La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « légué »

Légué

Définitions de « légué »

Trésor de la Langue Française informatisé

LÉGUER, verbe trans.

A. −
1. DR. CIVIL. Qqn lègue qqc.Laisser par testament ou par un autre acte de dernière volonté. Les dispositions du présent testament remplies, je lègue le reste de mes biens, meubles et immeubles, à mon petit-neveu Ernest de Lalle, que je nomme en même tems mon exécuteur testamentaire (Jouy, Hermite, t. 5, 1814, p. 223).Par un codicille daté du 16 avril 1821, il [Bonaparte] légua ses os à la France (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 667).L'usage de léguer ses collections à l'état après sa mort, est beaucoup plus répandu en Amérique qu'en Europe (Morand, New-York,1930, p. 229):
1. ... j'ai lu dans les journaux la biographie d'un Américain. Il a légué son immense fortune à des fondations scientifiques, son squelette aux étudiants de l'académie du lieu, et sa peau pour en faire un tambour... Camus, Possédés,1959, 2epart., 8etabl., p. 1015.
P. anal. Qqn lègue qqc./qqn.Laisser, confier en mourant. Halifax : (...) mon enfant, reconnaissez-vous ce bijou? Anna : Le collier qui m'a été légué, par ma mère au moment de sa mort (Dumas père, Halifax,1842, III, 10, p. 91).Le pauvre diable (...) va se jeter dans le canal, léguant dans une lettre ses deux garçons à Daudet, chez lequel il venait le dimanche (Goncourt, Journal,1895, p. 718).
2. P. ext. Confier lors d'un départ.
a) Qqn lègue qqc.Trois ministres de l'instruction publique m'ont lanterné, ils se léguaient le dossier, aucun d'eux n'osait passer outre à la note marginale du préfet (Vogüé, Morts,1899, p. 122).
b) Qqn lègue qqn.Je suis à présent fort lié avec cet admirable jeune homme auquel vous me léguâtes à votre départ (Chateaubr., Corresp., t. 1, 1799, p. 18):
2. Quand il [Mazarin] meurt le 8 mars 1661, il lègue à Louis XIV une France plus forte que la France de Richelieu, et la volonté d'être un grand roi. Il lui lègue aussi deux hommes [Fouquet et Colbert]. Brasillach, Corneille,1938, p. 378.
B. − Au fig. Transmettre à la postérité. Lamartine et ses collègues abdiquent; ils ont régné par l'anarchie; ils lèguent la guerre civile à la dictature (Sainte-Beuve, Cahiers,1869, p. 103).Je récapitule mes recherches sur l'origine de la vie. Elles n'ont pas atteint leur but, mais je lègue à ceux qui me suivent les résultats que j'ai acquis (Martin du G., J. Barois,1913, p. 555).Et je ne léguerai pas mon nom à un Français qui ne sera que moyen, fût-il « capable et honnête » (Montherl., Fils personne,1943, III, 3, p. 326):
3. Je regarde les Vies des hommes illustres comme un des plus précieux monuments que l'Antiquité nous ait légués. Ce qui a paru de plus grand dans l'espèce humaine s'y montre à nos yeux, et ce que les hommes ont fait de meilleur, nous y sert d'exemple. Joubert, Pensées, t. 2, 1824, p. 161.
En emploi abs. Et comment de nos jours songer à la durée, spéculer sur l'avenir, vouloir léguer? (Valéry, Variété III,1936, p. 47).
Prononc. et Orth. : [lege], (il) lègue [lεg]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. v. abréger. Étymol. et Hist. xiiies. leghier (Acte de 1219 ds Cartulaire de Cysoing., éd. I. de Coussemaker p. 104 [lat. legare]); 1477 (Ordonnances des rois de France, t. 18, p. 325). Empr. au lat.legare « laisser par testament », dér. de lex, v. loi; cf. dans le même sens le verbe legater attesté dep. le xves. ds Gdf. Fréq. abs. littér. : 666. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 194, b) 888; xxes. : a) 1 038, b) 709. Bbg. Gir. 1834, p. 59.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LÉGUER. v. tr.
Donner par testament ou par autre acte de dernière volonté. Il lui a légué cent mille francs par son testament, par un codicille. Je lui léguerai tous mes biens. Je donne et lègue ma ferme à mon neveu. Il signifie, figurément, Transmettre. Il a légué son talent, sa probité, son courage à son fils. Le dernier siècle a légué au nôtre plusieurs découvertes précieuses.

Littré (1872-1877)

LÉGUÉ (lé-ghé, ghée) part. passé de léguer
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « légué »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
légué lege

Citations contenant le mot « légué »

  • Ce sont les Grecs qui nous ont légué le plus beau mot de notre langue : le mot " enthousiasme" - du grec en théo, un Dieu intérieur. De Louis Pasteur
  • Comment imaginer que ce petit bout de femme, toujours sur sa moto, une Virago Yamaha 250, a failli être, il y a quelques années, la première femme-arbitre de rugby dans sa région natale de l’Aude ? C’est son grand-père maternel, Jean Bergerot, joueur de l’équipe de Quillan, champion de France 2e série en 1922, qui lui a donné le virus de ce sport. Mais la passion pour la broderie, c’est son autre grand-père, Eugène Chauvet, qui lui a légué, originaire lui aussi de Quillan. "Dans ce village, c’est une tradition de broder pour les familles les plus riches, explique Nathalie Chauvet. Mon grand-père, non-voyant, m’a appris les nuances des couleurs et les femmes m’ont donné les techniques." midilibre.fr, Nathalie Chauvet brode, dans des matières nobles, les capes de paséo - midilibre.fr

Traductions du mot « légué »

Langue Traduction
Anglais bequeathed
Espagnol legado
Italien lasciò in eredità
Allemand vermacht
Chinois 遗赠
Arabe موروث
Portugais legado
Russe завещал
Japonais 遺贈
Basque utzi
Corse alluntanatu
Source : Google Translate API

Antonymes de « légué »

Légué

Retour au sommaire ➦

Partager