La langue française

Lieux

Sommaire

  • Définitions du mot lieux
  • Phonétique de « lieux »
  • Citations contenant le mot « lieux »
  • Images d'illustration du mot « lieux »
  • Traductions du mot « lieux »
  • Synonymes de « lieux »

Définitions du mot « lieux »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIEU1, subst. masc.

I. − Au sing. ou au plur. Portion déterminée de l'espace.
A. − [En constr. libre]
1. [L'espace est déterminé par sa situation dans un ensemble, par la chose qui s'y trouve ou l'événement qui s'y produit]
a) [Le subst., employé absol., est considéré d'une manière indéf.] Les mutuelles relations de tous les organismes vivant dans un seul et même lieu (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 7):
1. Vous (...) avez employé quelquefois comme personnage comique le dieu qui occupe je ne sais quel lieu dans l'espace, et qui met seulement, comme dans une de vos chansons, le nez à la fenêtre, pour se rire de la folie des hommes. P. Leroux, Humanité, t. 1, 1840, p. viii.
[Le subst. dans quelques expr. est coordonné à un mot évoquant une idée de temps] Tu as bien choisi le lieu et le moment (Claudel, Père humil.,1920, III, 1, p. 531).Qu'importe le lieu ou l'heure! (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 98).
Expressions
De lieu en lieu. Et tu errais de lieu en lieu, comme tous les gens maudits (Claudel, Échange,1954, II, p. 767).
En tout/tous lieu(x). Partout. Hauts fourneaux, forges, brasseries, raffineries de mélasses s'étaient élevés en tous lieux et absorbaient du combustible (Adam, Enfant Aust.,1902, p. 260).
À toute heure (en tout temps, à tout instant), en tout lieu. Toujours, partout :
2. Je pense à toi, je te vois, je t'adore, À tout instant, à toute heure, en tout lieu, Je pense à toi quand je revois l'aurore, Je pense à toi quand je ferme les yeux. Colette, Sido,1929, p. 111.
GRAMM. Notion, relation par laquelle un objet (ou le déroulement d'un procès) est situé dans l'espace. La relation de lieu peut être impliquée par le sémantisme des mots (...), par des préfixes (Lar. Lang. fr.).
De lieu.Qui exprime une relation de lieu; locatif.
Complément (circonstanciel) de lieu. Complément précisant l'endroit où l'on est, où l'on va, par où l'on passe. Il y a parenté entre les compléments de temps et les compléments de lieu (...) l'on construit : au même moment comme : au même endroit (G. Mauger, Gramm. pratique du fr. d'auj., Paris, Hachette, 1968, p. 315).
Préposition de lieu. Préposition introduisant un complément circonstanciel de lieu.
Adverbe, locution adverbiale de lieu. Adverbe, locution adverbiale fonctionnant comme un complément circonstanciel de lieu. L'adverbe relatif de lieu hors (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 123).Certains adverbes de lieu permettent au lecteur de s'orienter dans un livre (...) supra, infra, idem et passim (Gramm. Lar.1977).
b) [Le subst. est déterminé par l'ensemble dans lequel il se situe et qui est précisé]
[par le cont.] Le lieu était absolument désert. Il n'y avait pas une âme dans le bois ni dans la vallée (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 510).Le corps avait été trouvé, couché sur un banc de marbre rose, dans un lieu écarté, au sommet des jardins (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 195).
[par un compl. déterminatif] La présence actuelle de cette sphère en tel lieu de l'espace (Cournot, Fond connaiss.,1851, p. 43).La peste donc semble (...) affectionner tous les lieux du corps, tous les emplacements de l'espace physique, où la volonté humaine, la conscience, la pensée sont proches et en passe de se manifester (Artaud, Théâtre et son double,1938, p. 26).
En partic.
[L'espace est une région géogr.]
α) Localité, pays :
3. Je suis Tourangeau, j'habite Luynes, sur la rive droite de la Loire, lieu autrefois considérable, que la révocation de l'édit de Nantes a réduit de mille habitants, et que l'on va réduire à rien par de nouvelles persécutions, si votre prudence n'y met ordre. Courier, Pamphlets pol., Pétition aux deux Chambres, 1816, p. 3.
Nom* de lieux.
Lieu + dit + nom propre. Endroit généralement situé à la campagne et désigné traditionnellement par une particularité d'ordre topographique ou historique (cf. lieu-dit). L'an 1906, le dimanche 22 juillet, à une heure de relevée, à la requête de M. Lureux Étienne, fermier au lieu dit l'Épine, sis commune de Fonteneilles (R. Bazin, Blé,1907, p. 255).Toutes les localités ou propriétés appelées « la Commanderie » ont été bâties ou possédées par les chevaliers de l'Ordre de Malte (...) comme les lieux dits le « Temple » (Proust, Sodome,1922, p. 1104).
β) Habitation. (Être) sans feu ni lieu, n'avoir ni feu ni lieu. (Être) sans résidence fixe; (être) dans la misère. Je suis coquette, Je suis lorette, Reine du jour, reine sans feu ni lieu! (Nadaud, Chansons,1870, p. 23).Avec ces gens qui n'ont ni feu ni lieu (Lacretelle, Silbermann,1922, p. 144).
[L'espace est un livre] Il faudra que demain matin je recherche à quel lieu précis de l'Évangile intervient la parole : « À qui irions-nous, Seigneur? Vous avez les paroles de vie éternelle » (Du Bos, Journal,1927, p. 222).
Spécialement
ASTRON. ,,Point du ciel auquel répond une planète, une comète. Lieu astronomique, apparent, véritable`` (Ac.).
MATH. Lieu (géométrique). Ensemble de points jouissant de la même propriété. La droite en tant que déterminée par deux de ses points a pour opposé le lieu géométrique quelconque de tous les points dont la position est déterminée exclusivement par celle de points extérieurs (Hamelin, Élém. princ. représ.,1907, p. 83).
P. anal. Je suis le lieu géométrique de toutes les contradictions (Valéry, Corresp. [avec Gide], 1899, p. 366).
PHILOSOPHIE
Lieu intérieur, intrinsèque. ,,Étendue même d'un corps, qu'il emporte avec lui si on le déplace`` (Lal. 1968).
Lieu extérieur, extrinsèque. ,,Étendue qu'il [le corps] occupait et que l'on considère comme demeurant en place, tandis que le corps la quitte`` (Lal. 1968).
c) [Le subst. précédé d'un adj. poss. ou suivi d'un compl. prép., est déterminé par la chose (plus rarement la pers.) qui est située dans l'espace en question] On me cite là-bas, à Tours lieu de mon domicile, devant un juge d'instruction (Courier, Pamphlets pol., À réd. Constitutionnel, 1823, p. 202).Il continua donc d'errer en cherchant le lieu de l'embarcadère, autour de la longue maison châtelaine aux ailes inégales, comme une église (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 98).
Au fig. Place, rang, portion de l'espace qui est assignée, réservée à une chose ou à une personne. Si j'étais en votre lieu (...) je me dirais : Landry Barbeau m'a aimée quand je portais des guenilles (Sand, Pte Fad.,1849, p. 301):
4. J'essayerais vainement d'en donner l'analyse [de La femme au xviiiesiècle de E. et J. de Goncourt], car c'est une analyse déjà, mais dont chaque trait est groupé, rapporté à son lieu, et serré dans une trame. Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1862, p. 2.
DR. Chaque créancier viendra en son lieu (Ac.).
En lieu et place de qqn. À la place de quelqu'un dans l'exercice de ses droits, de ses fonctions. Il importait, dès lors, qu'il acquittât, en votre lieu et place, les 11 et demi pour 100 exigés par la Loi (Courteline, Client sér., Héritier, 1927, p. 151).Subroger quelqu'un en son lieu et place (Hanse1949).
Au/aux lieu et place de qqn. Même sens. C'est la société qui devient vraiment propriétaire des produits du sol : elle en dispose, aux lieu et place du propriétaire individuel (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 229).
C'est le lieu de + verbe à l'inf. C'est le moment et l'endroit opportuns de + verbe à l'inf. Mais ce n'était ni le lieu ni le moment de poser des questions (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1270).C'est sans doute le lieu de dire ici le service que j'eus l'occasion de rendre au maréchal French (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 479).
[Le compl. prép. est sous-entendu]
En temps et lieu. Au moment et à l'endroit opportuns. Je t'avertirai en temps et lieu (Musset, Lorenzaccio,1834, III, 1, p. 168).
En bon lieu. À l'endroit convenable. L'auteur, en cette circonstance, est semblable à un monsieur qui donnerait une poignée de main à une poignée d'amis, les chargeant de la porter en bon lieu (Verlaine, Dédic., Paris, éd. de Cluny, 1940 [1890], p. 66).
De bon lieu. De bonne source. J'ai appris cela de bon lieu, je tiens cela de bon lieu (Ac.).
d) [Le subst. est déterminé par le procès qui s'y déroule] Lieu de l'action, du délit. Le criminel revient toujours au lieu de son crime, comme le boomerang aux pieds de son maître (Giraudoux, Intermezzo,1933, I, 5, p. 36):
5. D'après mes propres conjectures sur le texte de l'anonyme (...), je pensais qu'il fallait chercher aux environs de Montilla le lieu mémorable où, pour la dernière fois, César joua quitte ou double contre les champions de la république. Mérimée, Carmen,1847, p. 3.
Unité de lieu. L'une des quatre règles du théâtre classique qui prescrivait que l'action s'accomplît au même endroit :
6. Quant à la règle de l'unité de lieu, elle n'est considérée comme impérieuse qu'à partir de 1631, sans d'ailleurs être prise dans toute sa rigueur, le lieu unique pouvant être une île, une ville, une province, ou même, selon Corneille (1634) ,,les lieux où l'on peut aller dans les vingt-quatre heures``. Ph. van Tieghem.Les Grandes doctrines littér. en Fr., Paris, P.U.F., 1968, p. 50.
2. [L'espace est qualifié par un adj. qui le caractérise dans ses dimensions, son aspect, sa qualité] Sa boutique, située place du Carrousel, était un lieu féerique où l'on trouvait toute chose à souhait (Murger, Scène vie boh.,1851, p. 182):
7. Fermé, sacré, plein d'un feu sans matière, Fragment terrestre offert à la lumière, Ce lieu me plaît, dominé de flambeaux, Composé d'or, de pierre et d'arbres sombres, Où tant de marbre est tremblant sur tant d'ombres Valéry, Charmes,1922, p. 149.
SYNT. Lieu caché, champêtre, charmant, désert, désuet, écarté, élevé, fatal, inaccessible, inconnu, lugubre, nouveau, sauvage, sinistre, tranquille, voisin.
B. − [Formant des syntagmes nom. plus ou moins figés]
1. [Avec un adj. qualificatif antéposé ou postposé ayant souvent une valeur déterminative]
a) [L'adj. n'est pas marqué stylistiquement]
Lieu public. Lieu ouvert librement au public (café, cinéma, restaurant). Une sottise que j'ai faite hier en me montrant dans un lieu public où Madeleine et Julie se trouvaient avec mon oncle (Fromentin, Dominique,1863, p. 223).
Lieu sûr. Lieu où l'on est en sûreté, où l'on ne risque rien. Être, mettre qqn en lieu sûr. Mais, même après l'avoir ramené en lieu sûr, Jos-Mari avait caché à son client la catastrophe (Peyré, Matterhorn,1939, p. 126).
Lieu commun. V. infra II B et commun.
b) [L'adj. est péj. ou laud.]
Haut lieu. V. infra II A 1 a.
Mauvais lieu. Maison de débauche. Je fis d'abord mes adieux aux tripots et aux mauvais lieux de Venise, de compagnie avec l'ingénu et doux vicomte (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 239).
Saint lieu, lieu saint, lieu sacré. Église, temple. Je ne dirai rien dans l'église, par respect pour le lieu sacré (Maurois, Silences Bramble,1918, p. 95):
8. Tous ces fronts prosternés, ce feu qui les embrase, Ces parfums, ces soupirs s'exhalant du saint lieu; Ces élans enflammés, ces larmes de l'extase. Tout me répond que c'est un dieu. Lamart., Médit.,1820, p. 229.
c) Position, situation dans une hiérarchie sociale ou politique.
De bas, de petit lieu (vieilli). De basse, de petite condition. Des conseillers sortis de petit lieu (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 386).Nous sommes pauvres et de bas lieu (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 183).
De haut lieu, de bon lieu (vieilli). De haute noblesse, d'origine honorable. Voyez-vous, qui ne naît pas de bon lieu finit toujours mal (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 51).Comme chien de haut lieu, comme chien familier avec des personnes trop élevées pour seulement se plaire à mes respects (Toepffer, Nouv. genev.,1839p. 106).
En haut lieu. Parmi les dirigeants, les cadres d'une nation, d'une entreprise, p. ex. On m'a demandé, en très haut lieu, pour une grande dame de votre connaissance, les costumes de Salammbô (Flaub., Corresp.,1863, p. 316).
2. [Avec un subst. compl. déterminatif]
a) Siège de la réalisation de quelque chose. Lieu d'origine. Il court au tombeau, enlève triomphant Juliette de ce lieu de mort (Delécluze, Journal,1827, p. 464):
9. − Levez-vous. Vos nom, prénoms? − Lédard François. − Lieu et date de naissance? − Amiens, 26 août 1895. Vercel, Cap. Conan,1934, p. 81.
Lieu d'édition, d'impression. Nom de la ville où l'ouvrage a été édité (ou publié), a été imprimé (d'apr. Rolland-Coul. 1969).
b) Lieu destiné spécifiquement à quelque chose. Un couvent! ce n'est pas un lieu de repos, un asile, une infirmerie! (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 127).
Lieu d'asile. Synon. de lieu de franchise.Et la cathédrale? Elle est lieu d'asile (Cocteau, Bacchus,1952, III, 1, p. 170).
Lieu de franchise*.
Lieu de plaisance. Endroit destiné à l'agrément. Jésus (...) prenait un peu de repos dans le verger d'un établissement agricole [probablement une exploitation d'huile] nommé Gethsémani, qui servait de lieu de plaisance aux habitants (Renan, Vie Jésus,1863, p. 352).
Lieu de sûreté. Lieu de franchise; fam. prison. Cet étourdi s'est fait mettre en lieu de sûreté (Ac.1835, 1878).
SYNT. Lieu d'agrément, de débauche, de délassement, de délices, d'horreur, de distraction, de luxe, de méditation, de passage, de pèlerinage, de perdition, de plaisir, de prière, de promenade, de rendez-vous, de repos, de réunion, de séjour, de travail.
C. − [Formant des loc.]
1. Loc. verb.
a) Avoir lieu. Se produire à un endroit ou à un moment donné. Le départ eut lieu à sept heures et demie, du moins pour le bataillon de Jerphanion (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 90).
Vieilli. Il y a lieu à + subst.Il y a + subst.Toutes les fois qu'on s'avance de deux cents lieues du midi au nord, il y a lieu à un nouveau paysage comme à un nouveau roman (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 2).Il allait falloir prendre des informations, vérifier les hypothèques, voir s'il y avait lieu à une licitation ou à une liquidation (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 102).
b) Avoir lieu de + verbe (souvent un verbe de sentiment) à l'inf.Avoir un motif de + verbe à l'inf. Nous avons lieu d'être inquiètes de ton sort (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 491).
Il y a lieu de. Il convient de. Il y a lieu de supposer que la rédaction en sera confiée au moine Didon Coupe-Têtes (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 150).
Plus rarement. Il y a lieu à. Mais il y a lieu à demander jusqu'à quel point nos inclinations, nos passions dépendent de nous (Maine de Biran, Journal,1816, p. 145).
Il y a tout lieu de. Il y a de bonnes raisons pour. Il y a donc tout lieu de croire qu'on ne trouvera jamais rien et que l'affaire sera bientôt classée (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 174).
[Dans une phrase hypothétique, souvent avec ell. du verbe] Elle décida, s'il y avait lieu, d'organiser seule sa défense (Radiguet, Bal,1923, p. 116).
c) Donner lieu
Donner lieu à + subst. Fournir le prétexte, l'occasion à + subst. Je vis et revis beaucoup d'amis, et qui me donnèrent lieu à de substantiels entretiens (Du Bos, Journal,1924, p. 143).
Donner lieu de + verbe à l'inf. Permettre, donner l'occasion de + verbe à l'inf. La maladie de ma grand'mère donna lieu à diverses personnes de manifester un excès ou une insuffisance de sympathie qui nous surprirent (Proust, Guermantes 2,1921, p. 325).
d) Tenir lieu de + subst. Remplacer, tenir la place de + subst. C'était (...) une forte ficelle qui tenait lieu de toute ceinture à notre personnage (Montherl., Célibataires,1934, p. 738).
2. Loc. adv.
a) En premier, en second... lieu. Premièrement, deuxièmement. Puisque ce qu'on avait cru probable d'abord s'est montré faux ensuite, et se trouve en troisième lieu être vrai (Proust, Guermantes 2,1921, p. 361).
b) En dernier lieu. Finalement, en définitive. J'insiste, décrivant l'expérience sous la forme donnée en dernier lieu (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 87).
3. Loc. prép. Au lieu de
a) [Pour opposer deux choses] Au lieu de + subst. Au lieu d'une fille, j'ai un fils (Éluard, Donner,1939, p. 14).
b) [Pour opposer deux actions ou deux états] Au lieu de + verbe à l'inf. Elle recula comme épouvantée, au lieu de tomber dans mes bras (About, Roi mont.,1857, p. 292).
Rare. Au lieu que de. Pourquoi ne voulez-vous pas venir à la maison comme je vous l'ai demandé, au lieu que de rester dans cette mauvaise cabane? (Claudel, Échange,1954, I, p. 752).
4. Loc. conj. Au lieu que
a) [Suivi d'un verbe à l'ind. pour opposer deux états, deux actions différentes] Le navigateur s'oriente d'après ces remarques; au lieu que les rossignols et les hirondelles sont portés d'un lieu à l'autre comme les nuages du ciel (Alain, Propos,1921, p. 307).Cette main toute froide, cette main comme de la pierre, au lieu qu'elles étaient si bonnes chaudes avant, si douces à tenir avant (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 218).
b) [Suivi d'un verbe au subj. pour opposer deux actions dont l'une seulement se réalise ou deux faits dont l'un seulement existe] Comme ma fenêtre donnait, au lieu que ce fût sur une campagne ou sur une rue, sur les champs de la mer (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 953).
II. − Au plur.
A. − Vieilli et littér. [Le plur. exprime la singularité]
1. Endroit où l'on se trouve. Le maître de ces lieux. Je quittais ces lieux le cœur ému, l'âme remplie d'enchantement (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 187):
10. Nous nous arrêtons dans ces citations si incomplètes, si difficiles à faire comprendre sans la musique et sans la poésie des lieux et des hasards, qui font que tel ou tel de ces chants populaires se grave ineffaçablement dans l'esprit. Nerval, Filles feu, Chansons et légendes du Valois, 1854, p. 637.
En partic.
a) Hauts lieux. ,,En Israël, lieu de culte situé sur une hauteur et souvent suspect à cause des pratiques idolâtriques qui s'y déroulaient`` (Foi t. 1 1968). Les rites cananéens ainsi repris étaient appliqués à Yahweh, seul Dieu; mais la dispersion des hauts lieux entraînait avec elle un péril d'idolâtrie (Théol. bibl.1970, s.v. montagne).
P. anal., au sing. ou au plur. Endroit où se sont accomplis de grands faits, endroit mémorable :
11. La Colline inspirée, de Barrès, est une légende d'une portée infinie. Elle montre à quel point la sainteté reste liée à certains sommets, depuis les origines de l'humanité (...). Il n'est pas impossible d'imaginer les événements extraordinaires qui ont ensanglanté ces hauts lieux, à l'aurore des sociétés humaines, et ont consacré ces éminences à jamais, dans l'obscure mémoire de l'espèce. J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 155.
P. métaph. Voici le plus haut lieu, en France, de la géographie romanesque (Mauriac, Mém. intér.,1959, p. 148).
b) Lieux réguliers. Parties intérieures du monastère réservées aux seuls religieux (d'apr. Lep. 1948).
c) Lieux saints. Région (Palestine, Galilée) où s'est déroulée la vie et spécialement la passion du Christ. Visiter les lieux saints. Les saints! L'atmosphère des saints! Respirer le parfum des saints! Aller de temps en temps dire la messe à leurs autels (Dupanloup, Journal,1863, p. 242).
2. Usuel et dans le vocab. jur.
a) Endroit où s'est déroulé un événement. Être, se rendre sur les lieux; les lieux du crime. Les départements de la Mayenne et d'Ille-et-Vilaine étaient alors commandés par un vieil officier qui, jugeant sur les lieux de l'opportunité des mesures à prendre, voulut essayer d'arracher à la Bretagne ses contingents (Balzac, Chouans,1829, p. 9).
b) Maison, immeuble. Aménagement, configuration, plan des lieux; maintien dans les lieux; visiter les lieux (synon. rare aîtres).
État des lieux. V. état I B 3.L'œil-de-bœuf est crevé au front des combles vides qu'on n'inspecte plus. Que manque-t-il encore à cet état des lieux? (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 221).
Vider* les lieux.
3. Lieux (d'aisance). Cabinets. Aller aux lieux. Comme une personne enfermée dans les lieux, qui demande à en sortir (Courteline, Femmes d'amis, Lauriers coupés, 1894, p. 183).
Lieux à l'anglaise. Latrines munies d'une cuvette fermée par une soupape qu'on ouvre à volonté. (Dict. xixes.).
B. − Lieux communs
1. RHÉT. Lieux (communs), lieux (oratoires). Sources où un orateur peut puiser des pensées et des preuves sur tous les sujets. Aristote a traité des lieux communs (Ac.).
Lieux (oratoires) extérieurs. Preuves, arguments qui se trouvent hors du sujet lui-même. Les lieux oratoires extérieurs, c'est-à-dire ceux qui sont placés hors du sujet, ne sont pas les mêmes pour toutes les espèces de discours (M. Domairon, Rhét. fr., Paris, Deterville, 1804, p. 219).
Lieux (oratoires) intérieurs. Preuves, arguments qui se trouvent dans le sujet lui-même. Les principaux lieux intérieurs (car il seroit trop long et même inutile de les parcourir tous) sont la définition, l'énumération des parties, la similitude, les contraires et les circonstances (M. Domairon, Rhét. fr., Paris, Deterville, 1804p. 207).
P. ext., au sing. et au plur. V. commun B 2.
Idée générale que l'on utilise pour étayer un sujet, une démonstration. On trouve, il est vrai, chez Bossuet des morceaux et de beaux lieux communs sur la mort, qui ont servi et resservi dans plusieurs de ses sermons ou de ses oraisons funèbres (Sainte-Beuve, Chateaubr., t. 2, 1860, p. 21).
Péj. Idée couramment reçue. Je me montre même plus prévenante, diseuse de banalités et de lieux communs : − Quel beau temps, monsieur Marin! (Colette, Cl. Paris,1901, p. 227):
12. « Dans une société qui répugne à la consommation, qui favorise les plus défavorisés et qui prône l'égalité des chances » (fin de citation), le lieu commun se développe et se reproduit admirablement, nul n'échappe à sa maligne prolifération dont les vecteurs principaux sont les médias. Le Monde dimanche,14 oct. 1979, p. I, col. 1.
P. anal., MUS. Des lieux communs mélodiques (Berlioz, À travers chants,1862, p. 323).
2. THÉOL. Lieux (communs), lieux (théologiques). Sources de la science théologique hiérarchiquement ordonnées et critiquées, où le théologien va prendre ses principes pour élaborer son argumentation et sa construction (d'apr. Foi, t. 1 1968).
Prononc. et Orth. : [ljø]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. lieue. Étymol. et Hist. A. 1. Fin du xes. loc « portion déterminée de l'espace » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 407); ca 1050 leu (Alexis, éd. Chr. Storey, 133); 2. 1remoitié du xiies. lieu saint « temple, église » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, XXIII, 3 [locus sanctus]); 1690 lieux saints « lieux de la vie du Christ, en Palestine » (Fur.); 3. 1260 tenir feu et leu « avoir un ménage et une maison » (Étienne Boileau, Métiers, 69 ds T.-L., s.v. feu); 4. 1538 lieu public (Est., s.v. statio); 5. 1690 lieu géom. (Fur.); 1691 lieu géométrique (Ozanam); 6. 1691 haut lieu « hauteur, colline sur laquelle les juifs élevaient des autels et faisaient des sacrifices » (Racine, Athalie, III, 6); 1931 au fig. « lieu mémorable théâtre de hauts faits » (J.-R. Bloch, Dest. du S., p. 155). B. Au plur. 1. a) 1538 dr. « endroit précis où un fait s'est passé » (Est., s.v. in); b) 1643 « endroit unique considéré ou non dans ses parties » (Corneille, Polyeucte, I, 3); 2. 1640 lieux « latrines » (Oudin Curiositez); 1802 lieux d'aisances (Flick, Nouv. dict. fr.-all. et all.-fr. d'apr. FEW t. 5, p. 392b); 3. 1690 « appartement, maison, propriété » (Fur.). C. Dans des loc. 1. a) ca 1100 estre es lius de « être à la place de » (Roland, éd. J. Bédier, 3016 : Seiez es lius Oliver e Rollant); b) ca 1160 en leu de « à la place de » (Eneas, 3554 ds T.-L.); c) 1531 au lieu de « id. » (Est., s.v. vicis); 2. 1155 tens et leu « au moment et à la place convenables » (Wace, Brut, 536 ds T.-L.); 3. a) ca 1200 (aimer) en haut lieu « (aimer) une personne de naissance noble » ([Châtelain de Couci], Chansons, éd. A. Lerond, VIII, 22), cf. lieu « place (d'une personne, d'un groupe) dans la hiérarchie sociale » (ca 1165, Benoît de Sainte-Maure, Troie, 7839 ds T.-L.); b) xiiies. de haut lieu « de naissance noble » (Guillaume au faucon, 216 ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 2, p. 99); c) 1863 en haut lieu « dans les milieux influents » (Flaub., Corresp., p. 316); 4. a) ca 1180 avoir bon lieu « être bien reçu, admis » (Proverbes au vilain, 187 ds T.-L. : bone parole bon lieu a); b) ca 1500 n'avoir nul lieu « ne pas se produire » (Commynes, Mémoires, VIII, 2, éd. J. Calmette, t. 3, p. 143); c) 2emoitié du xvies. avoir lieu « se réaliser (en parlant de souhaits) » (Cholières d'apr. FEW t. 5, p. 393a); d) 1611 il y a lieu de (Cotgr.); 1636 avoir lieu de (Corneille, Le Cid, III, 6); e) 1778 avoir lieu « prendre place (à un moment précis du temps) » (Buffon, Hist. nat. des oiseaux, t. 4, p. 104 ds Littré); 5. a) début du xiiies. lieu « passage d'un livre » (Maurice de Sully, Sermons, éd. C. A. Robson, 1, 89); b) 1538 en premier lieu (Est., s.v. cum); 6. a) 1374 tenir le lieu de « servir de » (N. Oresme, Livre de Yconomique, éd. A. D. Menut, p. 818 : en petite maison, le seigneur tient le lieu de curateur); b) 1534 tenir lieu de (Rabelais, Gargantua, VIII, éd. R. Calder et M. A. Screech, p. 65); 7. a) 1643 donner lieu de « fournir l'occasion » (Corneille, Polyeucte, IV, 3); b) 1656 donner lieu à (Pascal, Provinciales, VII ds Œuvres complètes, éd. L. Lafuma, 1963, p. 399b). D. 1. 1562 lieux communs « arguments, développements et preuves applicables à tous les sujets » (Bonivard, L'Amartigénée, 91 d'apr. FEW t. 5, p. 393a); 2. 1666 « banalité » (Molière, Le Misanthrope, II, 4). Du lat. locus « lieu, place, endroit », servant à traduire le gr. τ ο ́ π ο ς, dont il a pris les sens techn. « endroit d'un ouvrage », terme de rhét. loci communes « lieux communs », v. Ern.-Meillet. Bbg. Cohen 1946, p. 7; Un Terme de scénologie médiév. lieu ou mansion. In : [Mél. Huguet (E.)]. Paris, 1940, pp. 52-58. - Quem. DDL t. 15, 18, 21. - Wexler 1955, p. 83, 84, 86, 87, 88, 91.

LIEU2, subst. masc.

Poisson marin voisin du merlan. Synon. colin, merlan jaune.Un enfant de quinze mois était mort tout à coup, une petite fille, qui, la veille encore, mangeait son lieu séché, buvait l'eau du ciel, aussi bien que père et mère (Queffélec, Recteur,1944, p. 119).Lieu jaune et lieu noir ou colin noir (Clém.Alim.1978).
Prononc. : [ljø]. Étymol. et Hist. 1431 lief (Archives de Bretagne t. 1, 1883, p. 49 d'apr. Fonds Barbier); 1553 lieu (G. de Gouberville, Journal ds Poppe, p. 52). De l'a. nord. lýrr, lýr, de même sens (FEW t. 16, p. 494b). Fréq. abs. littér. : 27 209. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 54 493, b) 34 334; xxes. : a) 29 735, b) 32 937.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIEU. n. m.
Portion de l'espace, soit prise en elle-même, soit considérée par rapport à ce qui l'occupe. Lieu vaste, étroit, resserré. Lieu élevé, bas, enfoncé, souterrain. Lieu humide, marécageux, malsain. Lieu agréable, charmant, affreux, désert, solitaire, inhabité. C'est le plus beau lieu du monde. C'est un lieu de délices. Changer de lieu. En quelque lieu qu'il aille, il s'ennuie. Veuillez me dire votre lieu de naissance. Il se dit aussi par rapport à la destination. Un lieu d'assemblée, de récréation. Lieu public. Lieu privé. Le criminel était arrivé au lieu du supplice. Quel est le lieu du rendez-vous? Mettre une chose en lieu sûr, en lieu de sûreté. Le lieu saint, le saint lieu, L'église, le temple. Les saints lieux, Les lieux de la terre sainte qui sont célèbres par les mystères de notre rédemption. Visiter les saints lieux. Lieu de plaisance, Maison de campagne uniquement destinée à l'agrément. Il est vieux. Lieu de franchise, lieu d'asile, Lieu où, en vertu de quelque privilège, on est à l'abri de certaines poursuites. Les maisons des ambassadeurs sont des lieux de franchise. Autrefois les églises étaient des lieux d'asile. Mauvais lieu, Maison de débauche. Hanter, fréquenter les mauvais lieux. Lieux d'aisances, ou simplement Lieux, Les latrines. Il se dit également d'un Endroit désigné, indiqué; et alors on le met souvent au pluriel. Nous irons sur les lieux. Se transporter sur les lieux. Les juges ordonnèrent une descente sur les lieux. Une descente de lieux. Il se prend aussi, surtout au pluriel, pour les Appartements et les différentes pièces d'une maison, d'une ferme, etc. Il faut visiter les lieux et voir s'ils sont en état. Réparer les lieux. État des lieux. État de lieux. Prov., N'avoir ni feu ni lieu, Être vagabond, sans demeure assurée; ou Être extrêmement pauvre. En termes de Géométrie, il se dit d'une Ligne droite ou courbe, dont tous les points servent à résoudre un problème qui a une infinité de solutions. Lieu géométrique. En termes d'Astronomie, il se dit du Point du ciel auquel répond une planète, une comète. Comme nous les voyons de la surface de la terre, nous les rapportons à un point différent de celui où elles seraient vues du centre de la terre; ce qui fait qu'on distingue le Lieu apparent du Lieu véritable : la différence s'appelle Parallaxe. Lieu astronomique. Il a signifié encore Place, rang. Il tient le premier lieu. Il faut que chaque chose y soit en son lieu, Il faut que chaque chose soit à la place qui lui convient. Il se dit surtout en termes de Procédure. Chaque créancier viendra en son lieu. En termes de Procédure, Être au lieu et place de quelqu'un, Avoir la cession de ses droits et actions. On dit de même Subrogé en son lieu et place. En premier lieu, en second lieu, en troisième lieu, en dernier lieu, Premièrement, secondement, troisièmement, enfin. Tenir lieu de, signifie Remplacer, suppléer. Votre amitié me tient lieu de tout. Ses agréments lui tiennent lieu de jeunesse. Il vous a tenu lieu de père. Il s'est pris autrefois pour Maison ou famille, comme dans ces phrases : Cette personne est de bon lieu, Elle est de bonne famille. Il s'est allié en bon lieu, Il s'est bien allié. Il sent le lieu d'où il vient, Il a les habitudes, les goûts des gens de sa classe. Fam., On a parlé de vous en bon lieu, On a parlé de vous en bonne compagnie. En haut lieu, Auprès d'un souverain, d'un prince, ou de quelque personnage important d'où dépend celui qui est en question. Être bien vu en haut lieu. Il lui revint qu'on n'était pas satisfait de lui en haut lieu. Il signifie aussi l'Endroit, le temps convenable pour dire, pour faire quelque chose. Ce n'est pas ici le lieu de parler de cela, le lieu de disputer. Nous en parlerons en temps et lieu. J'ai parlé de ce fait en son lieu. Ce n'est ni le temps ni le lieu de me demander cela. Il signifie au figuré Moyen, sujet, occasion. J'ai lieu de me plaindre de votre conduite à mon égard. Je n'ai pas donné lieu à vos reproches. Il n'y a pas lieu de douter, de craindre, d'espérer. Je vous avertirai, s'il y a lieu. Avoir lieu se dit en parlant de l'Époque d'un événement. Cet événement eut lieu en dernier. La séance publique aura lieu à la fin de ce mois.

LIEU s'est dit aussi d'un Endroit ou passage d'un livre. En quel lieu Platon l'a-t-il dit? Aristote dit dans plus d'un lieu... Lieux communs. Voyez COMMUN.

AU LIEU DE, Locution prépositive. À la place de, en place de. Au lieu de mon frère que j'attendais, il est venu un homme de sa part. Que mettez-vous au lieu de cette phrase que vous avez ôtée? Cet officier servira au lieu de tel autre. J'ai pris un volume de Racine, au lieu d'un volume de Corneille.

AU LIEU DE marque aussi Opposition, différence. Au lieu de secourir son ami, il l'a abandonné. Au lieu d'étudier, il ne fait que se divertir.

AU LIEU QUE, Locution conjonctive qui marque une opposition entre deux actions, entre deux états. Il ne songe qu'à ses plaisirs, au lieu qu'il devrait veiller à ses affaires.

Phonétique du mot « lieux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lieux ljø

Citations contenant le mot « lieux »

  • L'imaginaire et le réel sont deux lieux de la vie. De Jacques Lacan / Ornicar ?
  • Notre mère que du nom de savante on honore en tous lieux. De Molière / Les Femmes savantes
  • Il ne faut pas médire des lieux communs, il faut des siècles pour en faire un. De P.J. Stahl
  • Les lieux communs ont un intérêt éternel. De Joseph Joubert
  • L'impatience est en tous lieux. De Saint-John Perse
  • Les lieux communs sont assez désagréables ; mais les lieux semi-communs sont franchement répugnants. De Eugenio d’Ors Y Rovira / Les dialogues de la passion méditative
  • Un lit est le meilleur des lieux de rendez-vous. De Thomas Overbury
  • La mémoire rend les êtres et les lieux impalpables. De Dominique Blondeau / Les Errantes
  • Les repas sont les lieux innocents de la société. De Jean-Baptiste Massillon
  • La patrie est aux lieux où l’âme est enchaînée. De Voltaire / Le fanatisme
  • Le démon fréquente les lieux arides. De Charles Baudelaire / Le spleen de Paris
  • En tout temps, en tous lieux, le public est injuste. De Voltaire / Epître à Melle Clairon
  • Ecarte-toi des lieux où l'on parle ou trop fort ou trop bas. De Proverbe français
  • Les urnes électorales sont davantage des corbeilles à papier que des lieux de réflexion. De José Artur
  • Le poulailler est un palais doré pour le coq malgré la puanteur des lieux. De Proverbe agni
  • Pour lutter contre la propagation du coronavirus, le port du masque chirurgical ou "grand public" (en tissus) était déjà obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai. Il est désormais imposé à tout le monde dans de nombreux lieux publics clos dont voici la liste. Le décret est paru ce lundi matin. ladepeche.fr, Coronavirus : voici la liste des lieux publics clos où le port du masque est obligatoire dès ce lundi - ladepeche.fr
  • Sans attendre la publication du décret attendu ce lundi, le ministère de la Santé a publié ce dimanche sur son site la liste des lieux clos dans lesquels les masques seront obligatoires dès ce lundi 20 juillet.   lindependant.fr, Découvrez la liste des lieux où le port du masque sera obligatoire dès ce lundi - lindependant.fr
  • L’obligation de porter un masque dans les lieux publics clos afin de prévenir la reprise de l’épidémie est entrée en vigueur lundi. L’amende pour non-port du masque est de 135 euros, alors que le Covid-19 circule toujours sur l'île, où 23 cas ont été détectés depuis le 1er juillet. France 3 Corse ViaStella, Le port du masque désormais obligatoire dans les lieux publics clos, 135 euros d’amende en cas d’infraction
  • Masque obligatoire dans les lieux clos : «Je suis les règles, mais c’est chiant» Libération.fr, Masque obligatoire dans les lieux clos : «Je suis les règles, mais c’est chiant» - Libération
  • Le masque est obligatoire depuis ce lundi 20 juillet dans tous les lieux publics clos. Si la définition de "lieu public clos" attend d'être précisée, le bon sens impose le port du masque dans tous les lieux fermés et recevant du public. Petit tour de vérification dans des commerces de Nantes. France 3 Pays de la Loire, Coronavirus : le masque obligatoire dans les lieux publics, une mesure bien suivie à Nantes, avec quelques oublis
  • Certains ne le quittent plus même lorsqu’ils marchent dans la rue. D’autres, en revanche, semblent avoir plus de mal à se plier au port du masque dans les lieux publics clos. C’est pourtant obligatoire depuis hier matin au risque de se voir infliger une amende de 135 euros. "Qui va me la mettre" fanfaronne Cyan du haut de ses "à peine 20 ans". "À moins qu’ils y soient confrontés directement par hasard, avec ce qu’ils ont déjà à faire par ailleurs, je vois mal les policiers faire la chasse aux récalcitrants", avance sa tante en sortant un masque de son sac manière de dire moi, je respecte les consignes. Et comme elle, les grands ruthénois semblent s’y être pliés sans problème. Encore faudrait-il mieux attendre aujourd’hui mardi pour s’en rendre vraiment compte, car comme dans la majorité des villes françaises de nombreux commerces ont rideau baissé le lundi. Pour autant, il suffisait de faire un tour chez ceux qui étaient ouverts pour constater que les directives du gouvernement et de l’OMS ont été assez bien suivies. ladepeche.fr, Rodez. Dans les lieux publics on avance désormais masqué - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « lieux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lieux »

Langue Traduction
Anglais places
Espagnol lugares
Italien luoghi
Allemand setzt
Chinois 地方
Arabe أماكن
Portugais lugares
Russe мест
Japonais 場所
Basque places
Corse lochi
Source : Google Translate API

Synonymes de « lieux »

Source : synonymes de lieux sur lebonsynonyme.fr
Partager