La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « largué »

Largué

Définitions de « largué »

Trésor de la Langue Française informatisé

LARGUE, adj.

MARINE
A. −
1. [En parlant d'un cordage] Qui est lâche, qui n'est pas tendu. Cordage, manœuvre largue (Ac.).
2. Emploi subst. masc., p. anal.
,,Allure du navire à voiles dans laquelle les voiles ne sont pas tendues comme dans l'allure au plus près ou vent de travers`` (Le Clère 1960). Le largue est la meilleure allure : toutes les voiles portent sans s'abreyer, sans occasionner de dérive (Will. 1831).
Grand largue. Allure dans laquelle le navire reçoit encore plus abondamment le vent que dans l'allure largue, mais, cependant, moins que s'il était « vent arrière » (d'apr. Le Clère 1960). Le lendemain, 1eravril. − Route sur Saint-Nazaire. − Voilure du grand largue; forte brise du nord-ouest; mauvais temps; on ne voit plus les feux (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 278).On distingue le largue vrai lorsque le vent vient d'environ 112ode l'avant et le grand largue lorsque le vent vient d'environ 135ode l'avant (Barber. 1969):
1. La jonque ne peut pas louvoyer, et son gouvernail rudimentaire l'empêche de manœuvrer facilement. Elle ne connaît, en fait d'allure, que le grand largue − c'est-à-dire à peu près la marche vent arrière − et elle est mieux adaptée au cabotage qu'à la navigation en haute mer. P. Rousseau, Hist. transp.,1961, p. 113.
B. − [En parlant du vent] Qui est oblique par rapport à la route du navire. Le plan général de la voilure est incliné vers la proue par le vent largue, et plus sensiblement encore par le vent arrière (Maizière, Nouv. archit. nav.,1853, p. 58):
2. ... j'aurais couru plus largue avec les vents du sud-ouest qui ont régné constamment au nord de la ligne que j'aurais pu couper par 10 degrés, ce qui m'eût permis d'aller vent largue sur le parallèle de la Trinité. Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 23.
Emploi subst. La Tankadère avait du largue dans ses voiles qui portaient toutes (Verne, Tour monde,1873, p. 116).
Loc. verb. Porter, courir largue, grand largue. Avoir le vent largue, grand largue (supra ex. 2) :
3. Le vent soufflait bon frais, nous courions grand largue, et les glaces étaient trop rapprochées pour que la corvette eût toujours le temps d'évoluer assez vite pour les éviter. Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud, t. 2, 1842, p. 95.
Prononc. et Orth. : [laʀg̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Art milit. et en gén. 1553 faire largue « céder la place » (B. de Fénelon, Mém., in Petitot, Coll. Mém. Hist. Fr., t. 32, p. 333 : Faisans donc ceulx qui entroyent l'argue [sic], ces autres sortirent recommencer le combat). B. Mar. 1. 1559 prendre le largue « s'éloigner vers la haute mer » (M. du Bellay, Mém., in Petitot, op. cit., t. 17, p. 466) − 1835 (Ac.); 2. 1643 subst. (G. Fournier, Hydrographie, p. 681 : tenir le largue c'est se servir de tous les vents qui sont depuis le vent de costé iusques au vent de derriere inclusivement); 1678 adj. (Guillet, p. 206 : Ven largue ou vent de quartier. On entend par ce mot, tous les Airs de Vent compris entre le Vent-Arriere, et le Vent de Bouline). C. Mar. en parlant d'une manœuvre, d'un cordage 1840 « lâche, qui n'est pas tendu » (Ac. Compl. 1842). Empr. à l'ital.largo, propr. « large » (v. ce mot), attesté au sens A dep. xiiies. (stare de la larga « être éloigné », Monte; andare, stare largo « id. », av. 1306, Jacopone da Todi; fare largo « céder la place », 1338, Boccace ds Batt.), aux sens B 1 dep. le xives. (mare largo « haute mer », Mannelli ds Batt.; l'empr. à l'ital. dans ce sens a été supplanté par l'expr. autochtone prendre le large, d'ailleurs attestée plus tôt, v. large2) et B 2 dep. av. 1557 (vento largo, Ramusio ds Batt.); le prov., qui n'est pas attesté anciennement dans ces sens, ne peut être à l'orig. du fr. comme l'ont proposé DG et Bl.-W.1-5(cf. FEW t. 5, p. 188 b, note 5, pour une position plus nuancée); v. Barb. Misc. VI, no24 et Vidos, pp. 185-188; v. aussi large1. C est déverbal de larguer*. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 288. - Hope 1971, p. 149, 205. - La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 223, 224. - Vidos 1939, p. 26, 46.

LARGUER, verbe trans.

A. − MAR. [Le compl. d'obj. désigne une manœuvre, un cordage] Larguer qqc.Le rendre largue, le laisser aller, le lâcher, le détacher. Larguer un cordage, les amarres; larguer l'écoute de foc, les ris. Nous fîmes tout larguer, dans un grand enthousiasme, et nous nous élevâmes doucement, mais sans interruption, par une jolie brise du Nord, qui nous porta dans la direction du canal de la Manche (Baudel., Hist. extr.,1856, p. 134).Nous sommes remontés dans la barque comme la lune se levait; un peu de vent soufflait; larguant les voiles, nous poussions des bordées (Gide, Voy. Urien,1893, p. 20):
1. ... la mer atteignit son plus haut point. Elle était étale, c'est-à-dire à ce court instant où l'eau ne monte plus et ne descend pas encore. Il fallait opérer sans retard. La grand' voile et le grand hunier furent largués et coiffèrent le mât sous l'effort du vent. Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 54.
B. − P. anal.
1. Larguer qqn, qqc.Lâcher, laisser ou faire tomber. Larguer un parachutiste, des bombes. Nous, les gosses, nous courions les champs pour ramasser les tracts que larguaient les avions anglais et américains (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 114).Les recherches françaises ont porté sur un système de parachute, largué à l'altitude maximale atteinte par la fusée, et supportant les appareils de mesure dont les indications sont transmises pendant le retour au sol (Météor. fr.,1963, p. 23):
2. L'arme sur laquelle on comptait en 1939, comme en 1918, pour détruire les sous-marins était toujours la grenade larguée par l'arrière ou projetée latéralement au moyen de mortiers... Le Masson, Mar.,1951, p. 10.
Emploi pronom. La bombe! crie Gardet. Si elle ne se larguait pas cette fois, tous sautaient (Malraux, Espoir,1937, p. 823).
2. Pop. Larguer qqn ou qqc.
a) Abandonner, se défaire de. Synon. fam. laisser tomber.*Larguer une fille. Je sais plus du tout où le larguer [le cadavre que nous avons dans la voiture]! − On le met à la baille? (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 194):
3. Mais je pense que tu seras heureuse, tous les deux, et que tu lui lâcheras assez de pognon pour qu'il ne te largue pas. Carco, Jésus-la-Caille,1914, p. 121.
b) Libérer. Ayant pas de preuves contre Gégène, les perdreaux avaient dû le larguer après deux jours de causette (Pt Simonin ill.,1957, p. 178).Après la rafle, les condés avaient largué tout le monde, sauf Gégène, qui circulait sous des tocs (Le BretonArgot1975).
REM.
Largage, larguage, subst. masc.Action de larguer, de faire tomber, notamment à partir d'un avion. Largage de bombes, de parachutistes; système de largage automatique. La poignée de largage du réservoir (Chambe, Enlevez cales,1935, p. 59).Dans l'épreuve de précision d'atterrissage, le concurrent doit, après avoir indiqué au pilote son point de larguage, sauter, évoluer en chute libre pendant quelques secondes pour choisir son point d'ouverture (Jeux et sports,1967, p. 1632).
Prononc. et Orth. : [laʀge], (il) largue [laʀg]. Att. ds Ac. dep. 1762. Fréq. abs. littér. : A. 1616 « s'éloigner » (D'Aubigné, Hist. univ., I, p. 306 ds Littré), attest. isolée. B. 1. 1678 mar. (Guillet : Larguer ou filer les Ecoutes; larguer ou filer les manœuvres. C'est les laisser aller, ou les lâcher quand elles sont halées); d'où 2. 1886 arg. « se débarrasser (d'une pers.) » (Richepin, Mer, p. 198); 1901 id. domaine amoureux « abandonner » (Bruant, p. 19 : largue ta marque avec son salé); 3. 1908 « lâcher » (un objet quelconque) » (Mille, Barnavaux, p. 59). A dér. de largue* (dans faire largue); dés. -er. B empr. à l'esp. ou au port. largar « lâcher » en gén., respectivement attestés au sens mar. dep. 1525 en esp. (d'apr. Cor.) et 1541 en port. (ds Jal) : le mot est en effet vivant dans les dial. de la côte ouest (v. FEW t. 5, p. 187 b), et le sens mar. n'est attesté anciennement ni en prov. ni en italien. Fréq. abs. littér. : 77. Bbg. Juneau (M.). R. Ling. rom. 1973, t. 37, p. 481. - La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 64, 160, 208.

Wiktionnaire

Adjectif - français

largué \laʁ.ɡe\

  1. (Familier) Incapable de suivre le raisonnement de quelqu’un.
    • Ce prof manque de pédagogie : à la fin du cours, les élèves sont tous largués. (perdus)
    • De Marianne, 46 ans, vendeuse : « Je n’ai jamais bien compris les subtilités des “cci” et “cc” dans les mails, je tape à la vitesse d’un escargot : je suis vite larguée. »— (Marie Charrel et Zeliha Chaffin, Illectronisme : les laissés-pour-compte du tout-numérique, Le Monde, le 7 septembre 2021)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LARGUER. v. tr.
T. de Marine. Lâcher une manœuvre, lâcher ou filer le cordage qui retient une voile par le bas. Larguer l'écoute. Larguer l'amarre. Largue! Commandement de larguer.

Littré (1872-1877)

LARGUÉ (lar-ghé, ghée) part. passé de larguer
  • Une manœuvre larguée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « largué »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
largué large

Citations contenant le mot « largué »

  • J’ai tout largué pour cette vie-là et je veux en faire une aventure absolue. De Christophe Miossec / Télérama, 4 février 2015
  • Quelques heures plus tôt, il était largué par le groupe hip-hop qu’il avait cofondé en 2008. « Nous venons d’être informés d’une histoire inacceptable concernant Maybe Watson. En date d’aujourd’hui, il ne fait plus partie du groupe. Nous nous dissocions de lui, nous sommes sans mots… », pouvait-on lire dans une publication Facebook d’Alaclair Ensemble. Aucun détail n’était fourni sur les gestes reprochés à l’ex-membre. Le Devoir, Le rappeur Maybe Watson largué par Alaclair Ensemble | Le Devoir
  • Après avoir été largué par sa compagnie de disques tard en soirée mercredi, l’auteur-compositeur-interprète Bernard Adamus, visé sur les réseaux sociaux par des allégations d’inconduites, a présenté ses excuses et annoncé prendre « une pause ». Le Devoir, Bernard Adamus largué par sa maison de disques | Le Devoir
  • Le lanceur H-IIA numéro 42 transportant la sonde «Al-Amal» a largué ses premiers propulseurs et respectait la trajectoire prévue. Le lancement a été reporté à deux reprises, la semaine dernière, en raison du mauvais temps Le Temps, La première mission spatiale arabe vers Mars a décollé du Japon - Le Temps

Images d'illustration du mot « largué »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « largué »

Langue Traduction
Anglais dropped
Espagnol caído
Italien caduto
Allemand fallen gelassen
Chinois 掉落
Arabe إسقاط
Portugais desistiu
Russe упал
Japonais 落とした
Basque jaitsi
Corse cacciatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « largué »

Source : synonymes de largué sur lebonsynonyme.fr

Largué

Retour au sommaire ➦

Partager