La langue française

Médicalisant

Sommaire

  • Définitions du mot médicalisant
  • Phonétique de « médicalisant »
  • Citations contenant le mot « médicalisant »
  • Traductions du mot « médicalisant »

Définitions du mot « médicalisant »

Wiktionnaire

Forme de verbe

médicalisant \me.di.ka.li.zɑ̃\

  1. Participe présent du verbe médicaliser.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « médicalisant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
médicalisant medikalisɑ̃

Citations contenant le mot « médicalisant »

  • Selon les premiers éléments, elle aurait reçu des coups de barre de fer et des coups de couteau. Elle était touchée au thorax, à l'abdomen et à la cuisse. Les premiers secours ont été délivrés par les hommes du commissariat. Une large plaie a nécessité un point de compression avant même l'arrivée des pompiers. Ces derniers, avec un médecin et une infirmière, ont pris en charge le jeune homme, le médicalisant sur place pour l'évacuer vers les urgences du centre hospitalier de la ville. lindependant.fr, Narbonne : un jeune homme dans un état préoccupant après une rixe au couteau - lindependant.fr
  • Les syndicats s'insurgent aussi d'une proposition visant à transformer les Ehpad en les médicalisant et en développant des équipes médicales dont la vocation serait de prendre en charge les besoins gériatriques du territoire.  Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession, Les syndicats des infirmiers libéraux vent debout contre les propositions de la Mutualité Française - Actusoins actualité infirmière
  • Le 16 mars 2020, au cours d’une allocution solennelle, le président Macron a répété plusieurs fois : « Nous sommes en guerre. » Un nouvel « ennemi » imprévu, invisible et insaisissable, inconnu, résistant et mutant, s’ajoute ainsi à la liste des ennemis. Notre démonologie sécularisée se renouvelle en se biologisant et en se médicalisant. Il s’ensuit que notre imaginaire politique s’enrichit à mesure que s’affaiblit notre prise sur la réalité. Si, à l’âge moderne, « la santé remplace le salut », la maladie a remplacé la damnation éternelle. Les démons s’appellent désormais « virus ». Mais il s’agit d’une drôle de « guerre », puisque l’ennemi est inconnu et qu’elle ne fait de victimes que dans un camp, celui des humains. La métaphore guerrière est ici trompeuse. Mais elle est mobilisatrice. Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme, La pandémie entre peurs et rumeurs | Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme
  • « En médicalisant des expériences de vie ordinaire », des professionnels de la santé transforment des jeunes « en patients », et ce, « sans aucune nécessité », soutient la co-titulaire de la Chaire de recherche sur les conditions de vie, la santé, l’adaptation et les aspirations des jeunes (VISAJ). Le Devoir, Ces enfants transformés en patients | Le Devoir
  • En démédicalisant l’accouchement, le centre hospitalier propose aux futures mamans une nouvelle prise en charge de la grossesse et de l’accouchement. Une prise en charge plus naturelle. , Douai. Des salles originales pour accoucher à l’hôpital | L'Observateur
  • Autre extrait éloquent sur ce qui nous attend : « Pour l’école, Internet est utile aussi bien en présentiel que pour les différentes formes de travail à distance. Il est donc nécessaire de penser aux articulations entre ces deux registres, pour bien distinguer ce qui gagne à être fait d’une façon ou d’une autre, en synchrone ou en asynchrone (vaste question pédagogique !). Cela suppose (ce sera presque une première) que les parents soient informés par chaque enseignant des raisons qui étayent ses choix pédagogiques. Les médecins expliquent bien à leurs patients les fondements des traitements qu’ils leur prescrivent. ». La concurrence entre l’école présentielle et celle à distance est posée pour la suite, pas simplement pour la durée du confinement. La question pédagogique qu’on nous souffle n’est pas celle de savoir si on doit considérer l’avènement d’une autre école. La réponse est tranchée, c’est fait. Il y aura celle distancielle en plus de la présentielle. Ce qu’on nous propose de penser, c’est la phase d’après, leur mise en concurrence et cette grande question pédagogique : doivent-elles être synchrones ou asynchrones ! On admire la profondeur didactique (plus que pédagogique) du raisonnement, et pédagogiquement le tropisme individualiste, médicalisant, remédiant qui sous-tend tout le propos. , L'Ecole d'après : Eric Demougin : Un lien, même pédagogique, ne fait pas l’Ecole.
  • Selon l’OMS, 4 à 10 % d’entre nous seront un jour confrontés à la dépression. Pour faire face à cette maladie caractérisée par une perte d’intérêt et de plaisir dans la vie quotidienne, deux traitements sont possibles : le suivi d’une psychothérapie et/ou la prescription d’un antidépresseur, la combinaison des deux étant le plus souvent la meilleure solution. Pour la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, les médecins généralistes ont tendance à prescrire trop d’antidépresseurs. Mais qu’en pensent les spécialistes ? « La plus grande difficulté de notre époque, c’est que l’on peut rapidement ressentir des affects dépressifs, nous explique le Dr Gérald Deschietere, psychiatre aux Cliniques universitaires Saint-Luc. Ce sont, par exemple, une perte d’estime de soi, de la tristesse, de la fatigue, de l’indécision ou des troubles du sommeil. Tous ces symptômes peuvent révéler une dépression mais, pris séparément, ils ne suffisent pas à diagnostiquer cette maladie. Il faut en effet compter la conjonction d’au moins cinq éléments parmi ceux précités – dont la liste n’est pas exhaustive – ainsi qu’une durée dans le temps suffisamment longue (environ quinze jours d’humeur maussade) pour définir un réel état dépressif. » Notre société exige souvent un moral à toute épreuve. Il convient donc de distinguer un mal-être psychique passager et une véritable dépression. Ce n’est pas parce que l’on ne se sent « pas en forme » pendant un jour ou deux, suite à une dispute conjugale, une mauvaise évaluation au boulot ou après avoir appris une mauvaise nouvelle, que l’on est forcément déprimé. Du coup, effectivement, s’ils ne se basent que sur l’un ou l’autre symptôme, certains médecins auront peut-être tendance à prescrire inutilement des antidépresseurs, médicalisant ainsi un problème qui pourrait se résoudre spontanément ou à l’aide d’une psychothérapie et le concours d’un environnement familial, amical ou professionnel bien intentionné. Soirmag, Antidépresseurs: oui, mais à bon escient! - Soirmag
  • Loin de la glorieuse époque où, au XIXe siècle, se retrouvaient autour des buvettes des stations thermales huppées les têtes couronnées, le thermalisme n'a pas vraiment gagné aujourd'hui en légitimité médicale ce qu'il a perdu en termes d'image. Alors que, dès 1947, la France créait un modèle original en Europe en médicalisant les cures thermales, remboursées par la Sécurité sociale, le thermalisme semble avoir perdu de son attrait auprès du corps médical… , Peut-on évaluer le bénéfice d'une cure thermale ?

Traductions du mot « médicalisant »

Langue Traduction
Anglais medicalizing
Espagnol medicalizar
Italien medicalizzazione
Allemand medizinisieren
Chinois 医疗化
Arabe العلاج الطبي
Portugais medicalização
Russe медикализации
Japonais メディカル
Basque medicalizing
Corse medicalizante
Source : Google Translate API
Partager