La langue française

Hahnemannienne

Sommaire

  • Définitions du mot hahnemannienne
  • Phonétique de « hahnemannienne »
  • Citations contenant le mot « hahnemannienne »
  • Traductions du mot « hahnemannienne »

Définitions du mot hahnemannienne

Wiktionnaire

Forme d’adjectif

hahnemannienne \an.ma.njɛn\

  1. Féminin singulier de hahnemannien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hahnemannienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hahnemannienne anœmɑ̃njɛ̃n

Citations contenant le mot « hahnemannienne »

  • - Prélevez une goutte de cette solution et ajoutez-lui 99 gouttes d'une solution alcoolisée. C'est une dilution dite "1 CH", pour "centésimale hahnemannienne". lejdd.fr, Le gouvernement va-t-il acter le déremboursement de l'homéopathie?
  • En fonction du degré de dilution et de la méthode employée, les inscriptions sur les emballages varient. Une dilution de «12CH» signifie que le produit a été dilué 12 fois, selon la méthode de dilution centésimale hahnemannienne (CH). , Comment sont fabriqués les produits homéopathiques ? 
  • La dilution est effectuée à l’aide d’un « dynamiseur », une machine qui secoue bruyamment un petit flacon contenant un centième de teinture mère pour 99 centièmes d’eau et d’alcool, à raison de 150 fois en sept secondes. Cette opération permet d’obtenir une dilution d’une centésimale hahnemannienne (1CH), du nom de l’inventeur de l’homéopathie, le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843). Selon les produits voulus, l’opération est répétée 5, 9, 15 ou 30 fois, en prélevant à chaque fois un centième de la dilution précédente. Ce qui donne des niveaux de dilution dépassant l’entendement : un produit à 5CH équivaut déjà à un élément de teinture mère sur… dix milliards ! Le Telegramme, Homéopathie. La recette bien gardée du fabricant Boiron - Faut-il dérembourser l'homéopathie ? - Le Télégramme
  • Vrai. Le principe est d'habituer peu à peu l'organisme à une substance en l'administrant en quantité infime pour renforcer les défenses immunitaires. Elle est diluée de façon extrême. Par exemple, une dilution de 10 CH (pour centesimale hahnemannienne), fréquente en homéopathie, de la substance mère (le principe actif au départ), équivaut à la taille d'une goutte d'eau rapportée au volume du lac Léman. «Même s'il n'y a qu'une infime trace, cela n'empêche pas l'efficacité, au contraire. Si ce n'était pas le cas... les patients ne reviendraient pas», se défend le docteur Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français. leparisien.fr, Homéopathie : tout ce qu'il faut savoir - Le Parisien
  • Cette opération permet d'obtenir une dilution d'une centésimale hahnemannienne (1CH), du nom de l'inventeur de l'homéopathie, le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843). Selon les produits voulus, l'opération est répétée 5, 9, 15 ou 30 fois, en prélevant à chaque fois un centième de la dilution précédente. Le Point, Homéopathie: dans son fief de Messimy, Boiron peaufine sa défense - Le Point
  • Le nombre de CH (ou centésimales hahnemanniennes, d'après le nom de l'inventeur de l'homéopathie Samuel Hahnemann) indique la dilution du remède. Pour préparer un médicament homéopathique, on prend une goutte de la teinture mère de base, à laquelle on ajoute 99 gouttes de solvant, à base d'eau et d'alcool. On secoue le mélange au minimum cent fois (opération capitale appelée dynamisation) et on obtient ainsi la dilution en 1 CH. Puis on prélève 1 goutte de cette dernière préparation, que l'on dilue à son tour dans 99 gouttes de solvant. Après agitation, on obtient une dilution au 2 CH. Et ainsi de suite jusqu'à 30 CH. Donc, plus le chiffre est important, plus le principe actif est dilué, ce qui ne veut pas dire qu'il soit moins fort. En général, on utilise les basses dilutions (5,7 et 9 CH) pour traiter les manifestations locales ou les symptômes aigus, et les plus hautes dilutions (15 et 30 CH) pour les troubles chroniques ou qui nécessitent une modification profonde de l'organisme. Topsante.com, Homéopathie : savoir décrypter les étiquettes - Top Santé
  • Il n'en existe pas qui soit probante. En 2014, le Conseil national australien de la recherche en santé et en médecine (NHMRC) a fait reprendre par un collège de spécialistes chacune des études existantes. La conclusion a été sans appel : aucune étude de qualité, menée dans les règles de l'art et avec suffisamment de participants, n'a pu démontrer un effet supérieur à l'effet placebo. La Haute Autorité de santé vient de mener la même enquête, avec le même résultat. Ce qui est logique : si l'homéopathie était efficace, nous devrions jeter aux orties tout ce que nous savons de la chimie et de la physique. Elle a été imaginée au XVIIIe siècle, alors que la science était encore très balbutiante. Son concepteur, Samuel Hahnemann, en a édicté arbitrairement les principes, tel Moïse brandissant les tables de la Loi. Personne n'a pu leur donner le moindre fondement scientifique. Prenez le principe de la haute dilution : une goutte de la substance de base est diluée dans 99 gouttes de solvant pour donner la première «  centésimale hahnemannienne  » (1CH). Qui est elle-même diluée pour donner 2 CH, et ainsi de suite. Jusqu'à arriver à une goutte sans plus aucun principe actif, qui imprégnera la bille de sucre. Le résultat est que toutes les granules ont exactement la même composition chimique : 75 % de lactose, 25 % de saccharose. Évidemment, on peut en consommer sans risque – comme on ferait d'une hostie. Le Point, Homéopathie : « Pourquoi rembourserait-on une pratique magique ? » - Le Point
  • Le deuxième principe est celui des hautes dilutions: les centésimales hahnemanniennes (CH) représentent le nombre de fois où on dilue au centième la teinture mère de la substance en question. Ignatia 6CH est une dilution 6 fois au centième de la teinture mère de noix vomique (c’est-à-dire une dilution au «un millionième de millionième»). En pratique, les médicaments homéopathiques sont préparés d’une manière qui pourrait faire controverse. On vide le flacon d’une solution mère et on considère qu’un centième de cette solution reste «accroché» aux parois du flacon. Une fois rempli au moyen d’eau, ce flacon permet d’obtenir une dilution 1CH (dilution au 1/100e). Ce même flacon, une fois vide puis rempli d’eau, permet d’obtenir une dilution 2CH (1/10.000e), etc. Slate.fr, L'homéopathie est-elle fiable? | Slate.fr
  • En effet, ces dernières sont diluées très fortement – ce sont les fameuses CH (centésimales hahnemanniennes) inscrites sur les emballages des produits. 1 CH correspond à une dilution au centième, 2 CH au dix-millième… À partir de 12 CH, il n’y a plus aucune chance de trouver des molécules actives dans la solution. Cela n’empêche pas patients et médecins de constater empiriquement l’efficacité de ces médicaments. Ce à quoi les détracteurs répondent qu’il s’agit d’un effet placebo.   Mais, au-delà de la controverse, savez-vous quelles matières premières sont utilisées dans l’homéopathie ? Certaines sont pour le moins étonnantes. Prenons trois exemples.   60 Millions de Consommateurs, Les surprenants médicaments de l’homéopathie | 60 Millions de Consommateurs
  • Cette médecine ne traite pas une maladie mais l’individu dans sa globalité. Chaque prescription varie donc en fonction du profil du patient et tout est pris en compte par le médecin homéopathe (le plus souvent un généraliste) : le psychisme, le milieu de vie, l’alimentation ou encore les traits de caractère. L’homéopathie est basée sur le principe de similitudes. Il repose sur l'idée qu'une substance qui provoque un symptôme peut être utilisée pour traiter le même symptôme de la maladie. La substance est fortement diluée, pour diminuer le risque d’intoxication, puis secouée pour lui donner de la puissance avant d’être administrée. La dilution à 4 ou 6 CH (centésimales hahnemanniennes) s’emploie pour les affections locales (nez qui coule, choc). À 7, 9 ou 12 CH, elle traite les symptômes plus généraux (fièvre, fatigue). Plus élevée encore, à 15 ou 30 CH, elle s’attaque aux symptômes psychiques et maladies chroniques. , L'homéopathie : qu'est-ce que c'est ? Pour quels maux ?
  • Par exemple, «une dilution de ''12CH'' signifie que le produit a été dilué 12 fois, selon la méthode de dilution centésimale hahnemannienne (CH). (…) Plus le ''CH'' est élevé, plus le produit est dilué. Un produit à 12CH signifie en effet que l’opération a été répétée 12 fois», précise la même source. , L’homéopathie encore en marge des médecines alternatives au Maroc
  • Parmi les petites bêtes qui perturbent beaucoup notre jardin : la limace! «Elle mange nos semis, attaque nos salades et les jeunes pouces de toutes sortes de légumes. Avec le remède «Helix tosta» en DH6 (DH=dilution hahnemannienne décimale) fabriqué à partir de coquilles d'escargots de bourgogne calcinées, dame limace ne devrait plus apprécier le sol traité (Vous diluez une dizaine de granulés dans 10 litres d'eau et vous arrosez le sol)». ladepeche.fr, Carmaux. Soignons notre jardin en douceur - ladepeche.fr
  • Les préparations homéopathiques procèdent par dilutions successives au centième d’une substance initiale. L’unité de dilution est le CH (centésimale hahnemannienne). C’est une unité exponentielle au sens où une dilution à 2 CH correspond à une dilution de 100×100 (10 000). Ainsi, pour fixer les idées, voici quelques illustrations de dilutions d’une goutte d’une substance de produit initial : Afis Science - Association française pour l’information scientifique, Dossier - Homéopathie - À propos de l’homéopathie - Afis Science - Association française pour l’information scientifique
  • Le principe actif est dilué dans 99 fois son volume de liquide (eau ou mélange d’eau et d’alcool) pour obtenir une solution à 1 CH (C pour centième et H pour hahnemannienne) ; une goutte de la précédente dilution est prélevée et à son tour diluée dans 99 fois son volume pour 2 CH, et ainsi de suite jusqu’à plus de 30 CH pour traiter les troubles profonds, chroniques ou allergiques. Santé Magazine, Quand recourir à l'homéopathie ? | Santé Magazine
  • Que ce soit l’acupuncture, la médecine chinoise, l’homéopathie ou n’importe quelle autre pratique à vocation thérapeutique, c’est à un examen au cas par cas auquel il faudrait procéder pour porter un jugement précis. Toutefois les médecines dite alternatives ou parallèles sont quasiment toutes caractérisées par un corps « théorique » ou doctrinaire qui relève plus de la métaphysique que de faits tangibles ou testables : la médecine chinoise évoque un équilibre d’énergies internes (le Qi ou le Tchi), l’acupuncture élabore son raisonnement diagnostique et thérapeutique sur une vision énergétique taoïste de l’Homme et de l’univers, la biologie totale caractérise toute maladie comme un « programme biologique spécial bien-fondé débutant par un syndrome de Dirk-Hammer », l’homéopathie parle d’un principe de similitude et d’une méthode de succussion, etc. La médecine (médecine officielle diront ses détracteurs) ne peut faire sienne ces concepts métaphysiques, le Yin et le Yang, les énergies vitales, les « syndromes de Dirk-Hammer » ou les succussions hahnemanniennes. La médecine moderne, et que nous affirmons universelle (l’être humain est le même, qu’il soit chinois, américain, irakien ou français, la physiologie est la même), s’est justement construite en s’émancipant de tout préjugé idéologique et toute supposition métaphysique. Afis Science - Association française pour l’information scientifique, La frontière entre science et pseudo-sciences - Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Traductions du mot « hahnemannienne »

Langue Traduction
Anglais hahnemannian
Espagnol hahnemanniano
Italien hahnemanniana
Allemand hahnemannian
Chinois 哈尼曼
Arabe هانيمانيان
Portugais hahnemanniana
Russe ганемана
Japonais ハーネマニアン
Basque hahnemannian
Corse hahnemannian
Source : Google Translate API
Partager