La langue française

Maçonne

Définitions du mot « maçonne »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAÇONNER, verbe

I.
A. − Qqn maçonne qqc.
1. Construire ou réparer en maçonnerie. De place en place, quand le val rapide s'arrête à une espèce de marche, les hommes ont maçonné un réservoir qui retient l'eau des orages (Maupass., Contes et nouv., t. 2, En voy., 1883, p. 326).Jos-Mari s'appliquait à crépir le soubassement maçonné du chalet de son beau-frère (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 35).
Absolument:
.Au fond le seul moyen, selon moi, de ne pas être littéraire, c'est d'accepter franchement la littérature comme un métier, comme un art, si tu veux; d'écrire aussi gratuitement qu'un peintre peint, ou même qu'un maçon maçonne. Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1908, p. 344.
P. métaph. Jean-Christophe (...) a contribué (...) à maçonner autour de nous une forteresse d'obligations humaines et de devoirs moraux (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 77).
En partic., vieilli. Exécuter (un travail) de façon grossière. Son grand portrait en pied, peint par Bonnat et illuminé a giorno et la pâle et diaphane femme, horriblement matérialisée dans cette effigie, me semble non peinte, mais truellée, gâchée, maçonnée en cette peinture (Goncourt, Journal, 1885, p. 511).
P. anal. [Le suj. désigne un insecte, un oiseau] Construire (son habitation) en assemblant terre, cire, ou autres matériaux à la manière du maçon. Les hirondelles ont maçonné leurs nids sous les débris de la toiture (Du Camp, Nil, 1854, p. 48).Elle [l'abeille] visite les fleurs, (...) elle maçonne et approvisionne ses cellules (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 195).
2. P. ext.
a) Revêtir, recouvrir de maçonnerie. Maçonner les parois d'une citerne, d'un puits. (Dict. xxes.).
[P. anal.] Je n'ai qu'à fermer les yeux pour revoir, après tant d'années, cette pièce maçonnée de livres (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 56).
b) Boucher (une ouverture) avec de la maçonnerie. Les soupiraux de cave de toutes les maisons fermés et maçonnés (Goncourt, Journal, 1871, p. 819).L'entrée de la chambre est ensuite maçonnée ou fermée par un remblai maintenu par un boisage (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 106).
B. − Rare. Qqc. maçonne qqc.[Le suj. désigne ce qui sert à maçonner] Boucher (une ouverture). P. métaph. On ne voyait vraiment plus rien (...) on ne pouvait pas même apercevoir au travers le noir des forêts: un plâtre opaque et plat maçonnait toutes les fissures du brouillard (Giono, Batailles ds mont., 1937, p. 85).
II. − Qqn maçonne.Édifier une maçonnerie. Il avait mis le pot de fer dans un trou de la muraille au château du Beaufort, et il avait fait maçonner par-dessus (Sand, Meunier d'Angib., 1845, p. 337).Les ouvriers commencent de construire leur mur sous les injures et les coups. Mais, ô merveille, soeur Léopold-Marie-Thérèse du Coeur de Jésus se couche tout de son long en travers de la porte et s'écrie: − Vous me maçonnerez sur le corps, mais je garderai le passage! (Barrès, Colline insp., 1913, p. 187).
REM.
Maçonné, adj. hérald.Bâtiment, mur maçonné. ,,Bâtiment, mur (dont les joints entre les pierres sont d'un émail particulier)`` (Past. Hérald. 1979; dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [masɔne], [mɑ-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « construire en maçonnerie» (Bueve de Hanstone, I, 6885 ds T.-L.); 2. ca 1200 «boucher (une porte) avec de la maçonnerie» (op. cit., 6897, ibid.); 3. 1873 «revêtir de maçonnerie» (Lar. 19e). Dér. de maçon*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 27.
DÉR.
Maçonnage, subst. masc.a) Action de maçonner; p. méton. ouvrage maçonné. Le vieil Arribial, tout pantois et tout crispé, s'étant laissé choir sur un banc de marbre scellé dans le maçonnage (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 340).Le Survenant vit tout ce qui penchait, ce qui cherchait à manquer ou qui voulait seulement faire défaut: (...) les clôtures à redresser, (...) les piquets à poser, le maçonnage de la cheminée (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 66).b) P. anal. [En parlant d'un animal] Action de construire son habitation à la manière d'un maçon. S'il [l'oiseau] choisit un nid naturel, comme fait la sitelle, au creux d'un arbre, il en rétrécit l'ouverture par un habile maçonnage (Michelet, Oiseau, 1856, p.220). [masɔna:ʒ], [mɑ-]. 1reattest. 1240 (ap. D'Herbomez, Étude sur le dialecte du Tournaisis au XIIIes., 31 ds Delb. Notes mss); de maçonner, suff. -age*. Bbg. Delb. Matér. 1880, p.194.

Wiktionnaire

Nom commun

maçonne \ma.sɔn\ féminin (pour un homme on dit : maçon)

  1. Ouvrière qui fait tous les ouvrages où il entre de la pierre, de la brique, du mortier, de la chaux dans le gros œuvre.
    • En ville, les femmes exercent quantité de métiers : un recensement fait au début du XIVe siècle en dénombre 125 ! Broderesses, chasublières, ferronnes, maçonnes, charretières, hongresses, lavandières de tête. — (Jean Rabaut, Histoire des féminismes français, Stock, Paris, 1978, page 18)
  2. Franc-maçonne.

Forme de verbe

maçonne \ma.sɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe maçonner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe maçonner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe maçonner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe maçonner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe maçonner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAÇON. n. m.
Ouvrier qui travaille à tous les genres de constructions, d'ouvrages pour lesquels on emploie principalement de la pierre, de la brique, du mortier, du plâtre. Maître-maçon, Artisan qui dirige les maçons, surveille leurs travaux et répond de leur ouvrage. Le maître-maçon a scrupuleusement suivi les indications de l'architecte. Aide-maçon, Manœuvre qui sert et aide le maçon, qui bat et gâche le plâtre et qui apporte les matériaux.

MAÇON se dit quelquefois pour Franc-maçon. Voyez FRANC-MAÇON.

Étymologie de « maçonne »

(XIVe siècle) Dérivé de maçon avec le suffixe -onne → voir maçonnesse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « maçonne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
maçonne masɔn

Citations contenant le mot « maçonne »

  • Soyez plutôt maçon si c'est votre talent. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, L'Art poétique
  • Dans son nouvel ouvrage, l'ancien officier de police judiciaire revient sur les investigations qu'il mena au sein de la franc-maçonnerie narbonnaise suite à une mort suspecte. Un récit empreint de vécu et d'authenticité. lindependant.fr, Narbonne : le dernier roman de Manuel Garcia mène l'enquête dans une loge franc-maçonne - lindependant.fr
  • RÉCIT - La gestion de la première Obédience franc-maçonne de France par le grand maître Jean-Philippe Hubsch est mise en cause par de hautes personnalités. Le Figaro.fr, Francs-maçons: le Grand Orient secoué par une crise interne
  • Il s’agit de l’osmie, une abeille sauvage, solitaire et maçonne, dont l’utilité dans la pollinisation des arbres fruitiers est largement reconnue. Elle nourrit ses larves de pollen et contribue à la fécondation des fleurs. Le genre osmia comporte trente-sept espèces en France (cornuta, rufa, bicornis…). , Environnement | L’osmie, abeille maçonne

Images d'illustration du mot « maçonne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « maçonne »

Langue Traduction
Anglais mason
Espagnol masón
Italien muratore
Allemand mason
Chinois 石匠
Arabe بناء
Portugais pedreiro
Russe каменщик
Japonais 石工
Basque hargin
Corse maçon
Source : Google Translate API

Maçonne

Retour au sommaire ➦

Partager