La langue française

Leurs

Sommaire

  • Définitions du mot leurs
  • Phonétique de « leurs »
  • Citations contenant le mot « leurs »
  • Images d'illustration du mot « leurs »
  • Traductions du mot « leurs »
  • Synonymes de « leurs »

Définitions du mot leurs

Trésor de la Langue Française informatisé

LEUR2, LEURS, adj. poss.

Adjectif possessif de la troisième personne, des deux genres, singulier (leur) ou pluriel (leurs), indiquant qu'il y a plusieurs possesseurs, par opposition à son, sa, ses.
I. − Adj. épithète
A. − Valeurs sém.
1. Relation possessive
a) [Rapport de possession, d'appartenance, de parenté; les possesseurs sont des être animés, le plus souvent des pers. du sexe masc. ou fém.] Qui appartient à eux, à elles; qui est/sont d'eux, d'elles.
Au sing. [Un seul objet ou être possédé] Ils partageraient leur temps entre la rédaction de leur livre, le jardinage et la peinture murale (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 212).
Au plur. [Plusieurs objets ou êtres possédés] Un de ces garçons à grosse tête qui passent leurs récréations à rêver dans un coin (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 27):
1. Ils oublient tout, tout au monde, leur maison, leur famille, leurs enfants, leurs affaires, leurs soucis pour regarder dans les remous ce petit flotteur qui bouge. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Jour de fête, 1886, p. 1055.
b) Plus rare. [Relation plus lâche : le possessif remplace tout syntagme nom. introduit par de; les possesseurs sont des choses concr. ou abstr. (p. oppos. à en, il s'agit de choses personnifiées ou de choses déterminées et individuelles, ou bien on veut éviter une équivoque)]
Au sing. Vous verrez en entrant, à la sérénité des visages ou à leur altération, l'état des choses (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1650).Des bois de pins qui envoient jusqu'à nous leur bonne senteur résineuse (Du Camp, Hollande,1859, p. 3).Un pot d'eau, dans lequel il jetait des citrons avec leur écorce (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 238).
Au plur. Des hôtels en construction dressaient leurs échafaudages sous le ciel noir (Zola, Nana,1880, p. 1374).Ces quelques lettres la touchèrent même si vivement qu'elle les conserva. On a retrouvé leurs cendres dans la cheminée de sa chambre (Bourget, Disciple,1889, p. 170).Exiger qu'on pousse à leurs dernières conséquences les hérésies qui les avaient détrônés (Renan, Avenir sc.,1890, p. 521).
Rem. ,,Le possessif en relation avec un nom de chose tend à gagner du terrain; de bons écrivains l'ont employé, pour rendre, consciemment ou non, la présentation moins abstraite, plus expressive`` (Dauzat, Gramm. raisonné de la lang. fr., p. 275 ds Thomas 1956 et ds Dupré 1972).
c) [Placé devant un adj. au comparatif, sert à former un superl. relatif] Leur meilleur ami; leurs plus chers désirs; leurs plus beaux habits. Ses deux fils aînés, laissant le deuil sous la conduite de Philippe, leur plus jeune frère (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 345).Mais qu'ils sont rares les hommes qui du plaisir d'observer se font leur plus chère étude! (Bonstetten, Homme Midi,1824, p. iv):
2. ... à l'instigation de Fébriano il retint Chactas au fort Rosalie. « Plus ce vieillard est renommé, dit le commandant, plus il est utile de priver les rebelles de leur meilleur guide... » Chateaubr., Natchez,1826, p. 261.
2. Valeurs hypocoristiques (les possesseurs étant des pers.). [Outre les rapports de parenté, d'appartenance, de possession, leur/leurs peut exprimer divers rapports de connexité]
a) [Une valeur d'affection, d'intérêt, de sympathie] Ces diables d'affections des voies respiratoires vous avilissent leur homme (Mérimée, Lettres Viollet-le-Duc,1869, p. 163).Deux guides (...), chaque matin, venaient voir si leur monsieur était disposé (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 143):
3. Ces explications étaient évidemment destinées au public. M. Kahn et Du Poizat, qui connaissaient leur Rougon, tâchèrent par des phrases habiles de savoir la vérité vraie. Zola, E. Rougon,1876, pp. 43-44.
b) [Une valeur péj. de mépris, de dédain, souvent en corrélation avec un adj. dém. péj.; peut renvoyer à un représentant plur. sous-entendu dans le discours] C'est à se casser la tête. Au diable leur noce! Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit (Musset, Lorenzaccio,1834, I, 2, p. 87).Qu'est-ce qu'ils me chantent donc avec leur Orient? (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 66):
4. Nous dînerons ensemble. Nous nous amuserons chez toi (...). Tous ces restaurateurs, avec leurs coulis, leurs sauces, leurs vins, empoisonneraient le diable. Balzac, Gobseck,1830, p. 415.
c) [Une valeur d'habitude ou une circonstance occasionnelle] Elles ont leur migraine; ils sont éloquents à leurs heures; ils prennent leur café. Un vieux compte resté en litige depuis leurs années de Saumur (Courteline, Train 8 h 47,1888, 3epart., 2, p. 226):
5. Les femmes se levèrent, jetèrent un manteau sur leurs épaules nues, se secouèrent toutes frissonnantes et suivies par les hommes qui interrompaient leur pipe ou leur partie de bézigue... Huysmans, Marthe,1876, p. 14.
B. − Valeur collective et valeur distributive
1. Valeur collective. [Un groupe de possesseurs est globalement déclaré posséder]
a) [un seul être ou objet] Ils [un père de famille et sa femme] aiment leur enfant. Nous trouvâmes les deux sœurs, qui reçurent leur ancienne élève avec transport (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 84):
6. ... ils posséderaient un domicile à eux! − et ils mangeraient les poules de leur basse-cour, les légumes de leur jardin... Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 14.
b) [plusieurs êtres ou objets] Ils [un père de famille et sa femme] aiment leurs enfants. Ils introduisent des baladins dans leurs grands festins (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 297).Les convives (...) voulurent reprendre leurs plaisanteries (Zola, Germinal,1885, p. 1316).Quand elles [les grandes personnes] me prenaient dans leurs bras, il ne me déplaisait pas d'avoir un léger dégoût à surmonter (Sartre, Mots,1964, p. 63).
2. Valeur distributive. [Chacun des possesseurs est déclaré en ce qui le concerne posséder]
a) [un être ou un objet] Ils [deux pères de famille] aiment leur/leurs enfant(s) (chacun aime son enfant; sing. et plur. également possibles).
Au sing. Dans les poches des petites filles, on trouve tout, excepté leur mouchoir (Dumas fils, Ami femmes,1864, I, 4, p. 60).Des jeunes femmes (...), recueillies dans la joie de revoir leur fiancé ou leur mari (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 20):
7. Il traversa la salle de classe vide et glacée. Sur le tableau noir les quatre fleuves de France, dessinés avec quatre craies de couleurs différentes, couraient vers leur estuaire depuis trois jours. Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1609.
Au plur. Malgré tout, ils les aiment bien, leurs mères! (Loti, Mon frère Yves,1883p. 15).Ils enfourchèrent leurs bicyclettes (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 229):
8. ... elles étaient chez elles. Leurs visages blanchis, tachés du rouge des lèvres et du noir des paupières, prenaient dans l'ombre le charme troublant d'un Orient de bazar à treize sous... Zola, Nana,1880, p. 1312.
b) [plusieurs êtres ou objets] Ils aiment leurs enfants (chacun des deux pères de famille aime ses enfants). L'illustre inventeur fait une remise aux journaux qui voudront l'offrir en prime à leurs abonnés (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 236).
Rem. Le plur. s'emploie aussi pour souligner une idée de réciprocité, d'échange ou de compar., de jonction. Ils ont échangé leurs coiffures; leurs regards se croisèrent.
3. [Dans la lang. écrite, le poss. peut être énoncé avant le possesseur] Dans tous leurs écrits, nos auteurs font l'éloge de la nature (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 134).Il entendait rouler sur leur tringle les anneaux de fer des lits (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 13).
4. [Leur peut être renforcé]
a) [par seul, par propre (sens réfl.)] Ceux qui s'y pencheront retrouveront leur propre image dans cette eau profonde et triste (Hugo, Contempl., t. 1, 1856, p. 5).
b) [par un compl. précisant l'identité ou le nombre, à eux, à tous] Cela lui coûtait de renoncer à elle; mais il sacrifiait sa passion à leur bonheur à tous deux (Zola, E. Rougon,1876, p. 124).Leur affaire était bonne, à tous deux! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart., 10, p. 210).
5. [Employé avec chacun] Chacun de son côté/de leur côté (v. chacun I A 3 a).
6. [Leur/leurs est]
a) [répété]
[Devant des subst. coordonnés ou juxtaposés] Leurs enfants, leurs cousins. Le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman (Prévert, Paroles,1946, p. 120).
[Devant des adj. se rapportant à des subst. qui désignent des êtres constituant des catégories différentes] Leurs grands et leurs petits enfants. [Devant des adj. exprimant des qualités incompatibles entre elles (de sens opposé)] Leurs bons et leurs mauvais côtés.
b) [non répété]
[Devant des subst.]
[Subst. sing. formant groupe, dans des expr. figées] Leurs fils et fille; en leur âme et conscience. La peine (...) peut être demandée (...) contre chacun des cohéritiers pour leur part et portion (Code civil,1804, art. 1232, p. 221).Il (...) les exhorta à quitter leurs père et mère pour suivre Jésus-Christ (France, Mir. Gd St Nic.,1909, p. 91).
[Subst. sing. désignant le même personnage] Leur seigneur et maître; leur cousin et ami; leur oncle et parrain; leur tuteur et conseiller. Tous les matins à six heures, la femme millionnaire, une vraie dame, était habillée ainsi que « sa demoiselle », prêtes à aider leur nièce et cousine par alliance (Proust, Temps retr.,1922, p. 845).
[Subst. plur. formant groupe] Leurs amis et connaissances; leurs faits et gestes; leurs allées et venues; à leurs frais et dépens. La Guillaumette et Croquebol durent décliner leurs noms et qualités (Courteline, Train 8 h 47, 2epart., 5, p. 134).Et maintenant pourquoi ont-ils inscrit sur le mur, à leurs risques et périls, ce signe que Dieu leur avait défendu? (Claudel, Soulier,1929, 2ejournée, 13, p. 762).
[Devant des adj. se rapportant au même subst., ou de sens voisin ou exprimant des qualités compatibles entre elles] Leur généreux et cordial accueil. Lire dans la pensée de leur implacable et puissant maître (Bourget, Disciple,1889, p. 239).
Rem. Cette règle n'est pas toujours appliquée. La répétition se fait pour des raisons d'euphonie (,,l'oreille décide`` (Littré)) ou d'insistance : leur généreux, leur cordial accueil.
7. [Le poss. désigne souvent]
a) [le suj. de l'action impliquée dans le subst.] Leur arrivée (le fait qu'ils arrivaient); leur aide nous a été précieuse (le fait qu'ils nous ont aidés).
b) [l'obj. de l'action] Leur expulsion (le fait qu'on les expulse); leur condamnation (le fait qu'on les a condamnés).
II. − Adj. poss. de forme tonique, attribut du suj. ou du compl. d'obj. (littér.). [Après des verbes tels que être, faire, regarder comme] Ici tout est leur; ils considèrent comme leur votre succès; ils regardent cette terre comme leur; ils ont fait leur cette proposition, ils ont fait leurs ces propositions (v. faire1III C 2 b, mien, tien, sien et aussi nôtre, vôtre).
Être leur. Leur appartenir vraiment, être leur propriété.
Faire leur. S'approprier :
9. La plupart de ceux qui suivirent la semaine de prières aurait fait leur, par exemple, le propos qu'un des fidèles devait tenir devant le docteur Rieux : « De toute façon, ça ne peut pas faire de mal. » Camus, Peste,1947, p. 1293.
Prononc. et Orth. : [lœ:ʀ]. Homon. leurre. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. leur3. Bbg. Eschmann (J.). Die Numerusmarkierung des Substantivs im gesprochenen Französisch. Tübingen, 1976, pp. 76-77. - Tilander (G.). Un Probl. syntaxique de l'a. fr. je lui donne = je le lui donne. Romania. 1937, t. 63, pp. 31-47. - Togeby (K.). Suus et illorum dans les lang. romanes. R. rom. 1968, t. 3, no1, pp. 66-71. - Wunderli (P.). Strukturen des Possessivums im Afrz. Vox rom. 1977, t. 36, pp. 38-66.

LEUR3, LEURS, pron. poss.

Combiné avec l'article, pronom possessif de la troisième personne (le leur, la leur, les leurs) qui s'emploie lorsqu'il y a plusieurs possesseurs au masculin ou au féminin, que l'être ou la chose possédée soit du masculin ou du féminin; leur prend un s lorsque l'être ou la chose possédée est un substantif au pluriel, soit masculin, soit féminin; l'article se contracte avec les prép. à et de : au leur, aux leurs, du leur, des leurs.
A. − Pron. poss. représentant des subst. plur. précédemment énoncés. Ce, celui, celle/ceux, celles qui est/sont à eux, à elles.
1. Le leur. [L'être ou la chose possédée est au masc. sing. (contracté en au leur, du leur)] Si mon plumage au leur ne ressemble pas bien, J'en suis fâché, mais leur cœur et le mien Ont une grande ressemblance (Florian, Fables,1792, p. 43).Il voit des hommes heureux de son propre bonheur, comme il l'est du leur (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1882).Maintenant, moi, j'ai fait mon devoir; voyons si les autres feront le leur (Meilhac, Halévy, Froufrou,1869, III, 10, p. 113).
Chacun le sien/le leur (v. chacun I A 3).
2. La leur. [L'être ou la chose possédée est au fém. sing.] Bicêtre est avec sa femme, Linois et Caffin sont avec la leur, Hotot est avec Félicité, chacun sa chacune (Vidocq, Mém., t. 3, 1828-29, p. 194).Mon frère, mon frère, la malédiction de nos enfants est épouvantable; ils peuvent appeler de la nôtre , mais la leur est irrévocable (Balzac, E. Grandet,1834, p. 64):
1. anne vercors : C'est cela, nous sommes trop heureux. Et les autres pas assez. la mère : Anne, ce n'est pas de notre faute. anne vercors : Ce n'est pas de la leur non plus. Claudel, Annonce,1948, I, 1, p. 149.
3. Les leurs. [L'être ou la chose possédée est au masc. plur. ou au fém. plur. (contracté en aux leurs, des leurs)] Des ames élevées comme les leurs (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 298).Nos généraux et nos états-majors ne le cèdent en rien aux leurs (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 636).
B. − Pron. poss. à valeur de subst. (nominal)
1. Les leurs, masc. plur. (plur. de les siens). Leur famille, leurs parents, leurs amis, leurs proches, ceux qui appartiennent au même groupe social, au même parti (par exemple leurs soldats, leurs alliés, leurs compagnons), ceux qui leur sont attachés. Pour eux et pour les leurs; eux et les leurs; c'est un des leurs (cf. mien, tien, sien). La tombe où les proches vont cherchant à petits pas la pierre des leurs parmi les pierres (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 664).Sans doute les de Tanton avaient reçu du roi ces armes étonnantes depuis qu'un des leurs, portant devant le souverain l'écu de France (H. Bazin, Vipère,1948, p. 143):
2. Quant à moi, je resterai en relations après la guerre avec les fermiers chez qui j'ai travaillé pendant quatre ans. Ils m'ont traité comme un des leurs. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 196.
P. ext. Des leurs (avec le verbe être). Avec eux, parmi eux, chez eux, dans leur intimité. Être des leurs. Être leur(s) invité(s). Nous serons des leurs dimanche. Finalement, il demanda à Longuemare s'il voulait être des leurs. − Venez, lui dit-il, vous serez le médecin de l'établissement (France, Jocaste,1879, p. 155).Je baisais leur main quand je les rencontrais, j'étais des leurs (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1588).
2. Loc. verb., fam. Faire des leurs (plur. de faire des siennes (cf. sien); des leurs est subst. fém.). Faire de mauvais tours, de mauvaises plaisanteries ou commettre des maladresses (habituelles ou caractéristiques). Ils/elles ont encore fait des leurs. Causant, riant, faisant des leurs, Les amours suivent sur deux lignes (Béranger, Chans., t. 3, 1829, p. 126).
3. Du leur, masc. sing. à valeur de neutre
a) Vx, rare. Ce qui est à eux, à elles. Qu'ils le gardent ce qu'ils ont, je ne veux rien du leur (Ac.1878).
En partic. De leur argent ou de leur travail, de leur peine. Elles dépensaient sa maigre pension à sa nourriture [de leur père], à son entretien, en ajoutant beaucoup du leur (Zola, Fécondité,1899, p. 628).Ceux-là avaient peu reçu et beaucoup dépensé. Ils en étaient du leur et réclamaient leur paiement (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 387).
b) Loc. verb. Y mettre du leur (plur. de y mettre du sien; v. mettre et sien). Donner, payer de leur personne, faire chacun des efforts, y mettre de la bonne volonté; en partic. faire des concessions, se montrer conciliant. Ils y ont mis du leur (Ac.1935).
Rare. Y mettre des propos de son propre cru. La Pucelle exprime ses propres sentiments. (...) il y a lieu de rechercher si les clercs qui tinrent la plume n'y mirent pas du leur (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 289).
P. anal. [Le suj. désigne une chose] :
3. ... la grandeur d'un politique se mesure assez bien au mépris qu'il marque pour les pauvres mots de chacun. Mais les politiques ne sont pas si malins, ni les braves gens si naïfs : je serais étonné si les mots n'y mettaient pas du leur. Car je vois bien qu'ils me manquent à moi. Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p. 23.
Prononc. et Orth. : [lœ:ʀ]. Homon. leurre. Pas de liaison entre le pron. poss. et un mot suiv. dans ce type de phrase : nos arbres ont grandi, les leurs/un peu moins; j'ai reçu mes livres, les leurs/arriveront demain. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Poss. se référant à la 3epers. du plur. des 2 genres, cas suj. et cas régime, déterminant un subst. sing. ou plur., v. G. Moignet, Gramm. de l'a. fr., Paris, Klincksieck, 1973, p. 114. A. Art. poss. atone 1remoitié xes. (Jonas, éd. G. de Poerck, 124 : lor peccatum); 2emoitié xes. (St Léger, éd. J. Linskill, 120 : Que s'ent ralgent [St Léger et Ebroïn] in lor honors); id. (ibid., 117 : Vindrent parent e lor amic [de St Léger et d'Ebroïn]); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 604 : Lur cumpainie fut bone ed honorethe); forme fléchie ca 1175 lors (Chronique ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 6161 : il tendent lors paveillons). B. Adj. poss. tonique, v. G. Moignet, op. cit., pp. 120-121; 1. ca 1050 avec détermination de l'art. déf. (St Alexis, 585 : le lur voil); 2. ca 1100 adj. poss. précédé de l'art. déf. et non suivi de subst., appelé d'ordinaire « pronom possessif » (Roland, éd. J. Bédier, 2941 : L'anme del cors me seit oi departie, Entre les lur aluee e mise); 3. ca 1100 substantivé plur. les lor désignant les hommes d'un groupe, d'une troupe (ibid., 1445); ca 1165 id. sing. le lor désignant le bien, l'avoir (Benoît de Ste-Maure, Troie, 6892 ds T.-L.); 4. apr. 1170 fonction d'attribut lor (Wace, Rou, éd. J. Holden, III, 7824). Du lat. illorum, génitif masc. plur. du dém. ille, v. il, le art. déf.; étant donné l'existence du corresp. roum. lor, l'aphérèse subie par la forme [ellór] est prob. antérieure à 271, cf. lui. En lat. vulg. illorum, génitif poss. (qui élimine peu à peu le fém. illarum) tend à remplacer suus : cf. dès Plaute, Bacch., 545 : illorum mores; Truc., 159 : et nostram et illorum vicem; v. TLL s.v. ille, 351, 31-43; v. aussi Vään., § 284. Fréq. abs. littér. Leur: 132 363. Leurs : 74 132. Fréq. rel. littér. Leur : xixes. : a) 222 213, b) 164 875; xxes. : a) 176 142, b) 179 030. Leurs : xixes. : a) 138 961, b) 105 026; xxes. : a) 97 998, b) 82 244.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif possessif

leurs \lœʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Troisième personne du pluriel. Qui sont à eux. Plusieurs possesseurs et plusieurs objets.
    • Ces braves gens n’avaient pas l’air candide et pur d’un jeune séminariste, oh ! non. On voyait à leurs traits durs et prononcés, à leur teint hâlé, à leur front sillonné, que les passions — et quelles passions ! -, que les passions avaient passé par là, et qu’ils avaient mené une vie, hélas ! bien orageuse, ces honnêtes compagnons. — (Eugène Sue, Kernok le pirate, 1830, chap.6)
    • La plupart des passagers sont des marchands danois qui vont visiter leurs comptoirs d’Islande ou leurs pêcheries des îles Féroë. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 24)

Adjectif possessif

leurs \Prononciation ?\ masculin et féminin identiques

  1. Leurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LEUR. Pronom personnel pluriel de la troisième personne des deux genres
. À eux, à elles. Il s'emploie toujours comme complément d'attribution : Je leur en parlerai; Je le leur ai refusé (à eux, à elles); Ces arbustes vont périr, si on ne leur donne de l'eau (à eux); Cette nouvelle leur a été très pénible (à eux).

LE LEUR, LA LEUR, LES LEURS, pronom possessif des deux genres, sert à marquer qu'un Être ou qu'une chose est la possession d'un autre être ou d'une autre chose. Les gens sages conservent leurs amis, et les fous perdent les leurs. Mes chiens ont manqué leur cerf, les vôtres ont pris le leur. Vos orangers ont perdu la moitié de leurs feuilles, les miens ont encore toutes les leurs.

LE LEUR est aussi employé comme neutre et signifie Ce qui est à eux, ce qui est à elles, ce qui est leur bien propre. Ils y ont mis du leur.

LES LEURS signifie quelquefois Leurs parents, leurs amis, ceux qui leur sont attachés. Ils travaillent pour eux et pour les leurs. Je m'intéresse à eux et aux leurs.

Phonétique du mot « leurs »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
leurs lœr

Citations contenant le mot « leurs »

  • Les poètes comptent leurs pieds avec leurs doigts. De Frédéric Dard
  • Les diplomates trahissent tout excepté leurs émotions. De Victor Hugo
  • Les amis se reconnaissent dans leurs blessures. De Alexandre Kauffmann / Influenza
  • Les loups doivent cacher leurs crocs. De Patrick Poivre d'Arvor / L'irrésolu
  • Les désirs se reproduisent par leurs images. De Dominique Vivant Denon / Point de lendemain
  • Nos vies valent plus que leurs profits ! De Olivier Besancenot / L’Election présidentielle 2002
  • Les gens aiment voir souffrir leurs héros. De David Bowie / Télérama - 12 Juin 2002
  • Soyez à leurs pieds. A leurs genoux... Mais jamais dans leur mains. De Talleyrand
  • Les poètes, c'est connu, écrivent leurs mots sur leurs maux. De Anonyme
  • Les hommes rougissent moins de leurs crimes que de leurs faiblesses et de leur vanité. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. De Napoléon Bonaparte / Pensées
  • Les médecins : la renommée proclame leurs succès et la terre recouvre leurs erreurs. De Francis Quarles
  • Les Français sont jaloux de leurs maîtresses, et jamais de leurs femmes. De Giacomo Casanova / Mémoires
  • Les gouvernements judicieux ne donnent rien à leurs partisans, tout à leurs adversaires. De Jean Grenier
  • Après un long trajet en car, les Girondins ont pris leurs quartiers au Cosec de Dinard. Le complexe omnisports accueille l’équipe bordelaise toute la semaine. Après quatre semaines au Haillan, les Marine et Blanc changent de cadre avant de disputer leur premier match amical, samedi contre Angers à Cholet (18h). SudOuest.fr, Girondins de Bordeaux : les joueurs ont pris leurs repères à Dinard
  • On a beaucoup parlé de la Mayenne partout en France ces derniers jours, à cause de l'accélération de la propagation du coronavirus dans le département. Et cela n'est pas sans conséquences pour quelques touristes mayennais, qui se sont vus refuser l'accès à leurs lieux de vacances par les propriétaires de ces derniers. Des refus au prétexte qu'ils viennent du 53, un département toujours placé en "vulnérabilité élevée" par l'Agence Régionale de Santé. Mais est-ce vraiment légal ?  France Bleu, Coronavirus | Des touristes mayennais recalés de leurs campings : est-ce bien légal ?
  • Ces derniers rechignent à franchir le pas d'un endettement commun et exigent en retour des réformes structurelles chez les futurs bénéficiaires, Italie et Espagne en tête, ainsi qu'un droit de regard, voire de veto, sur leurs plans nationaux de relance. Les pays du Sud dénoncent en retour une volonté de « mise sous tutelle », qui leur rappelle le sort réservé à la Grèce lors de la crise de l'euro. Chacun avait en tête la pression politique interne qui pèse sur Mark Rutte : la perspective de législatives compliquées pour lui en 2021. Les Echos, Plan de relance : les Européens étalent leurs divisions | Les Echos
  • Ils promettaient à leurs utilisateurs de ne garder aucun journal de leurs activités sur le web, et pourtant, ces sept VPN ont laisser fuiter un total de 1,2 To de données. Que contenait-il ? Dans de nombreux cas des mots de passe, des informations personnelles... ainsi qu'une liste des sites web visités. Frandroid, Sept VPN « sans logs » laissent fuiter 1,2 To de données sur leurs utilisateurs
  • Acteurs clés de la décentralisation, les communes ont été malmenées par les réformes successives, privées de leurs pouvoirs, initiatives et ressources, mais pas des lourdes contraintes (notamment financières) qui pèsent sur elles. Les Echos, Opinion | Pour que les communes regagnent leurs lettres de noblesse | Les Echos

Images d'illustration du mot « leurs »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « leurs »

Langue Traduction
Anglais their
Espagnol su
Italien loro
Allemand ihr
Chinois
Arabe هم
Portugais seus
Russe их
Japonais 彼らの
Basque beren
Corse su
Source : Google Translate API

Synonymes de « leurs »

Source : synonymes de leurs sur lebonsynonyme.fr
Partager