La langue française

Miscellanées

Définitions du mot « miscellanées »

Trésor de la Langue Française informatisé

MISCELLANÉES, subst. fém. plur.

Littér. Recueil d'écrits divers, littéraires ou scientifiques. M. Villemain aussi a, depuis peu, redoublé de mélanges littéraires, et il a prodigué ses miscellanées brillantes (Sainte-Beuve,Caus. lundi,t.6, 1851-62, p.160).
P. anal. J'ai pris l'habitude de faire tous les soirs le relevé de mes tablettes sur de petits carrés de papier (...). Je jette pêle-mêle dans un carton toutes ces bribes, dont je me sers ensuite pour composer mes articles hebdomadaires. Pressé par le tems (...), je vais aujourd'hui puiser au hasard dans ces miscellanées (Jouy,Hermite,t.2, 1812, p.148).
Rem. 1. Au sing., rare et vieilli. a) Synon. de mélange. Un miscellanée de faits détachés qui intéressent la pharmacie pratique (Dorvault, Officine, 1844, p.VII). b) [Chez Chateaubriand] Mélange (de nourriture). Sa maîtresse lui apporte [au gondolier] dans une gamelle une miscellanée de légumes, de pain et de viande (Mém., t.4, 1848, p.357). 2. Au xixes., miscellanées était gén. considéré comme masc.
REM.
Miscellanea, subst. masc. plur.[Forme lat.] Toutes les pièces qui composent des fonds de miscellanea non catalogués (Langlois, Seignobos,Introd. ét. hist.,1898, p.17).
Prononc. et Orth.: [mis(s)εl(l)ane], [-s(s)ela-]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1578 [date d'éd.] (en parlant de l'ouvrage de Politien) (La Cité de Dieu, trad. G. Hervet I, 205b, E ds Rom. Forsch. t.32, p.106). Empr. au lat. miscellanea, proprement «choses mêlées», neutre plur. substantivé de l'adj. miscellaneus «mêlé, mélangé», dér. de miscellus «id.» (de miscere «mêler, mélanger»).

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MISCELLANÉES. n. f. pl.
T. didactique. Recueil de différents ouvrages de science, de littérature, qui n'ont quelquefois aucun rapport entre eux. On dit encore Miscellanea. Ces deux termes ont vieilli et on dit ordinairement Mélanges.

Phonétique du mot « miscellanées »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
miscellanées missɛlane

Citations contenant le mot « miscellanées »

  • Chaque année, j’ai besoin d’un grand tour au bout du monde, via la mer ; besoin d’aller voir là-bas si j’y suis (au cas où), si l’autre m’attend. Le pôle Nord, l’an dernier, sur le Plancius, ex-chalutier russe. J’en ai parlé dans mes premières « miscellanées » que j’ai failli appeler « sot-l’y-laisse », gourmand que je suis. J’ai dit mon émerveillement : ma stupéfaction devant ces lieux simples et purs dont les mots n’ont pas la clé ; mon désarroi en écoutant le chant funèbre des glaciers marins à l’agonie. N’était-ce pas l’horizon qui volait en éclats aveuglants sous mes yeux, dans la convergence des points cardinaux ? Où allait le monde ? Il va où ? Cette année, je devais partir en Caroline du Nord et du Sud, l’âpre royaume des crevettes américaines au sud-est des États-Unis. Des paysages à la bretonne, des immensités à couper le souffle, des îles sauvages en veux-tu en voilà. Et la bagatelle de six méridiens séparant ces deux Caroline et la Penn ar Bed. On connaît plus antipodique, vous me direz, mais l’avion n’est plus là pour abréger les heures ou les nier, écourter l’arc des méridiens entre eux, et le « loin » a retrouvé sa part d’utopie (c’est loin, désormais : « n’importe où », comme de sortir de chez soi armé de gestes barrières, le souffle prudent, le cœur méfiant). Elle m’attirait, cette crevette ultramarine – la southern pink shrimp – et j’étais impatient de mettre mon sac à bord d’un crevettier tirant ses tangons dans les eaux du cap Hatteras, pour vous en parler. (On a la yellow shrimp, dans l’Ouest, et la Banana dans les régions où la crevette a supplanté la banane). La crevette est pour moi le symbole d’un âge heureux, vierge d’aléas, celui des verts paradis enfantins à l’Aber-Ildut (29N). On se levait au point du jour. On s’assurait qu’il faisait beau, presque beau, on prédisait du sec et du bleu pour midi. C’est bon, disait mon père, on y va. Sous entendu : on va aux îles, on passe la mer, cap sur l’archipel dont Molène était le relief dominant (trop loin pour nos pêches familiales, Ouessant, irréel en diable). On y allait d’abord à pied sous un crachin pénétrant, havenot sur l’épaule. Deux kilomètres et demi de l’Aber à Melon pour embarquer sur le ligneur de François Réguer, notre passeur habituel, un ancien cap-hornier beau comme Jean Gabin. Vers Porzmeur on voyait la pleine mer, et les îles ne se montraient pas toujours. Ah, soupirait mon père, on ne les voit pas, ça va se lever. On entend quoi, papa ? La corne de brume du phare du Four, c’est bon signe – « Brouillard du matin promet soleil marin » (il inventait les dictons à tire-larigot). À Melon, François Réguer nous attendait sur la cale en ruine, et c’était une messe basse entre mon père et lui. Trop basse, on rebroussait chemin en claquant des dents, furieux. Papa, vraiment ! Non mais vraiment ! La messe autorisait une fois sur deux l’embarquement espéré, et je vivais comme une odyssée. Deux heures de mer à trois nœuds, mû par un Couach 5,7 CV d’avant-guerre, la misaine au besoin. On arrivait aux îles, Litiry, Quéménès ou Molène, et c’était chacun pour soi, chacun sa bonne fortune avec d’insaisissables crevettes, comme au bal. Quand mon père en pêchait neuf (neuf « belles », neuf « bouquets »), j’en pêchais environ quatre (quatre « moyennes »), et quand il pêchait des « moyennes » je pêchais des « petites » ; à croire qu’on se passait le mot, chez les crevettes, pour que l’honneur paternel soit sauf. Un jour, mon père glissa dans ma gibecière – une vieille poche à kig-ha-farz – sa plus belle crevette du jour. Vexé, je la mordis et poussai un cri d’effroi. Allez donc mordre une jeune crevette molénaise, essayez un peu ! Voilà pour cette page insulaire d’une époque heureuse, révolue, à défaut des deux Caroline. Holà ! Mais n’ai-je pas l’air d’insinuer que c’était mieux avant, parole de vieux schnock ? Eh bien oui, c’était mieux avant, avant aujourd’hui, tellement mieux, parole de vivant ! Le Telegramme, Le Télégramme - Débats - Miscellanées : Parole de Vivant

Images d'illustration du mot « miscellanées »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « miscellanées »

Langue Traduction
Anglais miscellane
Espagnol miscelánea
Italien vari
Allemand verschiedenes
Chinois 杂类
Arabe منوعات
Portugais miscelânea
Russe разное
Japonais 雑多
Basque miscellane
Corse miscellane
Source : Google Translate API

Synonymes de « miscellanées »

Source : synonymes de miscellanées sur lebonsynonyme.fr

Miscellanées

Retour au sommaire ➦

Partager