Illuminative : définition de illuminative


Illuminative : définition du Wiktionnaire

Forme d’adjectif

illuminative \i.ly.mi.na.tiv\

  1. Féminin singulier de illuminatif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Illuminative : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ILLUMINATIF, IVE. adj.
Qui illumine. Il n'est usité qu'en termes de Dévotion mystique. La vie illuminative.

Illuminative : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « illuminative » les plus populaires.

✍️

Phonétique du mot « illuminative »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
illuminative ilymɛ̃ativ play_arrow

Citations contenant le mot « illuminative »

  • Pour que ce vaste panorama soit complet, Jambet y inclut aussi bien les penseurs de l'ismaélisme et la philosophie "illuminative" de Sohravardî, que l'irfân, projet d'un savoir absolu unifiant toutes les écoles, qui se poursuit jusqu'au XIXe siècle, avec notamment le penseur iranien Mullâ Hâdi Sabzavâri - contemporain de Nietzsche et d'Engels, mais qui habitait une tout autre planète philosophique. Le Monde.fr, "Qu'est-ce que la philosophie islamique ?", de Christian Jambet : pourquoi la philosophie islamique nous perturbe
  • La philosophie illuminative a néanmoins un autre impact sur le domaine politique. Selon sa théorie cognitive, on ne peut pas garantir qu’une proposition universelle, qui doit être nécessaire et toujours vraie, ne soit pas renversée, dans un temps quelconque, par la découverte d’exceptions. Cette contingence ou la possibilité de l’avenir mettent en cause la validité de la loi. C’est pourquoi la science acquise par la « présence » à un moment donné, par laquelle le sujet connaissant voit l’objet de la connaissance, est la seule science certaine dont la validité ne peut être suspendue. Cette science immédiate et intuitive sert de fondement aux lois. Mais comme ces lois sont renouvelées dans l’avenir, il y a toujours besoin d’un philosophe qui puisse guider la société par sa connaissance immédiate. La théologie politique qui, auparavant, était l’œuvre d’une désacralisation de l’imâmat par la falsafa, devient une théorie de la souveraineté divine qui ne distingue plus le philosophe de l’Imâm. Les saluts moral et philosophique ne diffèrent pas de l’imamat politique. Cela favorise évidemment le surgissement de la théorie politique shî’ite, et entraîne l’entrée en scène de la figure du juriste (faqîh). En l’absence de l’Imâm, le juriste se considère comme l’autorité la plus haute en matière de science divine et se substitue au philosophe. Ainsi s’opère « cette substitution du savant juriste au philosophe, en une place qui n’est plus celle du juriste mais du nomothète, qui vaudra à l’irfân, résistant à cette lente rationalisation et à cette politisation de la philosophie, tracas et persécutions, et à la philosophie l’ambigüité de son statut institutionnel » (p. 371). L’auteur termine son livre en s’interrogeant sur la légitimité de la place occupée par le juriste dans la société musulmane moderne et sur l’enjeu de la liberté, non pas dans une telle société, mais dans la philosophie islamique inaltérée par l’intervention du faqîh [6]. , Du religieux au politique : la philosophie islamique - La Vie des idées
  • La philosophie illuminative (ishraqi), qui est une connaissance qui ressemble à l’approche gnostique, en ceci que la connaissance des vérités (haqa’iq) est une connaissance présentielle, qui est obtenue par l’expérience, le combat contre l’égo (mujahada al-nafs) et la purification de l’âme (tazkia al-nafs)[12]. Mizane info, Le statut épistémologique de la foi et de la raison dans la perspective islamique
  • que la théorie illuminative de Fârâbî recèle un élément mystique indéniable, Club de Mediapart, AL-FÂRÂBÎ OU LA "CITÉ PARFAITE" | Le Club de Mediapart
  • On sent bien qu'ici on est en quête d'un savoir total absolu, où l'éthique ne saurait être traitée séparément de la théorie de la connaissance: l'homme est un tout insécable, il n'est pas bon de laisser en dehors de cette totalité quoi que ce soit. Trois termes retiennent ici l'attention et désignent différents niveaux de la connaissance, hikma, falsafa et 'irfan, le dernier stade étant celui de la connaissance absolue, mystique, l'auteur met entre guillemets illuminative. Il n'y a pas, à proprement parler, de séparation hermétique entre l'en-deçà et l'au-delà, même si cette inclusion, partant d'excellentes intentions, a quelque peu défiguré, sous la plume de propagandistes contemporains, la nature même de cette idée. Le HuffPost, Qu'est-ce que la philosophie islamique? | Le HuffPost
  • La conversion de Jacob Libermann s’est élaborée autour de la quête, à la fois sincère et tourmentée, du Messie. Cette quête fut d’abord intellectuelle. En étudiant avec rigueur et détermination les textes bibliques, il en arriva à la conclusion que le Christ ne pouvait être que le Messie promis par Dieu à son peuple. Tout en s’approchant de la vérité, Jacob ne l’avait toutefois pas encore atteinte car, s’il avait désormais la connaissance intellectuelle, il lui manquait l’éclair de la foi, qui est donné par Dieu à tout homme qui le cherche avec un cœur sincère. Ainsi, cette première conversion, purement intellectuelle, se doubla d’une grâce illuminative, le 13 novembre 1826. Aleteia, Ainsi le jeune Jacob Libermann devint le vénérable François
  • Il s’agit là d’une parole de sagesse souvent citée et commentée par les soufis et en l’occurrence le grand maître du soufisme, né au 12e siècle à Murcia, Ibn Arabî. Il s’agit en somme d’une connaissance méditative, je dirais même «illuminative» dans le sens où elle procède d’une prise de conscience de soi, une clarification intérieure, qui mène à un perception de plus en plus approfondie de notre être, de notre identité véritable.  Quelques siècles avant Ibn Arabî, un autre penseur et soufi, al Hakîm at Tarmidhî (m. 910), va aborder cette question des différents degrés d’approfondissement de soi en se basant sur une interprétation en ce sens, à partir du Coran. At Tirmidhî  considère qu’il y a quatre degrés de plus en plus profonds de la réalité de l’âme humaine, qui vont de la conscience la plus extérieure à la plus intérieure et qui sont, selon les termes coraniques : es-sadr (la poitrine), al qalb (le cœur) , al fuad (le fond du cœur) et al lubb (la quintessence). Le terme «qalb» peut regrouper tous ces degrés en tant qu’il désigne le «dedans», la vie intérieure en général. Nous ne citerons ici que les passages qui contiennent les termes en question en donnant cependant la référence des versets où ils se situent. Le Matin, Le Matin - «Celui qui se connaît lui-même, celui-là connaît son Seigneur»1re partie

Traductions du mot « illuminative »

Langue Traduction
Corse illuminativu
Basque illuminative
Japonais 照明
Russe освещающий
Portugais iluminativo
Arabe مضيئة
Chinois 发光的
Allemand leuchtend
Italien illuminative
Espagnol iluminativo
Anglais illuminative
Source : Google Translate API

Synonymes de « illuminative »

Source : synonymes de illuminative sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires