La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « moniage »

Moniage

Variantes Singulier Pluriel
Masculin moniage moniages

Définitions de « moniage »

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

moniage \Prononciation ?\ masculin

  1. (Religion) Profession monastique.
    1. Sacrement des ordres religieux.
      • As eveskes e as abez,
        E à plusurs clers ordenez,
        Se fist çonfez (se confessa) si corne il dut.
        Le monïage ama e tint,
        Puiz fu esli, par sa bunté,
        A Saint-Oain à estre abé
        . — (Wace, Roman de Rou, v. 5909, 7400)
    2. Prise de l’habit monastique, vêture et tonsure. Entrée en religion.
      • Or vous me verrez de moniage issir
        Le blanc haubert endosser et vestir
        . — (Garin Le Lorrain)
      • Désirait a prendre l’abit de moniage — (Chronique de saint Denis)
      • Com Rainouars se fist puis corouner Au mouniage où il vaut converser — (Moniage Rainouars)
    3. Choix de vie d’un puîné qui laisse l’héritage à son aîné pour entrer dans les ordres (droit d’aînesse).  Référence nécessaire
      • Si te tolrai le moniage,
        Si te randrai ton eritage
        — (Wace, Brut, vers 6665-6, édition de Le Roux de Lincy)
    4. Prise de l’habit religieux avant de mourir. Laïc délié des liens du mariage, « debitum tori », pour recevoir la tonsure et l’habit.
      • Ces prises d’habit tardives reçoivent le nom de moniage dans les vieux textes français. — (Dom L. Gougaud)
      • Ci commence li moniage Guillaume et si com il tua Ysoré » devant Paris — (Moniage Guillaume, premiers vers.)
    5. État monastique, vie monastique, monachisme.
      • Les singnes fait dou moiniage.
        Molt le tienent li moine a sage
        — ( Roman de Renard, V. 8695-96)
      • Philosophe n’autre homme sage
        Tant aient apris moniage
        — (Rutebeuf, Sainte Marie l’Egyptienne)
  2. Couvent de moines, moutier.
    • Entrai en ci mougnaje — (Adam de la Halle, Poésies)
    • Li eveskes vit sun corage
      Si l’en orat k ’à moniage
      Si mesist entre bone gent,
      Ou od chanoignes en covent
      — (Marie de France, Purgatoire de saint Patrick)
    • Un hom fu en cel contree ou sains Anthoines
      Cel hom si rendi en moniage, ci vos dirai l’ocoison
      — (Vie de Paul le Simple)
    • Li miex vaillant et li plus sage,
      Orent guerpi lor monnïage
      — (Miracles de Saint Eloi )
    • Que devenir moine voldra ;
      Enpensé jà trestot l’aveit
      Dès qnes sis peres Rou viveit.
      Por tost aleir al moniage.
      — (Guillaume de Saint Pair, Roman du Mont Saint Michel)

Nom commun - français

moniage \mɔ.njaʒ\ masculin

  1. (Rare) (Histoire, Religion) Monachisme médiéval.
    • La fin édifiante de Renaut, qui l’amène à rompre avec son passé de guerrier brillant, est conforme à l’esprit de moniage médiéval, incarné notamment par Guillaume de Rainouart et aussi à l’esprit de renoncement de Garin le Lorrain qui le transformait inévitablement en victime sacrifiée dans la chapelle. — (Bernard Guidot, Entre l’ange et la bête : L’homme et ses limites au moyen âge, Presses Universitaires de Lyon, 2003, page 211)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « moniage »

De l’ancien français moniage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « moniage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moniage mɔ̃jaʒ

Évolution historique de l’usage du mot « moniage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Moniage

Retour au sommaire ➦

Partager