La langue française

Lamartinienne

Définitions du mot « lamartinienne »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAMARTINIEN, -IENNE, adj.

A. − [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.]
1. Qui a trait à Lamartine, à sa poésie. Génie, lyrisme lamartinien. Jérémiades lamartiniennes (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, Baudel., 1865, p. 7).Les Harmonies lamartiniennes paraissent en 1830 (Brillant, Probl. danse,1953, p. 168).L'espace lamartinien (...) est ensuite, définitivement, substantiellement, naturellement, grâce au processus de la dématérialisation de la matière, le lieu où se répand et qu'anime à l'infini la vie divine de l'esprit (Poulet, Métam. cercle,1961, p. 190):
Elle se laissa donc glisser dans les méandres lamartiniens, écouta les harpes sur les lacs, tous les chants de cygnes mourants, toutes les chutes de feuilles, les vierges pures qui montent au ciel, et la voix de l'Éternel discourant dans les vallons. Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 43.
En partic. Qui a été chanté par Lamartine. Le train longeait à ce moment le lac lamartinien (Butor, Modif.,1957, p. 57).
2. Qui rappelle Lamartine et son œuvre.
a) Qui a certaines caractéristiques propres à ce poète. Vers charmants et tout à fait lamartiniens (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 111).Ce grand frisson presque douloureux qui ne fait que nous émouvoir, les médiocres, c'est-à-dire presque tous les hommes, mais qui fait pousser aux hommes de génie leurs plus beaux cris lamartiniens (Renard, Journal,1906, p. 1077).
b) Qui évoque les thèmes de son œuvre. Synon. romantique.La Saône, par une lune lamartinienne (Michelet, Journal,1843, p. 518).Les feuilles tombent. Les allées sont, quand on y marche, pleines de bruits lamartiniens que j'aime extrêmement (Flaub., Corresp.,1855, p. 100).
B. − [En parlant d'une pers.]
1. Qui imite la poésie de Lamartine, admire son génie, étudie son œuvre. Un poète lamartinien d'un très médiocre talent (Renard, Journal,1889, p. 34).
Emploi subst. masc. Émule du poète ou spécialiste de son œuvre. Je suis allé (...) à la séance des lamartiniens à la Sorbonne (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1910, p. 212).
2. Qui évoque les personnages ou les caractères de son œuvre. Ce sont des contemporains de Louis-Philippe qui s'exaltent devant la danse de l'ineffable sylphide. Je reconnais d'ailleurs que Marie Taglioni est, par essence, lamartinienne (Brillant, Probl. danse,1953, p. 169).
REM.
Lamartinement, adv.,rare. À la façon de Lamartine. Je suis dans un jour où je vois tout idéalement et douloureusement, et enfin, s'il m'est possible de m'exprimer ainsi, lamartinement (Sainte-Beuve, Portr. littér., t. 3, 1844-64, p. 365).
Prononc. : [lamaʀtinjε ̃], fém. [-jεn]. Étymol. et Hist. 1832 (S. Marin, Hist. de la vie et des ouvrages de M. de Chateaubriand, I, 19 ds Quem. DDL t. 15). Dér., à l'aide du suff. -ien*, du nom de Lamartine (1791-1869) écrivain et homme politique français. Fréq. abs. littér. : 19. Bbg. Quem. DDL t. 15.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

lamartinienne \la.maʁ.ti.njɛn\

  1. Féminin singulier de lamartinien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lamartinienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lamartinienne lamartɛ̃jɛ̃n

Citations contenant le mot « lamartinienne »

  • La comète Neowise est toujours visible dans le ciel nocturne de Saône-et-Loire comme partout. Les photographes mâconnais ne se font donc pas prier pour continuer à la chasser avec leurs objectifs. C'est le cas de Jason Gimaret, par exemple, qui malgré les lumières de la cité lamartinienne, a pu capturer la comète au dessus du Vieux Saint-Vincent vendredi à minuit pile. , Environnement | De nouvelles photos de Neowise dans le ciel mâconnais
  • En 1816, c’est une aventure sentimentale qui va inspirer au jeune et très sensible Alphonse un des fleurons de la poésie romantique : « Le Lac ». Dans la jolie ville d’eaux savoyarde, qui est également un lieu de rendez-vous mondain à la mode, Alphonse va vivre une idylle passionnée avec Julie Charles, une créole, plus âgée que lui. Cependant, quand reviennent les premiers frimas et qu’apparaissent les premiers flocons sur le Revard, il faut bien se résoudre à la séparation. À Paris, Julie est instamment réclamée par son mari. Mais, consolation pour les deux amoureux fougueux, rendez-vous est pris pour l’été suivant. Voilà une belle histoire qui finit mal : l’épouse du célèbre physicien (Jacques Charles) ne viendra pas sur les bords du lac du Bourget retrouver son jeune amant éploré : la tuberculose, qui lui sera rapidement fatale, la retient dans la capitale. Alphonse accomplit donc un pèlerinage sur les rives du lac du Bourget et il se confie à ce décor dans son œuvre la plus célèbre : « Le Lac ». En fait, quand on étudie de très près l’idylle lamartinienne, et que l’on plonge dans l’histoire telle qu’elle s’est vraiment déroulée, on se rend compte que la mise en scène du poème « Le Lac » est merveilleuse et que la réalité fut nettement moins « glamour ». Mais qu’importe ! Si ce poème a connu un tel succès, en France et à l’étranger où il a fait les beaux jours des manuels scolaires avec une constance effarante, c’est parce que le Bourguignon avait su, fort habilement, transfigurer ce qui n’aura jamais été qu’une passade parmi d’autres en une belle histoire d’amour qui, selon l’expression consacrée « fait pleurer Margot dans les chaumières ». Il y a là toute une partie d’un certain génie lamartinien, au demeurant plutôt moderne pour l’époque qui réside à la fois dans le savoir-faire et le faire savoir. Car Lamartine lui-même a fourni des « notes de bas de page » pour que son idylle « secrète » avec l’épouse d’une éminente personnalité parisienne soit connue. Le succès du recueil « Les Méditations poétiques » (1820) précède le mariage du Bourguignon fort joli garçon avec une anglaise fortunée, Mary-Ann Birch. S’agit-il d’un mariage d’amour ou d’un mariage d’intérêt ? Les historiens de la littérature sont partagés à ce sujet. Seul détail objectif qui apporte un début de réponse : l’Anglaise en question était loin d’être belle. Elle était notamment affligée d’un nez proéminent et toujours rouge et brillant dont même ses nièces, pourtant si bien élevées, dans le respect d’autrui et l’esprit de compassion, se moqueront avec une constance étonnante. Autre détail concernant Mary-Ann : elle servait de secrétaire à son mari de génie. Il avait d’ailleurs tout lieu de s’en plaindre : elle écrivait si mal que ses manuscrits étaient souvent difficiles à déchiffrer pour les malheureux éditeurs qui ne cessaient de s’arracher les cheveux. Cerise sur le gâteau : quand un détail ne lui plaisait pas, elle n’hésitait pas à le corriger, sans en avertir l’auteur, naturellement. C’est la raison pour laquelle, par exemple, il existe des éditions dans lesquelles le dernier vers du poème Le Lac est ainsi arrangé : , Les célébrités de Bourgogne | Alphonse de Lamartine, le politique des méditations poétiques
  • Le souvenir lamartinien n’a guère disparu de la mémoire collective : en 1913 et 1933, on l’évoque déjà lors des fêtes lamartiniennes à Bergues. Pour le 150e anniversaire de la mort d’Alphonse de Lamartine, l’association Mémoire hondschootoise a projeté la création d’une brochure sur les lieux de mémoire en se posant la question : que reste-t-il d’Alphonse de Lamartine sur les terres de Flandre ? La Voix du Nord, Hondschoote: une publication sur les traces de Lamartine en Flandre
  • Le nom de Lamartine est si nationalement connu qu’il a donné lieu comme quelques grands écrivains, à un adjectif, lamartinien, qu’on retrouve dans notre plus gros dictionnaire actuel, le Trésor de la langue française du CNRS, 16 volumes, achevé en 1994. Et l’article qui lui est consacré est assez conséquent. Sans surprise, voici la définition de "lamartinien", "Qui a trait à Lamartine, à sa poésie". Et l’on donne pour exemple : génie, lyrisme lamartinien. Après ça se gâte, on aurait pu se passer de citer Verlaine évoquant les Jérémiades lamartiniennes. Mais on signale son formidable recueil, les Harmonies poétiques et religieuses, publiées en 1830, parfois appelées Harmonies lamartiniennes. En vérité, le style si harmonieux de Lamartine, si romantique, n’est pas sans avoir agacé Flaubert qui dans Madame Bovary, la présente se laissant « glisser dans les méandres lamartiniens », en écoutant « les harpes sur les lacs, tous les chants de cygnes mourants, toutes les chutes de feuilles » Tant pis pour Flaubert, s’il n’est insensible au Lac Lamartinien, dont j’ai retenu des vers magnifiques. , Lamartine, un nom propre analysé
  • En définitive, la célébration lamartinienne qui s’ouvre aujourd’hui, vient nous parler … , Edition Macon | Lamartine et le Mâconnais, un lien de 150 ans encore vivant

Traductions du mot « lamartinienne »

Langue Traduction
Anglais lamartinienne
Espagnol lamartinienne
Italien lamartinienne
Allemand lamartinienne
Chinois 拉马蒂尼嫩
Arabe لامارتينيين
Portugais lamartinienne
Russe lamartinienne
Japonais ラマルティニエンヌ
Basque lamartinienne
Corse lamartinienne
Source : Google Translate API

Lamartinienne

Retour au sommaire ➦

Partager