La langue française

Moiré

Définitions du mot « moiré »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOIRÉ, -ÉE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − [En parlant d'une étoffe] Qui a reçu l'apprêt de la moire; qui a le caractère de la moire. Ruban moiré. Des épaules d'un blanc lustré (...); la lumière glissait dessus comme sur une étoffe moirée (Balzac, Fille Ève, 1839, p.120).Jupe de gris satin moiré (Michelet, Journal, 1858, p.392).Robes de soie unie ou moirée (Farrère, Homme qui assass., 1907, p.78).
B. − P. anal. Qui rappelle la moire par son aspect ondé, changeant. Les fruits suivaient la saison comme les fleurs: (...) tous les velours, toutes les soies végétales, vivantes, moirées et changeantes comme le ciel natal (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p.116).Une atmosphère indécise, tantôt embuée, tantôt moirée et nacrée (Dorival, Peintres XXes., 1957, p.27):
. ... quand le soleil mourait derrière les arbres, c'était sur ces eaux mortes un glacis rose, une pourpre pâle et moirée, où se mélangeaient des lueurs d'un vert attendri... Bourget, Profils perdus, 1884, p.308.
Spécialement
ÉBÉN. Les sycomores blancs, à peine moirés, aux reflets de soie (Arts et litt., 1935, p.84-5).Des bois ondés (...); des bois moirés − dont les veines imitent le dessin capricieux des étoffes moirées; des bois flammés (Viaux, Meuble Fr., 1962, p.5).
TECHNOL. Papier moiré. Ces grandes pièces froides et démodées, (...) les murs tapissés de papier blanc moiré (Chardonne, Dest. sent., i, 1934, p.56).
C. − P. métaph. L'été, dans l'herbe, au bruit moiré d'un vol d'abeille (Verlaine, Jadis, 1884, p.202).La véritable interprète de ce rôle divers et moiré fut MmeCécile Sorel (L. Daudet, Qd vivait mon père, 1940, p.210).
II. − Subst. masc., gén. au sing.
A. − Aspect, caractère de la moire. Le moiré est (...) obtenu par écrasement partiel des fils de trame qui perdent leur forme cylindrique et provoquent de ce fait des effets de lumière (Mét.1955, s.v. moireur).
B. − P. anal. Effet analogue à celui de la moire. Le moiré de leurs parquets luisants (Lorrain, Phocas, 1901, p.297).
TECHNOL. Moiré métallique. Apparence analogue à celle de la moire donnée à certains métaux (notamment le fer-blanc) par traitement avec de l'acide; métal ainsi traité. Les serviettes (...) passées dans des coulants de moiré métallique (Balzac, Illus. perdues, 1839, p.207).
Prononc. et Orth.: [mwaʀe]. Ac. 1740-1798: adj., 1835, 1878: part. passé et subst., 1935: subst. Étymol. et Hist. 1. [1540 d'apr. FEW t.18, p.85b correspond à une altération ds l'éd. des Anciennes Poésies fr., t.2, p.215, de l'a. et m. fr. moré, -ée «brun, noir»] 1740 (Ac.: Moiré. Qui a l'œil de la Moire, qui est ondé comme la Moire); 2. 1819 subst. moiré métallique (Obs. modes, IV, p.121). Dér. de moire*; suff. -é*. Fréq. abs. littér.: 71.

Wiktionnaire

Adjectif

moiré \mwa.ʁe\ masculin

  1. (Textile) Qui a l’aspect de la moire.
    • Les fils de mohair seuls ou mélangés […], servent à la production d’étoffes très jolies […]; mais c'est surtout dans les tissus zibelinés et satinés, dans la peluche, le velours d’Utrecht, l’astrakan, l’alpaga, les articles moirés, que se révèlent les qualités de brillant et de soyeux de cette fibre textile. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • On vit le ponton se détacher de la rive opposée du canal et se mettre, à glisser sur l'eau moirée. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Portrait de Mr Rigott, 1935)

Nom commun

moiré \mwa.ʁe\ masculin

  1. (Optique) Effet de contraste changeant avec la déformation d'un objet, indépendamment des effets d'ombre.
  2. Fer-blanc auquel on a donné, au moyen d’un acide, une apparence cristalline et chatoyante.
    • Moiré métallique.

Forme de verbe

moiré \mwa.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de moirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOIRER. v. tr.
Donner à une étoffe l'apprêt désigné sous le nom de moire. Moirer des rubans, des popelines. Robe de soie moirée. Étoffe de laine moirée. Substantivement, Moiré métallique, Fer-blanc auquel on a donné, par le moyen de quelque acide, une apparence cristalline et chatoyante.

Littré (1872-1877)

MOIRÉ (moi-ré, rée) part. passé de moirer
  • 1Étoffe moirée.
  • 2 S. m. Le moiré, propriété, dans une étoffe, dans un métal, de présenter un dessin dont l'apparence varie avec la position du spectateur.

    Moiré métallique, fer-blanc auquel on a donné, par le moyen de quelque acide, une apparence cristalline et chatoyante.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « moiré »

Du verbe moirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « moiré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moiré mware

Citations contenant le mot « moiré »

  • Qui n'a pas croisé un jour ce sympathique animal dans son jardin ? Son costume moiré cache pourtant un redoutable prédateur, capable de débarrasser le jardinier de nombreux parasites. Découvrons... auJardin.info, Les myriapodes, des mille-pattes au service du jardinier

Traductions du mot « moiré »

Langue Traduction
Anglais moiré
Espagnol muaré
Italien moire
Allemand moire
Chinois 云纹
Arabe تموج في النسيج
Portugais moiré
Russe муар
Japonais moiré
Basque moiré
Corse moiré
Source : Google Translate API

Moiré

Retour au sommaire ➦

Partager