La langue française

Hominiens

Définitions du mot « hominiens »

Trésor de la Langue Française informatisé

HOMINIENS, subst. masc. plur.

A. − ZOOL. Sous-ordre de Primates qui compte deux familles : les Oréopithécidés et les Hominidés (cf. Zool., t. 4, 1974, p. 1175 [Encyclop. de la Pléiade]). On peut concevoir qu'à la fin du Crétacé, les Hominiens se seraient détachés du tronc commun des Primates en même temps que les Prosimiens et les Simiens (Zool., t. 4, 1974, p. 1215 [Encyclop. de la Pléiade]):
Ce qui intrigue (...) le naturaliste, quand il essaie de voir les Hominiens non pas seulement en eux-mêmes (...), mais par comparaison avec les autres formes animales, c'est l'extraordinaire élasticité de leur groupe zoologique. Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 267.
B. − Au sing. Individu appartenant à ce groupe. Une molaire d'Hominien, datant du Pléistocène inférieur, a été trouvée dans le nord de l'Indochine (Hist. sc.,1957, p. 1427).Le premier Hominien connu date du Miocène supérieur; il se nomme Oréopithèque et appartient à la famille des Oréopithécidés (Zool.,t. 4, 1974, p. 1200 [Encyclop. de la Pléiade]).
Emploi adj. Qui est propre aux Hominiens; qui présente les caractères des Hominiens. Si hominiens fussent-ils, Pithécanthrope et Sinanthrope, à en juger par leur physionomie, étaient encore des créatures étranges (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 214).Avec le Pithécanthrope, aussi bien qu'avec le Sinanthrope, nous tenons des formes déjà franchement hominiennes par leur anatomie (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 214).
REM. 1.
Hominoïde, adj.Qui ressemble à l'homme. Les Australopithèques d'Afrique, par exemple, semblent avoir été beaucoup plus hominoïdes que tout ce que nous connaissons de vivant (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 204).
2.
Hominoïdés, subst. masc. plur.Groupe comprenant l'homme et les Anthropoïdes (d'apr. Teilhard de Chardin). Les modernes classifications de la Zoologie, revenant à la position de Linné l'incluent [l'homme] avec eux [les Anthropoïdes] dans la même super-famille des Hominoïdés (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 179).
3.
Pré-hominiens, subst. masc. plur.,,Groupe de primates fossiles du début du quaternaire que l'on considère comme intermédiaires entre les singes anthropoïdes et les hommes`` (Encyclop. internat. Focus, Paris, Bordas, t. 2, 1972). Qualifier de Pré-hominiens le Pithécanthrope et le Sinanthrope, pourrait insinuer que ceux-ci n'étaient pas encore Hommes absolument, − c'est-à-dire que, suivant ma façon de parler, ils n'avaient pas encore franchi le pas de la Réflexion (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 215).Emploi adj. L'Homme du Paléolithique supérieur a dû passer par une phase pré-hominienne puis par une phase néanderthaloïde (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955p. 222).Ce terme n'entre pas dans toutes les classifications.
Prononc. et Orth. : [ɔminjε ̃], fém. [-njεn]. V. homme. Étymol. et Hist. 1877 (Littré-Robin 14eéd. ds Quem. DDL t. 20). Dér. du lat. homo, -inis « homme »; suff. -ien*.

Phonétique du mot « hominiens »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hominiens ɔmɛ̃jɛ̃

Citations contenant le mot « hominiens »

  • Toutefois, depuis la découverte à Lomekwi, au Kenya, de pierres taillées d’époque australopithèque (3,3 millions d’années), la sortie d’Afrique d’hominiens préhumains devient aussi envisageable. Or il existe des indices allant dans ce sens. Il en est ainsi de la découverte, dans la grotte de Longgupo, dans la municipalité de Chongqing (dans le Sichuan, sur le Yang-Tsé), de dents d’un hominidé mal identifié associées à de nombreux outils taillés. Leur datation vers 2,5 millions d’années a longtemps suscité la controverse. En 2017, une équipe franco-chinoise dont fait partie Éric Boëda, de l’université de Nanterre, a soigneusement réétudié et redaté le site et confirmé cette date. Pourlascience.fr, Des hominiens en Chine il y a plus de deux millions d’années ? | Pour la Science
  • Si vous le voulez bien, tentons d’y voir un peu plus clair. Il est vrai que si notre passé lointain explique beaucoup de choses, tout cela est quasiment perdu dans les limbes sombres du passé. Le passage de l’animal à ce que nous appelons avec un peu de prétention : « l’homme », fut, en quelque sorte un accident de la nature (une intervention divine disent certains). Il n’en demeure pas moins qu’un autre processus subtil fut celui de la rupture progressive de nos liens avec les grands équilibres de la vie. Un peu comme une bombe nucléaire, nous avons désintégré quelque chose, mais sommes-nous capable d’en maîtriser toutes les conséquences ? Et finalement, ce péché originel qui, peu ou prou, habite l’inconscient collectif, n’en serait-il pas la reconnaissance ? Certaines religions, en tous cas l’ont bien compris et l’ont interprété à leur manière. Le plus surprenant de tout, c’est que les progrès de la connaissance ont donné une coloration beaucoup plus temporelle à ce mythe religieux. L’enquête fut longue, mais la rationalité scientifique vient, probablement, de soulever une partie du voile. Ce serait finalement la branche la plus faible des hominiens qui, par instinct de survie, aurait donné naissance à la lignée humaine. Et ce serait l’improbable conjonction entre une modification de l’alimentation (le fruit défendu) et la maîtrise du feu (l’Enfer) qui aurait donné naissance à cet animal improbable : l’homme. (2) Clicanoo.re, [clicazot] La dérive et le paradoxe hominien | Clicanoo.re
  • Si l'Afrique est le berceau de l'humanité, l'Asie peut-elle avoir été sa pouponnière ? La découverte d'une nouvelle espèce d'hominiens sur l'île de Luçon, au nord des Philippines, vient apporter un nouveau crédit à cette thèse. « Tous les continents ont potentiellement joué ce rôle à un moment ou un autre au cours de notre évolution, mais cette partie du monde a longtemps été sous-estimée. Avec ce nouvel Homo luzonensis, nous sommes amenés à revoir la vision de l'évolution de notre lignée », explique le paléoanthropologue Clément Zanolli, qui a contribué à cette découverte publiée dans « Nature » . Les Echos, Origines de l'homme : de nouvelles pièces au puzzle | Les Echos
  • Les chimpanzés mangent des crabes d'eau douce sur une base régulière, ont constaté des chercheurs zurichois en Guinée. Une découverte qui laisse supposer que nos ancêtres hominiens faisaient de même il y a plusieurs millions d'années. Le Matin, Faune: Les chimpanzés se nourrissent de crabes - Le Matin
  • On sait que des touristes ont déjà été victimes de ces hominiens pendant leurs visites au célèbre monument de marbre blanc. En 2018, deux touristes français avaient été attaqués. Les macaques étaient aussi entrés dans une maison voisine pour la piller, mais ont tué un bébé de 12 jours dans ladite maison. Leur quête de nourriture est souvent sans limite, ce qui invite à la prudence, pendant l’actuel visite de Donald Trump La Nouvelle Tribune, Trump en Inde : les autorités veulent éviter des attaques de singes – La Nouvelle Tribune
  • Les hominiens désignent des primates bipèdes dont la taille du cerveau se rapproche beaucoup de celle de l’homme moderne. De nouvelles études suggèrent que le squelette est en réalité les restes d’une « femme » qui a vécu il y a environ 3,67 millions d’années. Fredzone, Little Foot : les chercheurs découvrent de nouveaux ossements

Traductions du mot « hominiens »

Langue Traduction
Anglais hominins
Espagnol homínidos
Italien ominini
Allemand hominine
Chinois 人参
Arabe أشباه البشر
Portugais hominídeos
Russe гоминины
Japonais ホミニン
Basque homininak
Corse ominini
Source : Google Translate API

Hominiens

Retour au sommaire ➦

Partager