Hist. 1. Av. 1475 «qui a un côté secret, énigmatique» (Chastellain, Le dit de Vérité ds Œuvres, éd. K. der Lettenhove, t.6, 221); 2. 1552 motz mysterieux «difficiles à comprendre, à expliquer» (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, 14, p.87); 3. 1657-62 adj. «qui fait des mystères de choses qui n'en valent pas la peine» (Pascal, Pensées, éd. Brunschvicg, section X, no691); 1680 subst. (Rich.); 4. 1675 «relatif aux mystères religieux» (Bossuet, La Vallière ds Littré); 5. 1803 subst. «caractère de ce qui est mystérieux» (Chateaubr., Génie, IIIepart., livre1, chap.1, éd. M. Regard, 1978, p.788). Dér. de mystère*; suff. -eux*.Fréq. abs. littér.: 5685. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5875, b) 9073; xxes.: a) 10269, b) 8125.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

mystérieuse \mis.te.ʁjøz\

  1. Féminin singulier de mystérieux.
    • Maintenant, la nuit se refaisait impénétrable, mystérieuse, indifférente aussi au drame qu’elle couvrait de son manteau d’ombre… — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Le Bouquet tragique, 1912, chapitre XXII)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MYSTÉRIEUX, EUSE. adj.
Qui contient quelque mystère, quelque secret, quelque sens caché. Il se dit proprement en matière de religion. Les sens mystérieux de la Bible. Il se dit figurément en parlant des Affaires humaines. Il y a quelque chose de mystérieux dans cette affaire. C'est un homme qui a une conduite mystérieuse. Ils ont eu ensemble un entretien mystérieux. Il se dit, par extension, des Personnes, et signifie Qui fait mystère de beaucoup de choses et souvent de choses qui n'en valent pas la peine. C'est un homme fort mystérieux, tout mystérieux. Il est mystérieux en toutes choses.

Phonétique du mot « mystérieuse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mystérieuse mizteriœs

Images d'illustration du mot « mystérieuse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mystérieuse »

Langue Traduction
Anglais mysterious
Espagnol misterioso
Italien misterioso
Allemand mysteriös
Chinois 神秘
Arabe غامض
Portugais misterioso
Russe загадочный
Japonais 神秘的
Basque misteriotsu
Corse misteriosa
Source : Google Translate API

Antonymes de « mystérieuse »

Partager