La langue française

Méliorative

Sommaire

  • Définitions du mot méliorative
  • Phonétique de « méliorative »
  • Citations contenant le mot « méliorative »
  • Traductions du mot « méliorative »
  • Antonymes de « méliorative »

Définitions du mot « méliorative »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉLIORATIF, -IVE, adj.

A. − LING. [En parlant d'un terme, d'une expr.] Qui a une connotation favorable. Adjectif mélioratif. La différence entre larbins, domestiques et gens de maison appartient à la stylistique. Le premier mot contient une nuance de mépris (...) c'est un mot péjoratif (...); le troisième est employé par les domestiques eux-mêmes pour désigner leur profession: il a une résonance noble, il est mélioratif (Bonnard,Procédés annexes d'expression,Paris, éd. Magnard, 1982, p.92).
Emploi subst. masc. Simple peut être considéré comme un mélioratif de niais, dit péjoratif (Mar.Lex.1933, p.117).
B. − Littér., rare. Qui valorise, avantage. L'intrusion d'un certain moralisme et l'attribution intempestive aux indices caractérologiques de coefficients péjoratifs ou mélioratifs feraient le plus grand tort à leur étude positive (Mounier,Traité caract.,1946, p.60).
Prononc.: [meljɔ ʀatif], fém. [-i:v]. Étymol. et Hist. 1. 1486 «qui sert à améliorer» (La tresample et vraye Expos. de la reigle M.S. Ben., fo19a, éd. 1486 ds Gdf.); 1531 «qui rend meilleur» (Miroir historial, IX, 18, éd. 1531 ds Delb. Notes mss), attest. isolées; 2. a) 1897 adj. ling. «qui est propre à présenter l'énoncé sous un jour favorable» (M. Bréal, Essai de Sém., ch. IX, p.103 d'apr. A. Jourjon ds R. Philol. fr. t.45, p.167); b) 1933 subst. ling. «terme propre à présenter l'énoncé sous un jour favorable» (Mar., loc. cit.). Formé sur meliorare (v. mélioration), au sens 2 d'apr. péjoratif*; suff. -(at)if*.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

méliorative \me.ljɔ.ʁa.tiv\

  1. Féminin singulier de mélioratif.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « méliorative »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
méliorative meljɔrativ

Citations contenant le mot « méliorative »

  • Le Commerce aujourd'hui répète à l'envi le mot « plaisir ». Il n'est qu'à voir et à écouter la publicité qui nous abreuve de ce vocable. Mais pour être dans l'air du temps, le plaisir n'a pas toujours eu grâce aux yeux des pouvoirs en place. L'Église l'a longtemps condamné comme le pied du Démon dans la porte de la Vertu, en l'affublant des figures des péchés capitaux. Les éducateurs le réhabilitaient pourtant, sachant qu'il est le principal moteur de tout effort. Et à la fois sa récompense. Freud, en y décelant un principe vital, a fourni des schémas descriptifs et analytiques pour l'objectiver, le sortir des miasmes idéologiques, et en faire une composante de l'humain. Certaines époques l'ont ainsi favorisé, d'autres l'ont vilipendé ; l'image d'un XVIIIe siècle voluptueux s'oppose à celle d’un XIXe tourmenté par un Plaisir indomptable autant qu'à celle d'un XVIe gourmand et jouisseur. Les ressorts humains du plaisir sont multiples, variés et poly-dimensionnels. S'ils sont souvent donnés comme particulièrement introspectifs et individuants, ils n'en restent pas moins éminemment socioculturels et collectifs. Des petits plaisirs quotidiens, dits péchés mignons, aux grandes orgies occasionnelles, saisonnières et festives, l'empan des occupations et des pratiques plaisantes, divertissantes, gourmandes, jouissives, etc. est large, et il s'inscrit exclusivement dans une axiologie positive méliorative. Il est surtout en renouvellement continuel.  Et si, pour Épicure comme pour Platon dans son Philèbe, les plaisirs de l'âme priment sur ceux du corps - ils favorisent l'épanouissement de l'esprit et de l'être, tout en libérant l'homme des coercitions matérielles et des risques de dépendance - chez les philosophes matérialistes, ils peuvent être pleinement sensoriels et jouissifs, sans être ni faux ni vides tels qu'on les prétend chez les idéalistes. La philosophie pose, en effet, la question de la hiérarchie éthique et matérielle des plaisirs. La dimension linguistique et stylistique des textes littéraires est une composante première dans l'analyse du "Plaisir du texte" pour emprunter le titre de Barthes. Elle 1 IRD, 5 rue du Carbone, 45067 Orléansest fondatrice des paires définitoires de la sémiologie et de l'herméneutique modernes, le texte se construisant dans la dyade de désir /plaisir, laquelle se joue entre auteur et lecteur. Les communicants pourront s'inscrire dans les axes philosophique, artistique, médiatique, thématique ou linguistique, en essayant d'apporter des éclairages aux questions suivantes:  Comment se raconte le plaisir chez tel ou tel auteur ? Occupe-t-il le devant de la scène ou est-il un thème subsidiaire ? Et de quel(s) plaisir(s) s'agit- il ? Plaisir des sens (thymique) ? Plaisir esthétique ? éthique ?  Quelles modalités du Plaisir peuvent-être présentées ? Son attente plus ou moins anxieuse, sa recherche effrénée, la jouissance placide contre la volupté dominatrice ? L'essentiel est-il le sujet ou l'objet du plaisir ?  Comment ce plaisir est-il représenté : maximes, débats, éloge ou condamnation ? N'est-il pas souvent éludé ? Quel en est le vocabulaire, quelles en sont les périphrases (euphémismes), les figures ‒imposées ou libres ? , "Le Plaisir dans les textes littéraires" (Orléans)

Traductions du mot « méliorative »

Langue Traduction
Anglais ameliorative
Espagnol mejorador
Italien migliorativo
Allemand verbessern
Chinois 改良的
Arabe محسن
Portugais melhorador
Russe мелиоративный
Japonais 改善する
Basque ameliorative
Corse ameliorativu
Source : Google Translate API

Antonymes de « méliorative »

Partager