La langue française

Interprétative

Sommaire

  • Définitions du mot interprétative
  • Phonétique de « interprétative »
  • Citations contenant le mot « interprétative »
  • Traductions du mot « interprétative »

Définitions du mot interprétative

Trésor de la Langue Française informatisé

INTERPRÉTATIF, -IVE, adj.

A. − Qui explique, cherche à rendre compréhensible ce qui est dense, compliqué ou ambigu. Synon. explicatif.La critique interprétative du christianisme qui pressent l'identité; (...) la libre critique interprétative des temps modernes, qui prouve et fait l'identité (Michelet, Journal,1842, p. 387).En 1657, le grand-duc de Toscane, Ferdinand II, institua à Florence la fameuse « Académie de l'Expérience » (...). Ses membres y montaient des expériences, en observaient et enregistraient les résultats sans aucun commentaire interprétatif (Encyclop. éduc.,1960, p. 242):
... la critique la plus pertinente faite à l'astrologie est le hiatus constaté entre, d'une part, une référence astronomique précise et rigoureuse au départ et, d'autre part, à l'arrivée, une conclusion interprétative indécise, vague... Barbault, Psychanal. à astrol.,1961, p. 28.
DR. PUBL. Décret interprétatif; loi interprétative. Décret, loi qui dégage le sens exact d'un texte qui serait peu clair, qui en détermine la portée, c'est-à-dire le champ d'application temporel, spatial et juridique ainsi que l'éventuelle supériorité vis-à-vis d'autres normes (d'apr. Jur. 1974). Chapelier et Desmeuniers (...) préparent un décret interprétatif de celui qui anéantit les titres de noblesse (Marat, Pamphlets, Infernal projet des ennemis de la Révol., 1790, p. 198).La loi interprétative est inutile, et il faut s'en prendre aux vices de l'organisation judiciaire si la rigueur des déductions et la justesse des analogies ne finissent pas par prévaloir (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 411).
LING. ,,En grammaire générative, on donne le nom d'interprétatives aux deux composantes phonologique et sémantique, parce que la composante sémantique attribue un sens à la structure profonde générée par la composante syntaxique et que la composante phonologique attribue une forme phonétique à la structure de surface dérivée de la structure profonde`` (Ling. 1972).
B. − Spécialement
1. PSYCH. Délire interprétatif. Synon. de délire d'interprétation.[Le délire] peut être alimenté par des perceptions erronées (délire hallucinatoire), par des jugements déformés (délire interprétatif) (Codet, Psych.,1926, p. 20).
2. PSYCHOL. Tests interprétatifs. ,,Tests projectifs dans lesquels le sujet doit interpréter une expérience ou une construction ayant une signification affective, et dont l'hypothèse directrice est que le sujet s'identifie avec un des personnages suggérés par le matériel`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tε ʀpʀetatif], [-pʀ ε-], fém. [-i:v]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Fin xives. « sujet à interprétation » (Roques t. 2, 5240 : hermeneticus interpretatis); cf. 1539 (Procès verbal des coutumes de Berry ds Nouv. Coutumier gén., éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, III, 982 : article second de la rubriche... interpretatif de l'article precedent); 2. 1762 « qui sert d'interprétation » déclaration interpretative (Ac.). Empr. au lat. scolast.interpretativus « qui traduit, qui explique; sujet à interprétation », Thomas d'Aquin ds Thomas-Lexikon; v. aussi Blaise Latin. Med. Aev. Fréq. abs. littér. : 21.

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

interprétative \ɛ̃.tɛʁ.pʁe.ta.tiv\

  1. Féminin singulier de interprétatif.
    • D’autres encore ont éprouvé le besoin, au cours de leur histoire, d’avoir recours à une cure pour se « désanalyser », soit parce qu’ils avaient été analysés dans leur petite enfance, par un proche de leur parent analyste, soit pour rechercher, à travers une nouvelle expérience, un moyen d’échapper à l’emprise interprétative d’une discipline vécue comme la simple expression d’une scène de famille. — (revue La règle du jeu, n° 30, 2006)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTERPRÉTATIF, IVE. adj.
T. didactique. Qui interprète, qui explique. Déclaration interprétative.

Phonétique du mot « interprétative »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
interprétative ɛ̃tɛrpretativ

Citations contenant le mot « interprétative »

  • En plein processus électoral, les députés de la huitième législature ont été amenés à relire le code électoral, débouchant sur une loi complétive et interprétative. Cette   réaction du Parlement faisait suite au blocage relatif à l’élection des exécutifs communaux et municipaux, dans la majorité des communes et municipalités du Bénin. Ainsi, sous cette loi complétive et interprétative du code électoral, toutes les mairies en instance ont pu, au lieu d’une élection, voir leurs maires, les adjoints aux maires et les chefs d’arrondissement (Ca) ; tous désignés par les partis politiques majoritaires dans ces communes. Avec ces désignations sans anicroches contrairement aux élections où les rapports de force étaient parfois mesurées entre challengers, les ténors et affidés de la mouvance ont tôt fait de déclarer la fin du bazar, dans le processus électoral au Bénin. Erreur ! Car, ces prédictions ont déjà après les désignations, fait long feu. Pis, le méli-mélo auquel l’on assiste dans le département du Couffo depuis quelques heures confirme davantage que cette loi requinquée, ne ferme pas toutes les brèches liées à la pagaille parfois observée dans le choix des dirigeants au niveau déconcentré. En effet, aux lendemains de ces désignations à la tête des mairies, le parti Union progressiste (Up) a sauté deux Chefs d’arrondissement nouvellement choisis pour diriger les 1er et 2ème arrondissements de Cotonou. Ceci, sans aucun motif officiel. Même si d’aucuns estiment que les concernés immédiatement remplacés par d’autres conseillers municipaux de la ville ne devraient pas être désignés Chefs d’arrondissement et que c’était une erreur corrigée par le parti, cette attitude demeure moins élégante. Si ces remplacements sont passés comme une lettre à la poste à Cotonou, cette même pratique du même parti cette fois-ci à Toviklin, est sujette à un brouhaha sur fond de menaces. Et pour cause, arguant d’une supposée démission des Chefs d’arrondissement de Houédogli, d’Adjodo et de Toviklin; tous membres du Bloc républicain (Br), le premier responsable de l’Up liste majoritaire dans cette commune a procédé à leur remplacement, par des élus de sa formation politique. Mais subitement, ces trois Chefs d’arrondissement en niant avoir démissionné, refusent de ce fait de céder leurs places et promettent par conséquent de poursuivre en justice, les auteurs de leurs fameuses lettres de démission. Qui pour trancher dans ce cas et comment ? À ces questions, la nouvelle loi ne propose aucune réponse. Par conséquent, le désordre dû à ces remplacements des jours après la désignation des Chefs d’arrondissement, ne prend pas sûrement fin. Ce qu’il convient dès lors de retenir à l’aune de ces conflits, c’est que la loi complétive et interprétative du code électoral est à nouveau éprouvée. D’autant plus que les partis politiques majoritaires ont décidé d’assimiler les communes au gouvernement voire un cabinet, où le chef peut dégommer son subalterne, sans rendre compte à qui que ce soit. D’où, le nouveau code électoral en résolvant certains problèmes patents, a fini par cautionner d’autres, non visibles au départ. Tout ceci, au grand dam de l’esprit de la décentralisation. Matin Libre, Remplacement tous azimuts des Ca: La loi interprétative déjà éprouvée – Matin Libre
  • En effet, sur la vingtaine de conseillers que compte le conseil communal de Dangbo, 9 seulement ont répondu présents à cette invitation à la deuxième session ordinaire qui devrait être ouverte hier, mardi 23 juin 2020. Ainsi le quorum n’a pas été atteint au moment où le président du conseil communal a voulu lancer les travaux de cette session ordinaire.  Il a été constaté 09 conseillers présents dont 08 UP  et 01 FCBE. 10 ont été donc absents. Les 10 conseillers sont répartis comme suit 07 Br, 02 FCBE et 01 UP. La plupart de ces conseillers absents étaient presque tous au sein de l’Hôtel de ville mais n’étaient pas dans la salle de délibération. Ils ont tenu une réunion sous l’égide du seul conseiller UP en leur sein. C’est après cette réunion qu’il a été décidé du boycott de l’ouverture de la session. Ces derniers n’ont pas voulu se confier à la presse mais dans les coulisses on apprend que  les conseillers absents à l’ouverture de cette session ordinaire n’ont pas fini de digérer le diktat de la loi interprétative ayant conduit à l’élection de l’actuel maire, faussant ainsi leur calcul. C’est donc pour montrer leur mécontentement qu’ils ont opté pour le boycott. Matin Libre, Boycott de la session ordinaire à Dangbo: Le malaise né de la loi interprétative perdure – Matin Libre
  • Les jeux sont désormais ouverts au sein du conseil municipal de Parakou. C’est l’avis du Consultant politique de la chaîne de télévision E-Télé, Agapit Napoléon Maforikan. Selon ce dernier, l’invalidation du siège d’un des conseillers Force cauris pour un Bénin émergent par la Cour suprême va changer beaucoup de choses. La première conséquence est que le Conseil qui est sensé avoir 33 membres va siéger avec 32 conseillers. La deuxième est que l’élection du maire et de ses adjoints doit être reprise. Car Fcbe qui totalisait 17 élus se retrouve avec 16 contre 16 pour l’Union progressiste et le Bloc républicain. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour le maire Aboubacar Yaya qui avait subi un premier revers avant sa désignation grâce à la loi interprétative et complétant le Code électoral. « La donne a changé. Le maire Aboubacar Yaya, qui a été porté à la tête de la mairie par le jeu partisan validé par l’Assemblée nationale, se retrouve en difficulté.  Aujourd’hui, selon la loi interprétative du Code électoral, au cas où il n’y aurait pas de majorité absolue et qu’il n’y aurait pas non plus d’accord de gouvernance, les partis vont aux élections », a informé l’Expert en gouvernance et spécialiste des questions électorales. Pour Agapit Napoléon Maforikan, le ver est dans le fruit. La Force cauris pour un Bénin a une grosse part de responsabilité dans cette situation embarrassante. Car, le conseiller dénonciateur est issu de cette famille politique. Ce qui pose un véritable problème de cohésion qui n’a pas été géré au lendemain de l’installation des conseils communaux. Et l’édile de la cité des Koburu, de même que les autres maires désignés, vu les conditions de leur accession, devraient travailler à asseoir leur légitimité d’abord au sein de leurs formations politiques, puis au sein de leurs Conseils respectifs. « Les maires qui ont été désignés par les partis ont un gros travail à faire quant à leur légitimation. La désignation par les officines politiques ne vous légitime pas. Cela légitime le parti.  Est-ce que le maire Aboubacar Yaya a travaillé de sorte à fédérer les siens autour de lui ? Si cela avait été le fait, ce recours n’aurait pas existé », a-t-il insisté. , Invalidation d’un siège au Conseil municipal de Parakou:« Les jeux sont désormais ouverts à la mairie de Parakou », éclaire Agapit Maforikan |
  • La tenue de 4  sessions ordinaires par an est une exigence de la législation. La loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en république du BÉNIN en son article 16 stipule que le conseil communal se réunit obligatoirement en session ordinaire quatre fois l’an aux mois de mars, juin, septembre et novembre. La session de novembre est une session budgétaire. La session ordinaire, même budgétaire, ne peut excéder quatre jours. Malheureusement, les nouvelles autorités de certaines mairies ont connu le film du report de l’ouverture de leur deuxième session ordinaire faute de quorum. Profitant de ce qu’à l’article 21 la même loi dit que  le conseil communal ne peut délibérer valablement que lorsque la majorité absolue de ses membres est réunie. Par majorité absolue, il faut entendre le nombre entier immédiatement au-dessus de la moitié du nombre de conseillers, certains conseillers communaux ont choisi de boycotter pour une raison ou pour une autre. Si le souci des nouveaux maires est de montrer par cette tenue de la session ordinaire que l’harmonie est de retour au sein de leur conseil après la désignation de l’équipe dirigeante par les partis, les conseillers non contents de l’application de la loi interprétative qui vient briser leurs rêves, restent toujours dans la logique de démontrer qu’ils ont une majorité influente pour faire mal malgré cette loi interprétative. C’est d’ailleurs la raison fondamentale  qui explique ces boycotts tous azimuts. Matin Libre, Boycott des sessions ordinaires par des élus: Jusqu’à quand ça va durer? – Matin Libre
  • Plus sérieusement, pour répondre à ces questions, vous allez peut-être faire appel à votre raisonnement ou à vos sentiments, ou bien vos expériences. Partant de là, vous pourrez identifier peut-être ce qui sera du ressort de votre lecture interprétative de la situation qui se présente à vous ou plus encore de votre lecture affective. C’est en effet, la manière dont on vit cette situation qui fait parfois toute la différence. Lorsque vous êtes amené à prendre des décisions impliquant autrui, la question devient encore plus fondamentale… tout dépend en définitive de la relation que vous avez à la réalité… Officiel de la Médiation Professionnelle et de la Profession de Médiateur, Conflits à tous les étages, que faire ? - Officiel de la Médiation Professionnelle et de la Profession de Médiateur
  • Les députés du Bloc Républicain ont subi, c’est ce qu’on peut retenir de l’attitude de ces derniers au parlement hier. Faisant partie de la minorité, ceux-ci n’avaient aucune chance de se faire entendre sur certains articles afin qu’ils soient modifiés en leur faveur. Il est vrai que l’Union progressiste (Up) contrôle la grande partie des communes mais le contrôle de certains arrondissements lui a échappé. Les députés Br auraient voulu que la loi interprétative complétant le code électoral puisse prendre en compte le fait que la liste majoritaire veuille  laisser la formation politique qui est venue première à l’issue des votes au niveau d’un arrondissement prendre sa gestion. Malheureusement, cela n’a pas été pris en compte. Dans la cour de l’hémicycle, les députés Br ne cachent pas leur amertume mais une fois en plénière dans l’hémicycle, ces derniers  changent de langage et apprécient en bien l’initiative de la loi interprétative complétant le code électoral et les articles touchés. C’est comme-ci ces derniers ont peur de dire haut et fort les sentiments de déception et d’amertume qui les animent. Ils ont donné l’impression d’agir comme des gens qui ont reçu des instructions. Matin Libre, Vote de la loi interprétative complétant le code électoral: Pilule amère pour les députés Br – Matin Libre
  • Grâce à la loi complétive et interprétative du code électoral votée par les députés, la désignation des Maires selon le Parlement devrait désormais se dérouler sans anicroches. Face à l’indignation et la stupéfaction de l’opinion publique qui dénonce une manipulation ‘’opportuniste’’ de la loi électorale en plein processus, le chef de l’État a décidé de s’entretenir avec la classe politique. Cette rencontre, qui a eu lieu mercredi 3 juin 2020 au palais de la République à Cotonou, a connu la présence de toutes les formations politiques ayant tout au moins participé dès le début, à ce processus. L’objectif prétexté, c’est que Patrice Talon, par cette démarche, a voulu s’accorder avec ces partis politiques, à propos des nouveaux ajouts contenus dans la nouvelle loi et recueillir éventuellement leurs recommandations. Ceci, avant l’envoi de la loi pour son contrôle de conformité au niveau de la Cour constitutionnelle. Seulement, juste après cette séance, la haute juridiction a été immédiatement saisie par le Président de la république. La réponse de la Cour qui n’a pas tardé. Depuis hier, elle a jugé conforme à la Loi fondamentale, ce nouveau code électoral. En attendant certainement sa promulgation rapide par Patrice Talon, tout semble indiquer que la raison de cet échange avec les partis politiques est bien tout autre. En termes clairs, puisque cette rencontre n’a rien changé à la démarche du chef de l’État, nonobstant toutes les critiques, on est tenté de dire que la rencontre était juste une formalité, une quête de caution des partis politiques. Laquelle avait principalement pour but de baliser le terrain et de faire croire que ces formations politiques adhèrent à ce réajustement des choses, en plein processus électoral. La décision de la Cour constitutionnelle n’a donc surpris personne. Tout le monde s’y attendait comme des voyageurs à la gare. Le train est donc venu à l’heure. Maintenant, place à la promulgation. Les élections pourront reprendre dès lundi, si entre temps, le délai de 15 jours n’était pas arrivé à échéance. Le cas échéant, c’est la Cour suprême qui devra mettre en application la loi interprétant et complétant le code électoral. Matin Libre, Contrôle de constitutionnalité de la loi interprétative: Djogbénou : le train est venu à l’heure – Matin Libre
  • La plénière, par un vote à l’unanimité, a accepté que la procédure d’urgence passe. Ainsi, le président de la l’Assemblée nationale Louis Vlavonou a fait observer une suspension afin que la commission des lois, sous son président Orden Alladatin, puisse travailler. À la reprise de la séance. Des explications du député Orden Alladatin, le but visé par une telle loi est de permettre aux partis politiques qui ont gagné de gouverner seuls les communes.  Cette proposition intervient  dans le cadre des blocages enregistrés dans plusieurs communes au sujet de l’installation des nouveaux maires, leurs Adjoints et des chefs d’arrondissement. Pour les députés André Okounlola, Augustin Ahouanvoébla, Joseph Anani, Bida Nouhoum, Arifari Bako, Barthélémy Kassa, le protocole additionnel de la Cedeao est respecté, les élections sont terminées depuis le 23 mai 2020. Malheureusement,  les conseillers communaux et municipaux élus sont devenus très forts et ne veulent plus respecter les consignes des chefs des partis. L’esprit de la réforme n’a pas été intégré par les militants à la base. Les difficultés sont énormes, multiples et multiformes. Laisser la loi en l’état conduirait à un mauvais port. C’est pour cela que cette loi interprétative complétant le code électoral est la bienvenue. Matin Libre, Élection des équipes dirigeantes des mairies: Une loi interprétative pour lever les blocages – Matin Libre
  • A l'Assemblée nationale béninoise, lors du vote de la loi interprétative du code électoral, mardi 2 juin 2020. © Andric Lokossi / Assemblée nationale du Bénin JeuneAfrique.com, Municipales au Bénin : pourquoi le code électoral a été amendé en cours de route – Jeune Afrique
  • Ainsi, avec ces nouveaux réajustements, la quarantaine de communes qui peinait à designer et/ou élire son exécutif communal, soufflera un ouf de soulagement. Car, les élections étant à la base de ce blocage observé, sont désormais mises au frigo. Alors que les affidés de la mouvance au pouvoir se félicitent de cette exhibition qu’ils prennent pour un dénouement heureux de cette situation qui ralentit la fin du processus électoral, d’autres voix s’élèvent dans le rang de la Société civile voire de l’Opposition,  pour dénoncer une manipulation de trop de la loi, à des fins personnelles. Pendant que la majeure partie de l’opinion se cantonne à un ‘’changement des règles du jeu en cours du jeu’’, un autre schéma semble se dessiner à travers cette attitude des députés. Et c’est un des leurs, précisément Abdoulaye Gounou du Bloc républicain (Br), qui a, au cours de son passage sur l’émission 5/7 du matin de la Télévision nationale hier mercredi 3 juin 2020, levé un coin de voile sur cet autre état de chose. A écouter le député, c’est parce que certains éventuels candidats à la présidentielle de 2021 et 2026 sont à la recherche de parrainages au niveau des Maires, que la pagaille liée au blocage de l’élection de ceux-ci s’observe dans plusieurs communes. Car selon son raisonnement, les campagnes électorales ont déjà été faites autour des probables futurs Maires et de ce point de vue, rien ne saurait expliquer à par les parrainages, ce bazar. De ce fait, il pense même que la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) pourra designer directement son Maire à Parakou, et sanctionner le conseiller indélicat. Quand on sait que cet exemple du député n’est qu’une raison de plus pour justifier à tort ou à raison cet agissement du Parlement à travers cette loi complétive et interprétative, tout semble indiquer que le bon prétexte est trouvé. Sinon qu’en un mot, au-delà de la pagaille qui est mise devant pour manipuler le code électoral à nouveau, la véritable crainte de la mouvance est que le contrôle des mairies lui échappe en majorité, en cas donc  de parrainage. Puisque, de façon indirecte, ces partis de la mouvance supposent que l’émergence des Maires non désignés par eux est une bombe à retardement, prête à exploser en 2021. D’où, avec ces compléments à la loi, tous les prochains Maires seront soumis plus que jamais. Ainsi, cette loi à défaut de régler le problème en suspens, vient répondre directement à Théophile Yarou, probable candidat du parti Fcbe à la présidentielle de 2021,  à l’instar d’autres qui espéraient une dissidence des Maires de la mouvance avoir leur parrainage pour 2021. En clair, à travers cette nouvelle loi, les députés de la mouvance viennent de faire d’une pierre, deux coups. Matin Libre, Communales au Bénin/ Loi interprétative votée précipitamment: Ce que craignait le Pouvoir – Matin Libre

Traductions du mot « interprétative »

Langue Traduction
Anglais interpretative
Espagnol interpretativo
Italien interpretativo
Allemand interpretativ
Chinois 解释性的
Arabe تفسيري
Portugais interpretativo
Russe интерпретирующий
Japonais 解釈の
Basque interpretazio-
Corse interpretativa
Source : Google Translate API
Partager