La langue française

Gorgé, gorgée

Définitions du mot « gorgé, gorgée »

Trésor de la Langue Française informatisé

GORGÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de gorger*.
II. − Adjectif
A. − Littér. [Qualifiant un subst. désignant un être animé]
1. [Constr. avec un compl. prép. de désignant un aliment] Qui est repu de (quelque chose). C'était quelquefois, souvent même, un homme couvert de guenilles et de fange, ivre-mort, gorgé de lard et de morue, que Brulart faisait pendre la tête en bas pendant qu'on lui administrait, comme digestif, une vigoureuse bastonnade (Sue, Atar Gull,1831, p. 16).Ô moine tout gorgé de chair et de sang d'homme! (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 320).
[P. ell. du compl. prép. de] Les Touareg qui meurent de faim et de soif en veulent aux Arabes qu'ils estiment gorgés et somptueux (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 9, 1864, p. 133).
2. P. anal. et au fig. [Constr. avec un compl. prép. de] Qui est comblé de, qui jouit à satiété de (quelque chose). J'ai longtemps marché dans ma chambre de long en large, fort et vigoureux, lucide comme au sortir d'un bain, alerte et gorgé d'idées claires, complaisantes, volantes (Gracq, Beau tén.,1945, p. 16) :
Une joie parfaite, close, totale; un maximum; sans retour, sans regret, sans remords; sans un point de poussière, sans un atome de regret, sans une ombre d'ombre. Une plénitude, une perfection, un total. Un plein. Un rassasiement parfait. On en avait plein la tête et plein le cœur. On en était gorgé. Péguy, V.-M., comte Hugo,1910, p. 692.
[P. ell. du compl. prép. de] Tout ce qui vit autour de moi, et sous moi, vit gorgé et en paix (Montherl., Celle qu'on prend,1950, I, 1, p. 768).
B. − [Constr. avec un compl. prép. de; qualifiant un subst. désignant une chose]
1. Saturé de (quelque chose). Terre gorgée d'eau. Les lymphatiques sont volumineux et gorgés de lymphe (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux,1896, p. 273).Des terrains froids et gorgés d'eau (Pourrat, Gaspard,1931, p. 226).
2. Vieilli. [Qualifiant un subst. désignant un lieu] Qui est complètement rempli, encombré de (quelque chose). Sa galerie est gorgée de tableaux (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1830, p. 60).Les wagons sont gorgés de monde (Taine, Notes Anglet.,1872, p. 379).
P. métaph. Elle prenait en pitié la vie, gorgée de rêves et de lecture effrénée, de sa fille solitaire (Colette, Sido,1929, p. 172).Là-bas, entre ces deux arbres, le soleil montait, énorme, cuivré, gorgé de vie féroce, de flamme orgueilleuse (Magnane, Bête à concours,1941, p. 101).
Prononc. : [gɔ ʀ ʒe]. Fréq. abs. littér. : 172.

Wiktionnaire

Nom commun

gorgée \ɡɔʁ.ʒe\ féminin

  1. Quantité de liquide que l’on peut avaler en une seule fois.
    • Il faisait, en avalant sa soupe, un gloussement à chaque gorgée. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Le Gros, marri (et mari cocu de surcroît), écluse du gros rouge par larges gorgées silencieuses... — (Frédéric Dard, San-Antonio : Du brut pour les brutes, Fleuve Noir, 1968, chap. 11)

Forme de verbe

gorgée \ɡɔʁ.ʒe\

  1. Participe passé féminin singulier de gorger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GORGÉ, ÉE. adj.
Qui a beaucoup de voix, une bonne voix, en parlant d'un Chien. Un chien bien gorgé. Il signifie spécialement, en termes de Blason, Qui a le cou ceint d'une couronne dont l'émail est différent de celui de l'animal, en parlant d'un Lion, d'un cygne ou de quelque autre animal.

Littré (1872-1877)

GORGÉ (gor-jé, jée) part. passé de gorger
  • 1À qui on a mis de l'aliment dans la gorge. Pigeon gorgé.
  • 2Qui a beaucoup mangé. Un enfant gorgé de bonbons.

    Terme de fauconnerie. Se dit d'un oiseau qui est repu.

    Fig. Gorgé de richesses, de plaisirs.

  • 3 Terme de blason. Lion, cygne, ou autre animal gorgé, celui qui a le cou ceint d'une couronne, dont l'émail est différent de celui de l'animal.
  • 4Dont les interstices sont remplis d'un liquide quelconque. Ce terrain est gorgé d'humidité.

    Terme de vétérinaire. Ce cheval a les jambes gorgées, il a les jambes enflées.

  • 5 S. m. Espèce de papillon.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GORGÉ, ENFLÉ, adj. synon. (Manége.) des jambes gorgées, des boulets gorgés. Voyez Enflure & Jambes. (e)

Gorgé, en terme de Blason, se dit d’un lion, d’un cygne, ou autre animal, dont le cou est ceint d’une couronne ; auquel cas l’on dit que le lion est gorgé d’une couronne ducale, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « gorgé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gorgé gɔrʒe

Citations contenant le mot « gorgé »

  • Muets d'horreur, son père et ses oncles attendent la suite. Devin se saisit du verre d'eau qu'on lui tend, en boit une gorgée et poursuit la voix étranglée de sanglots : "Maman et tata Christina sont mortes..." L'adolescent est parvenu à s'extirper de la voiture criblée de balles, puis à ouvrir la portière de la fourgonnette de sa tante Christina à l'arrêt, quelques mètres devant lui. Comme sa mère, Christina gît sur le volant, le pare-brise a explosé sous les tirs. Closermag.fr, A 13 ans, il a vu sa famille massacrée dans un guet-apens et a caché les enfants survivants - Closer
  • Pour les pauvres, vivre c’est nager en apnée, en espérant atteindre une rive ensoleillée avant la gorgée fatale. De Fatou Diome / Le ventre de l’Atlantique
  • On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte, et l’on boit goutte à goutte une vérité qui nous est amère. De Denis Diderot / Le Neveu de Rameau
  • L'alcool dégrise. Après quelques gorgées de cognac, je ne pense plus à toi. De Marguerite Yourcenar
  • Soudain, le miracle : le liquide vaseux des canaux vénitiens se changea en eau limpide. Les touristes avaient fui la cité confinée, d’ordinaire gorgée de visiteurs et cernée de navires-usines de croisière. Dans le silence de cette sinistre fin mars, chacun mesurait les effets spectaculaires engendrés par un tourisme incontrôlé, du fait même de son absence. Et pouvait rêver d’un monde où le temps de loisir serait employé à des activités moins destructrices pour la planète. Le « tourisme de masse », voilà l’ennemi ! Le Monde diplomatique, Des loisirs à la chaîne, par Christophe Guibert & Bertrand Réau (Le Monde diplomatique, juillet 2020)

Traductions du mot « gorgé »

Langue Traduction
Anglais throat
Espagnol garganta
Italien gola
Allemand kehle
Chinois
Arabe حلق
Portugais garganta
Russe горло
Japonais
Basque eztarria
Corse gola
Source : Google Translate API

Antonymes de « gorgé »

Gorgé

Retour au sommaire ➦

Partager