Mare : définition de mare


Mare : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MARE, subst. fém.

Petite étendue d'eau stagnante, dans une dépression naturelle ou artificielle, de faible profondeur. Mare boueuse, croupissante, dormante, fangeuse; mare verdâtre; mare infecte; mare aux canards, à crapauds; tomber dans une mare. Dans ce village on abreuve les bestiaux à une mare, à la mare. La mare est à sec (Ac. 1835-1935). Ce parc immense, où les chevreuils bondissaient (...) autour des eaux endormies de ces mares mystérieuses que l'on découvre sous les vieux saules et sous les grandes herbes sauvages (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 412).Wilfrida (...) regarda pulluler (...) dans les mares d'eau sale (...) des canards, des poules, des oies (...) toute une vie malpropre, bruyante et malodorante, et gaie cependant (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p.234):
1. Il s'agissait de réparer une mare. Cette mare, grande comme un étang, fuyait; on connaissait le lieu de cette fuite et l'on devait le cimenter. Il fallait pour cela commencer par vider la mare, ce qu'on n'avait pas fait depuis quinze ans. Carpes et tanches y abondaient, quelques-unes très grosses, qui ne quittaient plus les bas-fonds. Gide, Immor., 1902, p. 412.
P. métaph. Mare d'or, de pourpre, de verdure, de parfums. Les mares de vos yeux aux joncs de cils (Laforgue, Poés., 1887, p. 34).
P. plaisant., fam. La mare aux harengs. L'Atlantique Nord. De l'autre côté de la mare aux harengs, le petit Italien (...) vient (...) de décrocher le titre national américain (Marcods Pédale, 5 oct. 1927, p. 5, col. 3).Ça te plairait de faire un tour de l'autre côté de la mare aux harengs? T'es relégable (Bernanos, Mouchette, 1937, p. 1284).
Passer la mare. Traverser l'Atlantique. Bourget: (...) pourquoi ne retournez-vous pas aux États-Unis? (...) Herley: (...) Parce que mon père a eu la funeste idée de me faire passer la mare, comme nous disons (...) quand j'étais encore un tout petit garçon (Bourget, Monique, Reconnaiss., 1902, p. 185).
P. anal. Mare de + subst. (désignant une matière).Étendue de liquide qui ne s'écoule pas ou qui est répandu à terre. Mare de boue; mare de vin; mare d'encre. Il resta là ébahi, à regarder la bouteille, le verre cassé, la mare d'alcool à terre, d'où montait un fort parfum (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 304):
2. Des cadavres de chevaux (...) bordaient la piste (...) Il y en eut même un qui la barrait franchement et dont il fallut faire le tour, en traversant une épouvantable puanteur, comme si l'on se fût jeté pour y nager à pleines brasses dans une mare de liquides cadavériques. Romains, Hommes bonne vol., Verdun, 1938, p. 141.
P. métaph. Les plumes marchaient de nouveau, les paquets tombaient régulièrement, la mare d'étoffes montait toujours, comme si les eaux d'un fleuve s'y fussent déversées (Zola, Bonh. dames, 1893, p. 661).
Loc. En mare. Abondamment. Couler en mare. Et l'eau, qui était captée pour la soif, ou pour le blanchissage des belles dentelles du dimanche des villageoises, se répand en mare devant l'église (Saint-Exup., Pilote guerre, 1942, p. 268).
En mares. En grande quantité. V. billot ex. 2.
Au fig. [Pour exprimer le caractère trouble, inextricable d'une situation] Florent: Mais, à la fin expliquez-vous. Nous jouons une charade. Esther: Sortons de cette mare, Florent. Cette petite est ta maîtresse (Cocteau, Monstres sacrés, 1940, i, 6, p.38).
[Exprimant l'idée d'enlisement; fonctionne comme un intensif avec une connotation péj.] Une mare de + subst. (abstr.).Une mare de corruption. Il y a (...) des hommes de néant et de sottise qui nient le présent, croupissent dans la mare étroite et nauséabonde de leur banalité (Zola, Mes haines, 1866, p.8).Et, tout à coup, cassant l'élan des violences, Des murs de bruit semblent tomber Et se taire, dans une mare de silence (Verhaeren, Villes tentac.1895, p. 153).
HIST. [P. réf. à A. Briand, Disc. de Périgueux, 10 oct. 1909] Mares stagnantes. Circonscriptions électorales restreintes sous le système du scrutin d'arrondissement. Tout le monde (...) s'était mis à avoir un espoir vague, mais fort, dans ce remède social, la proportionnelle, qui semblait devoir en finir avec les abus (...) les mares stagnantes, la concurrence déloyale (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 96):
3. Le mode de scrutin était le scrutin uninominal (ou d'arïsdissement), reflet des «mares stagnantes», favorable à la domination des «comités locaux», et des intérêts de clocher, hostile à la constitution de grands partis politiques puissants offrant aux électeurs l'option entre de grandes doctrines. Vedel, Dr. constit., 1949, p. 97.
P. ell. Mare (de Paris). Déjà, dans toutes les mares de Paris et de la province, le candidat pullule (Mauriac, Nouv. Bloc-notes, 1961, p. 127):
4. Dans ces petites mares d'arrondissement, le moindre clapotis réveille tout le monde. Tout est su; la vie privée, les querelles de ménage, les dettes, les expédients, les erreurs, les audaces, les fautes que le juge n'atteint pas, tout cela est analysé et tiré au clair par de terribles jugeurs. L'opinion publique n'est pas égarée par l'esprit de parti... Alain, Éléments d'une doctrine radicale, Paris, Gallimard, 1925, p. 184.
Prononc. et Orth.: [mɑ:ʀ]. Homon. marc. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 «petite nappe d'eau peu profonde qui stagne» (Benoît de Sainte-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 9577); 2. 1690 «grande quantité de liquide répandu» (Fur.). De l'a. nord. marr masc. «mer; lac», cf. l'a. sax. meri fém., l'a. h. all. meri masc. et neutre, l'all. Meer, l'ags. mere masc. et fém. «marécage; lac»; le genre fém. peut venir de l'ags. Cette étymol. est soutenue par le FEW t. 16, pp. 533-534, qui souligne l'importance des attest. de mare à époque anc. en norm. et en anglo-normand. Fréq. abs. littér.: 649. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 373, b) 1 182; xxes.: a) 1 660, b) 808. Bbg. Chautard Vie étrange arg. 1931, p. 307. _ Wartburg (W. von). Probl. d'étymol. gallo-romane. R. Ling. rom. 1955, t. 19, pp. 283-286.

Mare : définition du Wiktionnaire

Nom commun

mare \mɑʁ\ féminin

  1. Petit amas d’eau dormante qui se forme naturellement par l’abaissement du sol, ou qu’on produit artificiellement dans les villages et dans les fermes, pour des usages communs ou domestiques.
    • C’est une large dépression herbeuse, avec une mare et un groupe de figuiers au centre. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 121)
    • Dans ce village, on abreuve les bestiaux à une mare, à la mare.
  2. (Figuré) Grande quantité de liquide répandu.
    • Une mare de sang, beaucoup de sang répandu.
    • Sur le lieu du meurtre il y avait une mare de sang.
  3. (Figuré) Zone fixe et morne constituée par un fluide quelconque.
    • J’allume la lampe, sur la table : peut-être sa clarté pourra-t-elle combattre celle du jour. Mais non : la lampe fait tout juste autour de son pied une mare pitoyable. — (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)

Forme de verbe

mare \maʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de marer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de marer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de marer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de marer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de marer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mare : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARE. n. f.
Petit amas d'eau dormante qui se forme naturellement par l'abaissement du sol, ou qu'on produit artificiellement dans les villages et dans les fermes, pour des usages communs ou domestiques. Dans ce village, on abreuve les bestiaux à une mare, à la mare. Une marc stagnante. La mare est à sec. Fig., Une mare de sang, Beaucoup de sang répandu. Sur le lieu du meurtre il y avait une mare de sang.

Mare : définition du Littré (1872-1877)

MARE (ma-r') s. f.
  • 1Petit amas d'eau dormante, naturel ou artificiel. Mener les bestiaux boire à la mare.

    Par extension. Après avoir vu cette mare presque imperceptible pour eux [les deux géants de Sirius et de Saturne] qu'on nomme la Méditerranée, et cet autre petit étang qui, sous le nom de grand océan, entoure la taupinière, Voltaire, Microm. 4.

    Fig. et par exagération. Une mare de sang. Sur le lieu du meurtre il y avait une mare de sang.

  • 2Auge circulaire dans laquelle les olives sont écrasées par une meule.

HISTORIQUE

XIIIe s. À une mare sunt venu, Gardent de loin, si unt veü Raines [grenouilles] qui furent ensamblées, Marie de France, Fable 30.

XVe s. Chascun se pare, Et veult aller à la tentare, Et semblent bouhoureaux [canards] en mare, Chartier, Poés. p. 665.

XVIe s. La mare est une large fosse, cavée en douce pente de tous costés, afin que le bestail y puisse descendre aisement ; elle est enfoncée au milieu, toutesfois moderément, où l'eau des sources s'assemble avec celle de la pluie, De Serres, 782.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mare : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARE, s. f. (Géogr. anc.) mot latin d’où nous avons fait celui de mer, qui signifie la même chose ; mais les auteurs se servoient du mot mare dans le sens que nous exprimons par celui de côte, pour signifier la mer qui bat les côtes d’un pays. En voici des exemples.

Mare Ægyptium, est la côte d’Egypte ; mare Œolium, la côte aux environs de Smyrne ; mare Asiaticum ; la côte de l’Asie proprement dite dans l’Anatolie ; mare Ausonium, la côte occidentale du royaume de Naples, & la mer de Sicile ; mare Cantabricum, la côte de Biscaye ; mare Cilicium, la côte de Cilicie, aujourd’hui la côte de Caramanie ; mare Germanicum, les côtes de Zélande, de Hollande, de Frise, & ce qui suit jusqu’à l’Elbe, où commence mare Cimbricum, c’est-à-dire, la mer qui lave la presqu’île où sont le Holstein, le Jutland, & le Sleswig ; mare Iberum, la côte d’Espagne, depuis le golfe de Lyon, jusqu’au détroit ; mare Illiricum, la côte de Dalmatie ; mare Lygusticum, la côte de la Lygurie, ou la riviere de Gènes ; mare Lycium, la côte de la Lycie, au midi de l’Anatolie. Elle fait présentement partie de la mer de Caramanie ; mare Suevicum, les côtes méridionales de la mer Baltique, vers la Poméranie ; mare Tyrrhenum, la côte occidenîale de l’Italie ; mare Venedicum, le golfe de Dantzig.

Les anciens ont aussi nommé l’Océan, mare exterius, mer extérieure, par opposition à la Méditerranée, qu’ils appelloient mare interius, mer intérieure. Ils nommoient aussi mare inferum, la mer de Toscane, par opposition à mare superum, nom qu’ils donnoient à la mer Adriatique.

Ils ont appellé mare Hesperium, l’Océan au couchant de la Lybie ; mare Hyperboreum, la mer au septentrion de l’Europe & de l’Asie : ils n’en avoient que des idées très-confuses.

Enfin, ils ont nommé mare Myrtoum, cette partie de l’Archipel, qui s’étendoit entre l’Argolide dans le Péloponnese, l’Attique, l’Eubée & les îles d’Andros, de Tine, de Scyro & de Sérife. Ce nom de Myrtoum, lui vient de la petite île de Myrtos, qui est à la pointe méridionale de Négrepont. La fable dit d’un certain Myrtile, écuyer d’Enomaiis, que Pélops jetta dans cette mer. (D. J.)

Mare Smaragdinum, (Hist. nat.) nom que quelques auteurs ont donné à un jaspe de couleur de fer, & suivant d’autres, à la prime d’émeraude.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mare »

Étymologie de mare - Littré

Basse-Norm. moire ; bourg. maire ; holland. maer, maar ; bas-lat. mara. D'après Diez, mara est une forme féminine du latin mare, mer, Isidore ayant, au VIe siècle, dit : Omnis congregatio aquarum, sive salsae sint, sive dulces sint, abusive maria nuncupantur.

ÉTYMOLOGIE

Lat. barbare mareare (voy. MARÉE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mare - Wiktionnaire

(1175) « petite nappe d’eau peu profonde qui stagne » ; du vieux norrois marr (« mer, lac »), apparenté à l’ancien saxon meri, l’ancien haut allemand meri, l’allemand Meer, l’anglo-saxon mere (« marécage ; lac ») ; le genre féminin peut venir de l’anglo-saxon. → voir marais et marécage d’origine germanique [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mare »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mare mar play_arrow

Citations contenant le mot « mare »

  • La mare de Sains-en-Amienois, située route de Rumigny fait l’objet de 8000 € de travaux de restauration. L’objectif est d’encourager la biodiversité, de créer un lieu agréable à vivre pour les riverains et de faire office de station d’épuration naturelle. Courrier picard, La restauration de la mare de Sains-en-Amiénois est une aubaine pour l’environnement
  • Un Auvergnat venu faire le plein d’émotions côté Limousin n’a pas échappé à la règle. Les belles sportives sont, on le sait, très nerveuses lorsqu’on leur chatouille l’accélérateur. Ce dimanche 28 juin, à 20 h 30, une Porsche en mal de sensations fortes s’est envolée au-dessus de la mare d’un village au bout d’une des rares –et courtes– lignes droites ; mais elle n’a pas atterri de l’autre côté et s’est posée au milieu dans une gerbe d’eau. www.lamontagne.fr, Sortie de route en Creuse : une Porsche plonge dans la mare aux canards - Mérinchal (23420)
  • Un accident dramatique s'est produit ce lundi 13 juillet à Pleslin-Trigavou, près de Dinan dans les Côtes-d'Armor. Un enfant de deux ans s'est noyé dans une mare à poissons située dans le jardin familial. France Bleu, Pleslin-Trigavou : un enfant de deux ans meurt noyé dans une mare
  • On élève des canetons dans l'eau ensuite on craint qu'ils s'enrhument s'ils y trempent une patte. Les canards finissent par haïr la mare qui les a portés. De Michèle Mailhot / Le fou de la reine
  • L'imbécillité se tient coite si on la toise et la nargue ; après quoi, elle retourne barboter dans sa mare. De Pol Vandromme / Libre parcours
  • Si tu veux savoir combien de gens te regretteront, plante ton doigt dans la mare, retire-le et regarde le trou. De Proverbe anglais
  • A-t-on jamais vu deux caïmans dans la même mare ? Deux hippopotames mâles dans la même rivière ? De Massa Makan Diabaté / Une hyène à jeûn
  • A vouloir balancer trop loin le crapaud, on finit par le jeter dans le bonheur d'une mare. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare ! De Michel Audiard / Le Président
  • Posez une grenouille sur une chaise en or, elle sautera à nouveau dans la mare. De Proverbe néerlandais
  • Dans la mare des mensonges, il ne nage que des poissons morts. De Proverbe russe
  • Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles. De Proverbe berbère

Images d'illustration du mot « mare »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mare »

Langue Traduction
Corse stagnu
Basque putzua
Japonais
Russe пруд
Portugais lagoa
Arabe بركة ماء
Chinois 池塘
Allemand teich
Italien stagno
Espagnol estanque
Anglais pond
Source : Google Translate API

Synonymes de « mare »

Source : synonymes de mare sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires