La langue française

Meublé

Définitions du mot « meublé »

Trésor de la Langue Française informatisé

MEUBLE1, subst. masc.

A. − Vx. Objet à usage domestique. Cette arme [un poignard] était enfermée dans un fourreau de peau tannée, et elle paraissait être leur meuble le plus précieux (Voy. La Pérouse, t.2, 1797, p.152).Le corset est dans la toilette un meuble de première nécessité depuis que la mode en a consacré l'usage (J. femmes, 1849, p.30).
B. −
1. Objet mobile (le plus souvent constitué de pièces de bois ou de métal assemblées selon des règles particulières) et qui sert à l'aménagement d'un local public ou privé. On descendit d'abord les tiroirs, puis le corps du meuble en le tenant chacun par un bout (Maupass., Contes et nouv., t.1, En fam., 1881, p.356).Il y a dans l'Iran comme en Nubie des meubles en argile, des coffres en terre sèche (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.151):
1. Les meubles ont toujours été construits en bois, et ce ne sont pas les quelques mobiliers spéciaux en métal ou matières plastiques qui, de longtemps, apporteront une modification importante dans son usage. Industr. fr. bois, 1955, p.35.
SYNT. Meuble ancien, rustique; meuble Louis XV, Henri II; meuble Empire, Régence; meuble d'acajou; meuble en bois blanc, en chêne, en contre-plaqué, métallique; meuble de bureau, de cuisine, de jardin; meuble de radio, de rangement; meuble à abattants, à tiroirs.
En partic.
Objet mobilier fermé et qui sert au rangement. M. Baslèvre ne tenait pas à ses meubles, ni à sa table, ni à son lit, ni aux bronzes commémoratifs (Estaunié, Ascension M. Baslèvre, 1919, p.278).Réparer les serrures des meubles et des portes (Duhamel, Journal Salav., 1927, p.30).
Objet mobilier qui fait partie d'un ensemble qu'il soit ou non homogène. On soupait dans une grande chambre blanche, propre, qui n'avait pour tous meubles qu'une cheminée de marbre noir, de riches tapis (...); et, au milieu, une table ronde (Fromentin, Été Sahara, 1857, p.63).Celui-ci le fit entrer dans la chambre qui avait pour meubles quatre chaises, une table, et la photographie de la vieille maman (R. Bazin, Blé, 1907, p.223):
2. ... elle s'amusait de l'indifférence totale au bien-être que révélait la nudité de cette pièce, sans un tapis, sans un tableau, sans un objet d'art, sans un fauteuil; pas d'autres meubles qu'une table, trois chaises dures et un piano... Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1509.
Loc. verb.
(Être, se mettre) dans ses meubles. Emménager dans un local. Petites ouvrières qui ne sont pas dans leurs meubles (Zola, Page amour, 1878, p.1015).
Mettre (une femme) dans ses meubles (fam., vieilli). Offrir un logement à une femme et l'y entretenir. J'ai mis, comme on dit, dans ses meubles une petite ouvrière de quinze ans, d'une beauté miraculeuse et de qui, je l'avoue, je devins amoureux à en perdre la tête (Balzac, Cous. Bette, 1846, p.10).
P. anal. Parmi les hommes les plus arrivés, un certain nombre se sont fait mettre dans leurs meubles comme des filles et ils se livrent, au profit d'un marchand de toiles, à de vulgaires passes de peinture (Huysmans, Art mod., 1883, p.142).
2. P. anal.
Vieilli. Personne qui appartient à un groupe social ou fréquente un lieu donné, depuis longtemps. Il y avoit chez moi un vieil abbé Poulet, véritable meuble du château, qui avoit jadis fouetté mon père et mes oncles, et qui se seroit fait pendre pour toute la famille (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.285).Je n'eusse pas voulu passer pour un meuble de cour, ou sembler toujours prêt à encenser le pouvoir partout où il se présente (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.222).
Loc. verb. Faire partie des meubles (fam. et p. plaisant.) Être (un) habitué d'un lieu, (un) familier d'un groupe. [À propos d'une pers.] Évidemment, Luc n'est pas un ami. Il fait plutôt partie de nos meubles (H. Bazin, Lève-toi, 1952, p.243).
Sauver les meubles (fam.). Préserver ce qui est indispensable lors d'une catastrophe ou d'une situation difficile. L'imperceptible frémissement du regard d'un monsieur qui ne prétend plus qu'à sauver les meubles (Bernanos, Gde peur, 1931, p.149).
C. − Au sing. coll., vieilli. Le meuble. Ensemble des objets mobiles qui servent à l'aménagement ou à la décoration d'un local public ou privé. Synon. mobilier.Le meuble consistait en six chaises garnies de basane bleue dont les dossiers représentaient des lyres (Balzac, Illus. perdues, 1837, p.12).Il lui présenta une des deux chaises de crin qui composaient, avec le bureau et le lit, tout le meuble de cette chambre propre, claire et nue (A. France, Orme, 1897, p.52).Je me retrouvai dans un palais fort noble dont l'ordre et le meuble m'intriguaient au plus haut point (Milosz, Amour. initiation, 1910, p.142).
D. − HÉRALD. Figure secondaire dont la place sur l'écu peut être variable. [Chevron de gueules] surmonté en chef d'un meuble qui paraît être un soleil (Sand, Corresp., t.4, 1856, p.93).Meubles tels que croix, pals et dont la partie inférieure est pointue (L'Hist. et ses méth., 1961, p.760).
REM.
Meublier, subst. masc. et adj. masc.,rare. a) Subst. masc. Spécialiste de décoration et d'ameublement. Synon. ensemblier.J'ai laissé dans la loge le rouleau qu'y a déposé Massart, notre sacré meublier (Colette, Chatte, 1933, p.151).b) Adj. masc. Qui a rapport aux meubles. Panneaux de glaces entourés de bronze, bras dans les glaces: un des plus riches échantillons de l'art meublier du XVIIIesiècle (Goncourt, Journal, 1863, p.800).
Prononc. et Orth.: [moebl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 moebles «bien aisément déplaçable, bien mobilier» (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 158); 2. 1360-70 fig. «bien, richesse» (Baudouin de Sebourc [éd. Bocca], Valenciennes 1841, III, 917); 3. 1465 «ce qui garnit, tient sa place comme le ferait un meuble» ici, désigne une personne (Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. L. Lecestre, t.2, p.94: ... ung homme qui perdroit son prisonnier, il le peult poursuir ... car c'est son meuble); 4. a) 1530 coll. sing. (Palsgr., p.233a, s.v. Housholdestuffe); b) 1606 (Nicot, s.v.: Ce que le lat. appelle Suppellex. C'est l'équipage en ustencilles d'une maison); 5. 1624 désigne des emblêmes (Gargasse, Doctrine curieuse, p.322 ds Livet); 1690 hérald. (Fur.). Substantivation de meuble2; cf. le lat. médiév. mobile, subst. neutre «les biens meubles» (Formulae andecavenses, no31 ds Nierm.). Fréq. abs. littér.: 3535. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3782, b) 6930; xxes.: a) 6142, b) 4394.

MEUBLE2, adj.

A. − [En parlant d'un sol, d'une terre] Qui se laboure ou se travaille facilement. Des rangées de jeunes ceps, plantés dans un sol meuble et caillouteux (Moselly, Terres lorr., 1907, p.283).Cette agriculture qui ne pratique pas la fumure (...) n'utilise que les parties où le sol meuble permet à une simple houe d'y enfouir la semence (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.38).
P. méton. Peu consistant, instable. En certains endroits le sol était si meuble qu'on avait été obligé de le raffermir par des troncs de sapin posés transversalement (Gautier, Fracasse, 1863, p.49).
B. − GÉOL. [À propos d'une roche ou d'une formation géol.] Dont les éléments sont peu liés, peu compacts. Fond meuble. Transformer une roche calcaire, ou un récif corallien mort, en gravier et sable plus ou moins grossier, donc assurer le passage d'un substrat dur à un substrat meuble (J.-M. Pérès, Vie océan, 1966, p.67).
Prononc. et Orth.: [moebl̥]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 araine moble (Beroul, Tristan, éd. E. Muret, 956); 1606 terre meuble (Nicot); 2. 1176 « qui ne peut être déplacé, changé de place (en parlant d'un bien)» ici, par image (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4354); 1270 biens mobles e non mobles (Arch. du château de Serrant [Anjou], éd. P. Marchegay ds Bibl. Éc. Chartes, 4esérie, t.4, p.80); 1283 catel meuble (Livre Roisin, éd. R. Monier, §94, p.66). Du lat. mōbilis (devenu *mŏbilis prob. sous l'infl. de mŏvere) «qui peut être déplacé», spéc., à basse époque res mobiles «les biens meubles» (TLL et Nov. gloss., s.v.).

MEUBLE3, adj. et subst.

DROIT
I. − Adj. [À propos d'un bien] Qui peut être transporté d'un lieu à un autre sans subir de détérioration ou qui est réputé tel par la loi. Anton. immeuble.Les biens meubles incluent les vêtements, les ustensiles, les armes, ainsi que le bétail (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.305):
−. Sont meubles par leur nature, les corps qui peuvent se transporter d'un lieu à un autre, soit qu'ils se meuvent par eux-mêmes, comme les animaux, soit qu'ils ne puissent changer de place que par l'effet d'une force étrangère, comme les choses inanimées. Code civil,1804, art.528, p.97.
II. − Subst. Bien dont la loi stipule qu'il peut être transporté d'un lieu à un autre. Anton. immeuble.Meuble corporel, incorporel. Chacun des cohéritiers peut demander sa part en nature des meubles et immeubles de la succession (Code civil,1804, art. 826, p.151).Il se vend en France chaque jour pour une certaine valeur de blé, de bestiaux, de combustibles, de meubles et d'immeubles (Say, Écon. pol., 1832, p.162).
Prononc. et Orth.: [moebl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. meuble2. Fréq. abs. littér.: 40.

MEUBLER, verbe trans.

I. − Qqn meuble qqc.
A. − Garnir de meubles.
1. Qqn meuble qqc.1(de, avec qqc.2).[Il] (...) s'installa avec Quenu, rue Royer-Collard, (...) dans une grande chambre qu'il meubla de deux lits de fer, d'une armoire, d'une table et de quatre chaises (Zola, Ventre Paris, 1873, p.641).
P. anal. Garnir (de quelque chose). Il meublait sa bibliothèque de tous les livres ayant trait au Brésil (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.348).
En partic., vieilli. Décorer. Il meublait ses châteaux avec des draps et des tapis d'Arras plus beaux que tous ceux qu'on avait vus jusqu'alors (Barante, Hist. ducs Bourg., t.1, 1821-24, p.354).
2. Qqn1meuble qqc.1(à qqn2).Il s'était meublé un logement convenable, et avait un atelier sérieux (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.302).Nous n'achèterons rien, nous louerons. Au lieu de te meubler une maison, tu descendras à l'hôtel Meurice (Ponson du Terr., Rocambole, t.3, 1859, p.315).
3. Au fig.
a) Enrichir quelque chose d'éléments nouveaux. Souvenir dont il faut meubler sa pensée et sa vie (Hugo, Corresp., 1843, p.605).Je vieillis, et ma préoccupation désormais doit être de meubler ma mémoire des objets qui la rempliront durant toute l'éternité (Renan, Drames philos., Caliban, 1878, iv, 4, p.420):
1. ... Ricordi sut raconter la chose en l'exagérant, en la meublant, en la mimant à la napolitaine, en la colorant de termes du cru pour en faire une comédie improvisée... Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.124.
Emploi pronom. passif. En attendant les lumières de plusieurs naturalistes, mes véritables guides, et dont je n'étais que le disciple suranné, ma tête se meublait, mon imagination s'exaltait, et j'en rapportais toujours quelques empreintes pittoresques ou quelques résultats (Dusaulx, Voy. Barège, t.1, 1796, p.91).
Emploi pronom. réfl. indir. Il faut qu'il se meuble la tête de faits vrais (Stendhal, Corresp., 1806, p.237).
b) P. anal. Remplir (de quelque chose). Il meuble insensiblement tous les coins de notre idée sans y laisser de vide (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t.11, 1854, p.8).Elle bavardait pour le plaisir d'abord, pour meubler le silence ensuite (Queneau, Pierrot, 1942, p.93).
B. − [P. méton. de l'obj.] Qqn1meuble qqn2.Acheter, installer des meubles pour quelqu'un. Le plus pauvre commissionnaire était certes moins mal meublé dans son grenier, que ne l'était le père Goriot chez Madame Vauquer (Balzac, Goriot, 1835, p.149).
Emploi pronom. réfl.:
2. ... il y a eu au début du xviiesiècle une mode européenne. Pour le courtisan (...) il n'y a qu'une manière de se meubler au goût du jour: c'est de réunir dans sa demeure des meubles de provenances des plus diverses. Viaux, Meuble Fr., 1962, p.63.
II. − Qqc.2meuble qqc.3(de qqc.).[Le compl. en de désigne une partie du référent du suj.]
A. − Servir de pièce d'ameublement. Un des grands fauteuils en tapisserie qui meublaient le pavillon (Karr, Sous tilleuls, 1832, p.202).
P. ext. Garnir. La cuisinière de fonte qui meublait de sa masse chaude et respirante un côté de cette pièce (Barbusse, Feu, 1916, p.81).Elle fermait cette bouche entr'ouverte que meublaient trois longues dents couleur de rouille (Pourrat, Gaspard, 1925, p.270).
B. − Au fig.
1. [Le compl. désigne une faculté intellectuelle ou le siège de la pensée] Enrichir, occuper, remplir. Cependant, ou je me trompe fort, ou vous ne voyez pas encore la liaison de tout cela avec toutes les idées qui meublent vos têtes, avec toutes les pensées qui occupent vos esprits (Destutt de Tr., Idéol. 1,1801, p.80).Mon extase fit éclore en moi des songes inénarrables qui meublèrent mon imagination (Balzac, Lys, 1836, p.12).
2. Remplir. Accidents qui n'arrivent que pour meubler la scène (Goncourt, Journal, 1861, p.896).Le rythme gagna de proche en proche dans la colonne maintenant silencieuse et que le bruit de nos pas meublait à lui seul d'une suffisante pensée (Abellio, Pacifiques, 1946, p.37).
Emploi pronom. passif. Le silence se meublait parfois d'un bruit assourdi, extravagant dans ce ciel sinistre: celui des milliers de sabots qui continuait à monter du Prado (Malraux, Espoir, 1937, p.763).
REM.
Meublable, adj.Facile à meubler. Cette maison sera très habitable au mois de janvier 1848 et surtout très meublable (Balzac, Lettres Étr., t.3, 1845, p.152).
Prononc. et Orth.: [moeble], (il) meuble [moebl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1350 réfl. «s'enrichir, se doter, se pourvoir de» (Gilles Li Muisis, I, 191 ds T.-L.), rare; b) 1580 trans., fig. (Montaigne, Essais, I, XXV, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p.135: le soing et la despence de nos peres ne vise qu'à nous meubler la teste de science); 2. a) 1549 «garnir de meubles» (Est.); b) 1812 p. ext. (Jouy, Hermite, t.2, p.14: ...gens qui meublent [...] mon antichambre); 1833 (Balzac, Méd. camp., p.128: des pans de verdure [...] meublaient [...] un large chemin); c) 1839 «combler un vide affectif, une période creuse» meubler la solitude (Id., Corresp., p.438); 3. 1835 emploi abs. (Ac.: cette étoffe meuble bien). Dér. de meuble1* subst., dés. -er. Fréq. abs. littér.: 265. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 408, b) 452; xxes.: a) 339, b) 336.

MEUBLÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst. masc.

I. − Part. passé de meubler*. Garni de meubles. Glace de Venise comme on en remarque dans tous les appartements meublés au goût du jour (Green,Journal,1939, p.209).
II. − Adj. et subst. masc.
A. − Adjectif
1. [En parlant d'un lieu d'habitation] Qui est loué avec les meubles, les ustensiles et parfois le linge de ménage. Locations meublées si douteuses qu'on y coucherait dans des journaux (Renard,Journal,1894, p.222).Des quantités de familles (?) logent dans les hôtels meublés; des locations qui se paient à la semaine, voire à la journée! (Frapié,Maternelle,1904, p.55):
1. Dans tous ces établissements, qu'ils soient palace ou maison meublée, machine à habiter ou simple garni, le rôle de l'hôtelier est de participer le plus étroitement possible à la vie de ses clients, que certains patrons nomment leur famille. Fargue,Piéton Paris,1939, p.195.
2. [En parlant d'une pers.] Qui a des meubles. C'était une ancienne amie (...) une fille très chic, meublée en palissandre (Zola,Assommoir,1877, p.60).
3. P. anal. Pourvu (de ce qui est censé s'y trouver). Cave bien meublée. Cave bien garnie en différents vins. (Dict. xixeet xxes.). Bouche bien/mal meublée. Bouche qui a de belles/de vilaines dents. Sa bouche mal meublée d'où l'on entendrait presque sortir la voix éraillée et faubourienne (Mauclair,Maîtres impressionn.,1923, p.88).
B. − Subst. masc. Hôtel ou appartement souvent modeste dont les pièces sont équipées de façon à pouvoir être louées pour une période de longue durée. Location en meublé, habiter en meublé. Je songe à un meublé d'une ou deux pièces (Romains,Hommes bonne vol.,1932, p.25).Depuis quelque dix-huit ans qu'il vit dans des «meublés», sordides ou fastueux selon les époques (Vailland,Drôle de jeu,1945, p.131):
2. Ces anciens communs, que la dureté des temps a fait aménager, peu à peu, en petits meublés, sont recherchés aujourd'hui par les dames seules... Morand,Londres,1933, p.178.
III. − Adj., HÉRALD. [À propos d'un écu] Garni d'un meuble (v. meuble1D). Le poinçon de Birmingham représente une ancre; celui de Chester, l'écusson armorié de la cité, meublé d'une épée et de trois gerbes de froment (Grandjean,Orfèvr. XIXes.,1962, p.35).
Prononc.: [moeble]. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. «riche, doté, fourni» a) 1260-1311 en parlant d'une pers. meublé de (Auberon, éd. J. Subrenat, 276: D'or et d'argent meublee est et d'olmage [la fille du roi]); cf. 1646 (Maynard, Œuvr., p.26 ds Livet: Le Docteur mal meublé de latin et de grec); b) en parlant d'un inanimé α) xiiies. [ca 1260?] inanimé abstr. (Jehan Fremans ds Trouvères belges, éd. A. Scheler, nouv. série, 1879, p.132, 16: D'umilité est sa valors mueblee); β) 1530 inanimé concr. (Palsgr., p.737 a, s.v. I store: Il a sa mayson la mieulx meublée que nul marchant que je sayche); 2. a) 1559 spéc. «(d'une personne) pouvu de, riche en meubles» (Amyot, Hommes illustres, Philopemens, XIV, éd. Gérard-Walter, t.1, p.812); b) 1580-81 sale mublée (Montaigne, Journal de voyage, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p.1130). B. 1898 subst. un meublé (Huysmans, Cathédr., p.226). Dér. de meuble1*; suff. -é*, meublé s'étant par suite confondu avec le part. passé de meubler*. Fréq. abs. littér.: 639; Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 553, b) 1278; xxes.: a) 1180, b) 850.

Wiktionnaire

Adjectif

meublé

  1. Garni de meubles.
    • Comme tout bistro qui se respecte, celui-ci réservait aux habitués une arrière-salle et deux étages de chambres meublées […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Nom commun

meublé \mœ.ble\ masculin

  1. Appartement loué avec du mobilier.
    • Ma voisine habite dans un meublé.

Forme de verbe

meublé \mœ.ble\

  1. Participe passé masculin singulier de meubler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MEUBLER. v. tr.
Garnir de meubles. Meubler une maison, une chambre, etc. Appartement meublé, ou simplement Meublé. Habiter en meublé. Louer meublé. Absolument, Cette étoffe meuble bien, Elle fait bon effet, employée en tenture, en garniture de meubles. Par extension, Meubler une ferme, La garnir de ce qui est nécessaire pour la faire valoir. Meubler une ferme de bestiaux.

SE MEUBLER signifie spécialement Acquérir des meubles, s'installer. En parlant des Personnes, on dit dans le même sens Être bien, être mal meublé. Fig., Meubler sa tête, sa mémoire, L'enrichir de connaissances. Il s'était meublé la mémoire de beaux morceaux de poésie. Fam. et par extension, Une cave bien meublée, Une cave garnie de beaucoup de vins de différentes espèces. Fig. et fam., Avoir la bouche bien meublée, Avoir de belles dents.

Littré (1872-1877)

MEUBLÉ (meu-blé, blée) part. passé de meubler
  • Garni de meubles. Maison meublée. Appartement meublé. Cette maison meublée est en ma bienséance, Molière, L'Ét. V, 2.

    Être bien meublé, être bien en meubles. Être mal meublé, être mal en meubles. Les Orientaux, bien que très voluptueux, sont tous logés et meublés simplement ; ils regardent la vie comme un voyage et leur maison comme un cabaret, Rousseau, Ém. IV.

    Être meublé suivant l'ordonnance, se disait, sous Louis XIV, de celui qui n'avait que le plus chétif mobilier, parce que la dureté des taxes avait réduit les officiers des compagnies des villes de provinces à avoir pour tous meubles un lit sans rideaux, une marmite de fer et des cuillers de bois.

    Familièrement et par extension. Une cave bien meublée, une cave garnie de beaucoup de bons vins de différentes espèces.

    Avoir la bouche bien meublée, avoir les dents belles. Il a l'air noble, les yeux vifs, le nez un peu aquilin, la bouche grande et bien meublée, Comte de Caylus, Acad. de ces dames et de ces messieurs, t. XII, p. 312, dans POUGENS.

    Fig. Avoir la tête bien meublée, avoir beaucoup de connaissances. Mais nous voulons montrer à de certains esprits… Que de science aussi les femmes sont meublées, Molière, Femm. sav. III, 2. Une tête meublée d'un grand nombre de choses disparates est assez semblable à une bibliothèque de volumes dépareillés, Diderot, Lett. sur les sourds et muets.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « meublé »

De meubler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « meublé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
meublé mœble

Citations contenant le mot « meublé »

  • L'amour est comme ces hôtels meublés dont tout le luxe est au vestibule. De Paul-Jean Toulet / Le carnet de Monsieur du Paur
  • le loyer en meublé est 10 à 20% plus cher qu'une location vide.Faites estimer votre bien par une autre agence. BFM Immo, Forum immobilier : Même loyer en meublé et en non meublé ? | BFM Immo
  • A Paris, à compter du 1er décembre 2017, les personnes proposant à la location un meublé de tourisme doivent obligatoirement s’inscrire au préalable auprès du service en ligne mis en place par la Ville de Paris pour se voir délivrer ce numéro d’enregistrement, lequel devra être reporté sur leur annonce. A Bordeaux, cette obligation d’enregistrement entrera en vigueur le 1er mars 2018. Myimmobilier.com : toute la fiscalité de l'immobilier, La réglementation du meublé touristique et de location de courte durée - Myimmobilier.com : toute la fiscalité de l'immobilierMyimmobilier.com : toute la fiscalité de l'immobilier
  • Les loyers des meublés parisiens ont reculé de 5 % au deuxième trimestre, sur un an, dévoile une étude de Lodgis. Conséquence ponctuelle de la crise sanitaire ou révélatrice d'un retournement de marché ? Les Echos, Immobilier parisien : les loyers des meublés en baisse | Les Echos
  • il est préférable de fixer un forfait de charges en location meublée, c’est plus simple à mettre en place et cela évite les régularisations annuelles. BFM Immo, Forum immobilier : Charges de copropriété et location meublé | BFM Immo
  • Permettant de devenir propriétaire d'un bien meublé tout en percevant des revenus locatifs, la LMNP (Location de meublé non professionnel) offre la possibilité d'investir sur le long terme, pour préparer sa retraite ou générer des revenus supplémentaires par exemple, tout en profitant d'une importante optimisation fiscale. Offrant un rendement net de charges allant de 4 à 5 %, la LMNP assure de nombreux avantages qui ne sont pas négligeables : • Possibilité de récupérer la TVA à 20% sur l'investissement (uniquement sur une résidence neuve de services : EHPAD, résidences étudiantes, de tourisme, d'affaires, etc.) • Amortissement du bien sur plusieurs années (grâce au calcul de dévalorisation annuel) • Déduction des charges qui concernent la gestion et les intérêts de l'emprunt. Si vous souhaitez tenter d'investir dans un LMNP, nous vous recommandons de privilégier les secteurs fréquentés par les étudiants et/ou les personnes âgées. Ces secteurs étant victimes d'offres carencées, l'investissement ne peut être que sûr, bien évidemment si l'endroit répond à la demande locale. ideal-investisseur.fr, Quels sont les placements les plus sûrs lorsque l'économie vacille ?
  • Réponse du ministère de la ville et du logement : Le développement de la location de meublés de tourisme peut constituer une chance pour l’attractivité touristique de la France, ainsi que pour ses habitants, qui peuvent y trouver le moyen de compléter occasionnellement leurs revenus en louant, pour de courtes durées, leur résidence principale. S’il n’est pas encadré et réglementé, ce développement risque cependant de se faire au détriment de la population permanente, notamment en retirant des logements du marché, en particulier dans les zones de tension de l’offre de logement. La Gazette des Communes, Pourquoi avoir adouci le régime imposé aux plateformes de location de meublés de tourisme ?

Images d'illustration du mot « meublé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « meublé »

Langue Traduction
Anglais furniture
Espagnol mueble
Italien mobilia
Allemand möbel
Chinois 家具类
Arabe أثاث المنزل
Portugais mobília
Russe мебель
Japonais 家具
Basque altzariak
Corse mobili
Source : Google Translate API

Synonymes de « meublé »

Source : synonymes de meublé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « meublé »

Meublé

Retour au sommaire ➦

Partager